Le Blog Finance

2015 : l’année d’une nouvelle guerre froide ?

Guerre froide, ce sera peut-être le terme de l’année 2015 … les relations étant loin de se réchauffer entre la Russie et les Etats-Unis.
Les raisons ? La guerre pour maintenir la suprématie du dollar, alors que le rouble ou d’autres monnaies pourraient lui damer le pion.

Autres sujets de tensions : encore et toujours le pétrole et le gaz, avec une bataille de la plus haute importance, menée pour maintenir ses parts du marché européen, pour ne pas dire du gâteau européen.
Cuba pourrait ainsi être l’endroit de la planète ou Russie et Etats-Unis se confronteraient, par procuration en quelque sorte. Mais pas sûr que cela soit pour le plus grand bien des Cubains, lesquels, en juillet dernier, lors de mon séjour sur l’île, s’avéraient d’ores et déjà très inquiets de la situation, redoutant que l’ours ne se réveille. Rajoutez des richesses en hydrocarbures récemment découvertes sur l’île des Castro … et le cocktail pourrait devenir explosif !

Quant à la bataille concernant le transit gazier lui-même, c’est l’Ukraine qui en fait actuellement les frais, les Etats-Unis y plaçant fort discrètement mais fort sûrement leurs pions aux plus hautes instances de l’Etat. L’implantation militaire russe en Crimée, lieu stratégique pour le passage de ses navires militaires n’arrangeant rien à l’affaire.

Quant à l’Algérie, affaiblie par la chute du cours du pétrole, elle pourrait tout à fois souffrir à sa manière de sa proximité avec le Sahel et d’une possible voie de contournement de l’Europe pour faire transiter le gaz russe, au plus grand dam des Etats-Unis.

Alors guerre froide en 2015 ? Il n’est pas interdit d’y penser … Alors que la guerre chaude est d’ores et déjà présente en Ukraine

Elisabeth Studer – 31 décembre 2014 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Ukraine : incident dans une centrale nucléaire, dépendance accrue envers la Russie … ou les USA ?

Quand Fuksuhima permet au lobby pétrolier US d’exporter du gaz de schiste

Une nouvelle Guerre froide imminente selon Gorbatchev

Partager cet article

Article de

23 commentaires

  1. Johann 2 janvier 2015 à 11:53

    C est moi ou la guerre mondiale se precise?

  2. ES 2 janvier 2015 à 12:13

    la guerre mondiale existe déjà , elle se joue sur et via les marchés boursiers, en affaiblissant tout à tour les pays membres de l’Union européenne et tous les pays dependant de la manne pétrolière ou de l’uranium, et plus largement des matières premières. Le maitre du monde ou celui qui voudrait l’être : la finance US et tout l’empire Goldman Sachs et Carlyle. les armes ? le terrorisme via AQMI piloté de loin …. ou de pres par CIA, USAID and CO, Ebola, cholera ….. FMI et BCE … soyons lucides et LISONS GLOBALIA de Jean-Christophe RUFIN, il explique tout !!!!

  3. ES 2 janvier 2015 à 12:14

    lucides et vigilants ….

  4. retrouvé le retour 2 janvier 2015 à 19:08

    ” Ebola, cholera ….” Non franchement je ne crois vraiment pas à un guerre bactériologique.
    Par contre si cette hypothèse était vérifiée cela ne changerait pas grand chose, si nos dirigeants se trouvent devant un TPI pour répondre déjà de leurs actes en Afghanistan, Irak, Libye, et autre Yougoslavie.

  5. retrouvé le retour 2 janvier 2015 à 20:08

    http://madame.lefigaro.fr/evasion/la-compagnie-saudia-veut-separer-hommes-et-femmes-a-bord-de-ses-vols-020115-93601

    Madame la marquise est inquiète, mais pas de la Russie. Madame la Marquise va devoir se raser le poil comme un caniche et se mettre un n’importe quoi sur la tronche. Trop bien, mérité !!!

