Le Blog Finance

Casino et Intermarché devant la justice pour pratiques abusives face à leurs fournisseurs

Les magasins Intermarché et Casino pointés du doigt pour pratiques abusives. La répression des fraudes a en effet annoncé jeudi  avoir assigné les distributeurs des deux enseignes devant le tribunal de commerce de Paris, pour pratiques commerciales abusives. Elle demande à ce que soit infligée une amende civile de 2 millions d’euros à l’encontre de chaque groupe parallèlement à la cessation des pratiques concernées.

Encore une fois c’est l’attitude des géants de la distribution face à leurs fournisseurs qui est pointée du doigt. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF)  reproche à la centrale d’achat commune des deux enseignes (Intermarché Casino Achats Incaa) de ne pas avoir respecté son contrat cadre annuel avec ses fournisseurs pour l’année 2015. La centrale aurait demandé aux fournisseurs de s’acquitter de frais financiers supplémentaires après la signature de l’accord, augmentant ainsi une pression déjà difficilement soutenable.

Après avoir enquêté sur ces pratiques en 2016, la DGCCRF révèle que « les fournisseurs n’ayant pas fait droit à ces demandes financières ont subi des mesures de rétorsion ». Des pratiques abusives qui s’approchent bel et bien de chantages, moult fournisseurs pouvant difficilement se passer d’apparaître dans les rayons de telles enseignes.

La centrale a été constituée en 2014 à partir d’une vingtaine de personnes, provenant pour moitié de Casino et Intermarché, avec à cette date un budget d’achats de quelque 9 milliards d’euros entre les mains. Jean-Paul Onillon (Casino) et Thierry Cotillard (Intermarché) avaient alors déclaré à LSA – journal dédié à la grande-distribution – que leur objectif n’était ni plus ni moins que de créer un « New Deal » de la négociation ….. Ils avaient alors promis de ne pas alimenter la guerre des prix …. Selon leurs dires, Incaa devait servir à simplifier les négociations avec 67 grands groupes – grâce à une seule et unique porte d’entrée – et à promouvoir un maximum d’innovations dans les milliers de points de vente concernés.

Des promesses qui semble-t-il n’ont pas été suivies d’effets …

« Nous ne fixons aucune limite, nous avons simplement l’ambition d’avoir de meilleures conditions » à l’achat auprès des fournisseurs, « que Carrefour, Leclerc ou Système A (nom communément donné à l’alliance aux achats entre Auchan et U » , avait quant à lui declaré sans ambages en octobre 2014 le responsable de l’offre alimentaire Intermarché, lors de l’annonce de la création de la centrale d’achat commune. Selon lui, « chaque point gagné »  devait rapporter aux deux entités « 100 millions sur un peu plus de 10 milliards de volume d’affaires ».

Suite à cette annonce faisant suite à celle d’un rapprochement entre Auchan et Système U, notamment dans le domaine des achats, l’association des industries alimentaires (Ania) s’était en retour inquiétée des mouvements de rapprochements observés dans la distribution à l’amorce des négociations commerciales, redoutant que cela ne « renforce la course aux prix les plus bas » et n’accélère la déflation dans le secteur alimentaire.

En réaction à l’annonce faite par la répression des fraudes cette semaine, Casino a affirmé dans un communiqué que ses pratiques commerciales étaient conformes à la loi et que sa centrale d’achat contesterait les motifs de l’assignation.

La DGCCRF « considère comme déséquilibrées les négociations menées en 2015 avec 13 multinationales du secteur de l’hygiène-parfumerie », a expliqué Casino. Le groupe a précisé que sa centrale d’achat avait toujours collaboré aux contrôles effectués « afin de s’assurer que les négociations avec les industriels se déroulent dans un cadre équilibré et respectueux des dispositions applicables ».

Sources : Reuters, Casino, DGCCRF, LSA, AFP

Elisabeth Studer – 14 avril 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Perquisition chez Carrefour, soupçonné de pratiques illégales face à ses fournisseurs

Vers une nouvelle crise du lait ? l’industrie laitière exhorte la grande distribution à une prise de conscience

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. Margo 10 août 2017 à 04:03

    Once the winning mixture is chanced upon, the bell seem with the Kerch inking of cash signs
    the applying payment.

  2. retrouvé le retour 10 août 2017 à 14:02

    « reproche à la centrale d’achat commune des deux enseignes (Intermarché Casino Achats Incaa) »

    Je te tiens, tu me tiens par la barbichette ?? Les fournisseurs sont-ils les seules victimes de cet attelage improbable ?

Commenter cet article