Le Blog Finance

AZF : quand Libé parlait d’odeur de poudre liée à un projet de fusion d’activités SNPE / Snecma

En cette veille du 21 septembre 2016, de sinistre mémoire à Toulouse … date dite de la catastrophe AZF et alors que le 13 janvier 2015,  la Cour de cassation a annulé la décision de la cour d’appel de Toulouse condamnant Serge Biechlin, l’ancien directeur de l’usine AZF et sa maison mère, Grande Paroisse, pour leur responsabilité dans l’explosion du 21 septembre 2001, renvoyant l’affaire devant la cour d’appel de Paris, je choisis délibérément de vous parler non pas d’AZF mais du secteur industriel français, et tout particulièrement des branches d’activité liées à l’aéronautique et à la défense, dont nombre de sites stratégiques sont implantés dans la Ville rose. Simple hasard ?

Je reprendrai pour cela un article paru dans Libération le 6 septembre 2001 !!!! avec un titre on ne peut plus prémonitoire : « Ça sent la poudre entre les explosifs et l’aéronautique ». Non, vous n’avez pas rêvé !! Ni même cauchemardé …. !

Alors revenons un instant sur son contenu …

Le journaliste de Libération, Grégoire Biseau, y relatait que Jean Faure, le patron de la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE), et Jean-Paul Béchat, le patron du groupe aéronautique Snecma étaient passés du rang de rivaux à celui d’ennemis.

« Depuis quelques semaines, la mèche brûle » indiquait ainsi le journaliste en une sorte de phrase à la limite du prémonitoire. Alors que seule la Garonne sépare le site d’ AZF-Grande Paroisse de celui … de la SNPE. Site qui quoiqu’on en dise n’a pas été épargné – loin s’en faut – par la (les?) explosions survenue(s) en cette fatale journée du 21 septembre 2001.

«  L’objet du litige? Un projet de société mixte entre les deux groupes, baptisée Herakles » ajoutait-il. En précisant qu’il s’agissait alors de marier les activités  espace-défense de la SNPE avec celles de propulsion de missiles de la Snecma. Cette dernière se faisant alors prier pour donner son aval à la proposition du partage 50/50 qui lui avait été faite. S’attirant ainsi l’ire de la SNPE et du gouvernement français lui-même.

« Tout dans cette histoire franco-française sent la poudre » indiquait le journaliste, évoquant « des vieilles rivalités de chefs, des questions financières, des syndicats maison sur le pied de guerre et une campagne de lobbying pour se disputer la prochaine succession de Jean Faure ».
Grégoire Biseau nous révélait ainsi qu’au début du mois de septembre 2001, une coordination syndicale de la SNPE était venue demander audience au ministère de la Défense « pour exprimer de vive voix sa crainte d’assister au démantèlement pur et simple de son entreprise ». Réponse lui avait été faite en retour : « pas de projet de démantèlement de la SNPE en vue et maintien du principe de parité dans le capital d’Herakles ». Une situation tellement idyllique qu’un syndicaliste avait estimé que cela était «  trop beau pour être vrai », invitant à la vigilance.

Libé indiquait parallèlement que le différent était né d’une visite faite en 2000 par Jean Faure et Jean-Paul Béchat auprès de leur ministre de tutelle, Alain Richard, en vue de lui présenter un projet de mariage de leurs activités d’explosifs et de propulsion. Lequel semblait d’autant plus ravi d’une telle proposition que les Etats-Unis venaient eux aussi « de constituer leur champion de l’explosif militaire ».

Mais après leur travail d’évaluation, les banques-conseils de la Snecma avaient convaincu Béchat d’exiger plus que la parité.

En vue d’équilibrer la donne, Jean Faure propose donc alors de mettre dans Herakles son centre de recherche et la gestion de son parc immobilier. Proposition rejetée par la Snecma … conduisant au « clash » selon les termes mêmes de Libé.

Histoire de trouver quelques appuis, le patron de la Snecma avait su alors s’attirer les faveurs des syndicats, pour lesquels une fusion d’égal à égal avec leurs collègues de la SNPE semblait alors inacceptable. «Notre statut est bien meilleur que celui de la SNPE », expliquait ainsi Dominique Thebaud, de Force ouvrière. « Rien que cette année, chaque salarié du groupe va recevoir 24 000 francs au minimum au titre de la participation et de l’intéressement. Si on intègre Herakles, on devra faire une croix dessus » ajoutait-il.

