Le Blog Finance

Mirages de Kadhafi : rénovés pour financer la campagne de Sarkozy, puis cibles de la coalition ?

 Si Takkiedine clame haut et fort que le colonel Kadhafi  a pu financer la campagne électorale  de Nicolas Sarkozy en 2007, rappelons ce que nous avions écrit ici-même en mars 2011. L’histoire pourrait être encore plus « corsée », dépassant tous les scénarios des auteurs les plus imaginatifs. Jugez plutôt …

Alors que suite à la décision de l’ONU d’autoriser le recours à la force contre la Libye, les capacités de défense anti-aérienne libyennes  avaient été « fortement endommagées » par les frappes de la coalition, il est tout de même intéressant de rappeler que l’aviation militaire libyenne que Sarkozy affirmait alors haut et fort vouloir détruire … était  en partie constituée de Mirages renovés … grâce à un fabuleux contrat de « remise en vol« conclu en décembre 2006 … entre le Colonel Kadhafi et le groupe français Sofema, ce dernier assurant la coordination des interventions des industriels Dassault, Snecma (groupe Safran) et Thales.

Précisons que le contrat français de remise en état de 12 Mirage F1 de l’armée libyenne, représentait une centaine de millions d’euros de travaux sur une période d’intervention de 30 mois. Il avait reçu le soutien des services officiels français, selon déclaration faite par le général Bernard Norlin, président de Sofema.

Sofema groupe est pour sa part une société de services, privatisée en 2000, qui exporte du matériel aéronautique de défense et de sécurité et en assure le support logistique. En 2006, le groupe  était détenu à 22% par EADS, 12% par Safran, comptant parmi ses actionnaires (de 5 à 10% chacun) les autres principaux groupes industriels français de l’armement dont Dassault, Thales, DCN (ex-direction des constructions navales) et Nexter (ex-Giat Industries).

En octobre 2006, la Délégation générale pour l’armement (DGA) du ministère français de la Défense avait confirmé l’existence de discussions avec la Libye en vue de moderniser les armements libyens, dans le cadre de la coopération de défense renouée entre les deux pays en 2005.  Un accord visant à permettre la rénovation des armements français acquis par la Libye dans les années 70, avions F1 et bateaux Corvette, « serait en cours de discussion entre les deux pays », avait alors indiqué Paris.

L’accord de 2006 « visait surtout à permettre à la Libye de retrouver la capacité opérationnelle qu’elle avait avant l’embargo international sur les armes » entre 1986 et 2004, en particulier par la modernisation de 38 Mirage F1 achetés par la Libye entre 1978 et 1980, indiquait alors une source proche du dossier.

Or, en mars 2011,  le fils de Kadhafi affirmait que que ce contrat aurait pu faire bénéficier le clan Sarkozy de somptueuses commissions et retro-commissions … permettant de financer les frais de sa campagne 2007 …

Deux jours avant l’intervention de l’OTAN, Saïf al-Islam Kadhafi, le propre fils du dictateur avait en effet accusé, le premier, le président de la République française d’avoir reçu de l’argent libyen.

Déclarant dans un entretien accordé à la chaîne Euronews, le 18 mars 2011 : Tout d’abord, il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il oeuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçu. Rendez-nous notre argent. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement.

Le site bakchich.info affirmait quant à lui que les circonvolutions politiques et financières réalisées par la Sofema – à travers Ziad Takkiedine, « intervenant » notamment dans le cadre de l’affaire de Karachi - auraient eu pour objectifs d’ “empêcher que les com’ ne viennent garnir les finances électorales d’un hypothétique rival de Sarko, Michèle Alliot-Marie” .

Sources : AFP, Bakchih.info, Blog secret défense de Marianne2, DDM

Elisabeth STUDER – www.leblogfinance.com – 06 janvier 2013

A lire également :

. La France soigne les infirmières bulgares .. pour vendre des rafales à la Libye ?

. Dassault-Libye:MAM dément un accord sur vente de rafale

. Libye:Dassault/Thales/Sofema pour travaux sur Mirage F1

. Libye : EADS et Dassault pour l’armée ?

Partager cet article

Article de

16 commentaires

  1. elisabeth 30 avril 2013 à 00:39

    L’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant (UMP) a annoncé mardi une plainte en diffamation contre l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, qui a réaffirmé la semaine dernière qu’il existait des preuves d’un financement de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy par la Libye.

