Le Blog Finance

Ebola : d’importantes répercussions économies sur des pays affaiblis … mais riches en matières premières

Nous y voilà, tout est dit ou presque … Selon Moody’s, l’agence US de notation, également holding de Moody’s Analytics, fournisseur de solutions de gestion des risques, l’épidémie d’Ebola, qui frappe de plein fouet l’Afrique de l’Ouest devrait avoir de larges répercussions économiques et budgétaires sur les pays de la région … lesquels s’avèrent être des contrées aux finances fragiles et très dépendantes des matières premières.

Selon l’agence, Ebola risque en effet d’avoir un impact financier direct sur les budgets des gouvernements via tout d’abord une augmentation des dépenses de santé.

Amara Konneh, le ministre des Finances du Liberia, a d’ores déjà indiqué que les dépenses liées au virus Ebola se sont élevées à 12 millions de dollars au deuxième trimestre. Ce qui fait dire à l’agence que, compte-tenu de la diffusion de l’épidémie, ces dépenses devraient inévitablement augmenter au troisième trimestre.

Certes, la Banque mondiale a d’ores et déjà annoncé la mise en place d’un plan d’assistance de 200 millions de dollars (environ 150 millions d’euros) en vue de soutenir les économies des pays ouest-africains tels que la Guinée et la Sierra Leone, dont les déficits budgétaires excèdent les 3% du produit intérieur brut.

Simple coïncidence  ? Ces contrées s’avèrent être fortement dépendantes du secteur minier, or, selon une première évaluation réalisée par la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI), la Guinée pourrait voir sa croissance amputée d’un point à cause de l’épidémie, laquelle pourrait s’établir à 3,5% contre un chiffre de 4,5% initialement prévu.

Le gouvernement du Libéria a déjà indiqué qu’il risquait de devoir réviser à la baisse ses prévisions de croissance, initialement fixée à 5,9%. Impact économique et financier concret de l’épidémie : ArcelorMittal a annoncé qu’un chantier d’expansion d’une de ses mines de minerai de fer était fortement perturbé par les mesures d”évacuation de leurs employés prises par les sociétés sous-traitantes. Ou quand le virus Ebola fait le jeu de la concurrence internationale.

Moody’s indique par ailleurs que la Sierra Leone pourrait connaître une décélération après avoir affiché un taux de croissance record de 16% en 2013. Autre impact financier à prévoir et non des moindres : la société britannique London Mining a annoncé en juin avoir évacué tout son personnel non essentiel de ce pays, affirmant néanmoins jusqu’à présent ne pas s’attendre à une baisse de sa production.

Enfin l’agence de notation s’alarme d’ores et déjà des conséquence considérables que pourrait avoir la propagation du virus au Nigeria, le pays étant le premier producteur de pétrole du continent. La cas échéant, l’industrie ouest-africaine des hydrocarbures pourrait être lourdement frappée, d’autant plus que Lagos est la ville la plus peuplée d’Afrique.

Pire encore, si l’on en croit les « prédictions » de l’agence de notation, l’épidémie pourrait fortement impacter la santé de la main d’oeuvre locale, et conduire les compagnies pétrolières à évacuer leurs personnels expatriés. Phénomène qui pourrait entraîner au final une importante baisse de la production d’hydrocarbures, et engendrer une hausse du prix du brut … A la plus grande joie des lobbies pétroliers.

Ainsi, donc, si on résume …. Ebola n’aurait pas que des désavantages … offrant aux occidentaux la possibilité d’ »offrir » leurs aides financières et médicales à dans pays affaiblis … mais riche en matières premières … Offrant ainsi une voie royale aux grands groupes internationaux pour accroître leur pouvoir au sein de ses contrées … la population locale devenant alors plus occupée à survivre … qu’à pointer des doigts les désastres écologiques provoqués par les multinationales.

Au final, cela pourrait ressembler à une stratégie bien huilée émanant de l’oncle Sam que cela n’étonnerait pas outre mesure. Cerise sur le gâteau : le virus permettrait aux lobbies pharmaceutiques et notamment au lobby pharmaceutique US d’engranger de bien précieux subsides au passage via une diffusion large de médicaments permettant d’éradiquer la maladie. Des médicaments dont l’achat pourrait être financé par des institutions internationales, en vue nous dira-t-on de porter secours à des populations meurtriesCharité business quand tu nous tiens

Elisabeth Studer – 16 août 2014 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Philippines : rivalité USA/Chine/Japon pour des opérations militaires, aide humanitaire ou hégémonie ?

