Le Blog Finance

11 septembre 2015 : quand le Bataclan passait aux mains de Lagardère … et donc du Qatar, pays lié à Daesh ?

Alors que les médias français nous bombardent d’informations nous plongeant chaque jour un peu plus dans un choc émotionnel – permettant d’accepter au passage beaucoup plus facilement une vie beaucoup plus « policée » – peu d’entre eux nous rappellent que le Bataclan est passé aux mains de l’empire médiatique de Lagardère, le 11 septembre 2015 …. une date qui ne s’oublie pas tant elle est chargée de symboles.

Ou s’ils le font, c’est en référence à la presse israélienne, The Times of Israel et l’Agence télégraphique juive, les deux journaux rapportant des propos tenus par les frères Laloux (Pascal et Joël) dans le cadre d’entretien accordés à la seconde chaîne de télévision israélienne selon lequel ils déclarent avoir vendu à cette date au groupe Lagardère la salle de spectacle, et ce, en raison de la récente émigration de Joël en Israël. Selon un article du Parisien paru le 21 décembre 2014, son frère Pascal est quant à lui investi dans le régime de Tel Aviv, notamment en raison d’« obligations professionnelles », toutefois non précisées.

Une cession qui a donc eu lieu deux mois avant l’attentat du vendredi 13 novembre 2015 commis dans les locaux, causant le décès de 89 personnes. A noter que la famille Touitou à laquelle appartiennent les Frères Laloux possédait le Bataclan depuis 1976. 

Originaire de Tunisie et enterré en 2000 à Jérusalem, dénommé Elie Touitou et surnommé Kahlaoui Tounsi – le père des frères répondant à la fois aux noms de Laloux et Touitou – était un célèbre chanteur dans les années 60. En 1976, cet ex-associé d’Enrico Macias avait acquis la prestigieuse salle de spectacle du Bataclan. Dès les années 80, ses deux fils s’étaient répartis la gestion du lieu, Pascal au management  et Joël à la programmation.

- Le rachat du Bataclan par Lagardère vu comme une poursuite de sa diversification

C’est donc à la mi-septembre 2015  que la filiale de Lagardère dénommée alors « Lagardère Unlimited Live Entertainment » ou Lule poursuivait sa diversification dans le business du spectacle vivant - nom officiel de ce secteur économique  - après avoir acquis Les Folies Bergère, Le Casino de Paris et 20 % du Zénith.

La structure annonçait ainsi qu’elle rachetait 70 % de la salle de spectacle parisienne, le groupe choisissant de  conserver les co-directeurs et gérants du Bataclan,  les producteurs Olivier Poubelle  (Astérios) et Jules Frutos (Alias Production),et également gérants des salles parisiennes la Flèche d’or, les Bouffes du Nord, La Maroquinerie et Les Trois Baudets.  Dans un communiqué, Lagardère Live Entertainment indiquait s’être associé à Jules Frutos (Alias) et Olivier Poubelle (Astérios) pour cette acquisition.

Le groupe Lagardère ajoutait alors que dès 2016, des travaux seront effectués pour améliorer les conditions d’accueil du public et des artistes. Elément non négligeable, alors que des failles dans la sécurité  du site pourraient émerger peu à peu, la presse n’osant pas poser le débat de manière frontale pour le moment mais via de petites touches bien subtiles en reprenant les propos des vigiles du Bataclan.

- Co-directeurs et co-actionnaires du Bataclan  : des hommes influents dans le secteur du spectacle

Décidément, beaucoup de choses ont changé en cette mi-septembre 2015, puisque c’est le 14 septembre 2015 que l’Assemblée générale du Prodiss (Syndicat des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle) s’est réunie à Berlin, pour élire les représentants qui siégeront dans les nouvelles instances de gouvernance du syndicat. C’est dans ce cadre que Guy Marseguerra a été élu président du Prodiss, succédant à Jules Frutos, dont le mandat est arrivé à échéance après 9 ans passés à sa tête.

Il n’en demeure par moins que Jules Frutos a pu conserver d’importants appuis. Bien utiles notamment au niveau financier.

C’est ainsi que le lundi 16 novembre 2015, une réunion de crise s’est tenue au Centre national de la chanson, des variétés et du jazz  (CNV), en présence de la ministre de la Culture et de ses équipes, de la Ville de Paris, des représentants des réseaux, syndicats et organismes professionnels. A cette occasion, le ministère a notamment déclaré qu’il allait mobiliser ses services sur les questions liées aux pertes d’exploitation entraînées par l’état d’urgence, en associant ses collègues de Bercy pour que la situation exceptionnelle soit considérée par les assureurs. Un fonds, alimenté par le ministère, le CNV et la Sacem, sera créé sous 48 heures, a-t-il ajouté, précisant qu’il devrait concerner les pertes économiques, les défaillances ou absences d’assurance annulation ainsi que les surcoûts spécifiques de sécurité.

- Lagardère Unlimited renommée Lagardère Sports and Entertainment

A noter que c’est le 15 septembre 2015 que Lagardère Unlimited a été renommée Lagardère Sports and Entertainment. « Lagardère Unlimited, l’une des quatre branches du Groupe Lagardère, évolue désormais sous le nom de Lagardère Sports and Entertainment » précisait ainsi un communiqué.

Les agences de marketing sportif de la division, notamment Sportfive, World Sport Group, IEC in Sports, Sport Marketing and Management et Lagardère Unlimited Inc., sont renommées Lagardère Sports. Lagardère Live Entertainment regroupe toutes les activités de divertissement.

- Des failles dans la sécurité et les issues de secours du Bataclan  ?

Alors que dans son communiqué officiel relatif à son achat du Bataclan, le groupe Lagardère ajoutait que dès 2016, des travaux seront effectués pour améliorer les conditions d’accueil du public et des artistes, s’exprimant dans le journal Télérama, Dominique Revert, le co-gérant d’Alias Production, le concède lui-même : “que voulez-vous que fassent trois agents de sécurité face à des hommes armés de kalachnikov…“. Ajoutant : “comme la salle est très proche de l’entrée, il est plus facile d’y pénétrer qu’à l’Olympia où il y a un long couloir, ou au Trianon avec ses grands escaliers“.

Le  responsable de la sécurité du Bataclan, surnommé ”Didi”, était à l’entrée du Bataclan lorsque les premiers coups de feu ont été tirés, et raconte au Monde qu’il s’est immédiatement rué dans la salle pour prévenir les spectateurs. ”Vite, vite, entrez, ça tire !”, prévient-il en les amenant vers l’issue de secours des toilettes. Il retourne ensuite dans la salle pour ouvrir une autre issue de secours, cette fois-ci située dans la loge. ”Je devais être le seul à connaître la sortie de secours. Il fallait que je montre le chemin”, explique-t-il au journal. Il ajoute également qu’avec « Manu, sans se concerter, on a couru vers les issues de secours. Lui est allé ouvrir celle à l’étage, moi je suis allé vers les toilettes. »

A méditer et surtout à comparer avec les obligations légales concernant les ERP “Etablissement recevant du public”, le Bataclan n’échappant pas à la règle … Ainsi, les bâtiments ou les locaux où sont installés les ERP « doivent être construits de manière à permettre l’évacuation rapide de la totalité des occupants. Ils doivent avoir une ou plusieurs façades en bordure de voies ou d’espaces libres permettant l’évacuation du public , l’accès et la mise en service des moyens de secours et de lutte contre l’incendie. »

Or, comme le précise Le Monde, alors que le concert de Eagles of Death Metal a commencé depuis trente minutes, Didi était le seul agent présent ce soir-là devant les barrières de sécurité à l’entrée du Bataclan. Ses cinq autres employés sont placés dans d’autres endroits stratégiques de la salle. 

Sur le plan de la salle, on voit par ailleurs que les issues sont difficiles – voire impossible – à voir pour les spectateurs présents dans la fosse.

- Le Bataclan  menacé depuis longues dates ? 

