Le Blog Finance

Zika : risque majeur pour les Jeux de Rio, comme un parfum d’Adam et de bioterrorisme ?

Quand la fiction rejoint la réalité ….

Quelque 150 spécialistes de la santé ont appelé vendredi à un report des Jeux olympiques de Rio ou à leur organisation dans une autre ville-hôte en raison de l’épidémie de virus Zika qui frappe actuellement le Brésil.

Dans une lettre ouverte adressée à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ils soulignent que la souche brésilienne du virus porte atteinte à la santé humaine “d’une manière que la science n’avait jamais observée auparavant”.

Maintenir les Jeux en août à Rio ferait courir un risque élevé avec“, écrivent-ils, la présence d’un demi-million de touristes étrangers “susceptibles de contracter ce virus et de rentrer chez eux, où il pourrait devenir endémique”.

Une information qui résonne étrangement à mes oreilles, tant les similitudes sont grandes avec le sujet abordé par Jean-Christophe Rufin dans son livre « Le parfum d’Adam ».

L‘intrigue du roman, tout de même écrit par un ancien ambassadeur de France au Sénégal et pionnier du mouvement  Médecins sans frontières, et qui sait donc de quoi il parle : à la manière des romans d’espionnage, et au carrefour de la médecine et de la politique internationale, il met en scène les investigations d’une agence privée qui tente de déjouer les plans d’une organisation d’écologistes extrémistes qui souhaitent protéger, à leur manière, l’écosystème planétaire.

Ces extrémistes estiment que la surpopulation du tiers monde est un risque majeur pour la planète. Partisans de la décroissance démographique, ils décident de lutter contre cette surpopulation en menant des actions de bioterrorisme à base d’une nouvelle souche de choléra. Et tout particulièrement au Brésil.

Alors que la Terre se meurt, certains perçoivent dans le choléra l’unique « opportunité » de décimer les deux milliards de personnes les plus fragiles, louant les vertus d’une pandémie pour régler la question d’une surpopulation responsable – selon eux – de bien des torts.

Or, si Zika est une maladie non mortelle, elle peut provoquer des malformations chez les bébés de femmes atteintes pendant leur grossesse. En 2015, le Brésil, qui fait face à une épidémie de Zika, a dénombré 3 174 cas, contre environ 150 cas annuels entre 2010 et 2014. Mais dans 74 % à 81 % des cas, aucun symptôme n’apparaît, comme l’indique le Haut conseil de la santé publique (HCSP). De ce fait, les malades sont difficiles à identifier .

Une manière la plus « sûre » de stopper le fléau est donc … de limiter les naissances …. Une manière de diminuer la population des couches pauvres de la population, plus faible devant la maladie en prônant le bien des peuples … ? C’est ainsi que le 18 janvier 2016, le ministre de la santé jamaïcain a conseillé aux femmes de reporter leur projet de grossesse de 6 à 12 mois, et ce bien que le virus n’ait pas encore atteint l’île.

Si en France, l’écologie en France est considérée comme une cause acquise et sympathique, au niveau mondial, l’écologie radicale constitue la deuxième source de terrorisme selon le FBI.

Elisabeth Studer – 28 mai 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Peste à Madagascar … encore un coup de la malédiction du pétrole ?

Tout le monde se lève pour le pétrole de Madagascar : la peste ou le choléra ?

Cacao : le cours pourrait atteindre des niveaux vertigineux en cas de propagation d’Ebola en Côte d’Ivoire

Ebola/ contrôle des vols en provenance du Mali : effet d’annonces, le danger pourrait être autre

Ebola : une crise qui pourrait servir les intérêts occidentaux, au détriment de l’Afrique et de la Chine ?

Ebola : d’importantes répercussions économies sur des pays affaiblis … mais riches en matières premières

Partager cet article

Article de

50 commentaires

  1. ES 29 mai 2016 à 20:39

    Et si l’épidémie Zika n’était pas le bon coupable ?? Des chercheurs argentins mettent en cause un pesticide, injecté dans l’eau et produit par un partenaire particulier de Monsanto, d’être à l’origine des microcéphalies.

