Le Blog Finance

La CIA ferme son centre spécialisé sur le changement climatique, Haarp en cause ?

Intéressant … voire très intéressant … comme  quoi  la réalité peut parfois dépasser la fiction …  tout  en confortant  nos hypothèses

C’est  en tout cas fort discrètement que  quelques jours  après la réélection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis que la CIA a annoncé officiellement avoir fermé sa cellule consacrée aux conséquences du changement climatique sur la sécurité nationale (Center on Climate Change and National Security) ….

Une   nouvelle  qui peut fortement nous interpeller alors  que nous laissions  entendre ici-même  que l’arme  climatique  dénommée Haarp  (High-Frequency Active Auroral Research Program) et développée  notamment  par Bae Systems et Carlyle  – et donc  avec l’appui du lobby militaire lui-même,  soutien de  Mitt Romney  -  avait pu   quelque  peu   œuvrer  à la formation  d’ouragans comme  Sandy, bouleversant la population américaine  en plein élection  présidentielle.   Sans  parler de  son  passage dévastateur  sur les  îles  de Haïti et de Cuba, lequel pouvant « favoriser »  une invasion humanitaire US via des ONG « idéalement » placées  telles  que « Save The Children » .

Annonce  à rapprocher également  de  nos  interrogations   sur l’éventualité que  certains séismes (Haïti, Iran, Birmanie) ne soient pas  dûs uniquement à l’oeuvre de Dame Nature, cette dernière pouvant être – encore une fois -  quelque peu aidée dans son œuvre par de véritables armes comme le  programme  Haarp, géré conjointement par l’US Air Force et l’US Navy,  alors   qu’un  tremblement de terre  avait  frappé  le Canada, menaçant de se répercuter  en tsunami  à  Hawaï, terre  natale de Barack Obama … quelques  heures  avant le sprint final de sa campagne  électorale.

« La CIA travaille depuis plusieurs années sur les implications du changement climatique pour la sécurité nationale. Dans le cadre d’un vaste remaniement des moyens d’analyse, ce travail continuera à être effectué par une équipe dédiée dans un nouveau centre qui se penche sur les questions économiques et énergétiques qui affectent la sécurité nationale américaine, a assuré un porte-parole de l’agence, Todd Ebitz, dans un communiqué lundi 19 novembre. Ajoutant  que   » la mission et les moyens qui y sont consacrés restent essentiellement les mêmes. »

Précisons  qu’en novembre dernier, un article du Washington Post  indiquait   que l’avenir du  centre  était considéré comme incertain.  Selon le site spécialisé Greenwire, sa fermeture effective aurait même eu lieu   quelques mois plus tôt.

Rappelons  que  la  cellule avait été mise en place en septembre 2009 sous l’autorité du directeur de la CIA de l’époque, Leon Panetta, aujourd’hui patron du Pentagone, après une série de rapports liant changement climatique et sécurité nationale.

Objectif officiel   selon le communiqué de presse publié  lors de sa création : analyser les conséquences politiques, économiques et sociales pour les Etats-Unis — mais aussi pour des pays étrangers, sensibles ou vulnérables — de phénomènes comme la désertification, la montée du niveau des océans, les déplacements de population et la concurrence accrue pour les ressources naturelles.

Rien que cela …

De quoi en tout cas  provoquer  le mécontentement  des républicains du Congrès, quelque  peu sceptiques sur le dossier du réchauffement climatique. Ces derniers   estimant notamment que   le  projet constituait un détournement des objectifs premiers de l’agence … à savoir la lutte contre le terrorisme.  Comme  quoi … les républicains  ne croyaient  pas si bien dire …

« Les ressources de la CIA devraient être consacrées à la surveillance des terroristes dans des grottes – et non pas les ours polaires sur les icebergs », déclarait ainsi le sénateur républicain du Wyoming John Barrasso, cité par le site Global Warning.