Alors que le Bataclan a été cédé par ses anciens propriétaires quasiment deux mois jour pour jour avant l’effroyable nuit du vendredi 13 novembre, il n’est pas totalement irraisonnable de s’interroger sur les motifs de cette cession, et ce d’autant plus que, quoiqu’on en dise, des menaces pesaient sur cette salle depuis quelques années déjà.

Certes, selon le JDD – appartenant au groupe Lagardère  - , aucun parmi Dominique Revert, co-gérant d’Alias Production avec Jules Frutos (Alias Production),  Olivier Poubelle (Astérios) n’avait  formulé quelques jours après l’attentat de précisions ni de confirmations quant à une éventuelle menace connue pesant sur cette salle en particulier.

Néanmoins,  Le Point  citait le 14 novembre  des sources policières ayant interrogé des membres de Jaish al-Islam en février 2011, un “projet d’attentat contre le Bataclan” aurait été fomenté dès avant 2010. Arguments alors invoqués par ces radicaux islamistes : les racines juives de ses propriétaires.

En 2007 et en 2008, le Bataclan avait déjà été sous la menace de groupes plus ou moins radicaux, au motif que s’y tenaient régulièrement des conférences ou de galas d’organisations juives, notamment le « Magav », une unité de garde-frontières dépendant de la police d’Israel.

En décembre 2008, alors qu’une opération de l’armée israélienne a lieu dans la bande de Gaza, les menaces autour du Bataclan se font plus précises. Sur le web, une vidéo postée sur You Tube montre un groupe d’une dizaine de jeunes militants pro-palestiniens, le visage camouflé par un keffieh, qui menacent les responsables de la salle à propos de l’organisation du gala annuel du Magav. A l’époque, Le Parisien y consacre un article.

En 2011, Le Figaro consacre  un article à Dodi Hoxha, une Française d’origine albanaise affiliée à Jaish al-Islam, un groupuscule égyptien proche d’Al-Qaida, suspectée d’être liée à un attentat perpétré contre un groupe d’adolescents français au Caire en 2009.  Alors qu’elle est interrogée par la DCRI, Dodi Hoxha leur raconte que Farouk Ben Abbes, un Belge arrêté en Egypte en même temps qu’elle suite à l’attentat, avait “un projet d’attentat en France contre le Bataclan“. Sans toutefois fournir plus de précisions.

La presse israélienne rappelle quant à elle que le groupe de rock Eagles of Death qui se produisait ce vendredi 13 au soir, avait effectué une tournée en Israël. Le groupe avait alors dû faire face à plusieurs appels au boycott, tout en maintenant sa prestation.

Comme le rapportait alors le Jerusalem Post, le chanteur Jesse Hughes, avait commencé son live au Barby Club à Tel-Aviv en rappelant qu’il ne “boycotterait jamais un endroit comme celui-ci”. Peu de temps auparavant, il avait notamment reçu une lettre de Roger Waters, leader de Pink Floyd, défenseur de la cause palestinienne et du mouvement de boycott à l’encontre d’Israël, lui demandant de reconsidérer sa tournée. Réponse de Hughes : “Vous savez ce que je lui ai répondu ? Deux mots. Ne perdez jamais votre temps à vous inquiéter de ce qu’un connard pense de vous.”

- Le Qatar, actionnaire principal du groupe Lagardère depuis 2012 

A noter également qu’au début du mois de janvier 2012, Qatar Holding, branche du fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA), elle-même filiale du fond souverain de l’émirat du Qatar, est devenu l’actionnaire principal du groupe Lagardère.

Auparavant, Qatar Holding était passé de 7,8% à plus de 10% deLagardère pour 50 millions d’euros environ, devenant ainsi le premier actionnaire devant le gérant de l’entreprise, Arnaud Lagardère (9,62%). « Avec près de 13% du capital et la volonté affichée de continuer ses acquisitions au fil de l’eau, Qatar Holding poursuit donc sa montée en puissance dans ce groupe présent dans la presse, l’édition, le sport et la télévision » notait alors Challenges.

Les dirigeants de Qatar Holding avaient précisé, dans leur déclaration à l’Autorité des marchés financiers (AMF), “ne pas envisager de prendre le contrôle de la société”. Qatar Holding LLC  laissait toutefois entendre qu’il pourrait augmenter encore ses parts. L’Autorité des marchés Financiers indiquait pour sa part que Qatar Holding LLC envisageait même alors d’intégrer le conseil de surveillance du groupe, sans pour autant vouloir en prendre le contrôle.

A cette date, certains analystes estimaient que les Qatariens pourraient faire peser une pression certaine, fût-elle amicale, sur Arnaud Lagardère, afin d’engager des coopérations plus poussées dans les domaines qui les intéressent.

Propriétaires du PSG, initiateurs de la chaîne en français Al-Jazira Sport, organisateurs de la Coupe du monde de football 2022, les Qatariens sont en effet en partie engagés dans les mêmes activités que le groupe Lagardère.

A noter également que QIA contrôle un peu plus de 6 % du capital d’EADS, 10,1 % des actions du London Stock Exchange et 17 % de Volkswagen. Il est actionnaire du Groupe Lagardère à hauteur de 12,83 %  comme le confirme Challenges en mars 2012.

- Première visite à Paris du Premier ministre qatari le 15 novembre 2015

Les hasards de calendrier faisant décidément bien les choses ces dernières semaines, cheikh Abdallah ben Nasser Al-Thani, le Premier ministre qatari et ministre de l’Intérieur du Qatar s’est rendu en France le dimanche 15 novembre 2015 pour une visite officielle de trois jours, et ce, « en dépit des attentats », selon les termes officiels.

A noter que le chef du gouvernement qatari était accompagné d’une importante délégation.  Il s’agit de la première visite officielle de cheikh Abdallah en France et même de son premier déplacement dans un pays européen. Samedi, l’émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al-Thani, a envoyé un message de condoléances au président François Hollande à la suite de “l’attaque terroriste” qu’il a sévèrement “condamnée”.

Quelques jours auparavant, une source diplomatique française avait indiqué que cheikh Abdallah ben Nasser Al-Thani devait notamment participer au salon de la sécurité intérieure des Etats (Milipol), organisé alternativement à Paris et à Doha.  Vaste sujet … on ne peut plus d’actualité …

A noter enfin que Paris et Doha entretiennent d’étroites relations diplomatiques et commerciales. L’émirat, qui partage des champs gaziers en offhsore avec l’Iran a ainsi effectué l’achat en mai 2015 de 24 avions de combat français Rafale, pour un montant de 6,3 milliards de d’euros.

- Le Qatar fortement soupçonné de financer Daesh

S’exprimant sur ZDF, la chaîne de télévision publique d’Allemagne, le ministre allemand de l’Aide au Développement, Gerd Müller, a accusé explicitement, le 20 août 2014 l’émirat du Qatar d’être derrière le financement des terroristes de l’ « Etat Islamique » (EI). S’interrogeant sur «qui finance ces troupes?», il a à la suite ajouté :  «je pense au Qatar».

Dans un communiqué de presse, le parti UPR  note quant à lui que ce membre du gouvernement d’Angela Merkel donne ainsi du crédit aux rumeurs insistantes, étayées sur des indices de plus en plus nombreux, qui circulent dans les milieux du renseignement et sur les réseaux sociaux, et qui font état de liens étroits des terroristes de l’EI avec le Qatar, mais aussi avec les États-Unis et les pays occidentaux. L’UPR demandait alors au gouvernement d’expliquer aux Français ce qu’il sait – grâce à ses services de renseignement et à ceux des Allemands –, des liens entre son allié l’émir du Qatar et les terroristes de l’EI.

Lors d’un point de presse gouvernemental tenu à Berlin, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Martin Schäfer, avait quant à lui été interrogé, par les journalistes présents, sur la déclaration sensationnelle du ministre de l’Aide au développement, Gerd Müller, au sujet du Qatar. Répondant très exactement ceci : « L’Allemagne a de bonnes et amicales relations, avec le Qatar acteur régional majeur»,  ajoutant que «les propos de M. Müller ont donné lieu à une discussion entre le gouvernement qatari et l’ambassade d’Allemagne à Doha. »

Dans le cadre de cette entrevue, l’Allemagne a déclaré « au gouvernement du Qatar » qu’elle considérait leur pays « comme un partenaire » avec lequel « elle travaille dans différents domaines, même si sur certaines questions, elle ne partage pas toujours le même avis.»

