Le Blog Finance

Contrat militaire USA / Arabie saoudite, quand les banques US financent austérité et armement …

Décidément avec Donald Trump, le secteur militaire a le vent en poupe !!! On nous disait l’Arabie saoudite confrontée à de graves problèmes budgétaires … et pourtant. Au premier jour de la visite du président américain, samedi, à Ryad, un responsable de la Maison Blanche a annoncé la signature de contrats de ventes d’armements d’une valeur de 110 milliards de dollars au royaume saoudien. Histoire de redorer au passage le blason bien terni du milliardaire, il s’agit d’une prise de choix lors la première visite de Donald Trump à l’étranger en tant que chef de l’Etat.

Le responsable a tenu à rappeler à cette occasion que l’Arabie saoudite était un allié traditionnel des Etats-Unis. Sans fournir de plus amples éléments concernant ces accords, il a toutefois ajouté que ces contrats visaient à “soutenir la sécurité à long terme de l’Arabie saoudite et de la région du Golfe face aux menaces iraniennes”. Des propos qui interviennent le jour même où l’Iran invitait les électeurs à élire son prochain président.

Un des arguments invoqués : selon lui, ses achats renforceront la “capacité du royaume à contribuer aux opérations de contre-terrorisme à travers la région, ce qui réduira le fardeau pour l’armée américaine”. Histoire peut-être de tenter de calmer les critiques que pourraient susciter ces ventes à un pays controversé. Vous l’aurez compris, selon le responsable, cette transaction devrait permettre de réduire les dépenses militaires US. Décidément, l’ère est au business et à la rentabilité avec Donald Trump …

Mettant en avant les relations qui lient les deux pays, la Maison Blanche a également a indiqué que les contrats militaires marquaient “un important développement dans une relation de sécurité, longue de plus de sept décennies entre les Etats-Unis et le royaume saoudien”. Quelques heures plus tôt, lors d’un Forum de chefs d’entreprises américaines et saoudiennes se tenant à Riyad, avait été également annoncé un projet d’accord portant sur un investissement de 6 milliards de dollars pour l’assemblage en Arabie saoudite de 150 hélicoptères Blackhawk de Lockheed Martin.

Le royaume sunnite, un des principaux acheteurs d’armes au monde, est l’un des partenaires clé des Etats-Unis dans la région, face à l’Iran et dans la lutte contre le groupe Etat islamique (Daesh) en Syrie et en Irak. Ses besoins militaires ne font que croître en raison de son engagement depuis 2014 dans la guerre au Yémen entre forces pro-gouvernementales et rebelles Houthis soutenus par Téhéran. Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Ryad a été en 2016 le quatrième importateur d’armes au monde avec 63,7 milliards de dollars.

Reste tout de même que le budget de l’Etat a repris quelques couleurs durant le 1er trimestre 2017, mais aux dépens des saoudiens … Alors que jusqu’à présent, le premier exportateur de pétrole au monde table sur un déficit de 53 milliards de dollars pour 2017, la semaine dernière le ministre saoudien des Finances a annoncé que le déficit budgétaire de l’Arabie saoudite avait été réduit de 71% au premier trimestre à 26 milliards de riyals (6,37 milliards d’euros). Une annonce qui intervient alors que le pays est engagé dans une politique d’austérité depuis quelques mois suite à la dégringolade des cours du pétrole.

Les revenus ont atteint 144 milliards de riyals (35,28 milliards d’euros), les dépenses plafonnant parallèlement à 170 millions de riyals (41,65 milliards d’euros). Les seuls revenus pétroliers ont atteint 112 milliards de riyals (27,45 milliards d’euros) au premier trimestre avec un taux de progression de 115%, une performance obtenue grâce à la remontée des prix du baril. Durant la période, les revenus non pétroliers ont totalisé 32 milliards de riyals (7,8 milliards d’euros), en très légère progression (+1%) par rapport à la même période de l’année 2016. En vue d’expliquer le recul du déficit budgétaire, le ministre saoudien des Finances avait mentionné outre la hausse des revenus, notamment pétroliers, une baisse des dépenses.

