Le Blog Finance

Gazprom met de l’eau dans son vin face à l’Union européenne, l’Ukraine dans la balance ?

Alors que le gaz semble être le véritable enjeu d’un  éventuel rapprochement entre l’Ukraine et  l’Union européenne, la Russie voyant d’un très mauvais œil une telle « association », Moscou joue – officiellement – la carte de l’apaisement – en annonçant être prêt à des concessions sur ses tarifs gaziers pratiqués en Europe centrale et orientale.

Le géant gazier russe Gazprom a ainsi déclaré qu’il allait agir dans les prochains jours en vue d’apporter une solution aux problèmes soulevés par la Commission européenne sur la tarification du gaz destiné à ses clients européens.

“Gazprom a annoncé qu’il allait présenter un projet écrit au cours des jours à venir”, a ainsi déclaré le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia dans un communiqué, à l’issue d’un entretien à Bruxelles avec le vice-président de Gazprom, Alexandre Medvedev. Ajoutant que le groupe énergétique russe avait « exprimé sa volonté d’explorer la possibilité d’une solution fondée sur des engagements» de sa part.

Des propos qui font suite à une enquête des autorités européennes initialisée en septembre 2012, la Commission européenne soupçonnant Gazprom de mener des pratiques anticoncurrentielles.

La Commission soupçonne notamment le géant gazier – lequel détient un monopole sur les exportations russes de gaz – d’avoir influé sur les flux du gaz acheminé vers l’Union européenne et pratiqué une tarification excessive en liant le prix du gaz aux cours du brut. Ces pratiques concernent la Lituanie, l’Estonie, la Bulgarie, la République Tchèque, la Hongrie, la Lettonie, la Slovaquie et la Pologne, toutes très dépendantes des livraisons de gaz russe.

Lors du sommet UE-Russie qui s’est tenue en décembre 2012, le président russe Vladimir Poutine n’avait pas caché son exaspération face à l’enquête visant Gazprom menée par Bruxelles. Considérant alors comme «inacceptables» certaines réglementations de l’UE, estimant que ces dernières pouvaient s’approcher d’une « confiscation des intérêts russes».

Quelques semaines auparavant, le vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch avait mis en garde l’UE contre «les conséquences» qui découleraient d’une condamnation du géant gazier. Le patron de Gazprom, Alexeï Miller, se montrant encore plus clair, en laissant entendre à demi-mot à Bruxelles qu’une telle position de sa part pourrait nuire à la satisfaction de ses demandes d’approvisionnement en gaz russe dans les années à venir. Une menace à peine voilée alors que la Russie fournit près de 30 % de la consommation de gaz et de pétrole des pays européens.

Hasard de calendrier ? Le groupe public ukrainien Naftogaz – via la voix de son PDG de Naftogaz, Evguéni Bakouline – a garanti quant à lui mardi un transit stable de gaz russe vers l’Europe durant cet hiver. Ajoutant que les stocks souterrains ukrainiens s’élevaient à 17,2 milliards de m³ de gaz.
Le vice-président de Gazprom, Vitali Markelov, avait auparavant déclaré que le groupe gazier et ses clients européens étaient préoccupés par les prélèvement de gaz effectués par l’Ukraine à partir de ses réservoirs souterrains. Gazprom estimant que le recours à de telles pratiques risquait de perturber le transit de gaz vers les pays de l’UE et de conduire ces derniers à la pénurie cet hiver. Selon M.Markelov, ces réservoirs devraient contenir 21,5 milliards de m³ de gaz pour pouvoir assurer l’approvisionnement.

Des propos dont l’objectif pourrait être d’effrayer l’Union européenne … histoire de l’amadouer sur le dossier tarifaire, l’Ukraine constituant le principal pays de transit du gaz russe exporté vers l’UE.