Martin Schäfer ajoutant : « Nous regrettons qu’il ait pu y avoir une incompréhension ». S’exprimant tout particulièrement au sujet des allégations de financement, il a simplement déclaré : « Je ne suis pas au courant de telles informations ». « Le ministre a fait allusion à des informations de presse et n’a pas formulé d’accusations concrètes.» Sans s’étendre davantage sur le sujet, sans présenter de quelconques excuses et sans préciser non plus que les suppositions du ministre allemand sont dénuées de tout fondement.

Le 13 août 2014, reprenant une analyse du quotidien Nezavissimaïa Gazeta, l’agence de presse russe  Ria Novosti, avait également dénoncé à son tour le fait que les terroristes de EI bénéficient en réalité d’un soutien financier, matériel et militaire pratiquement illimité du Qatar, et indirectement des États-Unis et de l’UE.

Après avoir rappelé que « les organisations terroristes islamistes, comme Al-Qaïda ou les talibans, ont été créés par la CIA, le Pentagone et le département d’État », les médias russes soulignaient ainsi ,  « qu’avec le consentement silencieux, voire parfois le soutien direct de Washington et de ses alliés occidentaux et régionaux, le terrorisme international se répand sur la planète, représentant une menace toujours plus importante pour l’humanité. »

Lors du sommet du G20, qui s’est tenu du 14 au 16 novembre dernier en Turquie, soit le lendemain des attentats perpétrés à Paris, le président russe Vladimir Poutine a souligné que la Russie avait présenté des exemples de financement des terroristes par des personnes physiques venant de 40 pays, y compris des pays-membres du G20.

Lors du sommet «j’ai donné des exemples basées sur nos données du financement de Daesh par des individus privés. Cet argent vient de 40 pays, parmi lesquels participent des pays-membres du G20», a ainsi précisé Vladimir Poutine. Lequel a également évoqué la nécessité urgente d’empêcher la vente illégale de pétrole, laquelle rentre pour une bonne part dans le financement de Daesh comme nous l’indiquions dans un précédent article.

Au final, si l’« État islamique » et les terroristes d’Al Nosra-Al Qaïda sont officiellement combattus, de plus en plus d’éléments laissent à croire qu’ils sont en réalité soutenus discrètement, par Washington et ses vassaux.

On ne peut ainsi que s’étonner que les « frappes aériennes » occidentales contre ces mouvements aient obtenu si peu de résultats depuis plusieurs semestres, alors qu’elles étaient venus à bout de l’armada irakienne de Saddam Hussein en 3 semaines. Rappelons ainsi que la guerre contre l’Irak a été déclarée par George W. Bush le 20 mars 2003 et que Bagdad est tombée le 12 avril de la même année.

Mais tout ceci dans quel but me direz-vous ?

- Le terrorisme pour faire régner un chaos aux intérêts stratégiques ?

On ne peut s’empêcher comme je l’ai déjà fait auparavant, lors de l’attentat visant Charlie Hebdo, de repenser au monde de Globalia vu par Jean-Christophe Rufin, ancien Ambassadeur de France au Sénégal soupçonnant – certes dans une version romanesque permettant de rendre son raisonnement plus digeste – ni plus ni moins que le terrorisme soit désormais devenu l’arme suprême de l’oligarchie mondiale. Il est vrai que tous les ingrédients semblent de plus en plus réunis … aussi machiavéliques soient-ils …

Car en soufflant le chaud et le froid sur Daesh et l’Etat islamique – la partie immergée de l’iceberg étant toujours la plus dense, Washington pourrait être tenté de détruire des pays tels que la Syrie  en y faisant régner une situation de chaos chronique, contexte idéal pour pouvoir piller les matières premières de la région et surtout affaiblir les puissances régionales de manière à freiner voire rendre impossible tout projet pétrolier et gazier – d’exploitation ou de transit – concurrençant les vues occidentales.

- Encore de fortes odeurs de pétrole et de gaz ?

Rappelons en effet que Syrie, Iran  et Irak ont signé en juillet 2011  un « mémorandum d’entente » pour la construction d’un gazoduc qui, d’ici 2016, devrait relier le gisement iranien  de South Pars, le plus grand du monde, à la Syrie et à la Méditerranée. Plusieurs sociétés européennes devraient être associées à l’exploitation de ce “gazoduc islamique”.

Au final, la Syrie où a été découvert notamment un important gisement près de Homs, pourrait ainsi devenir un noeud de transit de couloirs énergétiques, offrant une alternative aux réseaux de gazoducs qui traversent …. la Turquie et à d’autres réseaux de pipelines …. contrôlés par les majors pétrolières US et européennes.

Le projet Iranien de gazoduc “gaz islamique” ou “Islamic Gas Pipeline ” d’un coût estimé à 10 Milliards de dollars devrait ainsi traverser l’Irak et la Syrie afin de proposer des livraisons de gaz liquéfié en Europe via les ports méditerranéens de Syrie. D’une longueur de 5.600 km, ses capacités pourraient permettre le transport de 35 Milliards de m³ de gaz par an.
A terme, le Liban, l’Irak, la Jordanie et la Syrie pourront se raccorder à ce gazoduc. Chose qui déplaît fortement aux Etats-Unis et à leurs alliés occidentaux, qui veulent garder la main-mise sur ce gaz, leur “défaite” sur le projet parallèle du gazoduc Nabucco leur restant encore en travers de la gorge. La Turquie ayant quant à elle tout à perdre de ce nouveau pipeline contournant son territoire.

En juillet 2011, les analystes indiquaient d’ores et déjà que la signature de l’accord sur le « gazoduc islamiste » pouvait être vue comme un échec de la stratégie américaine d’isolement de la Syrie, et comme un geste d’indépendance du gouvernement irakien de Nouri al-Maliki, en place depuis décembre 2010, à quelques mois du retrait des dernières troupes américaines.

- Le terrorisme, la stratégie du choc pour créer un monde presque parfait ?

Les Etats-Unis pourraient être également tentés de mettre en scène un « Choc des Civilisations » en présentant aux opinions publiques occidentales un ennemi qui pourrait se révéler au final bien utile pour asseoir leur pouvoir  …. et surtout ne pas le perdre.
Or, comme l’exprime lui-même Jean-Christophe Rufin dans son livre Globalia, la recette « miracle » pour assurer la cohésion, c’est la peur. Laquelle est agitée via trois « leviers » : le terrorisme, les risques écologiques et la paupérisation. Cela ne vous rappelle rien ?

L’absence d’ennemi  peut en effet être vue comme un facteur important d’explosion sociale, la peur de l’autre, de la mort et du ciel qui peut nous tomber sur la tête, pouvant assurer a contrario une cohésion.

Dans Globalia, les burocrates du BIM (Bureau d’identification de la menace), chargés de l’application concrète du slogan «La surveillance, c’est la liberté» tentent alors de trouver une « solution » …. «Un bon ennemi est la clef d’une société équilibrée », explique ainsi l’énigmatique et tout puissant Ron Altman dont nous nous apercevrons au final qu’il est loin d’être éloigné du monde de la finance planétaire désormais aux mains d’oligarques prêts à tout pour assurer leur pouvoir. Sa stratégie sera alors bâtie autour d’un axe  : la création d’un «Nouvel Ennemi».

Stratégie à rapprocher du bombardement médiatique de nos pensées, gavées sans répit des atrocités commises par l’EI ou Al Nosra, entretenant la peur, l’effroi et la haine dans les opinions publiques. Le terrorisme, devenant alors également une nouvelle arme de choix pour implanter une dictature de masse, en désignant des « ennemis intérieurs » et en supprimant les unes après les autres toutes nos libertés publiques.

