Le Blog Finance

Tentative de coup d’Etat en Turquie : “opportunité” pour bloquer Turkish Stream  ?

Simple coïncidence, permettez-moi d’en douter. Alors que le récent rapprochement entre Ankara et Moscou offrait  l’opportunité de remettre à l’ordre du jour le projet de gazoduc  Turkish Stream, la récente tentative de coup d’Etat en Turquie pourrait  impliquer un report. A plus grande joie des majors pétrolières et autres Etats soucieux de contrecarrer un projet d’une haute importante géostratégique.

Alors même que les experts tablaient sur le fait que les rapprochements diplomatiques entre la Turquie, Israël et la Russie, survenus au début du mois auraient des répercussions économiques importantes, notamment dans le domaine de l’énergie, les relations entre Ankara et Moscou ne sont  plus désormais propices à la reprise des travaux à l’étude.

Des conséquences de la tentative de coup d’Etat avortée non négligeables alors même que la Turquie est au coeur d’un nœud gazier de toute première importance, tant avec Israël d’une part – avec l’exploitation des ressources en Méditerranée orientale au large de Chypre – île à moitié turque – qu’avec la Russie. Attachons-nous dans un premier temps à l’aspect russo-turque.

«Des sources russes proches du Kremlin donnent des signaux clairs quant à la reprise du projet. Je pense que nous verrons très prochainement des avancées sur cette question. Pour la Russie, ce serait une manière de montrer aux opposants au projet de gazoduc North Stream 2 que cet autre projet n’est pas indispensable pour elle. La Russie a de nombreuses ressources en gaz naturel qu’elle pourra utiliser grâce à Turkish Stream», affirmait encore récemment David Livingston, expert dans le domaine énergétique à l’Institut Canergie de Bruxelles.

Ce dernier ajoutant que si le « rapprochement entre Ankara et Moscou a été une surprise pour Washington , pourtant, au regard des intérêts communs des deux pays en matière d’énergie, de diplomatie et d’économie, les Etats-Unis ne devraient pas être surpris.» Selon lui, cette nouvelle donne devrait relancer le projet de gazoduc  Turkish Stream. De plus, toujours selon David Livingston, le rapprochement entre Ankara et Tel Aviv se concrétise en parallèle au rapprochement Turquie-Russie. Il affirme ainsi que ces trois pays ont des intérêts communs en matière énergétique.

Des propos tenus avant la tentative de coup d’Etat.

Rappelons qu’après 7 mois de crise diplomatique entre Moscou et Ankara, survenues après qu’un avion russe ait été abattu pour avoir violé l’espace aérien turc, la lettre adressée par le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, au Président russe Vladimir Poutine, a permis d’enclencher une reprise du dialogue entre les deux pays. Le 29 juin dernier, Erdogan et Poutine se sont entretenus au téléphone et les deux pays ont lancé le processus de normalisation.

Le 15 juillet dernier, le Premier ministre turc Binali Yildirim a déclaré que la Turquie était prête pour reprendre des projets d’infrastructure communs avec la Russie, mettant en avant la construction d’un gazoduc et celle de la centrale nucléaire d’Akkuyu, à laquelle Ankara attache une grande importance.

« Pour la Russie et la Turquie, il est important de revenir à la mise en œuvre de l’oléoduc Turkish Stream et la construction d’Akkuyu » a ainsi déclaré Yildirim. Ajoutant que ces voies de coopération étaient revêtues de degrés variables d’importance pour la Turquie, la priorité étant donnée à la construction d’une centrale nucléaire.

Une réunion du ministre de l’ Economie turc Nihat Zeybekciego et du ministre de l’ énergie turc, Berat Albayrak (gendre du président Erdogan) avec Alexander Nowak, initialement prévu le 27 Juillet à Je?abudze (République du Tatarstan) était alors considérée comme une large opportunité permettant d’aborder des discussions sur les projets énergétiques communs.

Parallèlement, l’agence Anadolu avait indiqué que, selon des informations non officielles, une réunion devait avoir lieu durant la première semaine d’Août, entre Erdogan et Vladimir Poutine.

Néanmoins, selon le directeur adjoint de la Caisse nationale de sécurité de l’ énergie, Alexei Griwacza , l’instabilité politique qui prévaut désormais en Turquie entrave la mise en œuvre des projets d’infrastructure, tels que le gazoduc Turkish Stream. Selon lui, il est prématuré de discuter de la construction du pipeline, et ce, d’autant plus que la sortie de crise des relations russo-turques est trop récente et que les deux pays n’ont pas eu le temps de discuter du transit gazier à travers la Turquie.

