Le Blog Finance

Libye : 1ère vente du rafale de Dassault à l’international ?

avion_uta.jpgLa Libye première référence internationale pour le rafale de Dassault ? Qui sait … Il est loin le temps où le pays de Khadhafi était banni par la terre entière, ou presque … Désormais, Tripoli pourrait servir de tremplin aux géants aéronautiques et aux groupes  d’armements …

Le journal La Tribune annonçait ainsi récemment que les industriels français Dassault Aviation, Thales et le fabricant de missiles MBDA, filiale de BAE Systems ont séjourné à Tripoli durant plus de deux semaines en vue de négocier plusieurs contrats de défense aérienne, dont celui sur le Rafale.

Ils étaient accompagnés par le général Benoit Puga, chef d’Etat-major particulier du Président de la République, pour une mission de négociations avec les autorités Libyennes et notamment avec le patron des achats d’armement libyen, le général Abdurahman Ali Alsead.

Dans un premier temps Tripoli pourrait acheter 14 avions de combat Rafale, ce qui constituerait pour Dassault la première vente à l’internationale de son avion de chasse. Un système de défense anti-aérienne non armé serait également en négociation, tout comme un projet de modernisation de la marine libyenne, précise La Tribune.

Les négociations pourraient déboucher sur la signature d’un contrat avant le début du ramadan le 11 août prochain.

Rappelons que l’achat de Rafale par la Libye - sujet débattu notamment lors de la visite de Mouamar Kadhafi à Paris, en décembre 2007 mais  également  avec  Philippe  Douste-Blazy  quand ce dernier  était Ministre des Affaires  étrangères -  ne s’est pour l’heure pas concrétisé.

L’avion de chasse de Dassault Aviation n’a encore jamais été exporté à l’étranger même si plusieurs “pistes” demeurent dans le domaine du possible à l’heure actuelle. Après avoir échoué au Maroc face au F16 américain, le Rafale est actuellement dans l’attente d’une décision du Brésil à son sujet. L’appareil est également en lice aux Emirats Arabes Unis.

Sources : La Tribune, Afrika.com, Easybourse

Partager cet article

Article de

7 commentaires

  1. Nenuphar 2 août 2010 à 13:05

    Alors que cet avion n’est acheté par aucun pays au monde, seuls les arabes sont intéressés, baratinés comme ils le sont toujours pour flatter leur ego.
    Dupés à longueur de discours, souvent intéressés, ils sont, comme ces émirats prêts à avaler toutes les balivernes, y compris celle d’acheter des avions qui n’auront même pas atteint la puissance de leurs moteurs qu’ils sont déjà hors de leur émirat.
    Ces pays, au lieu de servir de serpillère et de gaspiller leurs avoirs, feraient mieux d’utiliser leur argent, celui de leur citoyens, souvent miséreux, à améliorer le sort de ces derniers que de faire joujou comme des enfants.

  2. el gringo 19 septembre 2010 à 23:55

    Rafale: facture de 800M

  3. Elisabeth Studer 20 septembre 2010 à 00:38

    elle est pas belle la France ?
    et dire que nos impots sont censés ne pas augmenter avec tout cela ….
    la berezina ….
    bon, mais qui va toucher les commissions ? l’UMP pour financer 2012 ?