Elisabeth Studer – 22 novembre 2015 – www.leblogfinance.com

Dernière mise à jour : 13 novembre 2016
(modification des dates relatives en dates absolues)

A lire également :

Charlie Hebdo : décès de Bernard Maris, conseiller général de la Banque de France, homme engagé contre l’euro et l’annulation de la dette

Charlie Hebdo : quand Visa pour l’Image redoutait que nouveau modèle économique et concentration ne portent atteinte au pluralisme

Charlie Hebdo : quand l’Algérie mettait en place une formation des imams pour lutter contre l’infiltration des mosquées à quelques mois des présidentielles

Égypte : quand le Wall Street Journal souhaitait l’émergence d’un Pinochet … remake de la stratégie de choc des Chicago Boys ?

Coup de feu près du Congrès US en plein shutdown :  Obama appliquerait-il la stratégie du choc  aux USA ?

Attentat de Boston :  opportunité pour Obama de justifier le totalitarisme controversé du NDAA ?

Partager cet article

Article de

43 commentaires

    • Henri Thibodeau 22 novembre 2015 à 19:51

      Ce qui est encore plus intéressant, c’est qu’on commence à scruter très rapidement la version officielle des événements…

  1. Elisabeth Studer 22 novembre 2015 à 14:44

    Decisions are based on a dual consultation process: limited partners in the Annual Meeting and the general partners. The general partners of Lagardère SCA are Arnaud Lagardère and ARCO, a public limited company. There are more than 70,000 limited partners, of whom the largest are Qatar Holdings and Lagardère Capital et Management, held by Arnaud Lagardère, which employs the group’s senior executives.

    http://www.lagardere.com/investor-relations/questions–answers-432.html&theme=2797

  2. ES 22 novembre 2015 à 20:43

    merci bcp henri Thibodeau
    oui, en fait, l’analyse de la version officielle nous donne également des éléments copte-tenu de la dialectique employée notamment.
    merci encore

  3. Elisabeth Studer 23 novembre 2015 à 10:29

    Le Qatar devient le premier actionnaire de Lagardère
    Le fonds d’investissement Qatar Holding LLC est monté à plus de 10 % du capital du groupe.
    SOURCE AFP
    Publié le 29/12/2011
    Le Qatar possédait déjà un peu plus de 7 % du capital de Lagardère. Le Qatar possédait déjà un peu plus de 7 % du capital de Lagardère.

    Le Qatar, via son fonds d’investissement Qatar Holding LLC, est devenu le premier actionnaire du groupe de médias Lagardère, en nombre d’actions, en portant sa participation à plus de 10 % du capital. Déjà actionnaire du groupe, l’émirat a accru son investissement et possède désormais 10,07 % de son capital et 7,87 % de ses droits de vote, selon un avis de l’Autorité des marchés financiers (AMF) publié jeudi. Aucun responsable de Lagardère n’était disponible pour commenter l’opération, qui a entraîné une hausse de 2,46 % du titre en Bourse.
    Ce franchissement du seuil des 10 % du capital résulte d’une acquisition d’actions Lagardère hors marché. La holding qatariote possédait déjà un peu plus de 7 % du capital de Lagardère, selon le décompte de l’agence Bloomberg. Arnaud Lagardère, le fils du fondateur Jean-Luc Lagardère, détenait fin 2010 9,62 % du capital et 14,01 % des droits de vote, selon le rapport annuel. Cette montée au capital du fonds d’investissement qatarien ne devrait pas avoir d’incidence sur la gouvernance du groupe, dont la structure juridique est celle d’une société en commandite par actions. Ce dispositif permet à Arnaud Lagardère d’exercer la réalité du pouvoir au sein du groupe en dépit de la relative faiblesse de sa participation.
    Spéculations
    Les actionnaires qatariens “sont les amis de Jean-Luc Lagardère, ils sont en train de verrouiller le capital en faveur du fils”, estime pour sa part le financier franco-américain Guy Wyser-Pratte. Celui-ci avait vu deux de ses résolutions rejetées lors de l’assemblée générale d’avril 2010 de Lagardère, notamment son entrée au conseil de surveillance, laissant ainsi les mains libres à Arnaud Lagardère, gérant commandité de la société, dont la stratégie était remise en cause par le financier américain. “Le cours n’arrête pas de chuter depuis le vote de 2010″, a-t-il ajouté, soulignant que c’était donc un bon moment pour acheter pour le Qatar.

    Par ailleurs, l’opération ne devrait pas manquer de relancer les spéculations sur l’appétit du Qatar pour EADS, dont Lagardère est actionnaire à 7,5 %. L’émirat s’était déclaré, en septembre, prêt à “étudier de près” une entrée au capital d’EADS, “si une telle opportunité se présentait”, par la voix du patron de Qatar Holding, Ahmad Mohamed Al-Sayed. Le capital d’EADS appartient pour 15 % à l’allemand Daimler, qui détient 22,5 % des droits de vote. L’État français en possède également 15 %, et l’État espagnol 5,5 %, tandis que près de 50 % de son capital est flottant.
    La stratégie du groupe Lagardère, qui s’est notamment diversifié dans le sport et a réduit son exposition au secteur des médias, ne fait pas l’unanimité au sein des analystes. Le groupe a révisé en novembre une nouvelle fois à la baisse ses prévisions annuelles, après avoir enregistré un recul de 5,8 % de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, à 1,98 milliard d’euros, à la suite de la cession de certains actifs. Le Qatar s’est illustré récemment dans le monde sportif en prenant le contrôle du club de football Paris-Saint-Germain.

  4. Elisabeth Studer 23 novembre 2015 à 10:39

    A lire article et COMMENTAIRES … en attente de la synthèse
    http://www.leblogfinance.com/2015/10/total-de-nouveau-en-piste-a-chypre-en-cooperation-avec-legypte-nouvel-acquereur-des-mistral.html

    ou pourquoi la France attaquée après la Russie

  5. Elisabeth Studer 24 novembre 2015 à 00:43

    Mercredi, les Eagles of Death Metal, dont les ventes de disques explosent, sont sortis de leur silence sur les réseaux sociaux. “Bien qu’unis dans la douleur avec les victimes, les fans, les familles, les Parisiens et tous ceux touchés par le terrorisme, nous sommes fiers d’être debout ensemble, avec notre nouvelle famille, désormais unie dans le but commun que sont l’amour et la compassion”, ont-ils souligné avant d’adresser leurs condoléances aux victimes de la tuerie dont leur chargé du merchandising, Nick Alexander et trois membres de leur maison de disques Universal, Thomas Ayad, Marie Mosser et Manu Perez. (Closer)

    IsraPresse : Le groupe de rock américain Eagles of Death Metal, dont le concert a été la cible d’une attaque terroriste à Paris, a prévu de retourner en Terre sainte cet été. En juillet dernier, le groupe s’était produit dans un club de Tel-Aviv, et après des discussions avec le producteur Shouki Weiss, les membres ont promis de revenir l’été prochain.

    Plus de 80 fans du groupe ont été massacrés en plein concert par des terroristes de l’État islamique dans la salle du Bataclan dans la capitale française.

    Le groupe a publié sur son Facebook : « Nos pensées accompagnent toutes les personnes impliquées dans cette situation tragique. Les mauvaises nouvelles sont arrivées dans la soirée: trois membres de l’équipe ont été tués dans l’attaque terroriste. »

    Réputé pour être « rebelle », le groupe Eagles of Death Metal, a été fondé dans les années 90. Les chanteurs ont quand même tenu à donner un concert dans la Ville blanche malgré les pressions du mouvement BDS qui milite activement pour le boycott d’Israël.

    D’après le site Ynet, le chanteur Jesse Hughes a avoué au public durant le concert de l’an dernier, que le groupe avait reçu une lettre de l’ancien chanteur de Pink Floyd, Roger Waters, leur demandant de ne pas se produire dans le pays.

    « Et vous voulez savoir ce que je lui ai répondu en quatre mots ? « Allez vous faire voir ! » Personne ne m’empêchera de retrouver mon public, ici à Tel-Aviv », a t-il lancé à ses fans.