Rappelons qu’en décembre dernier, alors que nous laissions entendre dans un article précédent que « l’affaire » de l’avion russe abattu par la Turquie le 24 novembre 2015 pourrait être fortement liée au projet de gazoduc Turkish Stream – contre lequel les Etats-Unis redoublaient leurs  pressions – le ministre russe de l’Energie Alexandre Novak avait déclaré que les négociations entre Moscou et Ankara au sujet de pipeline censé relier les deux pays par le fond de la mer Noire, « étaient suspendues à l’heure actuelle ». Ajoutant que « le travail de la commission intergouvernementale sur la coopération commerciale et économique russo-turque avait été parallèlement suspendue conformément à un arrêté ad hoc du gouvernement russe ».

Le 26 novembre 2015, le ministre russe du Développement économique avait indiqué pour sa part que le projet de gazoduc Turkish Stream – lequel devait permettre à la Russie d’approvisionner l’Europe du Sud en contournant l’Ukraine – tombait sous le coup de la loi sur les mesures de rétorsion prises par la Russie en réaction à l’agression commise par la Turquie, faisant ainsi référence au Sukkoi abattu. « Ce projet n’a rien de différent de tout autre projet, et notre coopération dans le domaine de l’investissement est traitée de la même manière« , avait ainsi déclaré le ministre Alexeï Oulioukaïev.

Jusqu’à lors, Gazprom ambitionnait de mettre en service dès la fin 2016 un nouveau pipeline à destination de la frontière gréco-turque, projet qui devrait notamment permettre de compenser l’abandon du projet South Stream vers l’Union européenne.

- Le Sukhoi abattu quelques heures après une réunion stratégique Grèce/Russie sur le projet

Il n’en demeure pas moins que le différend notable entre Russie et Turquie occasionné par le tir turc contre l’avion russe a vu le jour quelques heures à peine après une rencontre stratégique entre ministre grec de l’Energie et le vice -Premier ministre russe sur une éventuelle participation de la Grèce au projet.

C’est ainsi que le 23 novembre dernier, des sources très proches du Ministre grec de l’Energie et de l’Environnement ont déclaré que le processus pour construire le Trans Adriatic Pipeline (TAP ) allait de l’avant, ajoutant qu’Athènes était également en discussion avec Moscou sur une éventuelle expansion du gazoduc Turkish Stream de la frontière entre Grèce et Turquie vers l’Italie.

Toujours selon ses mêmes sources grecques, l’intérêt pour le projet russe de Turkish Stream était à cette date « plus élevé que jamais, car il semble qu’il y ait de plus en plus de pays en Europe qui veulent être impliqués, en particulier l’Italie et la France, alors qu’auparavant seules la Grèce et la Russie poussaient le projet. »
Le ministre grec de l’Environnement et de l’Energie, Panos Skourletis a en effet discuté au sujet de Turkish Stream avec le vice -Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch, le 20 novembre dernier à Athènes, le vice-premier ministre russe ayant également discuté du projet avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras.

Avant que ne survienne l’affaire du Sukhoi abattu, Skourletis avait prévu de rencontrer le ministre russe de l’énergie Alexander Novak, le 2 décembre à Moscou  en vue de discuter de l’expansion de Turkish Stream via le gazoduc d’Europe du Sud à partir de la frontière de la Turquie à l’Italie via le gazoduc Poséidon ( Interconnexion Turquie Grèce Italie – ITGI ).

Des sources proches du ministère de l’Energie grec avaient par ailleurs déclaré que « l’expansion de Turkish Stream servait en particulier les intérêts grecs et que la Grèce considérait le projet comme un développement positif. »

- Russie et Turquie liées sur le projet stratégique de Turkish Stream

C’est lors d’une visite en Turquie, qu’au début du mois de décembre 2014, le président russe avait annoncé l’abandon de South Stream, évoquant une nouvelle alternative pour rediriger le gazoduc en cours de construction vers le territoire turc. Initialement, South Stream devait relier la Russie à l’Italie en passant sous la Mer Noire … scénario permettant d’éviter l’Ukraine par où transite aujourd’hui près de la moitié des livraisons russes à l’Union européenne.

