Le Blog Finance

Nigéria : quand les ministres et diplomates présents au Forum Paix et Sécurité de Dakar s’inquiétaient du risque lié aux élections prochaines

Les prémices d’un prochain chaos au Nigeria ?

Alors que bon nombre de ministres, diplomates et stratèges réunis à Dakar pour le Forum paix et sécurité se sont à maintes reprises alarmés des risques potentiels induits par les prochaines élections au Nigeria, le pays vient d’être frappé par l’explosion d’une fillette de 10 ans sur un marché, l’attentat provoquant 19 morts.
Il n’est malheureusement pas rare que de tels actes se produisent en Afrique et au Moyen-Orient. Il aura fallu la tuerie de Charlie Hebdo  pour que les occidentaux réagissent … Excusez- moi d’être aussi franche …

Au moins 20 personnes sont mortes à Maiduguri samedi, y compris la fillette porteuse de la bombe artisanale, et 18 blessés, a déclaré à des journalistes Gideon Jubrin, le porte-parole de la police de l’Etat de Borno dont Maiduguri est la capitale. Vers 12H40 (11H40 GMT), une puissante explosion a secoué le « Monday market » à l’heure où il grouillait de vendeurs et de clients.

A la fin de l’année 2014, ce même marché avait d’ores et déjà été le théâtre de deux attaques meurtrières commises par des femmes portant des explosifs. Fin novembre, 45 morts avaient été déplorés, tandis que dix personnes perdaient la vie le 1er décembre dernier.

La presse du Nigeria et au delà la presse internationale subodorent que Boko Haram pourrait être à l’origine de l’attentat. A l’origine, peut-être mais pour quels commanditaires ? C’est la question qu’on est en droit de se poser alors que le pays regorge de pétrole … et que les pays africains riches en matières premières ont une fâcheuse tendance ces temps derniers à être frappé par la malédiction du pétrole … si ce n’est pas des maladies telles qu’Ebola ….

S’il n’y a pour l’instant aucune revendication, la presse internationale note que depuis six ans et le début de son combat pour imposer un Etat islamique rigoriste au Nigeria, le groupe rebelle Boko Haram a multiplié le recours à des femmes et des fillettes pour lancer des attentats. Des méthodes connues donc, qu’il est facile de ré-utiliser. A noter que « parmi les morts figurent deux membres des groupes d’autodéfense qui fouillaient la fillette ».

Une autre explosion meurtrière a eu lieu à Potiskum, à une centaine de km à l’ouest de Maiduguri. Au moins un policier y a trouvé la mort samedi dans l’explosion d’une voiture à l’entrée d’une station de police.

Ces attentats interviennent une semaine après une attaque meurtrière de Boko Haram sur le village de pêcheurs de Baga dans l’Etat de Borno, un des plus sanglants attentats menées depuis six ans par le groupe islamiste.

Samedi 3 janvier, à la suite d’une attaque de grande envergure, la ville stratégique de Baga et 16 campements à proximité du Lac Tchad ont été réduits en cendres, provoquant la fuite de plus de 20.000 habitants. « Sur cinq km, je n’ai pas arrêté de marcher sur des cadavres, jusqu’à ce que j’arrive au village de Malam Karanti, qui était également désert et brûlé », a témoigné auprès de l’AFP Yanaye Grema, un pêcheur membre d’une milice d’autodéfense.

Désormais, Boko Haram étend son emprise et semble contrôler les trois frontières de l’Etat de Borno avec le Niger, Tchad et le Cameroun, ainsi que des dizaines de villes et de villages dans l’Etat de Borno et les Etats voisins de Yobe et Adamawa. Vendredi, des combattants de Boko Haram ont en outre affronté les forces nigérianes à Damaturu, ville du nord-est du pays, dans ce qui semblait être des représailles après un raid de l’armée contre un bastion du groupe islamiste.

Mais revenons un instant sur les nombreuses alertes prononcées le 15 et 16 décembre dernier à Dakar (Sénégal) lors du Forum paix et Sécurité en Afrique. Lors des différents ateliers organisés, les participants ont indiqué que les prochaines élections au Nigeria pourraient agiter le pays et avoir des « conséquences graves ». Notant au delà de cela, que sur les 16 conflits dans le monde en 2014, 9 prenaient place en Afrique.

Mais je n’oublierai pas le véritable coup de gueule de l’Ambassadeur Martin Uhomoibhi, Secrétaire permanent du Ministère des Affaires étrangères du Nigéria  lors de l’atelier (5) de l’après midi consacré à « la menace des trafics : dissémination des armes et criminalité organisée » présidé par Raymond Gilpin, doyen du Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique, de la National defense University, aux Etats-Unis.

Ce dernier n’a pas mâche ses mots, tout diplomate qu’il est …. ce qui donne encore plus de poids à ses paroles.

« Mon pays est en rouge de tous les côtés sur les cartes présentées par l’ONU » concernant trafic de drogues et marché illicite d’armes. « J’ai 60 ans et je n’ai jamais vu de la drogue pousser au Nigeria, et que je sache on n’a pas au Nigeria d’usine de production de véhicules blindés,  ni  de secteur organisé de production de drogue. »

  »Alors ? » ose-t-il lancer à tous les participants de l’atelier, ministres, diplomates, stratèges et militaires d’Afrique, d’Europe voire même de l’Asie . « Quel pays d’Afrique vend se armes ? Qui importe et d’où est importé cet armement ?«   Une interrogation suivant immédiatement son coup de gueule contre l’ONU … représentée dans la salle par Pierre Lapaque, de l’Office des nations Unies contre la Drogue et le Crime. Certainement pas un hasard …  surtout  quand son regard se tourne vers lui …

Au final, stratégie des majors internationales pour affaiblir un pays tel que le Nigéria pour mieux y asseoir leur pouvoir  …. et grignoter plus facilement des licences de production et d’exploration de pétrole ? Voire même les obtenir à moindres coûts après avoir effrayé  des multi-nationales concurrentes  ? Allez savoir ….