Pour rappel, en novembre dernier, Naftogaz a suspendu ses achats de gaz russes jusqu’à la fin de 2013, puisant alors dans ses réservoirs souterrains les volumes nécessaires à sa consommation interne. Toutefois, à la mi-novembre, le PDG de Gazprom Alexeï Miller, avait annoncé que l’Ukraine avait cessé de puiser dans ses stocks, reprenant ses importations de gaz russe. Le vice-président du conseil d’administration de Gazprom, Andreï Krouglov, indiquant parallèlement que la dette de Kiev pour les livraisons de gaz russe dépassait à cette date 1,3 milliard de dollars. Oderov, chef de département du conglomérat public russe Gazprom, précisant pour sa part que l’Ukraine n’avait pas encore réglé ses livraisons d’août et d’octobre.

Durant l’hiver 2008-2009, un bras de fer s’était engagé entre Moscou et Kiev concernant achat et transit de gaz, plongeant plusieurs pays européens dans la pénurie. Le 31 décembre 2008, la Russie avait ainsi suspendu l’approvisionnement de gaz à l’Ukraine, suite à un litige sur le règlement des factures dues par l’Ukraine. Selon Moscou, Kiev aurait alors volé le gaz naturel destiné à l’Europe pour sa consommation interne. Tout en niant ses accusations, l’Ukraine avait indiqué qu’elle avait besoin de « gaz technique » afin de mettre ses gazoducs sous pression et d’assurer le transit gazier.

Le 22 novembre dernier, à la suite du renoncement par Kiev à l’accord avec l’UE, Jovita Neliupsiene, la principale conseillère en politique étrangère de la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite, avait déclaré que le président ukrainien Viktor Ianoukovitch avait plié devant les menaces russes de couper les importations ukrainiennes si Kiev signait à Vilnius un accord d’association avec l’Union européenne. « L’Ukraine n’a pas résisté à la pression économique et au chantage » a-t-elle ainsi déclaré.

Précisant que de tels motifs avaient été cités par le président Ianoukovitch lors d’une conversation téléphonique avec Mme Grybauskaite, alors que la Lituanie assure actuellement la présidence de l’UE.
D’éventuelles limitations russes des importations de marchandises en provenance de l’est de l’Ukraine – région dotée d’une importante industrie employant des centaines de milliers de salariés ,- auraient pu peser dans la balance.

Sources : Reuters, Ria Novosti, Libération

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 06 décembre 2013

A lire également :

South stream : la Russie avance le lancement du gazoduc stratégique

. La Russie lorgne de plus en plus près sur les gazoducs de l’Ukraine

. Russie/Ukraine : pas de négociation sur une fusion Gazprom / Naftogaz mais un projet ?

. Poutine pour un rappochement de Gazprom et l’ukrainien Naftogaz

La Russie propose de « sauver » l’UE via ses projets de gazoduc

Partager cet article

Article de

26 commentaires

  1. retrouvé le retour 7 décembre 2013 à 12:56

    Les frontières de l’Europe ont été dessinées à la suite de deux capitulations de l’Allemagne et de ses alliés du moment.
    Le dernier coup de crayon rouge vient de “pépé Staline”!

    Au moment du basculement des états baltes dans le camp dit “occidental” (Avant que l’on ne se rende compte que la terre était ronde !!) j’ai pu mesurer les distances en voyant arriver avec un jour d’avance chez moi “ces nouveaux européens”.
    Un seul conducteur a fait le voyage dans une journée! (Heureusement qu’une “intuition” m’avait fait préparer les victuailles à l’avance !)
    La leçon de cette proximité est toute simple, en dehors de tous les effets de la propagande US & Co, les distances sont bien là nous sommes en Europe et pas à 8000 km de l’autre côté de l’eau salée.
    Un simple pipeline construit au fond de la Baltique sera toujours plus rentable que d’autres projets qui n’ont qu’un seul intérêt, jeter l’argent de notre travail par la fenêtre.

    Une autre chose à ne pas négliger, la France toujours présente dans le “camp des vainqueurs” ne s’est pas faite plumer au final par l’Allemagne, mais par les anglo-saxons. En plus de l’Allemagne deux fois perdante, la France est donc deux fois également au tapis.
    C’est l’Europe qui est le véritable perdant, c’est cela la base de sa fondation.