Alors que l’Arabie saoudite vient donc de signer un contrat de 110 milliards de dollars … en septembre 2016, dans le cadre de mesures d’ austérité, les autorités ont gelé  les salaires, limitant en parallèle les primes et les indemnités des fonctionnaires, lesquels constituent l’essentiel de la main d’oeuvre. Face au mécontentement des fonctionnaires qui en a découlé, le roi Salmane a toutefois décidé  de restaurer leurs avantages en avril 2017.

Pour rappel, en 2016, le royaume s’est lancé dans un vaste programmes de réformes économiques, appelé “Vision 2030″, destiné en grande partie à atténuer sa dépendance vis à vis du pétrole, alors que son économie est basée à l’heure actuelle sur les revenus pétroliers.

Pour financer ce programme, les autorités saoudiennes vont proposer en Bourse 5% du géant pétrolier Aramco et emprunter sur le marché financier international. Via des banques américaines, allez savoir ? … le cas échéant, cela serait donc au final un joli coup pour les Etats-Unis. Qui via des banques US prêteraient donc au royaume saoudien de l’argent … pour qu’il puisse acquérir de l’armement auprès de firmes américaines. Quant à la part d’Aramco qui sera proposée en Bourse, il se pourrait qu’elle tombe dans l’escarcelle de majors pétrolières US …

Précisons enfin, qu’en octobre dernier, l’Arabie saoudite a levé sans difficulté 17,5 milliards de dollars, il s’agissait alors de son premier emprunt sur le marché international. Le 13 avril dernier, le royaume a annoncé avoir levé 9 milliards de dollars (8,45 milliards euros) pour sa première émission d’obligations islamiques, ou “sukuks”.

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – 20 mai 2017 - www.leblogfinance.com

A lire également :

Syrie : Trump avalise la fourniture d’armes aux milices, faisant fi de la Turquie

Partager cet article

Article de

37 commentaires

  1. Elisabeth Studer 20 mai 2017 à 18:55

    L’Arabie saoudite a emprunté un montant record de 17,5 milliards de dollars
    Par lefigaro.fr Publié le 20/10/2016
    Le pays prévoit un déficit budgétaire de 87 milliards de dollars cette année.

    Le Royaume, qui effectue son premier emprunt auprès d’investisseurs internationaux, a levé un montant record pour un État. Premier exportateur mondial de pétrole, il subit de plein fouet le contrecoup de la faiblesse des cours du brut.
    L’Arabie saoudite a emprunté un montant record de 17,5 milliards de dollars lors de son premier emprunt sur le marché international, a annoncé jeudi la banque HSBC, qui faisait partie des établissements pilotant l’opération.
    Premier exportateur mondial de pétrole, l’Arabie saoudite subit de plein fouet le contrecoup de la faiblesse des cours du brut. Avec une prévision de déficit budgétaire de 87 milliards de dollars cette année, le pays a lancé un plan de diversification de son économie et des réformes pour renflouer ses caisses, dont cet emprunt international et des mesures d’austérité.
    » L’Arabie saoudite connaît des fins de mois difficiles
    «Cette émission inaugurale de 17,5 milliards de dollars marque avec succès l’arrivée du royaume d’Arabie saoudite sur les marchés de capitaux, puisqu’il s’agit de la plus importante émission syndiquée (emprunt placé auprès des investisseurs par plusieurs établissements bancaires, ndlr) jamais émise par un pays», a commenté Jean-Marc Mercier, codirecteur de la division marchés de capitaux d’emprunt chez HSBC, cité par l’AFP. Selon l’expert, l’intérêt des investisseurs pour cet emprunt a été vraiment global et ne s’est pas cantonné aux États-Unis.
    L’emprunt géant réalisé par l’Arabie Saoudite se découpe en trois tranches: une première de 5,5 milliards à 5 ans, assortie d’un coupon (taux d’intérêt annuel) nominal de 2,375%, une deuxième de 5,5 milliards également à 10 ans à 3,25% et une dernière de 6,5 milliards à 30 ans à 4,5%, a précisé la banque britannique. Le rendement effectif, c’est-à-dire l’intérêt annuel que paiera l’Arabie Saoudite sur l’ensemble du prêt, est de 2,588% à 5 ans, de 3,407% à 10 ans et de 4,623% à 30 ans. La souscription à cette levée de fonds avait débuté mercredi.
    » L’Arabie saoudite prête à lancer un emprunt massif
    Austérité

