Le Blog Finance

Gaz : plan d’action de l’UE pour réduire sa dépendance face à la Russie … mission impossible ?

Voeu pieux, rêve, utopie, beau discours ou réelle volonté ? Alors que selon des statistiques publiées mardi, la part du gaz russe dans la consommation des 28 pays de l’Union européenne a atteint 27% en 2013 – contre 23% en 2012 – le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a annoncé vendredi que l’Union européenne allait élaborer pour le mois de juin un plan d’action destiné à réduire sa dépendance énergétique, en particulier vis-à-vis de la Russie.

Reste que cette volonté est affichée d’ores et déjà depuis de nombreux mois, sans réellement se concrétiser bien au contraire, puisque les nouveaux chiffres publiés récemment démontrent que la Russie demeure bel et bien le premier fournisseur énergétique de l’Union européenne.

Quoiqu’il en soit, M. Van Rompuy a indiqué que les dirigeants de l’UE avaient demandé à la Commission européenne un plan d’action concret pour le mois de juin. Soulignant par ailleurs qu’il fallait accélérer pour réduire la dépendance, particulièrement à l’égard de la Russie. Mais le point crucial demeure de définir les différentes stratégies et les différents scénarios possibles.

Le président du Conseil européen a tenu par ailleurs à souligner qu’en l’absence de réaction de l’UE, sa dépendance vis à vis de l’extérieur atteindra 80% d’ici 2035 pour sa consommation de gaz et de pétrole.

« 64 ans après la création de la Communauté du Charbon et de l’Acier, nous devons évoluer vers une Union de l’énergie », a par ailleurs insisté M. Van Rompuy.

Parmi les solutions possibles envisagées par le Président du Conseil européen figurent la réduction de la consommation, la diversification des sources, le développement des renouvelables ainsi qu’une amélioration des interconnexions en Europe, chose réclamée notamment par l’Espagne et le Portugal. M. Van Rompuy a également évoqué d’éventuels achats de gaz de schiste américain. Comme quoi, la crise ukrainienne  est loin de  n’avoir que des désavantages pour les Etats-Unis et ses majors pétrolières

Certes, pour la troisième année de suite, la consommation de gaz de l’UE a reculé en 2013, selon l’étude d’Eurogas, qui regroupe des acteurs gaziers européens, baissant de 1,4% à 462 milliards de mètres cubes, après des baisses de 10% et 2% en 2011 et 2012. La baisse de la consommation européenne résulterait avant tout de la baisse de la demande des centrales électriques fonctionnant au gaz, d’un climat économique encore médiocre.

Mais, parallèlement, la production de gaz sur le territoire de l’Union européenne (principalement en mer du Nord) a baissé quant à elle de 1% à 156 milliards de mètres cubes. Elle demeure néanmoins la première source d’approvisionnements, représentant 33% de la consommation de l’UE.

Si la Russie a augmenté sa part, tel est le cas également de la Norvège, avec 23% contre 22% en 2012. L’Algérie, qui constitue le troisième fournisseur, a vu sa part baisser de 9 à 8%.

La part du Qatar n’a représenté que 4 % en 2013 contre 6% en 2012. Une baisse qui semble liée au mode d’acheminement retenu par les entreprises qataries, lesquelles privilégient le transport du gaz sous sa forme liquéfiée (GNL). Solution qui au final semble plus rémunératrice vers des marchés asiatiques.

Suite à la crise ukrainienne, la Commission européenne tente par ailleurs des discussions actuelles autour du gazoduc South Stream pour faire pression sur la Russie. Le commissaire européen à l’Energie Gunther Oettinger a ainsi annoncé la suspension des négociations sur le gazoduc.

Mais plus facile à dire qu’à faire … Notons tout d’abord que la construction de la partie maritime du gazoduc est prise en charge par la société South Stream Transport, dont les actionnaires sont le géant gazier russe Gazprom (50%) … mais également la compagnie française EDF, le holding allemand Wintershall (15% chacun) et le groupe italien Eni ( 20%).