    A faire la promotion des états religieux on arrivera à ce genre de fantaisie et pire.
    Il sera impossible dans cette mélasse politicoreligieuse ou chaque groupe se croit sorti de la cuisse de Jupiter, Wotan,Thor et des autres, de vivre la moindre parcelle de paix.

  6. Johann 2 janvier 2015 à 21:50

    merci de votre retour ES. Je voulais dire “guerre mondiale” “guerre armee”.
    Au vu de l activite “souterraine”, a quand un conflit en bonne et du forme?

  7. Elisabeth Studer 2 janvier 2015 à 23:58

    un conflit en bonne et du forme, à mon avis, il n’y en aura pas, la GUERRE est ECONOMIQUE , ce n’est pas moi qui le dit …. Ce n’est aps pour rien que l’on cherche des spécialistes en intelligence économique …
    Quant à la guerre, elle-me^me, ce n’est pas encore “Utile” aux oligarques de la finance mondiale. Un simple terrorisme suffit à l’heure actuelle … pour faire grimper les ventes du secteur de l’armement. Et puis, il faut bien des jeunes pour payer les retraites … alors. Mais la guerre, la vraie a bel et bien lieu … tt particulièrement sur le continent africain … dans une gigantesque bataille pour ses ressources en matières premières … il y a d’ores et déjà des milliers de morts, par l’action des armes, de la faim et bientot de la soif ….

  8. Elisabeth Studer 3 janvier 2015 à 00:00

    il y a quelques années, j’avais fait un cynique calcul, concernant le Soudan et j’avais abouti à cette logique implacable : 1 mort par baril …. cqfd

  9. Sylvain Plazza 7 janvier 2015 à 22:41

    Il ne faut pas exagérer non plus… mais ce jour est révélateur pour 2015 !

  10. Elisabeth Studer 8 janvier 2015 à 01:52

    oui, j’y pensais aussi …

  11. Elisabeth Studer 22 février 2015 à 02:18

    La Russie pourrait conquérir des territoires d’Etats de l’Otan

    La Russie pourrait tenter de conquérir des territoires appartenant à des Etats de l’Otan, a déclaré le commandant adjoint de l’Alliance atlantique en Europe. Elle représente ainsi une “menace existentielle”.

    Le général Adrian Bradshaw s’exprimait alors que la France et l’Allemagne cherchaient vendredi à assurer l’application d’un cessez-le-feu vacillant dans l’est de l’Ukraine. Les séparatistes pro-russes y affrontent les forces de l’armée régulière ukrainienne.

    Des soldats de l’armée russe sont déployés dans ces régions, a assuré le général Bradshaw dans un discours au groupe de réflexion londonien Royal United Services Institute. Il a souligné la menace que représentait la situation actuelle pour l’Otan.

    “La Russie pourrait croire que les forces conventionnelles de grande envergure qu’elle a pu mobiliser en si peu de temps pourraient à l’avenir être utilisées non seulement pour intimider et contraindre (un Etat), mais aussi conquérir des territoires de l’Otan”, a poursuivi M. Bradshaw.

    Menace sur les pays baltes
    Plus tôt ce mois-ci, l’ex-secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen avait déclaré au quotidien anglais “Daily Telegraph” que la Russie pourrait très bien intervenir dans les Etats baltes pour tester la capacité de réaction défensive de l’Otan.

    Le ministre de la Défense britannique, Michael Fallon, a également déclaré cette semaine à des journalistes qu’un “danger réel” pesait sur la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie, les trois Etats baltes, membres de l’Otan.

    L’Alliance atlantique a décidé début février de renforcer la défense de son flanc oriental en créant une nouvelle force de 5000 hommes rapidement mobilisable et six “centres de commandement” en Europe de l’Est. Sa Force d’action rapide a également été musclée avec une force dite “fer de lance”, et ses effectifs seront portés à terme de 13’000 à 30’000 hommes.