Alors que la Commission européenne avait  estimé que le projet de pipeline ne respectait pas les règles européennes, arguant du fait que Gazprom refusait d’ouvrir l’accès du gazoduc à d’autres fournisseurs, Vladimir Poutine avait quant à lui justifié l’arrêt de South Stream par l’opposition de l’Union européenne (UE) au passage du gazoduc sur le territoire de ses Etats membres, notamment la Bulgarie.

Durant l’été 2014, Bruxelles avait en effet exercé de fortes pressions sur Sofia afin que le gouvernement bulgare renonce aux premiers travaux de construction de gazoduc. « Nous allons dérouter nos ressources énergétiques vers d’autres régions du monde et l’Europe ne recevra plus les mêmes volumes de la Russie, mais c’est le choix de nos amis européens », avait alors souligné le président russe.

Au final, au début du mois de décembre 2014, Moscou et Ankara ont signé un accord pour la construction d’un nouveau pipeline reliant les deux pays via la Mer noire  et la mise en place d’un hub gazier à la frontière en Grèce et Turquie, tout en offrant au gouvernement turc une remise de 6 % sur ses approvisionnements en gaz. La Grèce devenant ainsi dans ce scénario un pays stratégique pour permettre le transit du gaz vers l’Union européenne … la Turquie étant  quant à elle le deuxième client de Gazprom derrière l’Allemagne. Avec un enjeu associé et non des moindres : « nullifier » le rôle de l’Ukraine en tant que transit gazier entre la Russie et l’Union européenne, selon les termes mêmes employés par Alexei Miller en décembre 2014.

En janvier 2015, Moscou a tenu à préciser que le nouveau projet Turkish Stream de Gazprom prévoyait de déployer le pipeline jusqu’à la frontière gréco-turque, charge restant aux Européens de créer les infrastructures en vue de récupérer le gaz au delà de ces limites.

Si Moscou et Ankara étaient arrivés à un accord préalable sur Turkish Stream le 13 juin 2015 à Bakou, (Azerbaïdjan), le ministre turc de l’Energie, Taner Yildiz,  concédait certes alors ne pas pouvoir affirmer « que toutes les obstacles sont surmontés » mais demeurait confiant quant à une issue positive. Espérant  officiellement que le contrat soit signé le plus vite possible.

En juillet 2015, une filiale de Gazprom, South Stream Transport BV, avait  informé l’italien Saipem de la rupture du contrat relative à la construction de la première branche du gazoduc Turkish Stream. Une décision qui pouvait alors surprendre, et ce d’autant plus qu’un navire de la société spécialisée dans la recherche et les forages pétroliers avait jeté l’ancre le 6 juillet près d’Anapa, en mer Noire, en vue de débuter les travaux.

South Stream Transport BV motivait alors  sa décision par la nécessité « d’arriver à un accord sur les questions pratiques et commerciales en ce qui concerne la réalisation du projet de Turkish Stream ». Les négociations avec la Turquie traînant en effet en longueur, freinant le lancement des travaux.
Par la suite, les discussions avaient pris du retard, compte-tenu  notamment de l’instabilité politique en Turquie. Moscou et Ankara s’étaient entendus pour reprendre les discussions après les élections législatives du 1er novembre 2015.
Parallèlement, le  Financial Times avançait quant à lui le chiffre de 16 milliards de mètres cubes de gaz par an pour la consommation intérieure de la Turquie, dépendante à 50% du gaz russe.

- La gestion de la dette grecque fortement liée au projet Turkish Stream

En février 2015, le conseiller diplomatique du chef de l’Etat russe Iouri Ouchakov avait déclaré que le président russe Vladimir Poutine et le nouveau premier ministre grec Alexis Tsipras avaient examiné par téléphone la situation en Ukraine et la décision récemment prise par Moscou d’abandonner le projet de gazoduc South Stream. Un dossier qui concerne l’Union européenne toute entière … sa dépendance énergétique étant en jeu. L’Ukraine pesant fortement dans la bataille.

Si certes Vladimir Poutine avait de nouveau félicité le parti Syriza à l’occasion de sa victoire aux élections, tout en félicitant personnellement Alexis Tsipras « à l’occasion de son entrée en fonction », le Président russe avait alors invité son interlocuteur à effectuer une visite en Russie. Avec en ligne de mire : le projet du gazoduc on ne peut plus stratégique.