Gazprom a d’ailleurs conclu un accord avec la société italienne Saipem, filiale d’Eni, pour construire le premier tronçon du gazoduc South Stream sous la mer Noire, entre la Russie et la Bulgarie. L’installation du premier pipeline est prévu pour l’automne 2014 pour une mise en service d’ici la fin 2015.
La presse russe souligne quant à elle que South Stream Transport a récemment signé un accord pour la livraison de 75 000 conduites pour la construction du deuxième pipeline du South Stream … pour un montant estimé à 800 millions d’euros. La finance risque encore une fois de dicter la politique … dans un tel contexte.

Le projet de construction de South Stream est appelée à diversifier les itinéraires de livraison du gaz russe sur le territoire européen. Ce projet devrait ainsi permettre de contourner l’Ukraine et fournir 63 milliards de mètres cubes de gaz par an à l’Europe, soit environ 15% de la demande européenne. Difficile donc de s’en priver …

Des accords ont d’ores et déjà été signés avec la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, la Grèce, la Slovénie, la Croatie et l’Autriche pour la construction de la partie terrestre. Le coût approximatif du South Stream dépasse 15 milliards d’euros, il devrait être pleinement opérationnel d’ici 2018.

A noter que conformément à la législation européenne le propriétaire du gazoduc ne peut pas être à la fois l’exportateur à part entière, un sujet de discussion supplémentaire …

Sources : AFP, Ria Novosti

Elisabeth Studer – 23 mars 2014 – www.leblogfinance.com

A lire également :

. South stream : la Russie avance le lancement du gazoduc stratégique

. Russie / Etats-Unis : la bataille du gaz de schiste ne fait que commencer

. Turquie : prolongement d’un accord gazier avec l’Algérie, en attendant Nabucco ?

. Ukraine : rivalité Russie / Etats-Unis pour aides financières … et marché du gaz européen ?

Partager cet article

Article de

33 commentaires

  1. retrouvé le retour 24 mars 2014 à 09:45

    “La part du Qatar n’a représenté que 4 % en 2013 contre 6% en 2012. Une baisse qui semble liée au mode d’acheminement retenu par les entreprises qataries, lesquelles privilégient le transport du gaz sous sa forme liquéfiée (GNL). Solution qui au final semble plus rémunératrice vers des marchés asiatiques.”
    L’industrie a une légère odeur de naphte mais également la géographie, fait que la vision Gaullienne d’une “Europe de l’Atlantique a l’Oural” se prépare. Dans cette affaire quelle que soit la méthode de rapprochement choisie, les USA et leurs copains seront les “cocus” de leur situation géographique. Il n’ont qu’un seul moyen de faire les malins c’est de “semer la merde” chez “l’allié” européen. Ce qu’il font avec beaucoup de brio
    Cette histoire ne fait plus rire personne et toutes les “bonnes choses” auront une fin.

  2. Jean-Charles 24 mars 2014 à 11:37

    Il est admis que les USA deviendront exportateurs net de gaz et pétrole de schiste.

    Mais avec quels coûts d’extraction, traitement, transport vers l’EU?

    Les 5 cts d’€ actuels par m3 de gaz et les 100$ par baril de pétrole vont augmenter….

    De pire enpire!

  3. Leo 24 mars 2014 à 13:01

    Que pensez-vous de la stratégie Russe de contrôler les approvisionnements via l’Ukraine, et en parallèle bloquer l’arrivée du pétrole des Emirats en bloquant la situation en Syrie ? Quelle solution y voyez-vous ? Merci

  4. retrouvé le retour 24 mars 2014 à 15:23

    Monsieur Leo pense peut-être qu’il faut continuer à liquider tous les états qui ne sont pas fondés sur la religion ? Pour ce qui est du “contrôle Russe via l’Ukraine”. C’est une fantaisie de seconde main la Russie va vendre directement son gaz et son pétrole à l’Allemagne (Qui est en ce moment le seul pays important de l’UE a savoir lire, écrire et surtout compter)
    Nous les singes des USA nous allons bientôt manger nos godasses.

