Le Blog Finance

La Russie s’accorde avec la Turquie pour vendre 49 % des parts de la centrale d’Akkuyu

Nouvelle transaction entre Turquie et Russie. Décidément les relations entre les deux pays semblent être au beau fixe depuis l’annonce officielle du début des travaux de construction du gazoduc Turkish Stream reliant les territoires russe et turque, pipeline doté d’un enjeu géostratégique majeur.
Si en début du mois, le conglomérat d’Etat russe Rostec a indiqué que la Russie était proche de la signature d’un contrat avec la Turquie portant sur la livraison de systèmes de défense antiaérienne S-400, le conglomérat nucléaire public russe Rosatom a conclu lundi quant à lui un accord pour vendre à des investisseurs turcs 49% de la future centrale nucléaire d’Akkuyu, en Turquie. Ce projet avait pâti des tensions entre Moscou et Ankara ces dernières années.

Les agences de presse russes ont ainsi indiqué que l’accord-cadre de cession de la part minoritaire à un consortium comprenant les sociétés turques Cengiz Holding, Kolin Insaat Turizm Sanayi ve Ticaret et Kalyon Insaat Sanayi ve Ticarte, a été signé lors du forum AtomExpo organisé à Moscou. Le montant de la transaction n’a toutefois pas été rendu public.

Ankara souhaite se doter d’une centrale dans le sud de la Turquie depuis 40 ans. En 2010, le projet avait été attribué à la Russie, mais le contrat, estimé à 20 milliards de dollars, avait été gelé suite à la grave crise diplomatique qui avait été engendrée par  la destruction par l’aviation turque, en novembre 2015, d’un avion militaire russe au-dessus de la frontière syro-turque.

Après 7 mois de crise diplomatique entre Moscou et Ankara, survenue après qu’un avion russe ait été abattu pour avoir violé l’espace aérien turc, une lettre adressée par le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, au Président russe Vladimir Poutine, avait permis d’enclencher une reprise du dialogue entre les deux pays. Le 29 juin 2016, Erdogan et Poutine  s’étaient  entretenus au téléphone et les deux pays avaient alors lancé le processus de normalisation. Le 15 juillet dernier, le Premier ministre turc Binali Yildirim avait déclaré que la Turquie était prête pour reprendre des projets d’infrastructure communs avec la Russie, mettant en avant la construction d’un gazoduc – Turkish Stream  - et celle de la centrale nucléaire d’Akkuyu, à laquelle Ankara attache une grande importance.

En mars 2017, après la signature début février par Vladimir Poutine de la loi ratifiant l’accord russo-turc sur le gazoduc Turkish Stream, Moscou et Ankara sont allés encore plus loin, signant un mémorandum portant sur la création d’un fonds commun d’investissement, lequel sera doté d’un milliard de dollars. Selon le texte officiel signé à Moscou, le fonds souverain russe RDIF (Fonds russe d’investissements directs) et son équivalent turc TWF (Fonds souverain Türkiye) apporteront chacun la moitié de cette dotation.

Le 3 mai dernier, le Président russe Vladimir Poutine avait déclaré lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan que la Russie investirait 22 milliards de dollars dans la construction de la centrale nucléaire turque d’Akkuyu.

Kirill Komarov, le numéro deux de Rosatom, indique désormais que le lancement d’un premier réacteur d’Akkuyu est prévu en 2023. Il espère ainsi que le projet pourra être opérationnel pour le centenaire de la République de Turquie. Jeudi dernier, le conglomérat public russe avait indiqué avoir reçu des autorités turques la licence nécessaire pour produire de l’électricité pour une durée de 49 ans. Selon lui, les autorisations pour construire les réacteurs devraient lui parvenir en mars 2018.

La centrale nucléaire d’Akkuyu, premier site de ce genre en Turquie, sera construite dans la province de Mersin sur le littoral méditerranéen du pays. Elle comprendra quatre réacteurs VVER de conception russe de 1 200 mégawatts chacun. Le site produira près de 35 000 milliards de kWh d’électricité par an.