Notons  que les critiques  ont repris de plus belle à la suite  du départ de Leon Panetta de la CIA en 2011 et la décision de son successeur, David Petraeus, de recentrer l’agence sur le terrorisme, et les assassinats opérés par le biais de drones.  D’où l’intérêt  très certainement de surveiller  le ciel ….

Selon des sources citées par Greenwire, la  fermeture du centre pourrait être due à une anticipation  des  fortes coupes budgétaire du Congrès  qui se profilent  alors  que la dette  publique US frôle la catastrophe  et que l’arrivée du mur fiscal (ou fiscal cliff)   approche  à grands pas en l’absence d’accord entre républicains  et démocrates  au Congrès  américain .

En tout  état  de cause,  une nouvelle  décision qui  « frappe » la CIA  après le départ  de David Petraeus, qui a dû démissionner du fait d’un scandale sexuel.  Officiellement …

Intéressant également  de  noter   que  les informations disponibles  sur les activités de ce centre démontrent que la CIA s’intéressait surtout aux effets stratégiques du réchauffement climatique sur les régimes politiques.

Un des  sujets  traités  et non des moindres :  le dossier  concernant la ressource en eau en Asie et en Afrique ou l’impact sur les USA et leurs alliés des mouvements de population suscités par la désertification ou la montée des océans. Tout de même …

Précisons  également  que le Center on Climate Change and National Security était loin de  communiquer facilement  …  puisque  même à la suite de demandes élaborées dans le cadre du Freedom of Information Act, aucun de ses travaux n’a été divulgué.

Des éléments sujet à  réflexion, indéniablement, alors  qu’une note de l’ambassade de France à Washington  laisse  entendre  que « les menaces à la sécurité américaine sont de plusieurs ordres. Les modifications du climat ainsi que l’augmentation des événements climatiques extrêmes (tempêtes, sécheresses, inondations) en fréquence, en intensité ou en durée risque d’engendrer des crises pour les ressources en eau, en nourriture et en énergie notamment. Les forces armées américaines pourraient donc être amenées à agir plus souvent pour résoudre des crises liées à des tensions pour les ressources naturelles ou pour apporter une aide humanitaire. En effet, les pays touchés risquent de ne pas avoir les capacités pour faire face à ces événements, en particulier s’il s’agit de zones déjà fragilisées ou dans un contexte politique instable » …

Où  quand le  climat – voire  les armes climatiques ? – laisse  la porte grand ouverte    à une invasion humanitaire  US

Elisabeth STUDER – www.leblogfinance.com – 03  décembre 2012 -

Partager cet article

Article de

13 commentaires

  1. Захарий 4 décembre 2012 à 18:33

    je n’avais jamais rien vue d’aussi absurdes a ce jour sur internet. Aucune raison possible a votre argumentaire (m

  2. ES 4 décembre 2012 à 19:13

    Extrait Wikipedia

    HAARP is the subject of numerous conspiracy theories, with individuals ascribing various hidden motives and capabilities to the project. Journalist Sharon Weinberger called HAARP « the Moby Dick of conspiracy theories » and said the popularity of conspiracy theories often overshadows the benefits HAARP may provide to the scientific community.[16][17] Computer scientist David Naiditch has also referred to HAARP as « a magnet for conspiracy theorists », saying the project has been blamed for triggering catastrophes such as floods, droughts, hurricanes, thunderstorms, and devastating earthquakes in Pakistan and the Philippines, major power outages, the downing of TWA Flight 800, Gulf War syndrome, and chronic fatigue syndrome.[3]

    Specific allegations include the following:

    A Russian military journal wrote that ionospheric testing would « trigger a cascade of electrons that could flip earth’s magnetic poles ».[18]
    The European Parliament and the Alaska state legislature held hearings about HAARP, the former citing « environmental concerns ».[19]
    Author of the self-published Angels Don’t Play This HAARP, Nick Begich has told lecture audiences that HAARP could trigger earthquakes and turn the upper atmosphere into a giant lens so that « the sky would literally appear to burn ».[18]
    Former Governor of Minnesota and noted conspiracy theorist Jesse Ventura questioned whether the government is using the site to manipulate the weather or to bombard people with mind-controlling radio waves. An Air Force spokeswoman said Ventura made an official request to visit the research station but was rejected- »he and his crew showed up at HAARP anyway and were denied access ».[20]