  5. retrouvé le retour 24 mars 2014 à 15:27

    “Il est admis que les USA deviendront exportateurs net de gaz et pétrole de schiste”
    On en reparlera, en moins d’un siècle une bonne partie des réserves sur le sol US ont été gaspillées.
    Bientôt il faudra rétablir les corvées et casser les cailloux à la main pour faire nos autoroutes!!

  6. retrouvé le retour 24 mars 2014 à 18:11

    Mon ami Leo voici la solution trouvée par nos “alliés” US Faire dégager par les copains à barbe les derniers Arméniens échappés du génocide.

    http://www.armenews.com/article.php3?id_article=98361

  7. Lecompte 25 mars 2014 à 13:12

    Je me demande vraiment qui sont les premiers responsables à donner, à chercher les solutions, la politique à mettre en place sur ce plan. Pourquoi il n’y a jamais de terrain d’entente, il n’y a jamais d’idée de gagnant gagnant entre les pays. Chaque pays ne cherche que ce qui est bien pour lui même si les moyens utilisés détruisent les autres.

  8. retrouvé le retour 26 mars 2014 à 09:16

    Un bon exemple de destruction “pour le pétrole” et certainement aussi pour des raisons inavouables de financement politique! Réalisée par une équipe de criminels de guerre qui finiront par tâter d’un tribunal international

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/26/97001-20140326FILWWW00033-la-libye-risque-de-devenir-une-base-terroriste.php

  9. Elisabeth Studer 27 mars 2014 à 01:33

    A lire également

    http://www.leblogfinance.com/2013/10/degel-iranusa-inquietude-des-monarchies-du-golfe-la-syrie-en-arriere-plan.html

    http://www.leblogfinance.com/2012/10/turquie-syrie-vers-un-prochain-conflit-pour-le-gaz-de-leviathan.html

    LE FOND du problème ? islamic pipeline ?

    ———————————-

    Nous rappelions également alors que Syrie, Iran et Irak ont signé en juillet 2011 un « mémorandum d’entente » pour la construction d’un gazoduc qui, d’ici 2016, devrait relier le gisement iranien de South Pars à la Syrie et à la Méditerranée. Plusieurs sociétés européennes devraient être associées à l’exploitation de ce « gazoduc islamique« .
    Au final, la Syrie où a été découvert notamment un important gisement près de Homs, pourrait ainsi devenir un noeud de transit de couloirs énergétiques, offrant une alternative aux réseaux de gazoducs qui traversent … la Turquie … et à d’autres réseaux de pipelines …. contrôlés par les majors pétrolières US et européennes.
    Le projet iranien de gazoduc “gaz islamique” ou “Islamic Gas Pipeline ” d’un coût estimé à 10 Milliards de dollars devrait ainsi traverser l’Irak et la Syrie afin de proposer des livraisons de gaz liquéfié en Europe via les ports méditerranéens de Syrie. D’une longueur de 5.600 km, ses capacités pourraient permettre le transport de 35 Milliards de m³ de gaz par an.
    A terme, le Liban, l’Irak, la Jordanie et la Syrie pourront se raccorder à ce gazoduc. Chose qui déplaît fortement aux Etats-Unis et à leurs alliés occidentaux, qui veulent garder la main-mise sur ce gaz, leur “défaite” sur le projet parallèle du gazoduc Nabucco leur restant encore en travers de la gorge.
    *********************************************************
    En juillet 2011, les analystes indiquaient d’ores et déjà que la signature de l’accord sur le « gazoduc islamiste » pouvait être vue comme un échec de la stratégie américaine d’isolement de la Syrie, et comme un geste d’indépendance du gouvernement irakien de Nouri al-Maliki, en place depuis décembre 2010, à quelques mois du retrait des dernières troupes américaines.
    *************************************************************

  10. Elisabeth Studer 27 mars 2014 à 01:37

    carte islamic pipeline
    http://www.leblogfinance.com/2013/10/iran-gaz-la-phase-12-de-south-pars-bientot-operationnelle.html

    je n’ai trouve qu’une carte établie par la Chine ….