Une affaire qui tombait alors fort mal pour Jean Faure, qui parallèlement au projet Herakles, négociait une augmentation de capital de 76,2 millions d’euros. Opération accepté par Alain Richard à la seule condition que la SNPE et la Snecma mettent fin à leurs différents. Et ce … à trois semaines du départ de Faure, prévue le 24 septembre 2001 … soit le lundi suivant la catastrophe du vendredi 21 septembre …

Quant à Jean-Paul Béchat, ce dernier semblait vouloir « jouer la montre », travaillant sur l’ouverture de 25 % du capital de la Snecma prévu pour la fin octobre 2001.

«Si on cède la majorité d’Herakles à la Snecma, la SNPE devient un petit groupe de chimie » assurait alors un proche de Faure. Redoutant d’être vendu à « un plus gros » compte-tenu des difficultés liées au fait de se développer tout seul.

Un contexte industriel pour le moins chargé, donc, à quelques heures à peine de la catastrophe dite AZF survenue sur le site voisin de la SNPE  alors même que les Etats-Unis  venaient « de constituer leur champion de l’explosif militaire ».

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 20 septembre 2016

Partager cet article

Article de

42 commentaires

  1. GRESILLAUD 21 septembre 2016 à 00:20

    Excellent article Elisabeth reprenant un historique de début septembre 2001 extrêmement troubant ! Héraklès est bien le nom de l’entité qui occupe la SNPE Toulouse aujourd’hui et la Snecma a fusionné pour devenir le groupe Safran, chouchou des autoritées toulousaines. L’explosion est tombée à point nommé pour éliminer en quelques années toute la chimie qui n’intéressait pas Héraklès mais on a gardé le Perchlorate d’Ammonium, pour lequel Toulouse est encore aujourd’hui le seul site européen de Production. Les morts ont-ils servi à cela ?

  2. Elisabeth S 21 septembre 2016 à 00:51

    Bonjour Pierre et merci bcp pour ta remarque !
    concernant les morts j’espère que non …. mais il faut admettre que tout cela est bien troublant.

    Et encore plus avec les éléments contenus dans cet article
    http://www.leblogfinance.com/2012/08/snpe-quand-le-pdg-jacques-zyss-etait-remercie-par-le-gouvernement.html

  3. Elisabeth S 21 septembre 2016 à 00:52

    notamment :
    “Un tel projet ne date pas d’hier …. le projet Herakles visait déjà en 1999 à rapprocher les activités de propulsion solide de SNPE et la filiale de Safran, Snecma Propulsion Solide (SPS).
    Mais depuis sa nomination en juillet 2004, le PDG de la SNPE Jacques Zyss s’est battu contre ce projet, lequel signifierait la désintégration de l’historique société publique, dont la nature très stratégique nécessite – selon lui – de sérieuses précautions.”

  4. Elisabeth S 21 septembre 2016 à 00:57

    Après …. il est egalement possible que certains concurrents aient eu interets à que l’opération ne se fasse pas … et selon une stratégie bien rodée … aient exploité une faille .
    N’oublions pas aussi que tout cela se passe quelques jours après le 11 septembre et le refus de la France de s’engager en Irak .

  5. Elisabeth S 21 septembre 2016 à 01:03

    A lire également :
    Northrop Grumman lance une OPA de 5,9 milliards de dollars sur TRW
    http://www.lesechos.fr/25/02/2002/LesEchos/18601-050-ECH_northrop-grumman-lance-une-opa-de-5-9-milliards-de-dollars-sur-trw.htm

    A ne surtout pas rater …. la fin de l’article :