Quand la Suisse redoute une crise alimentaire ou le marché florissant des terres cultivables …

ONG Save the Children : fer de lance d’une invasion humanitaire US via la charité business ?

Haïti : choléra, insécurité alimentaire et perte des récoltes « justifiant » une invasion humanitaire US ?

Cuba : aide de l’ONU avant une invasion humanitaire ?

Haïti durement frappée par Sandy, vers une nouvelle invasion humanitaire des USA ?

Partager cet article

Article de

36 commentaires

  1. Elisabeth 16 août 2014 à 14:42

    Mille mercis à
    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Ebola-d-importantes-repercussions-economiques-sur-des-pays-affaiblis-mais-riches-en-matieres-27288.html

    y compris pour aspect déontologie !
    c’est tellement rare de nos jours
    alors que la “recopie” tue les blogs comme nous à petit feu …
    merci encore

  2. retrouvé le retour 23 août 2014 à 23:55

    http://www.lapresse.ca/international/afrique/201310/29/01-4704755-lex-president-liberien-charles-taylor-maltraite-en-prison.php

    Donc my taylor is not rich, mais toujours vivant, Il doit bien s’amuser dans sa tour de London d’avoir pu échapper à la généralisation de l’épidémie au Libéria !!

  3. retrouvé le retour 30 août 2014 à 00:59

    Depuis le départ on cherche a minimiser l’impact possible des maladies émergentes ( ou autres) sur les crises mondiales.
    La perte totale de contrôle peut très bien avoir lieu à partir de la dette US ou se produire à partir d’une épidémie impossible à maîtriser.
    Dans ce contexte, les manoeuvres monétaires et militaires des Anglo-saxons et de ceux qui les suivent, comme nos gouvernements, sont parfaitement criminelles.
    Les bombardements de villes comme en Libye relèvent des tribunaux internationaux.

    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/417176/ebola-l-oms-craint-20-000-morts

  4. Elisabeth 30 août 2014 à 12:19

    oui 100 % d’accord …
    SANTÉ
    Ebola se propage et mute de plus en plus vite

    L’OMS s’attend à plus 20 000 cas avant que l’épidémie ne s’éteigne. Et c’est sans compter avec une éventuelle mutation du virus, qui faciliterait les contaminations.
    COURRIER INTERNATIONAL | VIRGINIE LEPETIT
    29 AOÛT 2014| 0

    PARTAGER :

    Devant l’hôpital Biankouma en Côte d’Ivoire, le 14 août 2014 – AFP / ISSOUF SANOGO Devant l’hôpital Biankouma en Côte d’Ivoire, le 14 août 2014 – AFP / ISSOUF SANOGO

    Ebola expérimente dans notre corps. C’est ce qu’a révélé, le 28 août, une équipe de chercheurs dirigée par Stephen Gire et Pardis Sabeti, de l’université Harvard. Ils viennent de publier dans la revue Science la séquence génétique des virus responsables de cette éclosion meurtrière. “Leur analyse du génome des virus en circulation a notamment révélé la grande propension du pathogène à muter dans le but d’améliorer sa transmission entre humains”, commente le Devoir.

    L’équipe de chercheurs a séquencé le génome de virus Ebola prélevé sur des patients de Sierra Leone et de Guinée, et l’a comparé aux génomes de 20 virus prélevés lors des épidémies passées. “Ces comparaisons ont notamment révélé que le virus a subi plus de 340 mutations depuis les dernières épidémies”, précise le quotidien québécois.

    Il y a plus inquiétant. Les chercheurs se sont rendu compte que le virus mutait de plus en plus vite. Il tente de s’adapter à son hôte, l’être humain. “Et plus le nombre de personnes infectées augmente, plus le risque que surviennent des mutations qui modifieront la transmission ou la pathogénicité du virus est important”, rappelle Eric Frost, professeur au département de microbiologie et d’infectiologie de l’université de Sherbrooke.

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est elle aussi alarmiste. Elle espère enrayer la progression de l’épidémie de virus Ebola qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest d’ici à trois mois, a-t-elle annoncé dans un communiqué publié le 28 août. Mais elle estime qu’au total 20 000 personnes pourraient être contaminées lors de cette flambée épidémique.

    L’OMS appelle par ailleurs les compagnies aériennes qui ont suspendu leurs vols vers le Sierra Leone et le Libéria – parmi lesquelles Air France – à reprendre leurs liaisons vers ces pays, afin de pouvoir coordonner au mieux l’acheminement de l’aide internationale. Dans son bilan du 26 août, l’organisation dénombrait 3 069 cas d’Ebola, dont 1 552 décès, en Guinée, en Sierra Leone, au Libéria et au Nigeria.