    M.A

    Source: IsraPresse (Copyrights)

  6. retrouvé le retour 24 novembre 2015 à 15:33

    Nous sommes imprégnés par un concept qui ne vient pas de très loin, c’est l’idée de laïcité.
    La religion ne trouve sa place que dans la sphère privée
    Que le Moyen Orient soit infesté d’états religieux débiles c’est une chose, que l’avenir soit dans cette direction, c’est fort peu probable.
    A propos de ce qu’il avait fait entre 1940 et 45 avec ma mère, mon grand père disait : “J’ai protégé l’Homme”.
    Ceux qui s’agitent pour couper l’électricité dans leur immeuble le vendredi soir !! Ceux qui veulent porter ou faire porter toutes sortes de costumes, ou les faire porter aux femmes n’ont aucun avenir !!

  7. Elisabeth Studer 24 novembre 2015 à 16:07

    sauf que les masses moutonnisent …. :-(

  8. retrouvé le retour 24 novembre 2015 à 20:10

    On verra certainement pas très longtemps le “moutonnisage”. Nous sommes à un tournant, nous allons vers une crise économique monstrueuse avec énormément de population “en ville” et une quantité de monnaie balancée par “triche”, sous forme de QE ou par augmentation des valeurs boursières totalement inédite.
    Attache ton air bag ES !!

  9. Elisabeth Studer 24 novembre 2015 à 20:12

    oui, on attache, on attache, ca pete de partout !!!

    Attentat contre la garde présidentielle à Tunis: 14 morts

    Au moins 14 personnes ont été tuées mardi dans une explosion contre un bus de la sécurité présidentielle dans le centre-ville de Tunis, a indiqué le porte-parole de la présidence de la République. Il a affirmé qu’il s’agissait d’un “attentat”.

    “Quatorze personnes sont mortes et 11 ont été blessées” dans cette explosion qui s’est produite en fin d’après-midi près de l’une des principales artères de la capitale, a dit Moez Sinaoui. “Je confirme l’explosion à bord d’un bus de la sécurité présidentielle. C’est un attentat”, avait-il auparavant déclaré.

    Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Walid Louguini, avait auparavant évoqué un bilan encore provisoire de 11 morts sur la première chaîne de la télévision publique. Une journaliste de l’AFP a pu voir un bus en partie calciné près de l’avenue Mohamed V, à proximité d’un croisement qui a été bouclé.

    De nombreuses ambulances, les pompiers et les forces de l’ordre se trouvaient sur place, d’après la même source. Plusieurs personnes étaient en pleurs. “La plupart des agents qui se trouvaient dans le bus sont morts”, a déclaré une source de sécurité sur place.

    Le ministère de l’Intérieur n’était pas en mesure de préciser combien de personnes se trouvaient à bord du véhicule. Un employé de banque du secteur a affirmé à l’AFP avoir entendu “une forte explosion” et avoir alors “vu le bus en feu”.

    La Tunisie a été confrontée à plusieurs attaques djihadistes au cours de l’année écoulée, dont deux attentats sanglants contre le musée du Bardo à Tunis en mars et contre un hôtel près de Sousse fin juin, qui ont fait 60 morts.

    (ats / 24.11.2015 18h43)

  10. Elisabeth Studer 24 novembre 2015 à 21:16

    La dette publique US a atteint 65.000 mds USD

    Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/economie/20151109/1019400749/washington-dette-budget.html

    Un tel bilan a été fait par l’ex-dirigeant du Government Accountability Office américain en calculant la somme de toutes les obligations non capitalisées du pays.

    L’ex-dirigeant du Government Accountability Office (GAO) des Etats-Unis Dave Walker a déclaré qu’actuellement la dette publique du pays a atteint près de 65.000 milliards de dollars au lieu des 18.500 déclarés, rapporte lundi l’hebdomadaire américain The Hill.
    “Si vous rajoutez les pensions civiles et militaires non capitalisées à ces 18.500 milliards et des services de santé pour les retraités, les déficits supplémentaires dans le domaine de la sécurité sociale et l’assurance médicale d’Etat, ainsi que différentes obligations et les dépenses imprévues du gouvernement fédéral, le chiffre réel sera estimé à près de 65.000 milliards, et il augmente automatiquement en l’absence de réformes”, a-t-il déclaré.
    M. Walker, qui avait été à la tête du Government Accountability Office à l’époque de la présidence de Bill Clinton et George Walker Bush, a rajouté que la dette publique qui ne cesse d’augmenter empêche les Etats-Unis de réaliser telles ou telles initiatives en matière de politique intérieure tout comme de politique étrangère.
    Plus tôt, le président américain Barack Obama avait signé un budget pour l’année 2016, en protégeant ainsi le système financier du pays de l’effondrement qui pourrait surgir si le plafond de la dette publique n’était pas relevé.

  11. Elisabeth Studer 25 novembre 2015 à 20:50

    si vous avez regardé l’émission sur Arte hier soir , cela ne devrait pas trop vous surprendre …

    Pluies et inondations perturbent l’activité au Qatar et en Arabie saoudite

    Doha – De fortes précipitations se sont abattues sur le Qatar et l’Arabie saoudite, inondant des routes et provoquant la fermeture d’écoles et même de l’ambassade des Etats-Unis mercredi à Doha.

    Les inondations les plus spectaculaires se sont produites dans le royaume saoudien, mais une pluie incessante durant la nuit a aussi rendu de nombreuses routes impraticables dans le petit émirat du Qatar.

    De fortes précipitations –jusqu’à 80 mm selon les services météorologiques– se sont abattues sur la région de l’aéroport international Hamad, près de la capitale Doha, mais n’ont pas interrompu le trafic aérien.

    Il a plu en quelques heures plus que pendant toute une année au Qatar, la moyenne annuelle étant de 74 mm, selon la Banque mondiale.

    Des informations sur les réseaux sociaux ont fait état d’une fuite d’eau dans le terminal de l’aéroport Hamad, ouvert l’année dernière et qui a coûté 17 milliards de dollars.

    L’ambassade des Etats-Unis à Doha a été affectée par les eaux et a indiqué que ses bureaux seraient fermés mercredi.

    En raison de conditions météorologiques défavorables, l’ambassade américaine sera fermée, a indiqué la chancellerie sur Twitter. L’ambassadrice Dana Shell Smith a conseillé aux Américains de rester chez eux.

    Le ministère qatari de l’Intérieur a appelé les automobilistes à la prudence.

    Le Qatar connaît des chaleurs torrides en été, ce qui a poussé les organisateurs de la Coupe du monde de football de 2022 à repousser aux mois de novembre et décembre ce Mondial prévu dans l’émirat.

    En Arabie saoudite, la capitale Ryad a subi mercredi, pour la deuxième journée consécutive, de fortes précipitations, avec des rues totalement inondées et des automobilistes abandonnant leurs véhicules endommagés par les eaux.

    Environ dix voitures ont été englouties sous deux mètres d’eau sous un pont autoroutier dans le district de Labban, dans l’ouest de Ryad, selon un photographe de l’AFP.

    Des travailleurs municipaux ont drainé l’eau accumulée dans les rues à l’aide de camions-citernes.

    La défense civile a indiqué que 72 voitures avaient été retirées des eaux à travers la ville et tous leurs occupants secourus.

    Mais une personne a été retrouvée morte à Rimah, au nord de Ryad, selon la défense civile.

    Les artères du centre de la capitale étaient dégagées, mais la circulation était lente.

    Des rues secondaires étaient en revanche inondées dans cette ville située en plein désert et comptant 5,7 millions d’habitants.

    D’autres régions du royaume, notamment celle de Qassim, au nord de Ryad, étaient également affectées par les pluies.

    Au moins huit personnes ont péri la semaine dernière dans des inondations qui ont frappé l’ouest de l’Arabie saoudite.

    (©AFP / 25 novembre 2015 14h48)

  12. Elisabeth Studer 26 novembre 2015 à 01:12

    A part que l’un des 3 actionnaires du bataclan etait jusqu’au 15 septembre 2015 ….. président du Prodiss ….

    et mes confrères journalistes, bougez vous un peu !!!