  2. ES 21 février 2014 à 01:38

    Les sanctions de l’UE contre l’Ukraine se limitent aux visas et un embargo sur les armes

    Par La Voix de la Russie | L’ UE a imposé des « sanctions ciblées à l’encontre de visa Ukraine et un embargo sur les armes », a déclaré ce jeudi la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Catherine Ashton, à l’issue de la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne sur l’Ukraine.

    « Face à l’escalade de la violence, le Conseil de l’UE a décidé d’imposer des sanctions de ciblées concernant la limitation de délivrance des visas et le gel des avoirs financiers des personnes responsables des violences dans le pays. Nous avons également confirmé notre décision de suspendre les licences sur la livraison matériel militaire et policier », a déclaré Ashton.

  3. retrouvé le retour 22 février 2014 à 02:13

    http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/05/23/l-allemagne-au-chevet-des-jeunes-chomeurs-europeens_3415899_1698637.html

    Malgré des statistiques truquées pas besoin de chercher du chômage des jeunes dans des pays exotiques regardons nous devant la glace!
    Inutile de parler du trou noir des Balkans crée par ces imbéciles d’anglo-saxons, quelques Allemands nostalgiques du grand reich de 1000 ans et des microcéphales style Kouchner et BHL (Une drôle d’équipe vraiment!!)
    Merci vraiment aux Suisses pour avoir démontré qu’on peut tranquillement faire face à toute cette nuée de pétinistes, collabos et autres américanolâtres primaires.
    (C’est vraiment honteux de voir toutes ces équipes d’énergumènes se cacher derrière les martyrisés d’hier pour commettre les crimes d’aujourd’hui.)

  4. hi 24 janvier 2019 à 22:08

    Attractive section of content. I just stumbled upon your blog and in accession capital to
    assert that I acquire actually enjoyed account your blog posts.
    Anyway I will be subscribing to your feeds and even I achievement you
    access consistently quickly.

  5. Basil 26 janvier 2019 à 06:57

    Amazing! This blog looks just like my old one! It’s on a completely different subject but
    it has pretty much the same page layout and design.
    Great choice of colors!

  6. Deneen 26 janvier 2019 à 10:07

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  7. Marita 26 janvier 2019 à 19:30

    Thank you for your curiosity in Investment Recommendation.

  8. Melvina 27 janvier 2019 à 08:55

    Contemplate investments that supply rapid annuities.

  9. Mohammad 27 janvier 2019 à 10:44

    This is true for investment advice as properly.

  10. Chanel 4 février 2019 à 01:08

    This is true for funding recommendation as effectively.

  11. Jasmine 6 février 2019 à 04:17

    A financial advisor is your planning partner.

  12. Arnette 6 février 2019 à 21:46

    That is true for funding recommendation as well.

  13. Cheryl 7 février 2019 à 07:30

    Thanks on your curiosity in Investment Advice.

  14. Essie 8 février 2019 à 06:59

    This is true for investment advice as effectively.

  15. Laurence 8 février 2019 à 07:19

    Financial advisors business is individuals business.

  16. Tesha 8 février 2019 à 07:28

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  17. Chara 8 février 2019 à 08:56

    And that is an funding threat price taking.

  18. Denisha 8 février 2019 à 09:04

    This is true for funding advice as properly.

  19. Danielle 9 février 2019 à 02:43

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  20. Morris 10 février 2019 à 16:27

    Monetary advisors enterprise is people enterprise.

  21. Jannette 11 février 2019 à 03:15

    And that is an investment danger price taking.

  22. Theo 11 février 2019 à 08:20

    Monetary advisors enterprise is individuals enterprise.

  23. Damion 11 février 2019 à 10:19

    A financial advisor is your planning partner.

  24. Meridith 12 février 2019 à 02:01

    Thanks on your curiosity in Investment Recommendation.

  25. Brent 12 février 2019 à 02:18

    That is true for investment advice as effectively.

  26. Freya 15 février 2019 à 02:28

    A financial advisor is your planning associate.