En juin 2015, en pleine bataille avec ses créanciers au sujet de l’épineux dossier de la dette grecque, le ministre grec de l’Energie, Panayiotis Lafazanis, et son homologue russe, Alexandre Novak, avaient au final signé un accord pour la construction d’un gazoduc russe en Grèce. Un véritable camouflet pour Bruxelles qui voyait tout ceci d’un très mauvais œil …

Les ministres avaient par ailleurs tenu à préciser que le coût total de la construction du gazoduc s’élevait à 2 milliards d’euros et qu’il sera doté d’une capacité de livraison de 47 milliards de mètres cubes de gaz pour ses clients européens.
Le document, certes alors au stade du protocole d’entente, prévoyait la création d’une coentreprise détenue à parts égales grecques et russes. Cette dernière sera chargée de la construction du gazoduc, laquelle devait s’étaler entre 2016 et 2019, selon Alexandre Novak.

La coentreprise, baptisée South European Gas Pipeline, devait être financée à 50% par la partie russe et à 50% par la partie grecque, laquelle a contracté à cet effet un prêt auprès de la banque russe Vnesheconombank, selon les propos mêmes de M. Lafazanis.

Ce gazoduc   »nous permet de continuer nos projets de construction d’infrastructures dans le cadre du gazoduc passant par la mer Noire, la Turquie, et la construction d’un hub en Turquie », s’était félicité pour sa part le ministre russe.
A la mi-avril 2015, la Russie avait certes démenti  les allégations de la presse allemande laissant entendre que Moscou serait sur le point de signer un accord de transit gazier avec la Grèce. Lequel pourrait le cas échéant rapporter 5 milliards d’euros dans les caisses – bien vides – de l’Etat grec.

Citant un cadre du parti de gauche radicale Syriza, le site internet de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel affirmait ainsi que la signature d’un tel accord pourrait intervenir de manière imminente et serait assortie d’un versement à la Grèce d’une avance sur recettes. Laquelle correspondrait aux futures redevances sur le transit de gaz russe par le gazoduc en territoire grec et serait remboursée par la Grèce après 2019, une fois le gazoduc opérationnel.

Parallèlement, une source grecque proche de la négociation avait déclaré qu’Athènes projetait de signer avec la Russie un accord pour étendre à son territoire le projet de gazoduc Turkish Stream, tout en couplant l’opération à un versement d’une avance sur recettes dont le montant serait – selon lui – « proche du haut de l’échelle donnée par le Spiegel ».
« Un accord sera signé à Athènes avec une délégation russe de haut rang sur la construction du gazoduc. Cette accord fixera les conditions de financement de la construction et le niveau des redevances », avait ainsi indiqué cette source ministérielle sous couvert d’anonymat.

Des rumeurs fortement démenties alors par le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, sur les ondes de Business FM. Prenant l’affaire au sérieux, Vladimir Poutine a lui-même déclaré que personne n’avait demandé de l’aide à la Russie.  Il a toutefois reconnu que la question de la coopération énergétique avait été soulevée et qu’elle allait être étudiée par les experts. Il a toutefois tenu à préciser que la Russie n’avait promis aucune aide financière, car aucune demande ne lui avait été faite.

Vladimir Poutine avait également évoqué précédemment une participation de la Grèce au projet de gazoduc Turkish Stream. Il avait toutefois indiqué qu’aucun accord ferme n’avait été conclu. Le gouvernement grec avait parallèlement fait d’ores et déjà allusion à la possibilité d’un financement russe du projet de gazoduc.

- De très fortes pressions US  sur le projet Turkish Stream

En avril 2015, Panagiotis Lafazanis, ministre grec de l’Energie, avait indiqué pour sa part qu’Athènes montrait un vif intérêt au prolongement sur son territoire du nouveau gazoduc que le géant gazier russe Gazprom envisageait alors de construire à destination de la Turquie. Tout en déclarant à la presse russe que les Etats-Unis exerçaient une très forte pression sur la Grèce, afin de la dissuader de participer à la réalisation du projet de gazoduc Turkish Stream, destiné à livrer du gaz russe en Europe.

