Le Blog Finance

Syrie : accord avec la Russie pour exploration de gaz et pétrole en Méditerranée orientale

C’est fort discrètement que le 25 décembre – en pleine trêve des confiseurs – la Syrie a signé avec la Russie un accord pour le moins stratégique sur l’échiquier énergétique mondial. Et ce, sur différents aspects.

Il s’agit tout d’abord du premier accord de prospection pétrolière et gazière signée par la Syrie dans ses eaux territoriales, alors que suite à de récentes découvertes, ses réserves off-shore sont considérées comme les plus importantes de la Méditerranée.

Le fait que russes et syriens agissent de concert alors que le régime du président Bachar al-Assad est frappé de sanctions internationales, suite au conflit interne qui dévaste le pays, est également lourd de symboles.

L’accord, d’une durée de 25 ans, a été paraphé au siège du ministère du Pétrole et des ressources minières à Damas par le ministre syrien du Pétrole, Sleimane Abbas, la Compagnie générale syrienne du Pétrole et l’entreprise russe Soyuzneftegaz. Le directeur général de la Compagnie générale syrienne du pétrole, Ali Abbas, soulignant à cette occasion, qu’il s’agissait du premier contrat accordant des licences d’exploration de gaz et de pétrole dans les eaux syriennes.

Autre élément notable : les zones concernées font partie des gigantesques gisements de gaz et de pétrole récemment découverts en Méditerranée orientale, aux larges de pays tels que …. la Syrie, le Liban, Israël et Chypre.

Précisons à cet égard, qu’un un accord de délimitation des zones économiques exclusives a été conclu le 17 décembre 2010 entre Israël et Chypre, en vue de permettre aux deux pays la poursuite des recherches off-shore d’hydrocarbures de part et d’autre. Provoquant de vives réactions des pays voisins … Turquie, Syrie, Liban et Égypte voyant d’un mauvais œil la volonté hégémonique de l’Etat hébreu sur les gisements récemment découverts tels que Tamar et Leviathan.
Nous avions également laissé entendre à plusieurs reprises que le gouvernement chypriote pourrait faire jouer la concurrence  en vue de monnayer l’octroi d’un prêt salvateur  … en l’échange de licences d’exploration d’immenses champs gaziers off-shore, la Russie étant confrontée à la troïka via l’intermédiaire de la BCE sur ce dossier.

Moscou semble donc désormais redoubler d’efforts pour avancer ses pions sur la zone … en passant par la Syrie. Histoire d’ajouter encore plus d’huile sur le feu …

Quoi qu’il en soit, le ministre syrien a indiqué que la prospection allait débuter dans les prochaines heures sur une superficie de 2.190 km2, ajoutant que le coût de la prospection s’élèverait à 100 millions de dollars. Suite aux récentes découvertes réalisées en Méditerranée, les réserves de gaz pourraient s’élever à 38.000 milliards de pieds cubes.

Selon la revue « Oil and Gas », la Syrie détiendrait au final les plus grandes réserves prouvées de pétrole de la Méditerranée, avec 2,5 milliards de barils, dépassant ainsi ses voisins, hormis l’Irak.

Reste que suite aux sanctions internationales, la Syrie a vu sa production pétrolière chuter de 90% depuis mars 2011, date de début du conflit. Au cours du premier semestre, la production pétrolière est ainsi tombée à 39.000 barils par jour, contre 380.000 b/j avant mars 2011. La production de gaz n’est plus que de 16,7 millions de m3 par jour, contre 30 millions avant la crise en 2011.

Il n’en demeure pas moins que la signature de ce contrat est loin de faire l’unanimité, ne serait-ce qu’au sein de la Syrie elle-même. La Coalition de l’opposition syrienne a ainsi affirmé jeudi que le peuple syrien considérait comme nul l’accord signé la veille entre le gouvernement et la Russie.

« La Coalition condamne cette signature qui vise à donner les richesses de notre sous-sol contre les armes russes destinées à tuer le peuple syrien », a-t-elle indiqué jeudi dans un communiqué.

Ajoutant que « la signature par la société russe d’un des plus importants contrats dans la région avec le régime criminel alors que les combats se poursuivent sans répit met en évidence le fait que le gouvernement russe a signé un accord pour fournir au régime des armes supplémentaire pour tuer le peuple syrien ».

En juillet 2013, à l’occasion du cinquantenaire du quotidien Al-Thawra, le président syrien avait répondu à plusieurs questions de journalistes. En réponse à l’un d’entre eux, lui demandant de faire la lumière sur les ressources en pétrole et en gaz des eaux territoriales syriennes, Bachar Al-Assad avait indiqué : « C’est la vérité, que ce soit dans nos eaux territoriales ou dans notre sol. Les premières études ont fait état d’importants gisements de gaz dans nos eaux territoriales. Puis, nous avons su que d’autres gisements s’étendaient de l’Égypte à la Palestine et sur tout le long de la côte ; ces ressources étant plus abondantes dans le Nord ». Ajoutant : « certains disent que l’une des raisons de la crise syrienne est qu’il serait inacceptable qu’une telle fortune soit entre les mains d’un État opposant mais, évidemment, personne ne nous en a parlé de façon directe. C’est une analyse logique de la situation et nous ne pouvons ni la réfuter, ni la considérer comme une raison secondaire. C’est peut-être la raison principale de ce qui se passe en Syrie mais, pour le moment, elle reste du domaine de l’analyse. »