    Avant le 13 novembre, les producteurs, diffuseurs et gérants de salles de spectacles (réunis au sein du Prodiss) avaient-ils été avertis d’une menace imminente sur un spectacle ou une salle de concert ? Un signal d’alerte existait pourtant, et date de cet été.

    “Une cible facile”

    Le 11 août, un djihadiste français du nom de Reda Hame était interpellé à son retour de Syrie. Cet homme, qui s’était entraîné à Raqqa, la capitale de l’Etat islamique, sans doute au sein de la « katiba » (brigade) francophone, avait été vraisemblablement envoyé en France par Abdelhamid Abaaoud, futur architecte des attentats de Paris. Abaaoud aurait demandé à Hame de viser « une cible facile », comme « une salle de concert, pour faire le maximum de victimes », comme Hame l’a reconnu devant le juge anti-terroriste Marc Trévidic, alors encore en poste à Paris.

    “Pas au courant”

    Cette alerte sur une salle de concert a-t-elle été suffisamment prise au sérieux à ce moment-là ? A-t-elle été l’objet d’une transmission par la justice et le ministère de l’Intérieur aux professionnels du spectacle ? Au Prodiss hier, lors de leur première conférence de presse après la tragédie, plusieurs membres nous ont affirmés qu’ils n’étaient « pas au courant » d’une telle menace, ou que s’ils l’avaient « peut-être lu dans la presse », personne en tout cas du ministère de l’Intérieur, ou du renseignement intérieur, ne les avait contactés à ce sujet. Auraient-ils pu alors prendre plus de mesures de sécurisation autour des salles ? « Nous avions de toute façon anticipé ce risque et renforcé notre protection depuis l’attentat de Charlie Hebdo », assure François Missonnier, vice-président du Prodiss en charge des festivals et directeur de Rock en Seine.

    “L’heure n’est pas à la polémique”

    La préfecture de Paris avait donné des directives aux salles depuis septembre, nous confirmait juste après les attentats, Fred Voirin, programmateur au Café de la Danse. « Le plan Vigipirate était renforcé dans tous les lieux culturels. Nos agents de sécurité appliquaient déjà depuis plusieurs semaines une fouille systématique des sacs, et des vêtements, on avait renforcé notre vigilance ». Mais hier, au Prodiss, « l’heure n’est pas à la polémique avec le ministère de l’Intérieur », a jugé fermement Guy Marseguerra, son président.
    ————–
    cf. écidément, beaucoup de choses ont changé en cette mi-septembre 2015, puisque c’est le 14 septembre 2015 que l’Assemblée générale du Prodiss (Syndicat des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle) s’est réunie à Berlin, pour élire les représentants qui siégeront dans les nouvelles instances de gouvernance du syndicat. C’est dans ce cadre que Guy Marseguerra a été élu président du Prodiss, succédant à Jules Frutos, dont le mandat est arrivé à échéance après 9 ans passés à sa tête.

  13. Elisabeth Studer 26 novembre 2015 à 01:17

    on nous prend vraiment pour des c………… :-(

  14. retrouvé le retour 26 novembre 2015 à 17:33

    “La dette publique US a atteint 65.000 mds USD” Alors combien par habitant, en mesurant le PIB bidon actuel puis en prenant en compte une chute du PIB comparable à ce qui a été imposé à la Grèce.
    La pagaille financière qui se prépare est inédite !! Il existe des moyens faciles pour calculer que tout $ en poche va être un trou pour son porteur.
    Les chaines comme la 5 et la 7 vont suivre leurs maîtres.

  15. retrouvé le retour 27 novembre 2015 à 19:03

    Et nos collectivités née de la loi Roccard ? Qui va payer ES probablement !!
    L’incendie du 5/7 a donné de bonnes idées à ceux qui étaient accrochés au manche de l’état ! Il avait été facile d’accuser le seul maire en évitant de mettre en cause le préfet !! ( même le secretaire général avait pu être protégé !) Les coupables désignés d’avance aux victimes, tout était parfaitement huilé !!! Mais l’idée de “responsabiliser” les pingouins était là ! et voilà le résultat:
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/11/27/20002-20151127ARTFIG00136-emprunts-toxiques-la-dette-des-collectivites-se-creuse-encore.php

  16. ES 27 novembre 2015 à 23:21

    et que bingo !!!!!!!!!!!!!!

    Etat d’urgence: la France prévient qu’elle dérogera à la convention européenne des droits de l’Homme

    Strasbourg – La France a informé le Conseil de l’Europe de sa décision de déroger à la convention européenne des droits de l’homme, du fait de l’adoption de l’état d’urgence après les attentats de Paris, a annoncé l’organisation paneuropéenne dans un communiqué.

    Les autorités françaises ont informé le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjorn Jagland, d’un certain nombre de mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence instauré à la suite des attentats terroristes de grande ampleur perpétrés à Paris. Ces mesures sont susceptibles de nécessiter une dérogation à certains droits garantis par la convention européenne des droits de l’homme.

    Cette dernière reste cependant en vigueur en France et certains de ces droits ne pourront tolérer de dérogation, a prévenu le Conseil de l’Europe, notamment le droit à la vie et l’interdiction de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants.

    De même, l’interdiction de l’esclavage et le principe affirmé à l’article 7 — pas de peine sans loi — ne peuvent faire l’objet de dérogations.

    La notification de cette dérogation est prévue à l’article 15 de la convention européenne des droits de l’homme: en cas de guerre ou d’autre danger public menaçant la vie de la nation, un Etat signataire peut prendre des mesures dérogeant aux obligations de la convention, sous réserve d’en informer le Conseil de l’Europe.

    Il ne revient pas pour l’instant à l’organisation paneuropéenne de se prononcer sur le bien-fondé de cette démarche de la part de la France. En revanche, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), garante de la convention, pourra se prononcer sur la validité de cette dérogation, lorsqu’elle sera saisie de requêtes précises, alléguant d’éventuelles atteintes, par la France, aux droits fondamentaux.

    L’état d’urgence a été proclamé en France le soir des attentats meurtriers du 13 novembre à Paris et Saint-Denis (130 morts et plus de 350 blessés). Prolongé jusqu’à fin février par le Parlement, il donne à la police de nouveaux pouvoirs, sans passer préalablement par un juge, notamment pour les perquisitions ou la surveillance électronique de personnes.

    Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait rappelé jeudi que l’état d’urgence n’était pas l’abandon de l’Etat de droit parce que l’Etat de droit le prévoit.

    Il faut faire très attention à la manière dont sont mises en oeuvre les conditions de l’état d’urgence, avait souligné le ministre.

    (©AFP / 27 novembre 2015 12h44)

  17. retrouvé le retour 28 novembre 2015 à 00:23

    L’état de “rigolade” va faire fonctionner le commerce et surtout le tourisme, ça c’est sur !!
    Pas assez de déficits !! Une armée qu’on ne pourra plus payer bientôt !! et qui parade avec des armes comme en pleine guerre d’Algérie !!

  18. Elisabeth Studer 28 novembre 2015 à 19:53

    Une armée qu’on ne pourra plus payer bientôt ! : c’est deja fait …
    bcp de retard dans paiement des salaires. retard que l’etat d’urgence justifie désormais

  19. retrouvé le retour 28 novembre 2015 à 21:20

    Donc il faudra dire à l’armée combien chaque français lui doit et Fabius et Sarko lui diront de se servir !!
    Concrètement on rétablira les “dragonnades” comme sous le roi soleil, en anglais c’est le self service comme en Irak !!

  20. ES 28 novembre 2015 à 23:07

    c’est cela
    ca va etre super la France
    + les gendarmes qui vont mettre des radars partout pour toucher leurs primes
    un vrai régal !!!

  21. retrouvé le retour 28 novembre 2015 à 23:43

    Non ES les “primes” seront pour le “privé”. On va droit vers la ferme générale. Un privé rachète la dette de l’état et se sert sur la bête !!