  4. el gringo 2 octobre 2010 à 00:04

    Les négociations avec les EAU sur le Rafale suspendues
    Les Emirats arabes unis ont décidé de suspendre les négociations sur l’achat de 60 Rafale à la suite d’un article du Figaro, quotidien de Serge Dassault, le principal actionnaire de Dassault Aviation, a déclaré à Reuters un haut responsable gouvernemental français.
    Les autorités françaises espèrent néanmoins que les Emiratis reviendront sur leur décision.
    Pour le Rafale, “ça n’est fichu nulle part”, ni aux Emirats ni au Brésil, a assuré vendredi le ministre français de la Défense, Hervé Morin, interrogé sur Public Sénat.
    Le 15 juin, il assurait que la vente de l’avion de combat polyvalent de Dassault Aviation aux EAU était en voie de finalisation. Mais le 26 juin, le Figaro publiait un article sur le recours des EAU à la technologie et à des sociétés israéliennes pour sécuriser leurs frontières face à la menace iranienne.
    Si ces informations ont fait peu de bruit en France, elles ont suscité un tollé dans le monde arabe, où tout ce qui touche aux relations avec Israël est extrêmement sensible.
    “Huit jours après, la presse du Proche-Orient a pris le relais et montré du doigt les EAU”, explique un haut responsable français. “Cheikh Mohamed a dit : ‘M. Dassault est propriétaire du Figaro, il m’a poignardé dans le dos, les discussions (sur le Rafale) sont terminées’.”
    Cheikh Mohamed bin Zayed bin Sultan Al Nahyan est le prince héritier d’Abou Dhabi et le chef des forces armées des EAU.
    “Pas de commentaire”, s’est borné à déclarer un porte-parole de Dassault Aviation interrogé par Reuters.
    La revue spécialisée américaine Defense News a d’ailleurs écrit le 13 septembre que les EAU avaient demandé au constructeur américain Boeing des “informations techniques” sur son F18 Super Hornet.
    Cet appareil, plus ancien de conception que le Rafale, en est un concurrent direct dans sa version modernisée, avec notamment des moteurs plus puissants.
    Paris et les industriels français du secteur confirment que l’article du Figaro a “déplu” aux Emiratis mais espèrent que la suspension des discussions avec Dassault n’est que provisoire.
    “MOUVEMENT D’HUMEUR” ET PRESSIONS
    “C’est un mouvement d’humeur tout à fait compréhensible, qui se traduit par un ralentissement des discussions mais il n’y a pas de rupture”, estime ainsi une source gouvernementale.
    Une source diplomatique française assure pour sa part que les relations bilatérales entre la France et les EAU continuent de se “porter très bien”.
    Le “mouvement d’humeur” des EAU et leur intérêt soudain pour le F18 américain pourraient également être une façon de faire pression sur Paris et Dassault Aviation afin d’obtenir satisfaction à plusieurs de leurs demandes.
    “C’est de bonne guerre”, souligne-on de source proche de l’industrie aéronautique. “Les Emirats arabes unis ont toujours été des clients très exigeants.”
    Avant l’article du Figaro, les Emiratis demandaient une version du Rafale dotée de réacteurs de neuf tonnes de poussée au lieu de 7,5 pour améliorer sa réactivité dans un espace aérien restreint à proximité immédiate de l’Iran. Ils demandaient aussi un radar plus puissant.
    Or, cela suppose d’importants coûts supplémentaires que la France n’était de toute évidence pas prête à prendre seule à sa charge. “Nous n’avons pas trop d’argent à mettre là-dedans”, souligne une source gouvernementale française.
    Il est clair pour tout le monde, en tout état de cause, que cette question sera au coeur des négociations avec Dassault, si les EAU décident de les poursuivre.
    Dassault Aviation n’a pas encore vendu à l’exportation le Rafale, qui n’équipe que les armées françaises. Des négociations sont en cours, notamment avec le Brésil, mais peinent à aboutir.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20101001.REU0544/les-negociations-avec-les-eau-sur-le-rafale-suspendues.html

  5. Elisabeth Studer 2 octobre 2010 à 00:32

    Reuters et AFP visiblement pas d’accord … ce qui n’est pas la 1ere fois …
    France: les discussions se poursuivent pour vendre 60 Rafale aux Emirats
    AFP | 01.10.10 | 19h51
    Les négociations sur l’achat de 60 avions de combat Rafale par les Emirats arabes unis (EAU) se poursuivent, après une crispation cet été entre Paris et Abu Dhabi, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier. Plus tôt vendredi, des informations de presse avaient fait état d’une suspension de ces négociations. Interrogée par l’AFP, une source proche du dossier a affirmé que tel n’était pas le cas. Cette source a reconnu toutefois des tensions “cet été” après la publication d’un article dans le Figaro, dont le propriétaire est Serge Dassault, principal actionnaire de Dassault Aviation, le constructeur du Rafale. Cet article publié fin juin, a-t-on poursuivi, expliquait que les EAU se fournissaient en matériel auprès d’Israël pour assurer leur sécurité. Ce qui n’a pas été du goût de ce pays. S’en était suivi, a-t-on affirmé de même source, non pas une suspension des négociations mais un net ralentissement des discussions. Depuis la fin du Ramadam, le climat entre les deux pays s’est amélioré, a-t-on ajouté, et les discussions ont repris leur rythme d’avant l’épisode de l’été. Depuis 2008, Paris et Abu Dhabi discutent de ce contrat d’achat de 60 Rafale. L’avion de chasse français n’a jamais été jusqu’à présent vendu à l’étranger. Pour compenser cette absence de vente à l’export, le ministère de la Défense a été contraint d’acquérir onze Rafale supplémentaires par rapport au nombre prévu sur la période 2011-2013, ce qui va entraîner un accroissement des dépenses de 800 millions d’euros.
    Les négociations sur l’achat de 60 avions de combat Rafale par les Emirats arabes unis (EAU) se poursuivent, après une crispation cet été entre Paris et Abu Dhabi, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier. Plus tôt vendredi, des informations

  6. el gringo 4 octobre 2010 à 20:48

    Le Rafale cale aux Emirats
    L’interruption des négociations autour du Rafale aux

  7. el gringo 9 octobre 2010 à 01:16

    Pas de Rafale pour le Brésil?
    L’accord de partenariat entre la France et le Brésil reposerait plutôt sur l’achat de sous-marins.
    Conseiller diplomatique du président Lula, Marco Aurélio Garcia ne se montre guère rassurant quant au projet français de vente d’avions de chasse Rafale au Brésil: “L’accord de partenariat stratégique entre nos deux pays ne repose pas sur les Rafale en particulier mais sur une série de projets communs dont, notamment, l’achat de sous-marins”, confie-t-il. Et d’ajouter, de manière tout aussi évasive: “En tout cas, la décision définitive du président Lula ne se fera pas sans consultation de son successeur à la tête de l’Etat…”
    http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/pas-de-rafale-pour-le-bresil_925582.html