    Le virus Zika serait-il vraiment responsable de la multiplication des cas de microcéphalie au Brésil ?

    Un groupe de chercheurs argentins et brésiliens, coordonné par le docteur Avila Vazquez, pédiatre spécialisé en néonatalogie (spécialité médicale qui s’attache à prendre en charge les nouveau-nés) a, en tous les cas, soulevé cette interrogation. Dans une étude parue le 3 février dernier, ceux-ci ont en effet mis en doute la responsabilité du seul virus Zika dans l’augmentation exponentielle de microcéphalies enregistrées chez les nouveau-nés ces derniers mois. Selon eux, les cas de malformations à la naissance seraient dus, non pas au fameux moustique, mais à l’utilisation d’un pesticide?: le Pyriproxyfen, produit par Sumitomo Chemical, partenaire japonais de la multinationale américaine Monsanto. Ce pesticide utilisé plus particulièrement au Brésil, et injecté dans le réseau d’eau potable de certaines régions, sert à la lutte contre la prolifération du moustique-tigre, vecteur de la dengue.

    Un futur scandale sanitaire et financier

    Partis d’un simple postulat, les chercheurs se sont demandés pourquoi Zika (virus identifié dès les années 1950 en Ouganda), une maladie relativement bénigne, ne provoquait pas partout des malformations chez les nouveau-nés. Et de s’appuyer sur la constatation qu’en Colombie, où il sévit également, mais où le produit chimique n’est pas utilisé, aucun cas de microcéphalie n’a été enregistré jusqu’à ce jour. Plus étonnant encore, ils font remarquer que, dans certaines zones où 75 % de la population a été testée positive à Zika, il n’y avait jamais eu de malformations comme celles observées au Brésil?: « Les malformations détectées chez des milliers d’enfants nés de femmes enceintes dans des régions où l’État brésilien a ajouté du Pyriproxyfen ne sont pas une coïncidence et ce, même si le ministère de la Santé incrimine directement le virus Zika », ont déclaré dans un communiqué les chercheurs à l’origine peut-être d’un futur scandale sanitaire et financier. La solution serait donc non pas à chercher dans les eaux stagnantes, mais dans l’eau potable des régions infectées et notamment celles du Nordeste brésilien, qui, avec 1?447 notifications de microcéphalies, est l’épicentre du phénomène. Depuis plus de dix-huit mois, les autorités brésiliennes, sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), y injectent dans le système hydrique cet insecticide. Une solution pour le moins expéditive de lutter contre le virus, dans cette région qui est l’une des plus pauvres du Brésil où « 70 % des mères d’enfants atteints par la maladie vivent dans une extrême pauvreté », dixit le Diario de Pernambuco (quotidien du Nordeste). Crise que ne connaît décidément pas le géant Monsanto, une nouvelle fois mis à l’index. Crise que ne connaîtront pas non plus les laboratoires pharmaceutiques, qui ont dix-huit mois pour trouver la solution et enlever le marché?: « Une quinzaine de laboratoires et agences nationales de recherche sont sur les rangs », a déclaré la sous-directrice de l’OMS, le Dr Marie-Paule Kieny. Dans le lot, deux vaccins sembleraient des plus prometteurs?: l’un est développé par l’Institut national de la santé américain – institution gouvernementale – et l’autre par le laboratoire indien Bharat Biotech. Mais les États-Unis pourraient très vite avoir une longueur d’avance. Barack Obama ne vient-il pas de demander au Congrès américain 1,8 milliard de dollars (1,6 million d’euros) pour combattre Zika??

    Le Brésil est en première ligne, mais l’épidémie s’étend. Le Brésil est aujourd’hui le pays le plus touché par le virus Zika. Ce sont en effet un million et demi de personnes qui ont été contaminées depuis 2015. Derrière lui se trouve la Colombie. Jusqu’en 2014, le virus n’était pas recensé sur le continent américain. Il est connu, en revanche, depuis les années 1950 en Afrique.