    “M. Takieddine fait des déclarations qui n’ont aucune espèce de fondement, libre à lui de les faire. Je viens d’ailleurs de porter plainte en diffamation contre lui (…) J’ai demandé hier (lundi) à mon avocat de le faire, plus exactement”, a déclaré M. Guéant sur Canal +.

    Ziad Takieddine a réaffirmé vendredi, au lendemain d’une perquisition à son domicile parisien, qu’il existait des “preuves” d’un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par la Libye, mais qu’il ne les dévoilerait pas car il n’a pas confiance en la justice.

    Selon Claude Guéant, “tout ça est absolument ridicule, absolument sans fondement, je crois qu’il faut cesser avec cela, il faut quand même raison garder et il faut respecter les hommes politiques de ce pays”.

    La perquisition chez M. Takieddine était menée dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte après une plainte pour “faux et usage de faux” de Nicolas Sarkozy contre Mediapart. Le site d’information avait publié en pleine campagne présidentielle 2012 un document attribué à un ex-dignitaire libyen, affirmant que Tripoli avait accepté de financer pour “50 millions d’euros” la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

    D’après Ziad Takieddine, par ailleurs mis en examen dans le volet financier de l’affaire Karachi qui met en cause plusieurs proches de Nicolas Sarkozy, quatre personnes, qui ne se trouvent pas en France, sont en possession des preuves du financement par la Libye de la campagne 2007 de l’ancien chef de l’Etat. Mais l’homme d’affaires refuse de dire où elles se trouvent. En 2007, le candidat Nicolas Sarkozy était alors ministre de l’Intérieur et Claude Guéant son directeur de cabinet.

  2. Elisabeth Studer 25 juillet 2013 à 20:44

    L’étau se resserre sur l’ex-Premier ministre Edouard Balladur

    L’étau se resserre autour de l’ancien Premier ministre français Edouard Balladur, soupçonné de financement illicite de sa campagne électorale lors de la présidentielle de 1995, avec l’élargissement de l’enquête judiciaire à un éventuel “détournement de fonds publics”, ont indiqué mercredi des sources judiciaires.

    Les magistrats, qui s’intéressaient déjà à un éventuel financement de la campagne de M. Balladur par le détournement de commissions occultes sur des contrats d’armement à l’étranger, ont élargi leur enquête à l’utilisation des fonds spéciaux en liquide dont disposait Matignon. Ils auraient eux aussi pu alimenter les caisses de son équipe de campagne.

    Ils ont obtenu le 18 juillet du parquet de Paris la possibilité d’élargir leur enquête pour “abus de biens sociaux”, concernant ces éventuelles rétrocommissions, à des faits de “détournement de fonds publics”.

    Avec de tels soupçons concernant le financement de sa campagne, le spectre de la Cour de justice de la République, seule habilitée à juger d’anciens membres du gouvernement, “se rapproche inexorablement” d’Edouard Balladur, aujourd’hui âgé de 84 ans, a souligné le journal “Le Monde” qui a révélé cette information.

    L’homme d’affaires Ziad Takieddine a récemment affirmé que des versements d’argent pour la campagne de M. Balladur provenaient de commissions versées pour des contrats d’armement conclus en 1994 avec le Pakistan et l’Arabie Saoudite. Mais d’autres témoins ont évoqué devant les juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire la piste de fonds secrets gouvernementaux.

    Fonds secrets

    Entendu fin 2012, l’ex-trésorier d’Edouard Balladur, René Galy-Dejean, avait notamment affirmé que l’argent liquide versé sur le compte de campagne ne provenait pas des meetings, comme l’affirmait l’ancien candidat, mais de ces fonds secrets.

    L’enquête sur le financement de la campagne calamiteuse d’Edouard Balladur à la présidentielle de 1995 (parti favori à droite face au socialiste Lionel Jospin, il avait été devancé au premier tour par Jaques Chirac au profit duquel il s’était désisté) trouve son origine dans un attentat commis en 2002 à Karachi, tuant 15 personnes dont 11 Français.

