Le Blog Finance

Juncker s’insurge de la classification du Luxembourg en paradis fiscal

Trouble%20in%20Paradise_locandina Juncker aura mis quelques temps à réagir, mais sa colère n'en est pas moins vive. Dans une interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, le Premier ministre luxembourgeois s'est offusqué de voir son pays inscrit par l'OCDE sur une "liste grise" des nations qui ne coopéreraient pas suffisamment à la lutte contre les paradis fiscaux. Rappelons que cette liste a été établie lors du sommet du G20 le mois dernier à Londres.

Le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück a remis de l'huile sur le feu cette semaine en présentant le Luxembourg, le Liechtenstein, la Suisse et l'Autriche, de même que Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, comme étant des zones peu ouvertes aux enquêtes des services fiscaux à la recherche de fraudeurs.

Selon Juncker, cette inscription n'est ni plus ni moins "scandaleuse". Le chef du gouvernement luxembourgeois s'estimant par ailleurs déçu que ses collègues européens n'aient pas tenu la promesse faite à Bruxelles. Pour lui, une telle chose est "inacceptable". Il précise ainsi que lors d'un sommet en mars à Bruxelles, les dirigeants européens étaient tombés d'accord pour qu'aucun pays de l'UE ne figure sur la liste.

Rappelons que la "liste grise" de l'OCDE comprend également deux autres pays de l'Union – la Belgique et l'Autriche.

Lors du Conseil Ecofin à Bruxelles, le social-démocrate allemand Steinbrück a jugé bon de comparer le Luxembourg, la Suisse, l'Autriche et le Liechtenstein au Burkina Faso en matière de transparence fiscale. Depuis plusieurs mois le ministre allemand pointe du doigt le secret bancaire pratiqué par la Suisse et le Luxembourg.

En février dernier, Franz Müntefering, qui dirige le SPD, le parti social-démocrate allemand avait préconisé des mesures plus sévères contre les paradis fiscaux, allant même jusqu'à parler d'y "envoyer des soldats". Des propos qui n'amusent pas du tout Juncker rappelant que le Luxembourg a souffert de l'occupation allemande pendant la dernière guerre.

A la mi-avril, Pascal Couchepin, ministre de l'Intérieur de la Confédération helvétique avait estimé pour sa part que les Nations Unies avaient été "humiliées" par le G20, lequel aurait transformé l'OCDE en agence de notation .

N'y allant pas par quatre chemins, Pascal Couchepin, par ailleurs conseiller fédéral, avait fortement critiqué les 20 pays industrialisés et en développement membres du G20. Il leur reproche d'avoir construit "une sorte de nouveau gouvernement mondial, dans le dos de l'ONU" et d'avoir réduit les prérogatives de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques.

"Dans cette crise, l'OCDE ne devrait pas jouer au 'Gault Millau' pour les bons et mauvais Etats, mais leur servir de centre de recherches qui étudie les origines et les conséquences de la crise", déclarait ainsi le ministre dans un entretien publié par "Sonntag".

Sources : Reuters, AFP, Presse allemande, Point24

A lire également :

. G20 et OCDE : la Suisse se rebiffe !

Total flirte avec les paradis fiscaux …mais pas au Liechtenstein

Andorre : plus de secret bancaire à partir de novembre 2009

Partager cet article

Article de

1 commentaire

Commenter cet article