  2. ES 29 mai 2016 à 20:40

    Dan son livre, le parfum d’Adam, Rufin parle d’une diffusion du virus par l’eau potable

  3. Simonb 30 mai 2016 à 09:36

    Passionnant, surtout votre commentaire!
    Quand aux opérations terroristes, elles ne sont effectivement pas l’apanage des fous de dieu de tous poils; il n’est qu’à voir les nombreux cas de sabotage économique organisés par une certaine gauche, tant en France qu’en Belgique, et dont on comprend difficilement qu’ils ne soient pas encore traités comme autant de faits de haute trahison.

    • ES 31 mai 2016 à 00:21

      oui, merci ! je creuse encore plus

  4. retrouvé le retour 30 mai 2016 à 18:37

    C’est quoi cette histoire de Zika ? Franchement à chaque mutation de virus on ne va pas se poser la question de l’origine frauduleuse de la dite mutation !!
    Les virus mutent et cela ne date pas d’aujourd’hui.
    Je pense que certain pensent que c’est la CGT :) qui fait muter les virus :)

  5. Avocat immobilier paris 31 mai 2016 à 01:41

    Pour avoir lu le livre, le scénario semblerait plausible s’il n’était jonché de raccourcis narratifs permettant un peu trop aisément de résoudre les énigmes. Le polar a ses règles et Ruffin peine un peu à convaincre. Ce n’est clairement pas son domaine de prédilection.
    Toutefois, le roman se montre nettement plus pertinent et efficace sur les questions diplomatiques et humanitaires grâce à l’expérience de l’auteur dans ces domaines.

  6. ES 31 mai 2016 à 19:14

    merci bcp pour votre avis

  7. retrouvé le retour 7 juillet 2016 à 19:55

    “Eduardo Cunha, fer de lance de la procédure de destitution de la présidente du Brésil Dilma Rousseff, a annoncé aujourd’hui sa démission de la présidence de l’assemblée nationale, acculé par les soupçons de corruption.”
    Celui là aussi me semble assez microcéphale !! Comme ses copains US !!

  8. Chirurgien esthétique 27 juillet 2016 à 15:12

    Zika un terreur qui se lance dans les cœurs des gens qui ont une faible immunité. L’Organisation Nationale de santé a toujours appelé à prendre précautions !

  9. Elisabeth S 10 septembre 2016 à 11:49

    Le Mexique reçoit le vaccin de la dengue, après le Brésil et les Philippines

    MEXICO (awp/afp) – Le Mexique s’apprêtait à recevoir samedi ses premiers vaccins contre la dengue, fournis par le géant pharmaceutique français Sanofi, malgré les critiques de certains scientifiques.

    Après des campagnes de vaccination publiques lancées aux Philippines et au Brésil, Sanofi va présenter le vaccin au secteur médical privé mexicain tandis que les autorités du pays préparent parallèlement une campagne de vaccination.

    Le responsable du programme dengue chez Sanofi, Guillaume Leroy, a indiqué à l’AFP à Mexico que la société avait déjà un million de doses du Dengvaxia disponibles, permettant à des patients entre 9 et 45 ans d’être vaccinés dès lundi dans l’est du pays.

    Ce virus aurait coûté cette année environ 18 milliards d’euros aux gouvernements du monde entier, estime M. Leroy qui indique que Sanofi aura une “politique juste à travers le monde et acceptable pour les autorités sanitaires” en matière de coût.

    Au Mexique, le coût du vaccin reste encore difficile à évaluer car il va dépendre des réseaux de distribution et de la mise en place d’un programme de vaccination public.

    “Nous estimons qu’au Mexique et dans les autres pays les avantages (de ce vaccin) dépasseront les coûts”, a ajouté M. Leroy.

    La maladie touche 400 millions de personnes chaque année, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a donné son feu vert à la diffusion du Dengvaxia.

    - Voix critiques -

    Des voix se sont toutefois élevées dans la communauté scientifique estimant que le vaccin pouvait inoculer la maladie à des personnes qui n’étaient pas touchées.

    Scott Halstead, fondateur du Pediatric Dengue Vaccine Initiative, considère ainsi que l’OMS a “fait preuve de précipitation” pour recommander le vaccin. Selon lui, les gens devraient au préalable faire l’objet de test pour voir s’ils ont été atteints par le virus précédemment.