  11. Elisabeth Studer 27 mars 2014 à 01:40

    je pense que la Russie va – aussi – essayé de passer via l’Algérie/ Tunisie
    on en reparle
    mais attention donc à la situation en Algérie
    les USA ont interet à bloquer l’export pour bloquer la Russie et vendre leur gaz de schiste

    et les élections présidentielles approchent en Algérie
    a noter Kerry s’y rend prochainement, ainsi qu’au Maroc
    en general, ce n’est pas pour rien ..

  12. retrouvé le retour 6 avril 2014 à 16:56

    Le coût d’exploitation du “gaz de schiste” est plus élevé que celui du pétrole situé sur des nappes de moyenne importance en eau profonde. Je ne parle pas d’un éventuel “coût écologique” pour une exploitation dans des zones hyper touristiques en France, comme certains microcéphales le prévoient.
    Toute cette histoire de jus de schiste est 100% pipo. Les petits copains anglo-saxons ne cherchent qu’une chose contrôler le pétrole russe, car ils sont bientôt à sec pour cause de gaspillage.

  13. Elisabeth Studer 7 avril 2014 à 00:23

    ou tenter de rentabiliser l’extraction du gaz du schiste en faisant monter les cours …

  14. brazilian steakhouse nj 25 janvier 2019 à 16:20

    Hi there, everything is going fine here and ofcourse every one
    is sharing data, that’s genuinely fine, keep up writing.

  15. brazilian wax meme 25 janvier 2019 à 17:05

    Remarkable! Its really remarkable article, I have got much clear idea regarding from
    this post.

  16. Randell 25 janvier 2019 à 21:42

    I’m impressed, I must say. Seldom do I encounter a blog that’s
    both equally educative and interesting, and without a doubt, you’ve hit the nail on the head.
    The problem is something that too few people are speaking
    intelligently about. Now i’m very happy I came across this during my search for
    something regarding this.

  17. Vallie 26 janvier 2019 à 11:44

    Now it is time to pick your specific investments.

  18. Roxanna 26 janvier 2019 à 23:48

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  19. brazil nuts nutrition 27 janvier 2019 à 03:22

    Hello, I think your site might be having browser compatibility issues.
    When I look at your blog in Ie, it looks fine but when opening in Internet Explorer,
    it has some overlapping. I just wanted to give you a quick heads up!

    Other then that, fantastic blog!

  20. Blanca 27 janvier 2019 à 08:55

    A monetary advisor is your planning associate.

  21. Denny 27 janvier 2019 à 09:25

    Think about investments that provide instant annuities.

  22. Grover 27 janvier 2019 à 14:09

    Buyers do pay direct and indirect costs.

  23. Velma 3 février 2019 à 01:36

    Investors do pay direct and oblique prices.

  24. Nick 7 février 2019 à 07:32

    All kinds of investments include certain dangers.

  25. why not find out more 7 février 2019 à 17:15

    I simply want to tell you that I’m all new to blogging and actually loved this blog. Most likely I’m want to bookmark your site . You certainly have good stories. Many thanks for revealing your webpage.

  26. Corina 8 février 2019 à 09:43

    A financial advisor is your planning partner.

  27. Dorcas 9 février 2019 à 01:34

    All kinds of investments come with sure risks.

  28. Tamie 15 février 2019 à 01:18

    Think about investments that offer immediate annuities.

  29. Nellie Malet 18 février 2019 à 19:06

    If you like reading a blog, what kind of interesting things that make you like that blog? Give me your favorite blog links too..

  30. Tasha 19 février 2019 à 04:40

    Take into account investments that supply rapid annuities.