Sources : AFP, Presse russe, RT

Elisabeth Studer – 19 juin 2017 – www.leblogfinance.com 

A lire également : 

Vente imminente par la Russie à la Turquie de missiles S-400

Turquie et Russie peuvent enfin annoncer la construction du gazoduc Turkish Stream

Russie / Turquie : rapprochement financier, commercial et militaire, Turkish Stream en arrière plan

Tentative de coup d’Etat en Turquie : « opportunité » pour bloquer Turkish Stream  ?

Turkish Stream : suspension des négociations Russie / Turquie sur le gazoduc stratégique

Partager cet article

Article de

6 commentaires

  1. retrouvé le retour 20 juin 2017 à 18:00

    Oui pour le moment c’est l’alliance religieuse de proximité, des casseroles sur la tête et du croissant. Attention c’est une affaire qui peut réussir et nous mettre au sol.
    Si les Russes et les Turcs deviennent aussi pourris que les US alors c’est le comble.
    En fait l’Europe joue contre ses intérêts depuis qu’elle est occupée militairement par les USA.
    Pour faire fermer les bases US sur notre sol, il a fallu que De Gaulle fasse remarquer que nous avons été des alliés et que les bases qui persistaient en 1967 devaient être fermées.

    Aujourd’hui certains imbéciles mettent en avant le régime de la pastille de Vichy pour faire condamner chez les anglo-saxons la SNCF pour collaboration ou autres saloperies. se rendent-ils bien compte de ce qui nous est arrivé ? Cette démarche pourrait “légaliser” une éventuelle occupation.

  2. Elisabeth Studer 20 juin 2017 à 20:01

    En fait l’Europe joue contre ses intérêts depuis qu’elle est occupée militairement par les USA. …. tout à fait

  3. Elisabeth Studer 20 juin 2017 à 20:03

    même motifs même punition ?
    https://www.monde-diplomatique.fr/2003/05/LACROIX_RIZ/10168
    l’euro contre le dollar comme monnaie unique ? ….
    qui sait …
    D’ou l’interet US à faire chuter l’UE et sabrer l’euro ….
    l’enjeu : encore et tjrs les mat 1eres en passant par la finance

  4. retrouvé le retour 20 juin 2017 à 23:12

    C’est pour cela que dans peu de temps les citoyens européens vont s’occuper d’isoler et d’occuper ces reliquats d’un état en faillite.
    Ce sera la dissolution de l’Otan.

  5. retrouvé le retour 20 juillet 2017 à 09:44

    1) Pour ceux qui connaissent le voyage les deux pieds dans la merde américaine sur le sol US et pas les “stop over” en avion et autre modes de déplacements touristiques, il y a bien longtemps que la sonnette d’alarme aurait du être tirée. Ce conglomérat d’états est en grande difficulté.

    2) Trump est le vrai représentant des USA, C’est pour cette raison qu’il doit se battre avec un couteau planté dans le dos !!

    3) Les vrais représentants des états issus de l’Empire Turc se sont les “frères” non seulement ils gouvernent en Turquie, mais ils ont gagné les élections en Algérie, Egypte, Maroc, Libye, etc..
    Les USA après avoir fait renverser les tenants du “socialisme arabe” se sont attaqués aux frérots par des putsch militaires.
    Le dernier coup militaire sanglant en Turquie est de leur fait.

    Si on voit des voiles partout chez nous, nous le devons à ces imbéciles d’Anglo-saxon qui sponsorisaient les frères.

    4) En créant de pseudo états sur des bases “religieuses” les USA sont devenu la locomotive de la machine à perdre. Nous devons détacher notre wagon de ce train fou !!

    https://www.lorientlejour.com/article/1063205/syrie-washington-deplore-des-fuites-dans-la-presse-turque.html

  6. retrouvé le retour 20 juillet 2017 à 09:55

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/07/17/97001-20170717FILWWW00109-jordanie-prison-a-vie-pour-un-soldat-ayant-tue-3-americains.php

    Voilà a quoi se résume l’armée US !! Un soldat Jordanien qui tue par erreur des “pseudo-instructeurs” qui ne respectent pas les règles d’engagement !! et le résultat pour le soldat qui lui a respecté les règles.

Commenter cet article