    Le 29 août, le premier cas d’Ebola a été confirmé au Sénégal.

  5. Elisabeth 30 août 2014 à 12:20

    http://www.leblogfinance.com/2014/02/accord-chine-senegal-infrastructures-dacheminement-des-produits-miniers-du-mali-et-du-senegal-vers-latlantique.html

    d’un cote

    et de l’autre : Le 29 août, le premier cas d’Ebola a été confirmé au Sénégal.

    simple hasard ?

    franchement , je ne pense pas ….

    synthèse en cours …

  6. Elisabeth Studer 8 septembre 2014 à 00:43

    L’armée américaine va aider les pays africains à lutter contre Ebola

    latribune.fr | 07/09/2014,

    Le président américain Barack Obama a annoncé dimanche que les Etats-Unis enverraient des moyens militaires pour aider les pays d’Afrique à lutter contre le virus Ebola. Un premier vaccin pourrait arriver cet automne.

    L’Amérique se met à avoir peur d’Ebola. Barack Obama a annoncé ce dimanche l’envoi de moyens militaires, dont des unités de mise en quarantaine, pour aider les pays d’Afrique à lutter contre le virus tueur.

    “A court terme”, M. Obama a aussi assuré à ses compatriotes sur la chaîne NBC qu’ils n’avaient pas à craindre d’être contaminés aux Etats-Unis par le virus, car “ça n’est pas une maladie qui se propage par les voies aériennes”.

    Ebola provoque de la fièvre, des vomissements, des diarrhées et parfois des hémorragies internes, et la moitié des malades meurent.

    Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 2.000 personnes ont succombé en Afrique depuis le début de l’épidémie qui concerne surtout la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia.

    Ces pays “font des progrès significatifs” dans la lutte contre la maladie, a ajouté Barack Obama dans cette interview accordée à l’émission “Meet the Press”. “Mais ils n’avaient pas les infrastructures sanitaires adéquates. Et maintenant, ce problème, qui aurait pu être résolu, est hors de contrôle parce que les malades ne sont pas mis en quarantaine comme ils devraient l’être. Les gens ne sont pas soignés comme ils devraient l’être”.

    Les Etats-Unis vont envoyer “des équipements militaires, des unités de mise en quarantaine et de l’équipement qui permettra aux équipes médicales de se protéger”, a encore expliqué Barack Obama.

    “Mais même en faisant cela, plusieurs mois vont passer avant que le problème ne soit sous contrôle en Afrique (…). Et si rien n’est fait maintenant et si (le virus) se répand en Afrique et dans d’autres régions du monde, le virus pourrait muter”, a-t-il prévenu. “Il se transmettrait plus facilement et représenterait un réel danger aux Etats-Unis”, a conclu le président américain.

    Selon l’OMS, près de 4.000 personnes ont été infectées par Ebola en Sierra Leone, en Guinée et au Liberia depuis le début de l’année. De nombreux soignants occidentaux ont été touchés par le virus, même si la plupart ont été guéris.

    Un vaccin anti-Ebola pourrait arriver dès novembre

    L’Organisation mondiale de la santé a aussi annoncé vendredi qu’en plus de vaccins à venir, des traitements sanguins peuvent déjà être utilisés. Mais cet effet d’annonce suscite le scepticisme.

    Selon l’OMS, « deux vaccins prometteurs » ont été identifiés?: le premier est co-développé par les Instituts américains de la santé (NIH) et la firme GlaxoSmithKline (GSK), le second par un consortium canadien. Le premier semble le plus avancé et pourrait arriver en novembre. Huit traitements antiviraux expérimentaux sont aussi en train d’être évalués. Mais ces thérapies n’ont pas encore fait la preuve de leur efficacité sur le terrain, même si deux humanitaires américains ont pu être sauvés par l’un d’entre eux. Les recherches sur des thérapies à partir de sérums sanguins de malades ayant survécu sont aussi encore insufisantes et sont risquées à administrer pour les personnels soignants.