    L’enquête du juge antiterroriste Marc Trévidic s’est orientée à partir de 2007 vers l’hypothèse de représailles à l’arrêt du versement de commissions liées à des contrats d’armement, ce qui a conduit à l’ouverture d’une enquête pour corruption.

    (ats / 24.07.2013 20h00)

  3. Elisabeth Studer 4 juillet 2014 à 13:27

    pour rappel

  4. ES 2 janvier 2015 à 09:02
  5. Elisabeth Studer 19 février 2015 à 01:10

    L’impérialisme américain et la catastrophe en Libye
    Par Joseph Kishore
    18 février 2015
    Le weekend dernier, le groupe Etat islamique (EI) a affiché une vidéo montrant l’horrible décapitation de vingt et un travailleurs chrétiens coptes enlevés dans la ville de Syrte sur la côte libyenne. Cet acte barbare est le dernier en date d’une suite de tueries similaires qui comprend la décapitation ou le meurtre par le feu d’otages américains, britanniques, japonais et jordaniens.
    Cette dernière atrocité a provoqué les prévisibles réactions de choc et de colère de la part des présentateurs de journaux télévisés et des éditorialistes de journaux aux Etats-Unis, en même temps que de nouveaux massacres. En effet, il n’a fallu attendre que quelques heures après l’affichage de la vidéo pour que l’Egypte, dirigée par le général Abdel Fattah al-Sissi, dictateur appuyé par les Etats-Unis, lance une suite de frappes aériennes qui ont tué soixante quatre personnes, dont sept civils.
    Washington et ses alliés politiques sont responsables, politiquement et moralement, de ces atrocités. Les décapitations islamistes en Libye sont le résultat du crime monumental qu’a été la guerre menée par l’OTAN en Libye en 2011 et dont l’objectif était de chasser le régime du colonel Mouammar Kadhafi.
    Avant l’intervention de l’OTAN, il n’y avait pas d’assassinats sectaires de chrétiens en Libye et les milices islamistes liées à Al-Qaïda n’étaient que de petits groupes sans grande influence. On a armé et promu ces forces quand, en 2011, le gouvernement Obama et ses alliés européens menés par le président français Nicolas Sarkozy, ont décidé de renverser Kadhafi.
    Les puissances impérialistes ont alors fait parvenir d’énormes quantités d’argent et d’armes aux milices islamistes et aux combattants d’Al-Qaïda, et ont assuré leur soutien aérien sous la forme d’une campagne massive de bombardements qui a tué des dizaines de milliers de Libyens.
    Comme l’avait écrit à l’époque le World Socialist Web Site: « Loin d’être une ‘révolution’ ou une lutte de ‘libération’, ce à quoi le monde assiste est le viol de la Libye par un gang de puissances impérialistes voulant à tout prix s’emparer de ses richesses pétrolières et faire de son territoire une base néo-coloniale d’opérations pour d’autres interventions à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ».
    Les conséquences désastreuses du viol de la Libye ne sont aujourd’hui que trop visibles.
    La guerre a culminé avec le bombardement intensif de Syrte et la torture et le meurtre de Kadhafi, après lequel la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton avait dit en jubilant, « Nous sommes venus, nous avons vu et il est mort. » Depuis, la Libye sombre dans une guerre civile toujours plus meurtrière entre diverses factions islamistes et milices rivales qui se disputent le pouvoir. Le pays a aussi servi de terrain d’entraînement à des forces islamistes soutenues par la CIA et se préparant à combattre le régime syrien du président Bashar Al-Assad.
    Moins de quatre ans après cette guerre, les médias américains écrivent sur les atrocités du groupe EI comme si l’impérialisme américain n’avait rien à voir dans tout cela. Personne lisant l’éditorial publié dimanche par le New York Times (« Ce que signifie la désagrégation de la Libye ») n’irait même soupçonner que Washington a joué un rôle dans cette catastrophe, tout comme les médias américains qui ont soutenu toute l’opération. Une des personnalités clé de la guerre, feu l’ambassadeur américain en Libye Christopher Stevens, qui a été tué dans une attaque islamiste à Benghazi après la guerre, était lui-même ami avec de nombreux journalistes du NYT.
    Le NYT s’inquiète du fait que « ce pays riche en pétrole [glisse] vers le chaos total », et que « l’accroissement et la radicalisation de groupes islamistes crée la possibilité que de vastes zones de la Libye ne deviennent des satellites du groupe Etat islamique ». Le journal réussit l’exploit de décrire le conflit qui a conduit à la destitution de Kadhafi comme une simple « guerre civile » sans même mentionner les six mois de bombardement du pays par l’OTAN.
    Le groupe EI est aujourd’hui le plus fort précisément là où Washington est intervenu le plus agressivement. Un autre article publié dans le NYT durant le weekend prévient: « L’Etat islamique s’étend au delà de sa base, en Syrie et en Irak, afin d’établir des filiales militaires en Afghanistan, en Algérie, en Egypte et en Libye ». Le journal ne mentionne pas le fait que les Etats-Unis ont envahi ou financé des guerres islamistes par procuration dans quatre des six pays cités: la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan et la Libye.
    Le monde entier assiste à présent aux conséquences de l’irresponsabilité, de la brutalité, de la cupidité et de la stupidité sans bornes de Washington et de ses alliés de l’OTAN.
    La responsabilité du désastre libyen incombe pleinement à l’ancien président français Nicolas Sarkozy, instigateur initial de la guerre de l’OTAN en Libye, au Président Obama, dont le gouvernement a fourni l’essentiel des armes qui ont détruit les forces armées libyennes et les grandes villes du pays, et aux puissances alliées de l’OTAN qui ont participé à cette aventure meurtrière.
    Ce qui se déroule aujourd’hui à travers le Moyen-Orient en dit long sur l’impérialisme, ses élites dirigeantes, ses serviteurs politiques et ses médias menteurs.
    (Article original publié le 17 février 2015)