« Ils exercent une très forte pression », avait ainsi déclaré M. Lafazanis interrogé par le journal russe RIA Novosti lors d’une conférence de presse à Moscou. Des pressions américaines qui ne semblaient pas toutefois être suivies d’effet … « Nous considérons que tous les corridors doivent être ouverts pour la Russie », avait ainsi ajouté M. Lafazanis. Lequel a également précisé qu’il ne considérait pas Turkish Stream et le Gazoduc transadriatique (TAP) comme des projets concurrents. Il estimait alors que le second projet n’est pas en mesure de couvrir les besoins européens en gaz naturel.

Le dossier est loin d’être dénué d’intérêts financiers, puisque M. Lafazanis avait alors tenu à souligner que la Grèce souhaitait obtenir de la part de la Russie une réduction de tarif sur le gaz russe livré à partir de 2016, ainsi qu’une baisse des volumes fournis selon des contrats d’enlèvement ferme (« take or pay »).

Sources :

Presse turque et polonaise
AFP, sputniknews.com, Le Monde, themoscowtimes.com, Reuters, Spiegel

Elisabeth Studer – 18 juillet 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

.  Avion russe abattu par la Turquie : pression voilée pour plomber le gazoduc russe Turkish Stream ?

Grèce et Russie en négociation sur Turkish Stream … avant que la Turquie n’abatte le Soukhoï

La Russie rompt son contrat avec l’italien Saipem sur Turkish Stream, la Grèce dans la bataille ?

Ukraine : suspension d’achats de gaz à la Russie, pression cachée sur l’alliance Grèce/Russie pour Turkish Stream ?

Les USA pressent la Grèce de réformer, chantage voilé sur une éventuelle participation au gazoduc Russie-Turquie ?

Partager cet article

Article de

48 commentaires

  1. retrouvé le retour 18 juillet 2016 à 20:13

    On verra bientôt le résultat des stupidités criminelles de nos Sarko et autres Juppé et Fabius.
    Le blocage des “camarades US” de l’armée turque par les barbus laisse entrevoir une suite pas vraiment prévue !! Al Sissi va pouvoir au moins se réfugier sur un porte hélicoptère avant de traverser l’Atlantique.

    Enfin les choses avancent, les Anglais dehors, premier point !!

  2. Elisabeth Studer 18 juillet 2016 à 20:38

    attention tt de même à la stratégie du choc … pour virer Erdogan et “envahir” la Turquie sous motif de non respect des droits de l’homme

  3. retrouvé le retour 18 juillet 2016 à 22:28

    ES on enverra Kouchner comme proconsul de l’ONU ? Avec Madame ?
    C’est oublier un peu vite que Monsieur a fait appel aux Turcs et que pour la première fois depuis la création de la Yougoslavie ce crétin et ses copains US/GB ont réinstallé les Turcs dans le dos des Grecs.

  4. Elisabeth Studer 18 juillet 2016 à 22:52
  5. retrouvé le retour 20 juillet 2016 à 11:06

    Et voilà !! Trois morts français en Libye, et surtout un hélico abattu !! Voila encore un résultat de la liquidation d’un de ses bailleurs de fonds probable par cet ANE CRIMINEL de sarko !!

  6. retrouvé le retour 20 juillet 2016 à 23:07

    Trop fort voilà le grand muffti Erdogan qui copie notre état d’urgence de 3 mois. mais nous, comme on est toujours en avance, on va avoir 6 mois d’état d’urgence avant lui !!

  7. calculette rachat de credit 21 juillet 2016 à 17:18

    attention tout de même à la stratégie du choc

  8. retrouvé de retour 21 juillet 2016 à 23:22

    Oui “calculette” stratégie du choc c’est ce qu’un sous marin GB vient de faire subir à un navire de commerce.!! :) :)

  9. retrouvé le retour 22 juillet 2016 à 14:33

    Toutes ces troupes en perditions, en sous-marin, en pédalo ou en avion ou aux manettes de maquettes téléguidées vont faire d’excellents prisonniers, nous n’avons rien a faire avec ces crétins qui minent notre économie !!
    Transformer nos pilotes en “Généraux Aussaresses” pour bombarder Belgrade où la Syrie conduira directement dans un futur “Nuremberg”

  10. André 22 juillet 2016 à 16:43

    Excellente analyse, au détail près que je ne crois pas un seul instant qu’Israël serait sur la point de s’entendre avec la Fédération de Russie. Aujourd’hui, le torchon brûle diplomatiquement entre les deux pays (après l’affaire syrienne, le rapprochement avec l’Iran et le hezbollah libanais notamment) et leur âpre concurrence qui s’annonce au sujet énergétique ne va pas arranger les choses. L’état hébreu négocie avec l’UE (il a de nombreux atouts en matière de lobbying) pour avoir la grande majorité de la quantité de gaz vendu, au détriment de la Russie, qui le ne l’entend bien évidemment pas de cette oreille.
    Ce qui nous promet, en perspective, de belles passes d’armes et pas mal de fâcherie en filigrane.