  7. Elisabeth Studer 24 septembre 2014 à 00:45

    …. cqfd ?
    Ebola, le Pentagone s’installe en Afrique: Washington annonce la naissance d’un centre de commandement militaire au Libéria:

    Par Manlio Dinucci
    Mondialisation.ca, 18 septembre 2014
    ilmanifesto.it

    Ebola Obma 2
    Face à l’« épidémie sans précédent d’Ebola, qui se répand de façon exponentielle en Afrique occidentale », le président Obama a annoncé que « à la demande du gouvernement libérien », les Etats-Unis établiront « un centre de commandement militaire au Liberia ». Il s’agit d’un « quartier général de commandement de la force conjointe » spécifie le Commandement Africa des Etats-Unis (dont l’ « aire de responsabilité » couvre tout le continent, sauf l’Egypte). Le quartier général, aux ordres du général Darryl Williams (déjà sur le terrain au Libéria) disposera d’au moins 3000 militaires étasuniens, d’un pont aérien et d’un centre de tri au Sénégal. C’est ce quartier général qui exercera la fonction de « commandement et contrôle » de l’opération internationale anti-Ebola, qui prévoit l’envoi de personnel médical et d’hôpitaux de campagne. Selon Obama, c’est « un exemple de ce qui se passe quand l’Amérique prend le leadership pour affronter les plus grands défis mondiaux ». Qu’il a listés dans son récent discours urbi et orbi, affirmant que seule l’Amérique a « la capacité et la volonté de mobiliser le monde contre les terroristes de l’Isis », de « battre le rappel mondial contre l’agression russe », et de «contenir et anéantir l’épidémie d’Ebola ».

    Même si la possibilité qu’Ebola se diffuse aux Etats-Unis est extrêmement basse, a souligné Obama dans le discours qu’il a prononcé au Centre de contrôle et de prévention des maladies[1] à Atlanta (Georgie), en Afrique occidentale il a provoqué la mort de « plus de 2400 hommes, femmes et enfants ». Evénement certes tragique, mais limité si on le rapporte au fait que l’Afrique occidentale a une population d’environ 350 millions d’habitants et toute la région sub-saharienne presque 950 millions. Si l’on pense que chaque année meurent dans la région à cause du sida plus d’un million d’adultes et d’enfants ; que la malaria provoque chaque année plus de 600 mille morts, en majorité chez les enfants africains ; que dans l’Afrique sub-saharienne et dans l’Asie méridionale la diarrhée tue chaque année environ 600 mille enfants (plus de 1600 par jour) de moins de cinq ans. Ces maladies et quelques autres, toutes « maladies de la pauvreté », qui provoquent chaque année en Afrique sub-saharienne des millions de morts prématurées et de cas d’invalidité, sont dues à la sous-alimentation et à la malnutrition, au manque d’eau potable, aux mauvaises conditions hygiéniques-sanitaires dans lesquelles vit la population pauvre, qui (selon les données de la Banque mondiale elle-même) constitue 70% de la population totale, dont 49% se trouve en conditions de pauvreté extrême. La campagne d’Obama contre l’Ebola semble donc instrumentale.

    L’Afrique occidentale, où le Pentagone installe son propre quartier général avec la motivation officielle de lutter contre l’Ebola, est très riche en matières premières : pétrole au Nigéria et Bénin, diamants en Sierra Leone et Côte d’Ivoire, phosphates au Sénégal et Togo, caoutchouc, or et diamants au Libéria, or et diamants en Guinée et Ghana, bauxite en Guinée. Les terres les plus fertiles sont réservées aux monocultures de cacao, ananas, arachides et coton, destinées à l’exportation. La Côte d’Ivoire est le plus grand producteur mondial de cacao. De l’exploitation de ces grandes ressources quasiment rien n’arrive à la population, car les revenus sont partagés entre multinationales et élites locales, qui s’enrichissent aussi grâce à l’exportation des bois précieux avec de graves conséquences environnementales dues à la déforestation.

    Les intérêts des multinationales étasuniennes et européennes sont cependant mis en danger par les rebellions populaires (comme celle du delta du Niger, provoquée par les conséquences environnementales et sociales de l’exploitation pétrolifère) et par la concurrence de la Chine, dont les investissements sont pour les pays africains beaucoup plus utiles et avantageux. Pour conserver sa propre influence dans le continent les Usa ont constitué en 2007 le Commandement Africa qui, derrière le paravent des opérations humanitaires, recrute et forme dans les pays africains des officiers et des forces spéciales locales par l’intermédiaire de centaines d’activités militaires. Une base importante pour ces opérations est celle de Sigonella (Sicile), où a été déployée la Task force du Corps des marine qui, dotée d’avions hybride Ospreys, envoie en rotation des escadrons en Afrique, notamment occidentale.

    Là où commence la campagne d’Obama « contre le virus Ebola ».