    • John 22 décembre 2012 à 15:07

      Je suis une grand fan des sims et tout comme toi j’adorai faire se rencontrer mes sims, les rnrdee amoureux, leur donner envie de se marier, praparatif du mariage, choix de la jolie robe, achat des de9cos, appeller les amis, et tout Ensuite, j’aimai tout faire pour casser le mariage la sadique j’adorai voir le coeur brise9 lol

  3. ES 4 décembre 2012 à 19:16

    Quand le Parlement europ

  4. Elisabeth Studer 28 mars 2013 à 00:26

    Espagne/Séismes: des mesures de précaution décrétées sur l’île d’El Hierro

    MADRID – Un séisme de magnitude 4,6 a secoué mercredi l’île volcanique d’El Hierro, dans l’archipel espagnol des Canaries, théâtre depuis une dizaine de jours d’un regain d’activité sismique qui a contraint le gouvernement régional à décréter dans la soirée plusieurs mesures de précaution.

    Depuis mercredi matin, une centaine de secousses ont été enregistrées dont la plus forte, de magnitude 4,6, est survenue à 15H07 GMT.

    L’épicentre du séisme était situé dans l’Atlantique, à l’ouest de l’île d’El Hierro et à 19 kilomètres de profondeur, a précisé l’Institut géographique national(IGN).

    C’est dans ce secteur que des centaines de secousses, associées à une activité volcanique sous-marine, ont été enregistrées depuis le 18 mars.

    Face à ce regain d’activité, le gouvernement régional des Canaries a décrété mercredi soir plusieurs mesures de protection des habitants de l’ouest de l’île, la zone où la probabilité que l’activité sismique ait un impact est la plus grande, explique-t-il dans un communiqué.

    Les autorités ont d’une part élevé le niveau d’alerte dans cette zone, jusqu’au niveau intermédiaire, jaune, sur une échelle de trois.

    Cet échelon implique qu’il faut se préparer à une évolution défavorable du phénomène et, plus important encore, qu’il faut être attentif aux messages officiels de prévention et de prudence qui seront spécifiquement adressés aux zones à risques, explique le gouvernement.

    D’autre part, les autorités ont fermé deux tronçons de route et la voie la plus proche de la paroi d’un tunnel de cette zone.

    Pendant l’été et l’automne 2011, des milliers de secousses, la plupart très faibles, avaient secoué la petite île espagnole, perchée dans l’Atlantique sur un ancien volcan sous-marin et peuplée de 10.000 habitants.

    Le 10 octobre 2011, une éruption volcanique sous-marine s’était produite à cinq kilomètres de ses côtes, deux jours après une secousse de magnitude 4,3.

    Pendant des mois, l’île de 287 kilomètres carrés, la plus à l’ouest de l’archipel des Canaries, avait vécu au rythme de cette intense activité sismique, surveillée avec inquiétude par les équipes de vulcanologues et par les habitants dont des centaines avaient dû être évacués.

    (©AFP / 27 mars 2013 23h22)

  5. Elisabeth Studer 20 juin 2013 à 00:03

    ALERTE – Climat: la BM prédit des pénuries alimentaires d’ici 2040

    WASHINGTON – La Banque mondiale craint qu’une hausse de 2°C de la température du globe ne se produise d’ici à 2040 et ne provoque pénuries alimentaires et inondations, selon un rapport publié mercredi.

    Des températures extrêmes pourraient affecter les récoltes de riz, de blé, de maïs et d’autres cultures importantes, et menacer la sécurité alimentaire des pays pauvres, prévient l’institution, ajoutant que la part des populations sous-alimentées pourrait à terme flamber de 90% dans certains pays africains.

    (©AFP / 19 juin 2013 10h15)

Commenter cet article