    • Elisabeth S 26 juillet 2016 à 20:00

      Merci beaucoup. Je pense en effet que Israel devrait en premier s’accorder avec la Turquie, laquelle se rapproche de la Russie. A voir si le rapprochement russo-turc va obliger à Israel à mettre de l’eau dans son vin.
      La Russie ne devrait pas voir d’un bon oeil qu’Israel la concurrence avec du gaz en provenance des eaux situées au large de Chypre.
      Affaire à suivre de près,les Russes étant de fins stratèges.

  11. retrouvé le retour 22 juillet 2016 à 18:58

    André tu penses vraiment que la Russie va manquer d’air !! Cela est possible mais je crois plus à un axe économique des économies qui fonctionnent sur un pivot Allemagne/Chine ou plus largement l’Asie/Allemagne ou UE/Asie avec les fauteurs de troubles anglosaxons dehors !!
    Les états religieux du Moyen Orient ne sont qu’un gouffre économique pour l’Europe, ils n’ont aucun avenir et seront mis au pas. Quand la crise nous aura débordé il faudra les dissoudre.

  12. Manu Abelé 26 juillet 2016 à 18:30
  13. Elisabeth S 26 juillet 2016 à 19:51

    Mille mercis !!! gagné !!!

  14. retrouvé le retour 26 juillet 2016 à 20:50

    http://www.lefigaro.fr/international/2016/07/26/01003-20160726ARTFIG00200-australie-des-mineurs-tortures-dans-un-centre-de-detention.php

    Trop fort ces anlosaxons !! De vrais gentlemens !! On connait le modèle c’est le petit moustachu germo-autichien de 1933 !!

  15. Chirurgien esthétique Tunis 27 juillet 2016 à 15:24

    La Turkye et la Tunisie restent toujours source de civilisation malgré les coups d’états.

  16. Elisabeth Studer 3 août 2016 à 23:13

    je fais donc une petite synthèse au plus tot
    Experts: Turkish Stream talks strengthen Russia’s positions in gas dialog with Europe
    Business & Economy August 02, 21:07 UTC+3
    The statements by Moscow and Ankara on the possible restart of the Turkish Stream project have worried officials in the EU

    MOSCOW, August 2. /TASS/. The resumption of Russia-Turkey talks on building the Turkish Stream gas pipeline strengthens Moscow’s positions at negotiations with EU countries, including on Nord Stream-2, although the project of delivering natural gas via the Black Sea is fraught with political and economic risks, experts told TASS on Tuesday.

    The statements by Moscow and Ankara on the possible restart of the Turkish Stream project have worried officials in the European Union as its implementation will increase Europe’s dependence on Russian natural gas, the news agency Reuters reported on Monday, citing diplomatic sources.
    As one of the sources said, after the Turkish Stream gas pipeline is launched, Moscow will no longer have to use Ukraine for natural gas transit to Europe while alternative supplies from the Caspian region will be shut in.
    A year after the last official talks on the fate of the Turkish Stream project, Russia and Turkey returned last week to the discussion of the gas pipeline across the Black Sea.
    Turkish Economy Minister Nihat Zeibekci said at a meeting with Russian Energy Minister Alexander Novak that political decisions on the Turkish Stream gas pipeline were already available and a final impulse to this undertaking would be given at a meeting of the heads of Russia and Turkey scheduled for August 9 in St. Petersburg.
    “From the viewpoint of Turkey’s requirements for natural gas, we’re open for building the first stretch of the Turkish Stream,” Zeibekci said.
    Therefore, the Turkish side’s position has not changed compared with 2015 when Ankara was ready to sign an agreement only on one stretch of the gas pipeline. Gazprom insisted on two stretches, refusing to grant the Turkish state company Botas the promised discount for the gas price before the agreement was signed.