    LE 25/02/2002
    La surprise fait aussi partie de la stratégie. Northrop Grumman, l’un des groupes de défense américain les plus réputés, a annoncé vendredi une offre de rachat non sollicitée de l’équipementier automobile et de défense TRW pour 5,92 milliards de dollars. Le groupe, dirigé par Kent Kresa, propose aussi de reprendre pour environ 5,5 milliards de dollars de dettes, portant ainsi le coût total de l’acquisition à plus de 11 milliards de dollars.
    Si la transaction aboutit, Northrop Grumman deviendra le premier fabricant américain de matériel militaire, à égalité avec Lockheed Martin et devant Boeing.
    Mais ces derniers pourraient proposer une surenchère. Une contre-offre pourrait aussi venir, entre autres, de General Dynamics, rival malheureux l’an dernier de Northrop Grumman dans la bataille pour le contrôle de Newport News Shipbuilding, le seul fabricant américain de porte-avions à propulsion nucléaire.
    Après une décennie 1990 marquée par des restructurations, des fermetures d’usines et des licenciements, l’industrie américaine de la défense est de nouveau en ébullition. George W. Bush vient de proposer d’augmenter de 31 % le budget de la Défense l’an prochain pour le porter à 379 milliards de dollars.

    Les événements du 11 septembre ont renforcé les perspectives de gros contrats du Pentagone dans des secteurs à haute valeur ajoutée comme les systèmes de bouclier antimissile, un des métiers de TRW. Ce dernier est l’un des trois groupes impliqués dans le projet avec Lockheed Martin et Boeing.

    Northrop Grumman offre 47 dollars par action TRW, soit une prime de 22 % par rapport au cours moyen des douze derniers mois. Il propose de financer l’acquisition intégralement par échange d’actions. L’offre contient une clause selon laquelle le prix de 47 dollars est garanti, même en cas de baisse de l’action Northrop Grumman.

    [...]

    En cas de réussite de l’OPA, Northrop Grumman a annoncé son intention de revendre la branche automobile de TRW, qui représente les deux tiers du chiffre d’affaires.
    « L’une des raisons de cette offre est que nous voulons être impliqués dans la défense antimissile », a expliqué vendredi Kent Kresa. TRW a décroché pour 2 milliards de dollars de commandes du Pentagone l’an dernier, ce qui fait de lui le septième fournisseur de l’armée américaine.
    *****************************

    Dans le cadre du projet de bouclier antimissile, il développe notamment des systèmes de commande et de contrôle pour les missiles « tueurs ” et travaille avec Lockheed Martin et Boeing sur un projet de laser basé dans l’espace capable de détruire des missiles ennemis.
    ***************************************************

    Le Pentagone ne verrait pas d’un mauvais oeil cette alliance qui aboutirait à la création d’un troisième grand fournisseur d’équipement militaire intégré capable de rivaliser avec Lockheed Martin et Boeing. Le nouvel ensemble réaliserait un chiffre d’affaires de 26 milliards à 27 milliards de dollars (hors automobile) en 2003, selon un calcul interne, ce qui le placerait juste devant Lockheed Martin (25 milliards de dollars).

  6. retrouvé le retour 21 septembre 2016 à 11:14

    Oui c’est pour cela que les “vilains bridés”, on fait des destructions de “satellites malades” en vol, pour bien montrer que eux non plus ne confondaient pas vitesse de la fusée et vitesse de la lumière !!
    ceci dit la lumière même hyper concentrée a elle même un inconvénient majeur !!!
    ;) ;)

  7. retrouvé le retour 25 septembre 2016 à 01:56

    http://www.ledauphine.com/france-monde/2016/09/24/une-femme-tuee-par-balles

    Où l’on semble apercevoir que tous les costumes féminins religieux devraient être déclinés en kevlar !!
    :(

  8. retrouvé le retour 25 septembre 2016 à 09:48

    Par contre porter plusieurs vêtements empilés les uns sur les autres ne se retrouve pas uniquement chez les femmes “gitanes”. C’est bien ce que tu voulais dire ES ?
    :) :) :)

  9. Elisabeth S 25 septembre 2016 à 12:09

    oui, la theorie des vetements empilés …
    mais tout le monde n’est pas vierge dans cette affaire tres complexe.
    tres français ou tres cartésien de scinder les scénarios, or, l’un n’empeche pas l’autre .

    on ne parle que d’AZF …. Total, une vache à lait bien pratique pour camoufler d’autres responsabilités ?

