Le Blog Finance

Canada, Chine et Hong-Kong : systèmes bancaires à risque, plombés par l’endettement

Inquiétudes à avoir autour de Chine, Hong-Kong et Canada ? Selon un rapport rendu public par la Banque des règlements internationaux – Bank For International Settlements (BIS) – les systèmes bancaires de ce trio comporteraient des risques en raison de leur taux élevé d’endettement. L’organisme, créée en 1930, est détenu par 60 banques centrales qui, ensemble, représentent près de 95 % du produit intérieur brut de la planète.

Le document publié par la BIS souligne en effet que des indicateurs d’alerte précoce virent désormais au rouge en ce qui concerne les rapports existant entre le crédit et le produit intérieur brut des entités concernées.

S’agissant tout particulièrement du Canada et de Hong Kong, les stress inhérents aux systèmes sont liés au coût d’accès à la propriété et aux « seuils critiques atteints et dépassés », une situation qui résulte dans la plupart des cas à des marchés immobiliers en surchauffe.

En ce qui concerne le Canada, le second rapport trimestriel de la Banque des règlements internationaux fait état d’un écart entre crédit et produit intérieur brut de 11 % au-dessus de la tendance à long terme, alors qu’il se situe à 35 % à Hong Kong. Pour la Chine continentale, cette mesure est de 22 %, alors qu’elle est de 7,6 % aux États-Unis.

Cette publication voit le jouer alors que la semaine dernière, Statistique Canada indiquait pour sa part qu’au deuxième trimestre les Canadiens avaient un taux d’endettement de 167,8 % par rapport à leur revenu disponible, contre 166,6 % au premier trimestre. Ce qui signifie en clair que pour chaque dollar de revenu disponible, un ménage doit 1,68 dollar canadien.
Durant la même période, le revenu des ménages a grimpé de 1,2 %, tandis que leur dette sur le marché du crédit a progressé de 1,9 %. La dette totale des ménages, laquelle comprend le crédit à la consommation, les prêts hypothécaires et les autres prêts, s’est chiffrée à près de 2077,2 G$ au deuxième trimestre. La dette hypothécaire a augmenté de 1,6 % à 1361 G$, tandis que le crédit à la consommation s’est accru de 2,4 % à 609,6 G$.

Si nombre d’experts avaient d’ores et déjà alerté sur la situation de la Chine, celle du Canada s’était fait plus discrète jusqu’à présent.

En août dernier, un rapport remis à la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) indiquait néanmoins que le poids de l’endettement de certains Canadiens pourrait finir par impacter la population toute entière, et même ceux mieux lotis en terme de situation financière.

En mars 2017, un nouveau rapport concernant la situation de crédit des emprunteurs et des tendances du marché immobilier prévenait d’ores et déjà que l’augmentation du ratio de la dette au produit intérieur brut (PIB) pourrait assombrir les perspectives de croissance à long terme de l’économie canadienne. Le document citait une étude qui affirmait qu’à long terme la hausse de l’endettement des ménages pouvait contrebalancer les bénéfices à court terme de la consommation.

L’endettement des ménages a d’ores et déjà été identifié comme un risque clé pour l’économie canadienne. Si la faiblesse des taux d’intérêt observée ces dernières années a permis à de nombreux Canadiens d’emprunter de l’argent avec plus de facilité, les taux ont commencé à grimper ces derniers mois.

Alors que la Banque du Canada a haussé son taux directeur à deux reprises depuis la fin du deuxième trimestre, les grandes banques canadiennes ont accru leurs taux préférentiels, utilisés pour calculer les prix des hypothèques à taux variables et d’autres prêts. Les rendements des obligations ont également progressé ces derniers mois, faisant grimper les taux des nouvelles hypothèques à taux fixe.

La croissance marquée des dépenses des ménages, stimulée par des taux d’intérêt à des niveaux historiques suscite désormais des craintes d’autant plus importantes que les niveaux d’endettement atteignent des records. Revers de la médaille voire bombe à retardement d’une situation ayant toutefois été à l’origine de la croissance économique du pays.

Le document de la SCHL indique ainsi qu’une hausse d’un point de pourcentage du ratio de la dette par rapport au PIB pouvait se traduire par un ralentissement de la croissance économique de 0,1 point de pourcentage trois ans plus tard. Ce calcul, publié en janvier 2017 par la Banque des règlements internationaux, a été réalisé en compilant des indicateurs en provenance de 54 pays entre 1990 et 2015.
«Nos résultats suggèrent que l’endettement stimule la consommation et la croissance du PIB à court terme, souligne le rapport de l’institution. Toutefois, le poids de la hausse de l’endettement vient affecter l’économie réelle en l’espace d’un an.» La Banque ajoutant : « à long terme, les effets négatifs de l’endettement sont plus importants que les gains réalisés à court terme».