Elisabeth Studer  - 11 janvier 2015 – www.leblogfinance.com 

Crédits Photos : Elisabeth STUDER – Forum Dakar paix et Sécurité /  Saly – parking du  Rhino Resort Hotel & Spa – 5 étoiles /  Décembre 2014

A lire également :

Peste à Madagascar … encore un coup de la malédiction du pétrole ?

Le cacao fait fi des tendances baissières en 2014, porté par Ebola

Partager cet article

Article de

6 commentaires

  1. retrouvé le retour 11 janvier 2015 à 17:25

    Coupons le Nigéria en deux sur des bases religieuses comme cela a été fait au Soudan, au Moyen Orient ou en Yougoslavie. Faisons revenir Kouchner (avec madame !!) et son Biafra. En voila une belle défense de la laïcité !
    Chantons des cantiques !

  2. ES 13 janvier 2015 à 08:41

    Et mes respects à Monsieur l’Ambassadeur Martin Uhomoibhi, Secrétaire permanent du Ministère des Affaires étrangères du Nigéria, nous sommes bien en phase.

  3. Honoré 13 janvier 2015 à 18:58

    Le véritable risque pour la région après ces élection c’est l’instauration inévitable d’un État islamique entre le Nigeria le Tchad et le Cameroun si Buhari arrive au pouvoir. Ce type est plus dangeureux que Boko Haram il veut instaurer la Shariaa partout et il ne fera absolument rien contre ses amis de Boko Haram.

  4. ES 13 janvier 2015 à 19:05

    NIGERIA
    Massacres de Boko Haram : où sont les unes chocs ?
    Alors que le monde est mobilisé pour sauver Charlie de la barbarie intégriste, le Nigeria est au bord de l’explosion, dans une certaine indifférence. Dans la foulée de la mobilisation de Paris, des journalistes alertent l’opinion internationale sur le péril Boko Haram.
    Courrier international
    | Ousmane Ndiaye
    13 janvier 2015

    « Il y a massacres et massacres, écrit Allison. Le massacre de Paris était effrayant, mais ce n’était pas la pire chose qui s’est passée la semaine dernière. Et de loin. Au nord-est du Nigeria, dans la ville de Baga – où tout du moins à l’endroit sur la carte où se trouvait autrefois Baga, parce qu’il n’y a plus grand-chose de cette localité maintenant. Pendant cinq jours, les combattants de Boko Haram sont entrés dans la ville et ont anéanti hommes, femmes, enfants. Le nombre de morts varie, mais Amnesty International a cité des rapports suggérant qu’il pourrait y avoir jusqu’à 2 000 victimes – ou l’équivalent approximatif de 133 attaques [117 précisément, si le bilan est confirmé] de Charlie Hebdo. » Selon The Times, le gouvernement nigérian estime cependant le bilan du massacre à « seulement » 150 morts.

    Le monde est resté silencieux

    Et le journaliste de constater avec regret que le massacre de Baga n’a pas inondé la presse mondiale d’éditoriaux passionnés, de couvertures chocs ou d’éditions spéciales. « Même au Nigeria, les 17 morts à Paris ont obtenu plus de presse que les centaines et centaines de morts à la maison, selon l’analyste des médias Ethan Zuckerman, qui a également souligné que le président du Nigeria Goodluck Jonathan a exprimé ses condoléances à l’Etat français mais n’a rien dit rien de Baga. »

    Et Allison, de conclure : « Plus de 2 000 personnes sont mortes, et le monde est resté silencieux. Pis, l’Afrique est restée silencieuse. Donc, oui, nous sommes Charlie, mais nous sommes encore plus Baga. Notre indignation – et notre solidarité – des horreurs de Paris est aussi un symbole de la façon dont nous, Africains, négligeons nos propres tragédies et donnons la priorité aux vies occidentales au détriment de nos propres vies. »

    La tragédie du silence

    Le quotidien britannique The Guardian s’interroge : « La seule question qui doit être posée est comment cette menace terroriste a-t-elle pu se développer dans des proportions si effroyables, tuant des milliers de personnes et en en déplaçant des millions, dans un Nigeria démocratique depuis dix ans ? Et comment l’arrêter ? »

    Comme en écho, l’éditorial du quotidien This Day, de Lagos, appelle au secours sous le titre : « Sauver le Nigeria ». « La balkanisation du Nigeria serait un désastre pour les Africains et les peuples noirs », écrit l’auteur de l’article, qui considère en premier lieu que ce sont les Nigérians et les Africains qui sauveront ce pays. « Le Nigeria peut survivre en 2015, c’est la question que chacun se posera en élisant notre prochain chef de l’Etat. » Autant dire demain, car le vote fatidique est prévu le 14 février.
    Courrier international
    | Ousmane Ndiaye

  5. ES 13 janvier 2015 à 19:06

    Merci Honoré de votre remarque.

  6. retrouvé le retour 14 janvier 2015 à 10:23

    Goodluck Honoré !! Chapeau !

Commenter cet article