Le Blog Finance

Uber plombé par son dumping social en pleine remise en cause de son business model

Alors qu’Uber vient d’être retoqué par la justice californienne, laquelle a rejeté un projet d’accord amiable via lequel le géant des VTC escomptait mettre fin à des recours collectifs de chauffeurs, des indiscrétions révélées par Bloomberg indiquent que l’entreprise aurait perdu au moins 1,27 milliard de dollars (1,12 milliard d’euros) au 1er semestre 2016, sans compter les impôts, charges financières, dépréciation et amortissement.

Elément de taille : la majeure partie des pertes serait liée aux aides financières apportées aux conducteurs, aurait expliqué le directeur financier du groupe, Gautam Gupta, lors d’une conférence sur les comptes trimestriels.

Pour rappel, en avril dernier, Uber s’était dit prêt à payer jusqu’à 100 millions de dollars pour éviter un procès et clore deux recours, déposés en Californie et dans le Massachusetts par des collectifs de chauffeurs. Cette proposition tentait d’allécher des conducteurs – contestant leur statut de travailleurs indépendants et réclamant d’être requalifiés comme des salariés – de telle sorte qu’ils renoncent à leurs procédures.

Mais, alors que la société était prête à offrir à ses 385.000 chauffeurs affiliés une somme rondelette pour éviter de leur reconnaître le statut de salarié, un juge de San Francisco a estimé que « l’accord dans l’ensemble n’est pas juste, adéquat et raisonnable », s’appuyant sur ses motifs pour refuser la motion pour un accord préliminaire. Et remettant ainsi en cause le business model de l’entreprise.

Uber pourrait ainsi se retrouver rapidement sur la sellette, ses pertes se chiffrant à environ 520 millions de dollars sur les trois premiers mois de l’année et 750 millions de plus sur avril-juin, selon Bloomberg. Certes, son chiffre d’affaires net a atteint environ 1,1 milliard de dollars au deuxième trimestre après 960 millions au premier tandis que les réservations dépassaient cinq milliards sur avril-juin après plus de 3,8 milliards sur janvier-mars, mais à quel prix ?

Toujours selon Bloomberg, Uber, valorisé environ 69 milliards de dollars, a enregistré en 2015 au moins deux milliards de pertes. Des mauvais chiffres qui devraient faire rapidement réagir ses actionnaires tels que la sulfureuse banque Goldman Sachs et le milliardaire Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, célèbre site dédié au commerce électronique qui se lance actuellement dans le secteur automobile sous différents aspects.

Alors que le véritable dumping social réalisé par Uber plombe d’ores et déjà les comptes de l’entreprise, l’épineuse question du statut de ses chauffeurs pourrait creuser encore plus ses pertes. Car la question demeure : les chauffeurs Uber sont-ils des travailleurs indépendants sans lien de subordination avec la plate-forme qui organise leurs déplacements  ou devraient-ils avoir le statut de salariés, ce qui contraindrait le cas échéant leur employeur à payer des cotisations sociales.

A noter que l’Urssaf Ile-de-France a d’ores et déjà pris position sur le sujet. L’organisme chargée de recouvrir les cotisations sociales employeurs a engagé deux procédures contre Uber. Depuis la rentrée 2015, l’Urssaf a en effet requalifié les chauffeurs en salariés et réclame à Uber les cotisations correspondantes, lesquelles s’établissent à quelques millions d’euros.

Face au refus d’Uber de s’acquitter de telles sommes, l’Urssaf s’est tournée vers le tribunal des affaires de sécurité sociale et a transmis parallèlement au procureur de la République de Paris un procès-verbal qui accuse Uber de travail dissimulé par détournement de statut. Le parquet a donc la possibilité d’ouvrir une enquête préliminaire au pénal. Lucide, l’Urssaf ne s’attend pas à ce que ces deux affaires aboutissent avant cinq ou six ans.

Sources : Reuters, Bloomberg, Alternatives eco

Elisabeth Studer – 27 août 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Uber se retire de la Hongrie, évincé par une nouvelle législation

Uber retoqué par un juge californien : le business model mis en cause

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. Elisabeth Studer 27 août 2016 à 21:23

    Selon le Financial Times, Uber dépensait pas moins de 1 milliard de dollars par an en “subventions” en Chine. C’est ainsi l’un des éléments qui a poussé Uber à signer une trêve, le 1er août dernier, en décidant de fusionner ses activités avec Didi Chuxing.

    Bloomberg souligne d’ailleurs que cette décision devrait permettre à Uber de respirer un peu sur la deuxième partie de l’année. Les pertes du groupe devraient ainsi se réduire largement au second semestre. Histoire d’éviter d’entamer le cash du groupe qui s’élève quand même à 8 milliards de dollars.

  2. Elisabeth Studer 27 août 2016 à 21:25

    Dès le 1er juillet, les taxis de l’état de Nouvelle-Galles du Sud en Australie recevront une indemnité de 30.000 dollars, auront l’exclusivité des courses aéroports et verront leurs tarifs augmenter. En échange, leur marché s’ouvrira à la concurrence des VTC.

    Dans l’état australien de Nouvelle-Galles-du-Sud, le problème entre taxis et VTC vient d’être réglé d’une manière rapide et inattendue. Uber, qui était illégal, est maintenant en odeur de sainteté et pour cela, l’état en question a ouvert son portefeuille et n’a pas lésiné à donner quelques avantages précieux aux taxis.

    Le gouvernement local a décidé d’ouvrir un budget de 34 millions de dollars australiens, soit près de 23 millions d’euros, pour donner une compensation de 30.000 dollars (20.000 euros) aux 1.137 taxis afin d’indemniser leur perte de revenu provoquée par l’ouverture du marché.

    Mais en plus, l’état du sud accepte une augmentation des tarifs des courses ainsi qu’une majoration de 20% pour celles effectuées les vendredis et les samedis soirs. Une méthode employée par Uber les soirs d’affluence. Et ce n’est pas tout.

    Un gel des licences pendant cinq ans

    En plus de tout cela, les taxis auront l’exclusivité des courses dans les aéroports. En contrepartie, l’état australien a décidé de geler la mise en circulation de nouvelles licences pendant cinq ans. L’ensemble de ces mesures entrera en application dès le 1er juillet 2016.

  3. retrouvé le retour 28 août 2016 à 10:01

    La Nouvelle Galles du Sud, probablement des Celtes Aborigènes !! Ayant connu l’anglais dans des familles d’accueil !!!
    Combien de taxis (1.137 taxis ? ) ?
    Combien de taxis juste à Paris ( 18 000 taxis ? ) ?
    Pourquoi ne pas faire une comparaison avec les taxis Monaco ?

  4. Sophie 5 septembre 2016 à 17:01

    Le business modèle de Uber est calqué sur la dynamique anglophone du partage comme beaucoup d’entreprises et de startups aujourd’hui. En exemple : les sites de nourrices en ligne ou d’accompagnateurs pour parents séparés, devenus effervescent depuis peu.

    La monnaie connaît également cette puissance d’échange, de partage. C’est à ce titre que plusieurs banques (ex : le crédit agricole) ou grandes industries ont crées leur propre monnaie appelée monnaie virtuelle ou crypto monnaie. Les Grands industriels tel que Bill Gates ont investi plusieurs milliards.

    Ce business modèle tend à dissiper le patronat tel que nous l’avons connu jusqu’alors et à dynamiser ou repenser notre système économique actuel en important les banques “autrement”

    Merci pour votre blog et de permettre ainsi ces échanges intéressants,
    Amicalement, Sophie