    Contrairement à une adjudication classique qui obéit à une forme de système d’enchères, l’emprunt syndiqué est plus souple et consiste à monter l’opération directement avec plusieurs banques en lien avec les investisseurs intéressés par les obligations émises.
    Sur le front de l’austérité, le pays s’est récemment attaqué au secteur public, qui ne représente pas moins des deux tiers des emplois du royaume, en sabrant le salaire de ses ministres. Le traitement des ministres devrait être amputé de 20 %, et les avantages des fonctionnaires vont également être diminués. Du jamais-vu dans ce pays qui achète depuis des dizaines d’années la stabilité sociale grâce à sa rente pétrolière et qui, aujourd’hui, paie cher sa dépendance à l’or noir.

  2. Elisabeth Studer 20 mai 2017 à 18:55

    Washington et Ryad ont signé des accords de plus de 380 mds USD (ministre)

    Ryad – Les Etats-Unis et l’Arabie saoudite ont signé samedi des accords d’une valeur de plus de 380 milliards de dollars, au premier jour de la visite du président Donald Trump à Ryad, a annoncé le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir.

    “Les deux pays ont signé une série d’accords (…). La valeur des investissements dépasse les 380 milliards de dollars”, a déclaré M. Jubeir lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d’Etat Rex Tillerson.

    L’agence officielle saoudienne SPA a fait état de 34 accords dans des domaines aussi divers que la défense, le pétrole et le transport aérien, sans cependant fournir de montant total.

    Un responsable de la Maison Blanche a cité plus tôt des contrats de ventes d’armements d’une valeur de 110 milliards de dollars à l’Arabie saoudite.

    (©AFP / 20 mai 2017 18h29)

  3. Elisabeth Studer 20 mai 2017 à 18:57

    General Electric (GE) a annoncé samedi avoir signé une série de protocoles d’accords avec l’Arabie saoudite d’une valeur de 15 milliards de dollars à l’occasion de la visite du président Donald Trump à Ryad, son premier déplacement à l’étranger.

    Dans un communiqué, le conglomérat industriel américain, basé à Boston, précise qu’”en partenariat avec le royaume”, des protocoles d’accords et des projets d’”une valeur de 15 milliards de dollars” ont été signés en présence du président Trump et du souverain saoudien Salmane ben Abdel Aziz.

    “Quelque 7 milliards de dollars iront à GE Technology and Solutions à travers divers secteurs et partenariats destinés à créer une plate-forme économique véritablement diversifiée et durable”, ajoute le communiqué.

    Le document souligne que la “collaboration” entre GE et le ministère saoudien de l’Energie, ainsi qu’avec le Programme national de développement des unités industrielles, “devrait dépasser les 12 milliards de dollars”. Cela inclut la construction de nouvelles capacités de production électrique de 12 gigawatts (GW).

    GE a également signé un protocole d’accord avec le géant pétrolier Saudi Aramco pour “entreprendre une transformation numérique des opérations d’Aramco”, indique le communiqué.

    Ce projet devrait générer à Aramco 4 milliards de dollars chaque année par une amélioration de la productivité du géant pétrolier, selon le document.

    L’Arabie saoudite a engagé l’an dernier un ambitieux programme Vision 2030 visant à réduire la dépendance de l’économie saoudienne au pétrole, après l’effondrement des cours sur le marché international.

    Ce programme entend développer l’industrie, attirer des investissements et encourager les PME pour créer des emplois.