  6. Elisabeth Studer 19 novembre 2016 à 19:26

    petit rappel ….

  7. retrouvé le retour 6 février 2017 à 14:52

    Aucun soucis avec les pingouins US, ils vont se taper la tête contre les pierres du mur, c’est pas mieux que le béton mais les griffures du barbelé font plus de dégâts !! Ils ont déjà fait l’essai de l’arme atomique et sont les seuls !! Alors gaffe pour eux c’est comme au Far West maintenant !!

  8. retrouvé le retour 6 février 2017 à 21:02

    Il n’existe pas de stratégie du chaos bien au contraire le chaos n’est que la suite logique de mauvais calculs en chaine.
    Ce n’est pas le chaos car nos futurs adversaires progressent pas à pas, les USA de Bush à Obama pensaient que le danger était loin pour eux. Ils se sont mis le doigt dans l’oeil et se ridiculisent.

  9. retrouvé le retour 7 février 2017 à 10:45

    http://www.ledevoir.com/international/europe/490984/le-gouvernement-ebranle-par-la-poursuite-des-manifestations-en-roumanie

    Quand l’âne Balladur(hian) a vendu son chalet aux Rousses dans le Jura à cause du réchauffement climatique c’est pour mieux se replacer dans les Alpes près de son cher Tunnel du Mont Blanc. On connait la suite Monsieur le Président du tunnel touchait le pactole, mais comme d’autres c’était un “responsable non coupable”. Une sorte de Fillon à la puissance mille

  10. ES 22 octobre 2017 à 15:32

    petit rappel ….

  11. ES 22 octobre 2017 à 21:08

    on me dit dans mon oreillette qu’au final, c’est un super coup de bol de pouvoir enregistrer les commentaires !!!
    allez c’est deja cela !!!

  12. retrouvé le retour 23 octobre 2017 à 08:25

    Oui c’est sur que c’est pas mal et justement c’est pour cela que tout est possiblement stocké !!! Voir ce que fait Trump avec la paperasse de 1963 et suite sur JFK !!
    La mise de ces documents sur le “marché” des réseaux va faire date.
    Trump est un vrai américain, une sorte de Macron à la sauce US !!

  13. retrouvé le retour 23 octobre 2017 à 08:36
  14. retrouvé le retour 23 octobre 2017 à 23:24
  15. retrouvé le retour 23 octobre 2017 à 23:32

    En 1974 la BA 102 servait à l’entrainement des pilotes libyens, donc inutile de dire que le matériel était un peu fatigué !!
    Le Sarko finira-t-il entre les mains druzes de Takieddine et pas celles de Carla ?

Commenter cet article