    “Il n’est pas éthique de donner un vaccin qui peut nuire aux gens”, affirme M. Halstead à l’AFP.

    Le Mexique a été le premier pays au monde à donner son autorisation en décembre dernier au Dengvaxia. Sept pays ont suivi: Philippines, Brésil, Pérou, Paraguay, Salvador, Guatemala et Costa Rica.

    Sanofi attend des autorisations pour 18 autres.

    “C’est une grande solution et la première solution car jusqu’à présent il n’existait pas de traitement pour soigner cette maladie” souligne M. Leroy, selon lequel le géant pharmaceutique français effectue des études en Asie pour voir si l’efficacité du vaccin peut être étendue à une population plus jeune.

    Des tests cliniques effectués sur 40.000 personnes dans 15 pays ont démontré que le vaccin Dengvaxia peut immuniser les deux tiers des personnes âgées de plus de neuf ans, et jusqu’à 93% des personnes touchées par la forme la plus sévère de l’infection qui entraîne une fièvre hémorragique.

    Il a aussi été mesuré que les risques d’hospitalisation sont réduits de 80%, selon Sanofi.

    Le Brésil a lancé un programme de vaccination pour 500.000 personnes dans l’Etat de Parana en août, tandis que les Philippines ont vacciné 489.000 élèves de plus de 9 ans, en avril, devenant le premier à utiliser ce vaccin.

    Selon le laboratoire, l’élaboration de ce vaccin a nécessité 20 années de recherche et coûté plus de 1,5 milliard d’euros.

    Désormais le géant français et les autres groupes pharmaceutiques sont engagés dans une course contre la montre pour trouver la parade au virus Zika, véhiculé par le moustique Aedes aegypti.

    “Developper un vaccin contre le Zika sera plus simple après avoir développé un vaccin contre la dengue” estime Leroy car les deux virus ont des similarités génétiques.

    lth/se/at/spi

    (AWP / 10.09.2016 09h00)

  10. Blanche 24 janvier 2019 à 23:01

    Greetings! I know this is somewhat off topic but I was wondering if you knew where I could
    locate a captcha plugin for my comment form? I’m using the same blog
    platform as yours and I’m having difficulty finding one?
    Thanks a lot!

  11. brazil flag meaning 24 janvier 2019 à 23:58

    My spouse and I stumbled over here from a different page and thought
    I should check things out. I like what I see so now i’m following you.
    Look forward to looking at your web page yet again.

  12. Josefina 25 janvier 2019 à 00:20

    I could not resist commenting. Perfectly written!

  13. brazil flag image 25 janvier 2019 à 16:56

    I have read so many posts on the topic of the blogger lovers except this article is genuinely a nice article, keep
    it up.

  14. Serena 25 janvier 2019 à 20:58

    fantastic issues altogether, you just received a new reader.
    What may you recommend about your put up
    that you just made a few days in the past? Any sure?

  15. Shelby 26 janvier 2019 à 04:36

    Take into account investments that supply immediate annuities.

  16. Huey 26 janvier 2019 à 05:15

    That is true for investment advice as nicely.

  17. Isabelle 27 janvier 2019 à 00:40

    A financial advisor is your planning companion.

  18. Marlene 27 janvier 2019 à 08:05

    Financial advisors business is people business.

  19. Lachlan 27 janvier 2019 à 09:58

    Take into account investments that offer immediate annuities.

  20. Elba 27 janvier 2019 à 22:33

    Now it’s time to decide your specific investments.

  21. Miguel 6 février 2019 à 23:57

    Thank you in your interest in Investment Advice.

  22. Clair 7 février 2019 à 04:18

    And this is an funding threat price taking.

  23. Louisa 9 février 2019 à 04:01

    And this is an funding threat price taking.

  24. Wendell 9 février 2019 à 04:40

    Financial advisors enterprise is folks business.

  25. Katia 11 février 2019 à 01:47

    That is true for investment advice as effectively.

  26. Meagan 11 février 2019 à 06:04

    That is true for investment advice as properly.

  27. Katharina 17 février 2019 à 02:37

    Thanks in your interest in Investment Advice.

  28. Deandre 17 février 2019 à 02:52

    A monetary advisor is your planning companion.