    (©AFP / 20 mai 2017 15h31)

  4. retrouvé le retour 20 mai 2017 à 22:41

    “Cela inclut la construction de nouvelles capacités de production électrique de 12 gigawatts (GW).”
    On va leur faire un plan comme pour le Japon avec ses centrales nucléaires en bord de tsunami :) :) :)

  5. ES 21 mai 2017 à 00:37

    tiens, au fait :

    Tokyo – Une compagnie d’électricité japonaise a redémarré mercredi un de ses réacteurs, un modèle qui fonctionne en partie au combustible recyclé Mox que la justice avait momentanément empêché d’être relancé.

    L’unité Takahama 4, exploitée par Kansai Electric Power (Kepco) dans le sud-ouest du Japon, a été réactivée mercredi aux environs de 17H locales (08H00 GMT) et la réaction en chaîne devrait débuter jeudi matin, a annoncé la compagnie dans un communiqué.

    L’électricité devrait commencer d’être produite à compter du 22 mars, mais elle ne sera envoyée sur le réseau commercial qu’à compter de mi-juin, selon l’opérateur.

    Les écologistes ont dénoncé cette remise en service, arguant que les problèmes de sûreté n’étaient pas résolus.

    “En dépit de cette relance de Takahama 4, il est important de garder à l’esprit que les ambitions de redémarrage nucléaire du gouvernement de Shinzo Abe ont largement échoué. Il est temps que le gouvernement Abe et les services publics admettent la réalité et concentrent leurs ressources sur le développement des énergies renouvelables pour faire face au changement climatique”, a réagi dans un communiqué transmis à l’AFP Hisayo Takada, de Greenpeace Japon.

    Takahama 4 est le quatrième réacteur en service au Japon, sur un parc de 42 unités, contre 54 avant la catastrophe de Fukushima en 2011.

    Un cinquième, Takahama 3, voisin de Takahama 4, à 350 km à l’ouest de Tokyo, doit redémarrer le mois prochain. Le combustible vient d’y être chargé.

    Les deux avaient redémarré début 2016, mais un tribunal, saisi par un groupe de riverains, en avait ordonné l’arrêt, estimant que n’avaient pas été tirées toutes les leçons de la catastrophe nucléaire de Fukushima. La décision avait été confirmée en premier appel. “Il reste des interrogations sur les mesures de protection vis-à-vis d’un tsunami et concernant les plans d’évacuation”, avait signifié le juge.

    Mais en mars cette année, la Haute cour d’Osaka a infirmé cette décision, ouvrant la voie à un redémarrage.

    Takahama 4 emploie en partie du Mox (mélange d’oxydes d’uranium et plutonium) produit à l’étranger, le Japon n’ayant pas encore mis en exploitation ses usines de retraitement et fabrication de Mox, en raison de divers problèmes techniques et de normes plus strictes depuis l’accident de Fukushima.

  6. retrouvé le retour 22 mai 2017 à 14:07

    http://www.lepoint.fr/monde/le-fosse-se-creuse-entre-teheran-washington-et-ryad-22-05-2017-2129371_24.php

    Visiblement le bon émir se Trump, alors qu’il devrait surtout se concentrer !! Il semble confondre ses poulains Daech (EI) et Al-Qaïda avec la concurrence barbue !!
    En fait Trump venait simplement lui porter des lunettes.
    En associant l’aveugle et le paralytique on peut obtenir parfois obtenir des résultats, mais pas en associant deux aveugles ou deux paralytiques !! :) :)

  7. Baker 24 mai 2017 à 13:23

    Il n’y a que du donnant donnant dans ce monde.
    http://www.monblogutile.com

  8. retrouvé le retour 24 mai 2017 à 23:40

    “Il n’y a que du donnant donnant dans ce monde” :) :)

    Fabius corrigerait: “Bachar ne mérite pas d’être de ce monde !!”

  9. retrouvé le retour 26 mai 2017 à 08:30

    Ce qui est évident c’est que la soit disant guerre asymétrique actuelle a peu de chance de ne pas avoir un effet dévastateur sur l’économie US déjà dévastée !!
    Si l’Europe n’est pas capable de foutre dehors les USA nous aurons droit aussi à une nouvelle couche.
    Heureusement il est plus que probable que nous allons réussir à sortir du piège économique de l’Otan.