    (ats / 21.02.2015 05h56)

  12. Elisabeth Studer 21 décembre 2016 à 21:41

    Le dialogue entre Moscou et Washington est gelé à presque tous les niveaux, selon le Kremlin

    Moscou – Le dialogue entre la Russie et les Etats-Unis est gelé à presque tous les niveaux, a affirmé mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, alors que les relations entre les deux pays traversent la pire crise depuis la fin de la Guerre froide.

    Le dialogue avec les Etats-Unis est gelé à presque tous les niveaux. Nous ne nous communiquons pas ou réduisons au minimum les contacts, a assuré M. Peskov dans un entretien à la chaîne de télévision russe Mir-TV, dont des extraits ont été publiés par l’agence publique Ria-Novosti.

    Les relations entre la Russie et les Etats-Unis connaissent de graves tensions en raison de leur opposition sur le conflit syrien et la crise ukrainienne.

    De son côté, le porte-parole du département d’Etat, John Kirby, a assuré que l’engagement diplomatique à l’égard de la Russie tenait toujours sur un grand nombre de questions, notamment sur le dossier syrien.

    Depuis le début du mois, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s’est ainsi entretenu trois fois au téléphone avec son homologue américain, John Kerry, selon le ministère russe des Affaires étrangères.

    Le fait que nous avons des divergences significatives avec Moscou (…) est bien connu, mais il n’y avait pas de pause dans le dialogue, a souligné M. Kirby.

    Cette détérioration de leur relation, inédite depuis la fin de la Guerre froide, a commencé après l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 par la Russie, accusée ensuite par les Etats-Unis de soutenir les rebelles prorusses dans l’Est de l’Ukraine et frappée par des sanctions économiques américaines comme européennes.

    Mercredi, la diplomatie russe a déclaré regretter la prolongation de ces sanctions la veille par le Trésor américain.

    Ces tentatives de pressions sur Moscou n’ont pas d’avenir et sont vouées à l’échec, a assuré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, en précisant que la Russie allait naturellement prendre des mesures de rétorsion.

    Le président Vladimir Poutine, cité par les agences russes, a déploré pour sa part que les sanctions désunissent les Etats et les empêchent d’unir leurs efforts dans la lutte contre le mal commun — le terrorisme, lors d’une réunion avec les responsables du parlement.

    Après la victoire du milliardaire Donald Trump à la présidentielle américaine en novembre, M. Poutine avait toutefois dit espérer un dialogue constructif et un travail mutuel avec Washington pour sortir les relations entre la Russie et les Etats-Unis de leur situation critique.

    Le Kremlin a ensuite indiqué que les deux hommes avaient lors de leur premier entretien téléphonique après l’élection de M. Trump, convenu de la nécessité de normaliser les relations américano-russes.

    De son côté, M. Trump a plusieurs fois loué les qualités de dirigeant de Vladimir Poutine et dit espérer avoir une très bonne relation avec lui.

    (©AFP / 21 décembre 2016 19h14)

  13. Romeo 26 janvier 2019 à 03:32

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  14. Chasity 26 janvier 2019 à 06:41

    I pay a quick visit day-to-day some web sites and websites to read content, however
    this weblog gives quality based posts.

  15. Cassandra 27 janvier 2019 à 20:34

    Financial advisors business is folks enterprise.

  16. Bernardo 5 février 2019 à 17:39

    A financial advisor is your planning accomplice.

  17. Olive 8 février 2019 à 07:04

    Thanks on your interest in Funding Recommendation.

  18. Jamaal 8 février 2019 à 07:13

    This is true for investment advice as well.

  19. Chanda 9 février 2019 à 01:33

    All forms of investments include sure dangers.

  20. Doyle 9 février 2019 à 03:03

    Monetary advisors business is people enterprise.

  21. Theresa 15 février 2019 à 02:57

    Thank you on your curiosity in Investment Recommendation.

  22. Flynn 16 février 2019 à 01:08

    Financial advisors business is individuals enterprise.

  23. Georgianna 17 février 2019 à 01:43

    Consider investments that offer immediate annuities.