  22. Elisabeth Studer 28 novembre 2015 à 23:54

    ah oui, pas bete du tout
    de toute facon, effectivement les primes des gendarmes ne seront pas versées non plus

    je pense egalement que police va etre aux mains de sociétés privées …. financées par le qatar ? ;-)

  23. Elisabeth Studer 28 novembre 2015 à 23:55

    ah oui, pas bête du tout
    de toute façon, effectivement les primes des gendarmes ne seront pas versées non plus …

    je pense egalement que police va etre aux mains de sociétés privées …. financées par le qatar ? ;-)

    c’est sur que le grand gagnant sera le privé …. et le fermtag a toutes les sauces …

  24. Elisabeth Studer 28 novembre 2015 à 23:57

    et personne n’a fait le rapprochement ???
    Milipol, le salon mondial de la sécurité intérieure des Etats
    Par Dominique Baillard
    Diffusion : jeudi 19 novembre 2015

    merci Dominique ;-)

  25. Elisabeth Studer 28 novembre 2015 à 23:57

    http://www.rfi.fr/emission/20151119-milipol-le-salon-mondial-securite-interieure-etats

    organisé le 19 novembre à paris !!
    il fallait le faire, non ?

  26. retrouvé le retour 29 novembre 2015 à 00:38

    http://www.lorientlejour.com/article/957522/-mon-usine-etait-le-quartier-general-de-letat-islamique-a-alep-.html

    Sur un site francophone posé sur le sol US (cad de droit guantanamosque !! :) )
    Voici ce que l’on dit !! Ceux qui sont à l’origine des tueries et de la destructions d’états laïcs pour en faire des micro états religieux extrémistes qui nous assassinent vont passer à la caisse et devant un Vrai Tribunal International . ( Ex : Fabius le Pinocchio bavard de : “Assad ne mérite pas d’être de ce monde”)

  27. Elisabeth Studer 29 novembre 2015 à 01:35

    aussi
    Quand l’Arabie et le Qatar deviennent des alliés encombrants pour la France…
    l’orient le jour 27 /11/ 2015
    L’Arabie saoudite et le Qatar, deux alliés de la France, rejettent tout lien politique ou financier avec l’organisation État islamique (EI) qui a revendiqué les attentats meurtriers de Paris, mais de riches donateurs du Golfe ont contribué à la montée en puissance du groupe jihadiste, estiment des experts.
    « Cette question du financement place la France dans une situation inconfortable, au moment où elle a déclaré la guerre au terrorisme », note l’expert algérien Hasni Abidi, basé à Genève. Arabie saoudite et Qatar démentent catégoriquement toute relation avec les extrémistes de l’EI et combattent officiellement l’organisation. Ils se sont ainsi joints en 2014 à la campagne aérienne conduite par Washington en Syrie, et le Qatar abrite le Centcom, le centre de commandement pour les opérations anti-EI.

    Quatre jours après les pires attentats qu’a connus la France (130 morts, 350 blessés), cheikh Abdallah ben Nasser al-Thani, le Premier ministre du Qatar, était reçu à l’Élysée, et assurait le président François Hollande de son « plein soutien » dans la lutte contre les jihadistes.
    Le matin même, le Premier ministre Manuel Valls était interrogé sur d’éventuels liens entre les monarchies du Golfe et l’EI. « Le pouvoir en Arabie saoudite, comme au Qatar, lutte contre Daech (acronyme arabe de l’État islamique). Ça c’est incontestable. Et je n’ai pas de raisons de douter aujourd’hui de l’engagement de ces deux gouvernements », affirmait-il sur la radio France Inter. Mais les grandes fortunes de ces monarchies du Golfe, sont-elles, elles aussi, exemptes de tout soupçon ? interrogeait la radio. « Reste la question de l’ensemble de ces financements… », convenait Manuel Valls, avant d’ajouter : « Nous ne pourrions accepter aucun élément qui participe au terrorisme contre nous. »

    La France entretient des relations d’« amitié » avec l’Arabie saoudite, un pays qui, écrivait mercredi le journal Le Monde dans un éditorial, « finance le fondamentalisme sunnite à travers le monde ». Et entre la France et le Qatar, pays qui soutient les Frères musulmans, les liens sont étroits. L’émirat gazier a acheté en mai 24 avions de combat français Rafale, pour 6,3 milliards d’euros.

    « C’est la radicalisation de Daech qui compliqué la situation… »
    Dès 2010, le site WikiLeaks avait porté le couteau dans la plaie, sur cette question des financements, en publiant une note diplomatique américaine qui affirmait : « Les donateurs (privés) en Arabie saoudite demeurent la principale source mondiale de financement de groupes terroristes sunnites. » À l’époque, cette note visait surtout el-Qaëda, dont la branche irakienne est à l’origine de l’EI. Elle dénonçait aussi le laxisme du Qatar et du Koweït, dans la lutte contre le financement des jihadistes. « Il n’y a pas de preuve crédible que le gouvernement saoudien soutient financièrement l’EI », qu’il considère comme une « menace directe » pour sa sécurité, écrivait l’an dernier l’analyste Lori Plotkin Boghardt, du Washington Institute. Mais les « donateurs du Golfe, dont les Saoudiens passent pour être les plus charitables, ont acheminé des centaines de millions de dollars en Syrie ces dernières années, notamment à l’EI et à d’autres groupes », ajoutait-elle. Ces aides financières passent notamment par la zakat, l’aumône légale chez les musulmans, des donations par des fondations islamiques, ou des personnes privées.

    « Il n’y a pas de financements directs de Riyad et Doha des groupes jihadistes. Mais il faut se souvenir qu’au début de la révolution syrienne, il y avait le feu vert de tout le monde pour donner de l’argent à l’opposition syrienne, toutes tendances confondues. C’est la radicalisation de Daech qui a compliqué la situation », note Hasni Abidi. « Aujourd’hui, l’Arabie saoudite et le Qatar condamnent Daech, qui les menace. Enfin, il faut noter que l’EI a moins besoin aujourd’hui de financements extérieurs », ajoute-t-il. « La valeur totale des donations externes à l’EI est minime, comparée aux autres sources de revenus », qui sont principalement le pétrole, soulignait en février un rapport de l’institution Financial Action Task Force. « La France et les Occidentaux ont besoin des pays du Golfe pour contrôler ces flux financiers », ajoute Hasni Abidi. « Il faut rechercher leur coopération et ne pas les braquer. »

  28. retrouvé le retour 29 novembre 2015 à 14:11

    “cheikh Abdallah ben Nasser al-Thani, le Premier ministre du Qatar, était reçu à l’Élysée, et assurait le président François Hollande de son « plein soutien » dans la lutte contre les jihadistes.”

    Ces pingouins se baladent sur notre territoire lourdement armés sans prévenir ni police ni gendarmerie. Ne faisant confiance qu’à eux mêmes. Il n’y a plus qu’à attendre qu’ils assassinent des membres de nos forces de l’ordre pour organiser une cérémonie hollandaise !!

  29. Elisabeth Studer 2 décembre 2015 à 01:59
  30. Elisabeth Studer 10 mars 2016 à 21:59

    plus qu’interessant …
    Le leader des Eagles of Death Metal accuse la sécurité du Bataclan de complicité

    Par Lefigaro.frMis à jour le 10/03/2016

    Le leader du groupe Eagles of Death Metal, Jesse Hughes, a lancé des accusations graves contre le Bataclan la nuit dernière sur la chaîne télévisée Fox Business. Selon lui, la salle de concert était au courant du carnage à venir le soir du 13 novembre, qui a fait 90 morts dans la salle.

    D’après le chanteur, les terroristes étaient déjà présents dans le Bataclan avant le début du concert, et il a sous-entendu que les agents de sécurité auraient pu être des complices.

    “Quand je suis entré dans les coulisses, je suis passé devant un gars qui était censé faire la sécurité et il ne m’a même pas regardé. (…) Je suis directement allé voir le gestionnaire et je lui ai demandé qui était ce type. Je lui ai dit que je voulais qu’on place un autre gars à sa place mais on m’a seulement répondu que d’autres gardes n’étaient pas encore arrivés. Ce n’est qu’après que j’ai découvert qu’il y avait six gardes, ou peut-être plus même, qui n’étaient pas venus du tout. (…) Il semble assez évident qu’ils avaient une raison de ne pas se présenter !”, raconte-t-il.