    Gazprom viewed the new gas pipeline along the bed of the Black Sea as an alternative to the South Stream project designed to bypass Ukraine in gas deliveries to Europe but abandoned over disagreements with the EU.
    The Turkish Stream project was prepared by the Russian side: infrastructure was fully available in Russia for natural gas deliveries to the Black Sea mainline, pipes had been purchased for the sea stretch and contracts had been signed for building the pipeline across the Black Sea.
    Route of the gas pipeline’s 2nd stretch
    The resumption of the talks on the Turkish Stream gives only advantages to Russia, Head of Analysis at the National Energy Security Fund Alexander Pasechnik said.
    “Moreover, it is not so important on how many stretches they will now agree: one stretch will meet Turkey’s requirements and if there is another, Turkey will already become a transit country. But we would like to hedge risks and possibly divide the trans-Black Sea project, which is now called the Turkish Stream and was earlier called the South Stream,” the expert said.
    When the South Stream was on agenda, the talk was about the delivery of 64 billion cubic meters of natural gas annually and now the talk is about 32 bcm, the expert said.
    The capacity of natural gas delivery along the bed of the Black Sea either to Europe or to Turkey is approximately 32 bcm so far. These are two lines 16 bcm each, with one of them intended to meet Turkey’s requirements while options exist for the second line as it may run across Turkey, the expert added.

    More:
    http://tass.ru/en/economy/892116

  17. Elisabeth Studer 10 août 2016 à 00:09

    on en reparle !
    La Turquie est prête à reprendre les travaux dans le cadre des projets Turkish Stream et Akkuyu, a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue turc.

  18. retrouvé le retour 10 août 2016 à 10:40

    La Turquie est le seul état qui reste dirigé par les “fréros”. Tous les autres fréros élus, Algérie, Egypte ont été liquidés par nos gouvernements pour être remplacés par des militaires criminels et complètement débiles !!
    Nos gouvernements font une politique à courte vue qui va conduire à notre perte économique.
    Si dans les années 70, les responsables du désastre qui se prépare n’étaient pas connus, aujourd’hui c’est totalement différant.

    Il ne faudra surtout pas rater les responsables de la situation catastrophique actuelle. Les” grands guerriers” comme Sarko, Fabius, Juppé et autres criminels comme Kouchner.
    Sans oublier les familles Bush, Clinton & Co qui se croient bien protégés par la distance comme Adolf se croyait bien à l’abri en 1942 !! Des procès à grand spectacle

  19. ES 20 décembre 2016 à 00:48

    L’assassinat à Ankara vise les liens russo-turcs et les efforts de paix en Syrie

    Moscou – Le président russe Vladimir Poutine a qualifié l’assassinat du l’ambassadeur russe lundi en Turquie de provocation destinée à nuire aux liens qui se réchauffaient entre Moscou et Ankara et aux efforts pour résoudre le conflit en Syrie.

    Le crime qui a été commis est sans aucun doute une provocation destinée à perturber la normalisation des relations russo-turques et le processus de paix en Syrie auquel contribuent activementla Russie, la Turquie et l’Iran, a-t-il déclaré à la télévision russe.

    Il peut y avoir seulement une réponse à cela: intensifier la lutte contre le terrorisme et les bandits le sentiront passer, a-t-il dit lors de cette réunion télévisée avec son ministre des Affaires étrangères et les responsables du renseignement intérieur et extérieur.

    M. Poutine a précisé que Moscou envoyait des enquêteurs à Ankara, après reçu pour cela un feu vert du président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’un échange téléphonique.

    Nous devons savoir qui a dirigé la main des tueurs, a déclaré le président russe.

    Le diplomate Andreï Karlov a été abattu de plusieurs balles par un policier turc alors qu’il prenait la parole à l’inauguration d’une exposition d’art dans la capitale turque.

    L’assaillant, qui a ensuite été tué lors d’une opération de police, a affirmé agir pour venger le drame de la ville d’Alep, en passe de tomber entièrement aux mains du régime syrien soutenu par Moscou.

    Cet attentat est survenu à un moment où les relations turco-russes connaissent une embellie depuis plusieurs mois après une grave crise diplomatique née de la destruction en novembre 2015 par l’aviation turque d’un avion militaire russe au-dessus de la frontière syro-turque.

    C’est à la faveur d’un accord de cessez-le-feu parrainé par la Turquie et la Russie que les quartiers rebelles d’Alep sont évacués depuis jeudi, une opération à l’issue de laquelle le régime pourra reprendre le contrôle de toute la ville.

