Le Blog Finance

G20 et OCDE : la Suisse se rebiffe !

G20-london-summit C'est clair, la Suisse supporte mal que l'on pointe du doigt. Alors qu'elle vient juste d'assouplir son secret bancaire en vue de se conformer aux standards de l'OCDE, tout en appréciant avec modération son placement sur une liste grise des Etats, Pascal Couchepin, ministre de l'Intérieur de la Confédération helvétique a estimé que les Nations Unies avaient été "humiliées" par le G20, lequel aurait transformé l'OCDE en "agence de notation".

Tout de même …

N'y allant pas par quatre chemins, Pascal Couchepin, par ailleurs conseiller fédéral, a fortement critiqué les 20 pays industrialisés et en développement membres du G20. Il leur reproche d'avoir construit "une sorte de nouveau gouvernement mondial, dans le dos de l'ONU"  et d'avoir réduit les prérogatives de  l'Organisation pour la coopération et le développement économiques.

"Dans cette crise, l'OCDE ne devrait pas jouer au 'Gault Millau' pour les bons et mauvais Etats, mais leur servir de centre de recherches qui étudie les origines et les conséquences de la crise", déclare ainsi le ministre dans un entretien publié par "Sonntag".

Selon lui, les pays membres du G20 n'ont pas du tout analysé la crise lors de leur dernier sommet. Si l'on en croit ses propos, les bonnes résolutions prises à cette occasion ressembleraient plus à de la poudre aux yeux et à  des effets d'annonce qu'à de réelles mesures efficaces et durables.

Il estime par ailleurs que "cette crise ne pourra pas être surmontée avec de l'argent". Car pour lui, la bataille actuelle peut se résumer entre une lutte de pouvoir entre Etats-Unis et Europe. Il considère par ailleurs que de bonnes valeurs sociales existent en Suisse et en Europe, contrairement à l'Amérique. "Nous investissons pour maintenir la volonté des gens de consommer", résume-t-il encore.

Rappelons que la Confédération helvétique a bloqué mercredi une somme de 136.000 euros destinée à l'organisation en signe de "protestation", estimant que l'OCDE, à laquelle appartient la Suisse, ne l'avait pas informée de ses agissements.
Le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria a regretté jeudi que "le gouvernement suisse ait décidé de ne pas approuver une ligne budgétaire" et rejeté les accusations selon laquelle elle n'aurait pas été juste à l'égard de la Suisse.

Sources : AFP, ATS, Associated Press

Partager cet article

Article de

7 commentaires

  1. marc 12 avril 2009 à 23:37

    jesus multipliait les pains
    sarko multiplit la discorde et le chaos

  2. Yves Belmont 13 avril 2009 à 09:49

    La fin du secret bancaire suisse, à Pâques ou … à la Trinité ?
    Face à l

  3. JP 13 avril 2009 à 19:54

    Grumpf.
    Le site mieux-investir.blogspot.com a parfois des excellents articles. Mais celui ci est l’exemple de l’article écrit par quelqu’un qui devrait d’abord lire et réfléchir.
    On voit bien, à la petite phrase de conclusion: “Est-il bien nécessaire d’ajouter qu’en Suisse, la gauche n’a jamais été majoritaire …”, que l’auteur n’est pas tant acharné à comprendre le réel, qu’à blablater n’importe quoi pouvant conforter son idéologie.
    Car enfin, à quoi rime cette longue anecdote du calendrier grégorien/suisse? Que cela prouve-t-il? Rien! Serait-ce au moins pertinent si l’on avait démontré que les suisses sont lents, ou démocratiques, ou anti-grégoriens, ou xxx, ou, pour résumer, suisses?
    Même pas. Car dans tous les cas, ce qui comptera c’est quasi-uniquement:
    1- quelle est leur envie? jusqu’où iraient-ils pour la défendre?
    2- quelle est la motivation de ceux qui prétendent vouloir réguler les paradis fiscaux? Jusqu’où iraient-ils?
    3- quel est le rapport de force?
    Au lieu de cela, on voit (à droite) du wishful thinking expliquant que les paradis fiscaux n’ont aucune responsabilité dans la crise (analyse qui est baclée, à mon avis, mais bon) et que surtout les vaches suisses sont violettes, et que le pape grégoire trouze, etc…
    Non moins superficiels, à gauche, on en voit expliquer que c’est de la gesticulation, forcément de la gesticulation, et que rien ne bougera.
    Et aucun de ces idiots ne pense à se demander pourquoi le sujet est arrivé sur la table, malgré que ce ne soit pas cela le bouc émissaire que réclame la foule.
    Pourquoi donc, si cela n’est qu’une gesticulation, y-a-t-il trois gouvernements francais, allemands et américains qui ont la même idée simultanément, et pourquoi commettent-ils la même erreur, pousser la gesticulation jusqu’à créer des problèmes diplomatiques?
    Ma conviction quasi-certaine est qu’en réalité on n’a pas fini d’entendre parler des paradis fiscaux. il ne s’agit pas d’un show médiatique pour faire diversion, et destiné à disparaitre des médias d’ici peu.
    Au contraire, il s’agit d’une entreprise sérieusement considérée par les gouvernements précités.
    -Parce qu’ils ont besoin de pognon. Parce que des gouvernements fauchés ne pourront jamais faire face au défi chinois.
    -Parcequ’on ne peut soutirer plus des pauvres ou des classes moyennes sans déclencher des émeutes.
    -Parceque l’existence de refuge fiscaux empèche les gouvernements de prendre l’argent dans les poches qui en sont pleines.

  4. here 7 février 2019 à 18:26

    I simply want to tell you that I am very new to weblog and certainly loved your web-site. Almost certainly I’m likely to bookmark your blog . You certainly come with beneficial article content. Bless you for sharing your web-site.

  5. John Deere Diagnostic and Test Manuals 11 février 2019 à 19:10

    birthday invitations should be given as early as possible to avoid any surprises-

  6. Mitch Syon 18 février 2019 à 20:30

    How do I change firefox from remembering my facebook info?