  31. Elisabeth Studer 10 mars 2016 à 22:01

    pour rappel :

    lors que dans son communiqué officiel relatif à son achat du Bataclan, le groupe Lagardère ajoutait que dès 2016, des travaux seront effectués pour améliorer les conditions d’accueil du public et des artistes, s’exprimant dans le journal Télérama, Dominique Revert, le co-gérant d’Alias Production, le concède lui-même : « que voulez-vous que fassent trois agents de sécurité face à des hommes armés de kalachnikov… ». Ajoutant : « comme la salle est très proche de l’entrée, il est plus facile d’y pénétrer qu’à l’Olympia où il y a un long couloir, ou au Trianon avec ses grands escaliers ».
    Le responsable de la sécurité du Bataclan, surnommé »Didi », était à l’entrée du Bataclan lorsque les premiers coups de feu ont été tirés, et raconte au Monde qu’il s’est immédiatement rué dans la salle pour prévenir les spectateurs. »Vite, vite, entrez, ça tire ! », prévient-il en les amenant vers l’issue de secours des toilettes. Il retourne ensuite dans la salle pour ouvrir une autre issue de secours, cette fois-ci située dans la loge. »Je devais être le seul à connaître la sortie de secours. Il fallait que je montre le chemin », explique-t-il au journal. Il ajoute également qu’avec « Manu, sans se concerter, on a couru vers les issues de secours. Lui est allé ouvrir celle à l’étage, moi je suis allé vers les toilettes. »
    A méditer et surtout à comparer avec les obligations légales concernant les ERP « Etablissement recevant du public », le Bataclan n’échappant pas à la règle … Ainsi, les bâtiments ou les locaux où sont installés les ERP « doivent être construits de manière à permettre l’évacuation rapide de la totalité des occupants. Ils doivent avoir une ou plusieurs façades en bordure de voies ou d’espaces libres permettant l’évacuation du public , l’accès et la mise en service des moyens de secours et de lutte contre l’incendie. »
    Or, comme le précise Le Monde, alors que le concert de Eagles of Death Metal a commencé depuis trente minutes, Didi était le seul agent présent ce soir-là devant les barrières de sécurité à l’entrée du Bataclan. Ses cinq autres employés sont placés dans d’autres endroits stratégiques de la salle.
    Sur le plan de la salle, on voit par ailleurs que les issues sont difficiles voire impossible à voir pour les spectateurs présents dans la fosse.

  32. Elisabeth Studer 11 mars 2016 à 01:25

    Attentats de Paris: le chanteur du Bataclan soupçonne les vigiles

    New York – Le chanteur du groupe de rock qui s’est produit au Bataclan au moment des sanglants attentats de Paris le 13 novembre, Jesse Hughes, estime que l’attaque a été préparée de l’intérieur de la salle de concert, exprimant des soupçons à l’encontre des vigiles.

    Ces accusations ont immédiatement été qualifiées d’insensées et diffamatoires par la salle de spectacles dans un communiqué publié à Paris.

    Jesse Hughes, le chanteur et guitariste des Eagles of Death Metal, a déclaré qu’il s’était très vite senti mal à l’aise quand il était arrivé au Bataclan le 13 novembre et qu’un vigile en coulisses l’avait évité du regard.

    Je ne l’aimais pas du tout. Et je suis allé voir le promoteur pour lui demander +qui c’est ce type? Je veux quelqu’un d’autre+, a raconté M. Hughes dans une interview diffusée mercredi soir sur la chaîne américaine Fox Business.

    Il m’a alors répondu que +certains vigiles ne sont pas encore là+. Et j’ai découvert finalement que six vigiles ne s’étaient jamais présentés, a poursuivi M. Hughes.

    Ca semble évident qu’ils (les vigiles) avaient une raison de ne pas venir, a-t-il dit.

    Le Bataclan a réagi en estimant que les déclarations insensées de M. Jesse Hughes sont à mettre sur le compte du lourd traumatisme subi.

    Une instruction judiciaire est en cours, a ajouté l’équipe de la salle. Nous souhaitons laisser la justice travailler sereinement.

    Tous les témoignages recueillis à ce jour démontrent le professionnalisme et le courage des équipes de sécurité, a-t-elle poursuivi, en soulignant que des centaines de personnes ont vraisemblablement été sauvées grâce à leur intervention.

    Alors que les rockeurs jouaient sur scène, des assaillants ont ouvert le feu, tuant 90 personnes.

    Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière parmi celles qui ont endeuillé Paris ce jour-là. Revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique, elles ont fait au total 130 morts et 350 blessés.

    Jesse Hughes a raconté qu’un des assaillants avait permis à trois fans de s’enfuir, y voyant une autre preuve que les tueurs connaissaient bien la salle parisienne.

    Le chanteur a évoqué une hypothèse similaire dans un entretien au magazine Vanity Fair, affirmant regretter de ne pas avoir suivi (son) instinct quand le preneur de son a repéré deux personnes dans la salle avant le concert qui avaient un comportement et un accoutrement atypiques pour des fans de rock.

    Hughes est connu pour ses prises de position droitières, atypiques dans le monde du rock, défendant par exemple le port d’armes aux Etats-Unis.

    Sur Fox Business, il a expliqué qu’il ne défendait pas forcément la détention d’armes mais souhaitait que les fans aient les moyens de se défendre.

    Je ne veux tirer sur personne, je détesterais faire ça, a-t-il déclaré, visiblement ému. Mais je ne veux pas laisser des mauvais types tuer les miens et je ne veux pas être un minable.

    (©AFP / 10 mars 2016 20h59)

  33. Elisabeth Studer 11 mars 2016 à 01:26

    A noter que la plupart des journaux français ne reprennent que la 1ere partie de la depeche AFP

  34. retrouvé le retour 11 mars 2016 à 15:30

    “Jesse Hughes, le chanteur et guitariste des Eagles of Death Metal, a déclaré qu’il s’était très vite senti mal à l’aise quand il était arrivé au Bataclan le 13 novembre et qu’un vigile en coulisses l’avait évité du regard.
    Je ne l’aimais pas du tout. Et je suis allé voir le promoteur pour lui demander +qui c’est ce type? Je veux quelqu’un d’autre” !!! (Trop bien ES) :) :) :) :)

    Trop trop bien ce délit de facies, j’ai vu la même chose chez les Polacks, on était logés chez l’évèque et le “bedeau” à l’entrée a tout de suite remarqué la tête ( trop couleur pas locale !) d’un des chauffeurs qui nous accompagnait !! Impossible de me faire traduire sur le moment les injures qu’il proférait !! Pour finir j’ai réussi à me faire traduire, que “ces imbéciles de Français avaient fait rentrer le diable dans la maison de dieu” !! Du travail sur la planche

  35. ES 11 mars 2016 à 21:37

    pour rappel :

    je pense egalement que police va etre aux mains de sociétés privées …. financées par le qatar ? ;-)

    le personnel des stés de vigiles represente une grosse faille et tt le monde semble être dupe

  36. Elisabeth Studer 12 novembre 2016 à 21:37

    A lire , à relire, à relier …. :-(

  37. Geneviève 1 septembre 2017 à 14:06

    Je tenais à remercier Mme PETIT-JEAN pour m’avoir accepter ma demande, j’ai obtenu un prêt de 38000€ qui ma permis de payer mon loyer et s’occuper de mes besoins. Merci Madame, je sais que maintenant, tu es à nos cotes pour nos besoins financier.Pour ce qui sont dans les besoins du prêt d’argent vous pouvez sans crainte la contacter sur son e-mail: chantal-petit-jean@outlook.fr

  38. retrouvé le retour 2 septembre 2017 à 19:29

    De Racine ( Roots ) à Geneviève:

    Tout Picard que j’estois, j’estois vn bon apostre,
    Et je fai?ois claquer mon foüet tout comme vn autre.
    Tous les plus gros mon?ieurs me parlaient chapeau bas ;
    Mon?ieur de Petit Jean, ah ! gros comme le bras !

Commenter cet article