  10. retrouvé le retour 27 mai 2017 à 00:28

    http://armenews.com/article.php3?id_article=142417

    Bravo, continuez votre “travail” les savants !!

  11. retrouvé le retour 28 mai 2017 à 11:41

    Malheureusement pour armenews, il semble que les “savants découvreurs” sont turcs et autres bridés évangélisés !!

    “For 7 years a Chinese-Turkish expedition team has conducted desperate investigation and research over the adverse surroundings of Mt. Ararat in Turkey”

    et en plus la montagne en question semble mal située !!
    Les vilains Russes n’ont pas pu pousser plus loin l’Arménie !!
    Moralité, il vaut mieux être lèche-cul que suce-pets

    http://www.noahsarksearch.net/arkmovie/eng/

  12. retrouvé le retour 28 mai 2017 à 11:46

    La vérité est écrite la mer de Chine appartient à dieu, donc probablement aux évangélistes ou au Mormons, c’est à dire a Trump !!

  13. Mellisa 25 janvier 2019 à 20:31

    Hi, I do think this is a great blog. I stumbledupon it
    ;) I am going to return yet again since i have book-marked it.
    Money and freedom is the best way to change, may you be rich and continue to guide other people.

  14. brazilian wax tips 25 janvier 2019 à 22:43

    I all the time used to study paragraph in news papers but now
    as I am a user of net therefore from now I am using net for articles or reviews, thanks to web.

  15. Estella 26 janvier 2019 à 08:56

    Thanks to your interest in Investment Advice.

  16. Dillon 26 janvier 2019 à 18:46

    Now it is time to decide your specific investments.

  17. brazil nuts cholesterol 27 janvier 2019 à 00:52

    Thank you for sharing your info. I really appreciate your efforts and I
    am waiting for your next write ups thank
    you once again.

  18. Temeka 27 janvier 2019 à 04:12

    This is true for funding recommendation as nicely.

  19. Virginia 27 janvier 2019 à 12:13

    Thanks for your curiosity in Funding Advice.

  20. Kasha 27 janvier 2019 à 13:58

    Thank you on your interest in Investment Recommendation.

  21. Jacquie 27 janvier 2019 à 23:07

    All types of investments include sure risks.

  22. brazil nuts cholesterol 5 février 2019 à 16:46

    Today, I went to the beach front with my children. I found a sea
    shell and gave it to my 4 year old daughter and said “You can hear the ocean if you put this to your ear.” She placed the shell to her ear and screamed.

    There was a hermit crab inside and it pinched her ear. She never
    wants to go back! LoL I know this is entirely off topic but I had to tell someone!

  23. Reggie 5 février 2019 à 17:09

    Now it’s time to pick your particular investments.

  24. Jannette 5 février 2019 à 17:33

    Take into account investments that provide instant annuities.

  25. Erma 5 février 2019 à 17:53

    All kinds of investments come with sure risks.

  26. Laura 6 février 2019 à 01:26

    And that is an investment danger price taking.

  27. Bernie 9 février 2019 à 02:50

    A monetary advisor is your planning associate.

  28. Georgina 9 février 2019 à 03:38

    Take into account investments that offer speedy
    annuities.

  29. Alphonso 9 février 2019 à 03:58

    Think about investments that supply quick annuities.

  30. Ali 11 février 2019 à 09:00

    A monetary advisor is your planning associate.

  31. Jose 12 février 2019 à 01:20

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  32. Latisha 12 février 2019 à 01:57

    Take into account investments that provide immediate annuities.

  33. Catharine 16 février 2019 à 01:15

    And that is an investment danger worth taking.

  34. Antwan 16 février 2019 à 03:14

    Monetary advisors business is folks business.

  35. Ulrike 19 février 2019 à 01:17

    Traders do pay direct and indirect costs.

  36. Florence 19 février 2019 à 05:19

    All forms of investments include sure dangers.

  37. Modesto 19 février 2019 à 05:31

    A monetary advisor is your planning associate.