Sources : AFP, Mondialisation.ca, Al-Thawra

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  - 28 décembre 2013

A lire également :

. Chypre / gaz  : négociations avec l’Italie (ENI) et la Corée du Sud (KOGAS) sur des gisements stratégiques

. Liban : conflit ouvert avec Israël pour pétrole et gaz de Méditerranée

. Dégel Iran/USA : inquiétude des monarchies du Golfe, la Syrie en arrière plan

Partager cet article

Article de

7 commentaires

  1. Elisabeth Studer 29 décembre 2013 à 15:56

    RIA NOVOSTI 26/12/2013
    Le groupe pétrogazier russe SoyouzNefteGaz investira environ 90 millions de dollars dans la prospection et le forage du bloc 2 au large des côtes syriennes, a déclaré à RIA Novosti la porte-parole du ministère syrien du Pétrole Manal Zeiti.

    « A l’étape de prospection, SoyuzNefteGaz devrait investir 15 millions de dollars dans le projet. Par la suite, le groupe russe investira 75 millions de dollars dans le forage d’un puits d’essai », a fait savoir Mme Zeiti.

    Mercredi 25 décembre, SoyouzNefteGaz et le ministère syrien du Pétrole ont signé un contrat pour la prospection des hydrocarbures sur le bloc 2 du plateau continental syrien, qui s’étend du rivage de la ville côtière de Tartous à la ville de Baniyas. Sa superficie totale est de 2.190 kilomètres carrés.

    Selon l’agence de presse syrienne Sana, qui cite le ministre du Pétrole Suleiman Abbas, le contrat entrera en vigueur « immédiatement » en dépit des sanctions imposées à la Syrie par l’Union européenne et les Etats-Unis.

  2. Elisabeth Studer 29 décembre 2013 à 15:57

    MOSCOU, 29 mai – RIA Novosti

    La production de pétrole syrienne a chuté de 95% depuis le début du conflit armé dans ce pays en mars 2011, a annoncé mercredi le ministre syrien du Pétrole Suleiman Abbas.

    « La production de pétrole brut a diminué à 20.000 barils par jour contre les 380.000 barils par jour que la Syrie produisait avant mars 2011″, a indiqué M.Abbas dans une interview au journal syrien Al-Baath.

    La production de gaz a été divisée par deux depuis mars 2011, selon lui.

    Le ministre a expliqué la chute de la production pétrogazière par « les activités terroristes de formations armées et l’embargo sur l’exportation de pétrole syrien ».

    « La crise que traverse la Syrie oblige le pays à importer beaucoup de pétrole et de produits pétroliers », le gouvernement débloque à cette fin près de 500 millions de dollars par mois, a ajouté M.Abbas.

    Le Conseil de l’Union européenne a décidé d’assouplir ses sanctions économiques imposées à la Syrie en avril dernier, afin de « soutenir l’opposition et les civils ». Les pays membres de l’UE ont été autorisés à importer du pétrole et des produits pétroliers syriens, à exporter des technologies de pétrole et de gaz vers la Syrie et à investir dans l’industrie pétrolière syrienne.

  3. retrouvé le retour 29 décembre 2013 à 23:26

    « le régime du président Bachar al-Assad est frappé de sanctions internationales » effectivement nous organisons depuis un certain temps des blocus économiques. Il s’agit de boycotts d’étatiques dont nous finirons par être victimes.

  4. retrouvé le retour 3 janvier 2014 à 13:11

    Pour compléter cette merveilleuse analyse, la Nème sur des découvertes mirifiques, les meilleurs « gaz » et « brut » de la Méditerranée Orientale, se sont probablement les hydrocarbures de l’ex-volcan de Santorin. Il faut relier tout cela aux énormes poches de l’Atlantide! Pétrole et gaz à gogo!
    La France va finir par vivre, d’amour et d’eau salée fraîche de l’Atlantique. (et d’allocations chômage !!)

  5. retrouvé le retour 18 septembre 2014 à 15:38

    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/418722/deces-d-enfants-en-syrie

    Il existe donc maintenant des ministères rebelles dont un qui vaccine, avec la bénédiction certaine de Fabius, le « responsable mais pas coupable ».
    Entre le ministre de la santé rebelle et l’ ex-ministre français de la santé de l’affaire du sang contaminé, on sent la marque des vrais pros !!
    Les illettrés sans dents restent sans voix !

  6. ES 25 décembre 2016 à 12:51

    Les chanteurs, danseurs et musiciens du chœur de l’armée russe Ensemble Alexandrov ainsi que des journalistes et des militaires se rendaient à la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie, pour féliciter les soldats des Forces aérospatiales russes et animer les fêtes du Nouvel An.

    L’avion militaire Tu-154, qui se dirigeait vers la base aérienne russe de Hmeimim, près de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, et s’est abîmé ce matin en mer Noire, transportait 93 personnes, dont huit membres d’équipage et 84 passagers, des soldats russes, les chanteurs du chœur de l’armée russe Ensemble Alexandrov et des journalistes. Tous allaient en Syrie pour souhaiter de bonnes fêtes du Nouvel An aux soldats russes déployés dans la région.

    En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/societe/201612251029335890-russie-crash-avion-militaire-syrie-victimes/

  7. ES 25 décembre 2016 à 12:51

    on en reparle bien evidemment ….

Commenter cet article