    La Russie est pourtant le principal allié du régime syrien, alors que la Turquie soutient les rebelles qui cherchent à renverser le président syrien Bachar al-Assad.

    Une réunion axée sur le dossier syrien est prévue mardi à Moscou entre les chefs des diplomaties russe, turque et iranienne.

    (©AFP / 19 décembre 2016 22h00)

  20. ES 25 décembre 2016 à 12:49

    Les chanteurs, danseurs et musiciens du chœur de l’armée russe Ensemble Alexandrov ainsi que des journalistes et des militaires se rendaient à la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie, pour féliciter les soldats des Forces aérospatiales russes et animer les fêtes du Nouvel An.

    L’avion militaire Tu-154, qui se dirigeait vers la base aérienne russe de Hmeimim, près de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, et s’est abîmé ce matin en mer Noire, transportait 93 personnes, dont huit membres d’équipage et 84 passagers, des soldats russes, les chanteurs du chœur de l’armée russe Ensemble Alexandrov et des journalistes. Tous allaient en Syrie pour souhaiter de bonnes fêtes du Nouvel An aux soldats russes déployés dans la région.

    En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/societe/201612251029335890-russie-crash-avion-militaire-syrie-victimes/

  21. hi 24 janvier 2019 à 21:06

    It’s difficult to find well-informed people for this topic, however,
    you sound like you know what you’re talking about! Thanks

  22. Marylou 26 janvier 2019 à 06:15

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  23. Linette 26 janvier 2019 à 07:39

    Financial advisors business is people business.

  24. Millie 26 janvier 2019 à 11:15

    That is true for investment recommendation as effectively.

  25. Donny 27 janvier 2019 à 08:32

    Take into account investments that offer rapid annuities.

  26. Aracely 27 janvier 2019 à 19:14

    A financial advisor is your planning partner.

  27. Hilda 27 janvier 2019 à 20:20

    Monetary advisors enterprise is folks enterprise.

  28. Max 27 janvier 2019 à 23:19

    Heya i am for the first time here. I found this board and I find It truly useful & it helped me out a lot.
    I hope to give something back and aid others like you aided me.

  29. Stacie 2 février 2019 à 08:20

    A monetary advisor is your planning companion.

  30. Roderick 4 février 2019 à 01:25

    Now it’s time to decide your specific investments.

  31. Barb 7 février 2019 à 02:57

    Monetary advisors business is folks enterprise.

  32. useful source 7 février 2019 à 21:40

    I just want to tell you that I’m new to blogging and site-building and truly liked this website. Almost certainly I’m likely to bookmark your blog post . You really come with outstanding writings. Thank you for revealing your blog.

  33. Harris 8 février 2019 à 09:04

    Buyers do pay direct and oblique prices.

  34. Tractor Workshop Manuals 9 février 2019 à 13:04

    This post post made me think. I will write something about this on my blog. Have a nice day!

  35. John Deere Repair Manuals 10 février 2019 à 17:19

    very nice post, i actually love this web site, carry on it

  36. Fred 11 février 2019 à 03:55

    Now it is time to pick your specific investments.

  37. Georgia 15 février 2019 à 02:01

    This is true for investment recommendation as
    effectively.

  38. Dolly 15 février 2019 à 03:25

    Monetary advisors business is individuals enterprise.

  39. Nickolas 16 février 2019 à 01:08

    Contemplate investments that supply quick annuities.

  40. Sandra 16 février 2019 à 01:57

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  41. Tyrell Pinault 16 février 2019 à 02:00

    I have the game and when I tried it on my computer, it was all broken up and crappy. I’m thinking of buying a new computer anyway. Does anyone know of a computer where the game works well?.

  42. Mario 16 février 2019 à 02:28

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  43. Wendy 16 février 2019 à 02:33

    And that is an funding danger price taking.

  44. Lucienne 17 février 2019 à 03:26

    And this is an funding threat price taking.

  45. Harlan 18 février 2019 à 02:43

    Monetary advisors enterprise is folks business.

  46. John Deere Diagnostic and Test Manuals 18 février 2019 à 23:01

    Tremendous report! I seriously took pleasure in that going through. I’m hoping to share further of your stuff. I believe that you have superb awareness and even visual acuity. We are exceedingly empowered just for this guidance.

  47. Jacquie 19 février 2019 à 01:43

    A financial advisor is your planning partner.