  10. retrouvé le retour 25 septembre 2016 à 15:54

    Camoufler où ? Sous le tapis ? attention de ne pas être désorienté !! :) :)

  11. Elisabeth Studer 25 septembre 2016 à 20:06

    non justement, le camouflage pourrait ne pas etre celui qu’on croit … cela pourrait etre camoufle sous le képi selon certains …

  12. retrouvé le retour 26 septembre 2016 à 13:36

    ES, je vois bien que tu n’es pas désorientée par cette affaire ni par aucune autre !! Quid du tapis devenu képi ? Le Kepi est-il aussi mal orienté ?

  13. Elisabeth Studer 15 février 2017 à 00:38

    article à lire et à relire par les temps qui courent …

  14. hi 25 janvier 2019 à 00:03

    If some one wishes to be updated with hottest technologies
    afterward he must be go to see this web page and be up to
    date daily.

  15. Shelia 26 janvier 2019 à 01:39

    Think about investments that supply fast annuities.

  16. brazilian steakhouse sf 26 janvier 2019 à 06:52

    It’s truly very complicated in this busy life
    to listen news on Television, therefore I just use the web for that purpose, and take the hottest information.

  17. Candace 26 janvier 2019 à 14:03

    And this is an investment threat value taking.

  18. Luca 26 janvier 2019 à 18:17

    Now it is time to choose your specific investments.

  19. brazilian steakhouse san jose 27 janvier 2019 à 01:38

    Very nice post. I just stumbled upon your blog and wished to say that
    I have truly enjoyed browsing your blog posts. After all I will be
    subscribing to your rss feed and I hope you write again soon!

  20. brazilian wax at home 27 janvier 2019 à 03:21

    bookmarked!!, I really like your blog!

  21. Jann 7 février 2019 à 02:32

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  22. Blair 7 février 2019 à 03:17

    All kinds of investments include certain risks.

  23. Louise 7 février 2019 à 07:42

    Thanks for your interest in Funding Recommendation.

  24. why not find out more 7 février 2019 à 15:27

    I just want to mention I am beginner to weblog and definitely enjoyed your web-site. Probably I’m likely to bookmark your site . You really have excellent articles. Thank you for sharing with us your web site.

  25. Lois 8 février 2019 à 05:07

    A financial advisor is your planning accomplice.

  26. John Deere Service Manuals 9 février 2019 à 18:17

    An additional problem which on the internet chatting could provide is a self-belief on the person. Because it will be less difficult in order to discuss on the web, an individual that’s incredibly self conscious as well as shy could possibly have trouble using by using exactly who they really is actually. Anybody rather is much like dwelling the two oceans.

  27. Emely 11 février 2019 à 08:20

    That is true for investment advice as nicely.

  28. Pasquale 12 février 2019 à 01:19

    Take into account investments that provide
    fast annuities.

  29. Kristan 12 février 2019 à 01:31

    A monetary advisor is your planning companion.

  30. Fermin 12 février 2019 à 03:31

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  31. Ferdinand 15 février 2019 à 02:38

    All types of investments come with certain risks.

  32. Ronnie Bouy 16 février 2019 à 05:57

    I am starting a Virtual assistant business and would like to start building a website that can expand with me. I am on a very limited income so I need to start it for next to no money upfront. Please help..

  33. John 17 février 2019 à 01:27

    Financial advisors enterprise is folks enterprise.

  34. Mackenzie 18 février 2019 à 02:31

    Financial advisors enterprise is people enterprise.

  35. Candace 18 février 2019 à 02:56

    That is true for investment recommendation as properly.

  36. Tamela 19 février 2019 à 01:49

    And that is an investment threat price taking.

  37. Carmela 19 février 2019 à 02:28

    And this is an funding threat value taking.

  38. Alethea 19 février 2019 à 05:14

    A financial advisor is your planning associate.

  39. John Deere Repair Manuals 19 février 2019 à 09:36

    This is the right weblog for anybody who desires to find out about this topic. You realize so much its nearly exhausting to argue with you (not that I actually would need…HaHa). You positively put a new spin on a topic thats been written about for years. Great stuff, just nice! Miss Duke Nukem