    Edition de jeudi 18 septembre 2014 de il manifesto

    http://ilmanifesto.info/ebola-il-pentagono-si-sistema-in-africa/

    Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

    Selon http://fr.wikipedia.org/wiki/Centres_pour_le_contr%C3%B4le_et_la_pr%C3%A9vention_des_maladies

    « L’origine des CDC (Centre pour le Contrôle et la Prévention des maladies) est d’abord militaire. Aux États-Unis, les institutions militaires, pour la protection de l’US Army ont joué un rôle important en matière de santé et surtout d’épidémiologie, via d’abord le suivi et l’étude de la santé des soldats, puis par l’étude des épidémies en tant que pouvant être utilisées par le bioterrorisme ou comme arme de destruction massive » (Note -et italiques- de la traductrice pour la version française).

  8. ES 2 décembre 2014 à 14:14

    sur Les bombardements de villes comme en Libye relèvent des tribunaux internationaux. (retrouve ) —> tout à fait , je vais re regarder de plus pres, Kadhafi avait d’ores et déjà alerté .

  9. brazilian steakhouse nj 24 janvier 2019 à 23:25

    Thanks a lot for sharing this with all people you really understand what you’re talking
    approximately! Bookmarked. Please also consult with my website =).

    We will have a hyperlink trade agreement between us

  10. Micki 25 janvier 2019 à 21:58

    It’s the best time to make some plans for the future and it’s time to be happy.
    I have read this post and if I could I want to suggest you
    few interesting things or tips. Perhaps you can write next
    articles referring to this article. I want to read even more
    things about it!

  11. Virginia 25 janvier 2019 à 22:05

    Howdy! I could have sworn I’ve been to this website
    before but after looking at many of the posts I realized
    it’s new to me. Anyways, I’m certainly happy I discovered
    it and I’ll be bookmarking it and checking back regularly!

  12. Lauri 25 janvier 2019 à 23:53

    Good day! I could have sworn I’ve been to this website
    before but after reading through some of the post I realized it’s
    new to me. Anyhow, I’m definitely happy I found it and I’ll be bookmarking
    and checking back often!

  13. Darrin 26 janvier 2019 à 04:37

    Now it’s time to pick your particular investments.

  14. brazilian steakhouse des moines 26 janvier 2019 à 16:22

    Excellent web site you’ve got here.. It’s difficult to find high-quality writing like
    yours these days. I seriously appreciate individuals like you!
    Take care!!

  15. brazilian steakhouse west des moines 27 janvier 2019 à 01:04

    Hi mates, how is the whole thing, and what you would like to say on the topic of this post,
    in my view its really remarkable in favor of me.

  16. brazilian steakhouse des moines 27 janvier 2019 à 03:25

    Excellent post. I was checking continuously this blog and I am impressed!
    Very useful information particularly the last section :)
    I handle such info much. I used to be seeking this particular info for
    a long time. Thanks and best of luck.

  17. Whitney 27 janvier 2019 à 04:03

    That is true for funding recommendation as properly.

  18. Freya 27 janvier 2019 à 08:58

    Think about investments that supply immediate annuities.

  19. Bertha 4 février 2019 à 01:35

    Now it’s time to choose your particular investments.

  20. Shelley 5 février 2019 à 17:48

    Thank you on your curiosity in Investment Recommendation.

  21. Vania 6 février 2019 à 02:18

    And this is an investment threat worth taking.

  22. Rafael 6 février 2019 à 02:35

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  23. Gay 7 février 2019 à 03:08

    And this is an funding risk value taking.

  24. Dean 8 février 2019 à 16:14

    Think about investments that provide immediate annuities.

  25. Dominik 9 février 2019 à 01:41

    A financial advisor is your planning accomplice.

  26. Marylou 10 février 2019 à 15:31

    Think about investments that offer quick annuities.

  27. Reva 10 février 2019 à 16:05

    A financial advisor is your planning companion.

  28. Joellen 11 février 2019 à 05:32

    Thanks in your interest in Funding Recommendation.

  29. Wendy 12 février 2019 à 02:20

    Take into account investments that provide quick annuities.

  30. Jess 12 février 2019 à 06:31

    Investors do pay direct and indirect costs.

  31. Joycelyn 15 février 2019 à 02:06

    All types of investments include certain risks.

  32. Ariel 17 février 2019 à 02:06

    Thank you to your curiosity in Funding Recommendation.

  33. Valentin 18 février 2019 à 02:15

    And this is an investment risk worth taking.

  34. Natasha 19 février 2019 à 04:53

    Thank you to your interest in Funding Recommendation.