Le document indiquait également que le niveau de la dette par rapport au PIB avait grimpé de cinq points de pourcentage entre 2010 et 2016, passant de 93 à 101 %. Le rapport place le Canada au deuxième rang, derrière l’Australie, au chapitre des pays ayant affiché la plus importante augmentation du radio de la dette par rapport au PIB sur une période de six ans.
L’économiste en chef de la Banque de Montréal, Doug Porter avait alors déclaré qu’il ne remettait pas en cause le fait que la hausse du niveau de la dette par rapport au PIB représente un risque pour la croissance économique. Il s’était montré toutefois sceptique en ce qui concerne le lien direct entre ce niveau d’endettement et la croissance économique.
Doug Porter avait toutefois reconnu que l’endettement croissant des ménages canadiens laissait suggérer des difficultés pour le pays d’afficher un taux de croissance aussi élevé que par le passé.

Sources : BIS, Presse canadienne

Elisabeth Studer – 19 septembre 2017 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

19 commentaires

  1. retrouvé le retour 19 septembre 2017 à 16:05

    Et moi et moi et moi dirait Dutronc ???

  2. retrouvé le retour 21 septembre 2017 à 09:44

    La dette oui mais… le résultat des élections en Allemagne risque bien ne nous préciser que Madame la marquise peut se faire des cheveux blancs pour son château. Idem pour les USA où le démontage stupide des statues marque en fait les progrès fulgurants de la droite la plus « solide ».

    S’occuper de la Chine, c’est l’histoire de la paille et de la poutre !!

  3. Elisabeth Studer 21 septembre 2017 à 12:10

    il faut s’occuper de tout en même temps …. et apprendre à jongler

  4. retrouvé le retour 22 septembre 2017 à 13:40

    Oui l’histoire de la propagande « anti état » se termine dans la corruption généralisée des « liens » public/privé qui ne sont en fait que des liens de dépendance souvent inédit !! Le plus fort est le rachat des dettes des banques par  » l’Etat Français  » encore un effort et on va remettre la francisque sur le drapeau !!

  5. retrouvé le retour 23 septembre 2017 à 18:02

    Se sont les agences de notation US qui cherchent à plomber la note des Chinois !! Tout le monde à bien compris que la situation est pire pour le crédit aux USA.
    Les manifestations « Nord/Sud » et l’élection de Trump montrent clairement ou va le dinosaure US.
    L’Europe doit se faire, se libérer de cet animal en fermant ses bases, et nettoyer le voisinage au Moyen Orient mais pas que là des états pseudo-religieux qui sont un danger pour l’Homme !!

  6. Elisabeth Studer 23 septembre 2017 à 19:45

    Se sont les agences de notation US qui cherchent à plomber la note des Chinois !! Tout le monde à bien compris que la situation est pire pour le crédit aux USA.

    oui, et oui !!!
    agences de notation qui ont d’ailleurs toujours oeuvré dans ce sens contre les différents pays

  7. retrouvé le retour 23 septembre 2017 à 23:36

    La vérité, c’est que plus rien n’est sous contrôle, et surtout pas les agences de notation qui ne sont que des espaces récréatifs. Mais il ne faut pas se laisser désorganiser par cette niaiserie.Il ne sert à rien d’accumuler des masses de produits financiers qui se baladent tout autour de la planète, se sont des milliards « égal à zéro ».
    Il faut sécuriser son espace proche tranquillement.

    On peut faire un // entre cet « espace financier récréatif » et la Défense antimissile que les USA baladent ici est là sur les frontières de leurs pseudo alliés. C’est un truc qui n’existe pas !!
    Kim-le-Mal-coiffé » fait cette démonstration tous les jours en faisant passer ses fusées au dessus du Japon,

    Depuis pas mal de temps « Le-Chef-Controversé-du-Royaume-Ermite » signale qu’il va faire peter une fusée à 50 km de Guam. J’espère qu’il va bien viser !!

  8. Xavier 24 septembre 2017 à 12:18

    Bonjour
    Les agences de notation (US) font partie des instruments de domination pour exercer son emprise sur les économies du monde. Avec une simple petite note donnée à une institution (Etat, entreprise, etc…), ils offrent la possibilité d’accéder facilement au crédit, ou au contraire de lui voir limiter cet accès.
    Bien à vous.

    • ES 26 septembre 2017 à 00:15

      tout à fait …. !

  9. Theo de H 24 septembre 2017 à 20:02

    Et qu’en est t-il pour la France ? aha:)

  10. Elisabeth Studer 27 septembre 2017 à 01:11

    SP abaisse la note d’Areva à B-, « inquiétudes » liées à l’EPR finlandais …..

    Paris – L’agence de notation financière SP Global Ratings a abaissé mardi la note d’Areva à « B- », jugeant que le groupe nucléaire français fait face à un « risque accru » dans l’arbitrage en cours autour du chantier de construction d’un EPR en Finlande.

    L’agence a aussi placé cette nouvelle notation sous surveillance négative, du fait de l’ »incertitude » quant au montant d’une éventuelle indemnisation qu’aurait à verser le groupe français à son client finlandais TVO, a-t-elle détaillé dans un communiqué.

    Fin juillet, l’électricien finlandais a annoncé que la Chambre de commerce international (CCI) à Paris avait rendu un nouvel arbitrage partiel en sa faveur dans le litige qui l’oppose à Areva pour la construction de l’EPR à Olkiluoto (OL3).

    Ce chantier connaît d’importants retards et surcoûts que les deux groupes s’imputent mutuellement. Areva réclame 3,4 milliards d’euros de dédommagements et TVO 2,6 milliards.

    TVO a déjà bénéficié d’un arbitrage partiel en sa faveur fin 2016, mais d’autres décisions intermédiaires sont attendues avant la décision finale de la CCI prévue début 2018.

    Pour SP, avec ce deuxième arbitrage partiel en sa défaveur, Areva « fait face à un risque plus important de manquer de liquidités du fait d’un risque accru » d’avoir à payer des indemnités à TVO.

    Si c’était le cas, la marge de manoeuvre de l’Etat français pour aider Areva serait par ailleurs « réduite » après le renflouement d’argent public dont a déjà bénéficié Areva, explique l’agence de notation.

    Une contribution directe de l’Etat serait en effet contraire aux règles européennes sur les aides d’Etat, note SP.

    Ce précédent renflouement fait d’ailleurs l’objet d’un recours de TVO, qui estime que ce plan de restructuration « ne garantit pas suffisamment » que toutes les ressources nécessaires seront mises en oeuvre par Areva pour assurer la fin du chantier.

    Prévue initialement pour 2009, la mise en service de l’EPR d’OL3 est désormais prévue l’an prochain.

    SP pourrait encore abaisser la note d’Areva dans les trois prochains mois si les risques évoqués se matérialisent, précise l’agence.

    (©AFP / 26 septembre 2017 19h41)

  11. retrouvé le retour 27 septembre 2017 à 21:08

    Modère beau merle, modère !!

  12. retrouvé le retour 28 septembre 2017 à 22:34

    Léa Salami qui voit maintenant un Edouard Mélanchon !!! Dans une « émission politique » où le vrai Philippe fait encore le malin !!
    On ne sait plus si on est ici où au Lit Ban et que dit papa Ghassan ?

  13. ES 9 octobre 2017 à 00:09

    de retour enfin !!!!!!!!!!!!!!!!!!

  14. retrouvé le retour 10 octobre 2017 à 16:40

    Pas encore retrouvée !!
    Depuis la Catalogne est bientôt indépendante !! Il faut relire La tentation Allemande, qui ici travaille à l’envers, c’est avant tout les « anciens » Franquistes qui parlent par la voix des Macrons et autres Zébulons !!
    C’était quoi ce trou d’air ES ?

  15. Elisabeth Studer 11 octobre 2017 à 00:11

    on va y arriver , on va y arriver
    on a deja rechargé les articles
    mais … je n’arrive pas à publier

  16. Elisabeth Studer 11 octobre 2017 à 00:12

    c’est deja pas mal qu’on puisse ecrire des commentaires
    on avance … ;-)

  17. retrouvé le retour 11 octobre 2017 à 09:51

    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/12/presidentielle-kenyane-dans-la-tourmente-les-observateurs-electoraux-se-defendent_5184438_3212.html

    Des observateurs bidons et dans la même région des grands lacs des exactions, viols de masse et autres « non vues », probablement mesurés par les mêmes observateurs.
    On va voir si cette mascarade va durer longtemps !! C’est peu probable.
    Pour le moment ES tu recules, mais peut-être as-tu six marches arrières automatiques et une seule marche avant manuelle?
    Tourne donc ton véhicule et circule dans l’autre sens. :) :)

    « on a deja rechargé les articles » Pour les articles achète donc un chargeur de 20, comme celui de l’assassin de mon meilleur ami !!

  18. retrouvé le retour 12 octobre 2017 à 13:18

    Le drapeau espagnol n’est certainement pas celui qui défile avec cette monarchie post franquiste !! La Catalogne fait partie de l’Europe c’est sur !! Pourquoi nos média se permettent ils de ressusciter le monstre franquiste ! :( :(

Commenter cet article