Le Blog Finance

Ukraine : incident dans une centrale nucléaire, dépendance accrue envers la Russie … ou les USA ?

Information passée quasiment inaperçue dans le flot incessant de sollicitations encombrant notre cerveau  : un accident s’est produit vendredi 28 novembre dans une centrale nucléaire en Ukraine. C’est en effet ce qu’a indiqué Kiev ce mercredi, le gouvernement ukrainien assurant bien entendu qu’il n’y avait aucune risque d’émission de matières radioactives.

- Un incident vraiment sans gravité ? -

Puisqu’on vous dit que l’incident est sans gravité … il y a de fortes « chances » que vous ayez du souci à vous faire … surtout quand l’incident – que certains auraient eu intérêt à avoir provoqué … – a de fortes probabilités d’étendre encore plus la dépendance énergétique d’un pays comme l’Ukraine envers la Russie. Laquelle Russie dispose très certainement de tous les plans des installations nucléaire de l’ancienne  République socialiste soviétique d’Ukraine, l’une des 15 républiques formant l’Union soviétique.  Je sens comme un froid traverser votre dos … Froid qui pourrait devenir encore plus vif si l’on vous disait que le loup US pourrait attendre – plus ou patiemment – son heure …

Rappelons enfin que la centrale concernée est celle de Zaporijia dans le sud-est de ce pays, d’ores et déjà marqué par la catastrophe de Tchernobyl. Ou quand le destin se veut tenace …

Mais rassurez-vous ! Selon le ministre de l’énergie Volodymyr Demtchichine, « il s’agit d’un court-circuit », ce dernier ajoutant que des tests étaient programmés pour jeudi et vendredi et que l’événement n’était source d’« aucune menace ». On aimerait le croire …. « A partir de vendredi, la situation reviendra à la normale. Il n’y a aucun problème avec le réacteur » a-t-il même tenu à marteler, ajoutant que « l’incident n’est en aucune façon lié au réacteur ».

Plus précisément, il s’agirait d’un court-circuit dans le système électrique du réacteur 3 de la centrale, lequel n’aurait pas affecté le réacteur lui-même, aucun rejet radioactif n’étant dans ce cas à déplorer. Des informations par ailleurs confirmées par Michel Chouha, expert à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN), lequel écarte également tout danger de contamination radioactive.

Il n’en demeure pas moins que même si l’incident se veut être sans gravité, « tous les efforts sont concentrés pour réparer le site », ce qui ne présage rien de bon ….. Si je comprends bien le français, certes traduit de l’ukrainien, cet incident réputé sans gravité … nécessité tout de même une réparation .. laquelle implique de concentrer moult énergie …

On se doit également de noter que de simples cas de dommages causés au réseau électrique extérieur ou aux générateurs de secours pourraient impacter le refroidissement des cœurs des réacteurs, conduisant alors potentiellement à un accident majeur du type de celui de Fukushima au Japon. Rien que cela …

Rappelons qu’en avril 2014, des experts de l’OTAN (NATO) s’étaient rendus sur place, afin de « conseiller les autorités ukrainiennes sur les plans de secours et les mesures de sûreté dans le contexte de possibles menaces sur les infrastructures énergétiques critiques ». Histoire d’apaiser les foules et les esprits, l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) indique certes que, selon son homologue ukrainien, « la production nucléaire n’est pas affectée par les événements du point de vue de la sûreté ou de la protection physique des sites », tentant ainsi de minimiser l’impact du conflit actuel entre Russie et Ukraine sur les infrastructures nucléaires du pays.

- L’Ukraine au bord d’une grande crise énergétique

Petit rappel et non des moindres : les centrales nucléaires représentent entre 44% et 46 % de la production énergétique de l’Ukraine. Un dysfonctionnement de ses structures l’obligerait donc à se tourner vers son voisin russe pour satisfaire ses besoins, alors que l’hiver s’installe.

Outre la centrale de Tchernobyl – dont le dernier des quatre réacteurs a été définitivement arrêté en 2000 – le pays dispose de quatre autres sites nucléaires : Rovno et Khmelnitski au nord-ouest, Ukraine-sud au centre et Zaporijia au sud-est lesquels représentent au global 15 réacteurs d’une puissance cumulée de 13 gigawatts, qui assurent près de la moitié de la production d’électricité nationale (46 % en 2012).

Rappelons que l’Ukraine se trouve au bord d’une pénurie énergétique majeure depuis la perte d’une grande partie du bassin houiller du Donbass, désormais passée (simple coïncidence ? ) sous contrôle d’une rébellion pro-russe, la région lui fournissant auparavant le charbon nécessaire au fonctionnement de ses centrales thermiques. Des coupures d’électricité sont d’ores et déjà à redouter dans le pays. Dès mercredi, le ministre ukrainien de l’Énergie a déclaré qu’il était “inévitable” pour Kiev de devoir importer directement de l’électricité depuis la Russie.

- Conflit Ukraine/Russie : quel impact sur la sûreté des installations ?

Il n’en demeure pas moins qu’à la lumière de cet incident, nous ne pouvons que nous inquiéter de la menace que constitue le conflit actuel opposant Russie et Ukraine en terme de sûreté de ces installations. Tout en redoutant les impacts géopolitiques que pourrait avoir une pénurie énergétique ukrainienne, la jetant dans les bras d’une Russie dotée d’importantes ressources en gaz. Ressources qui constituent même une des bases les plus importantes de son économie.

Autre menace : la très forte dépendance de Kiev vis-à-vis de Moscou, en ce qui concerne la fourniture du combustible et des composants de ses réacteurs, éléments indispensables à leur bon fonctionnement …

Michel Chouha, de l’IRSN, précise ainsi que les 15 réacteurs situé sur territoire ukrainien sont « de conception soviétique » . Ce qui les rend tributaires du combustible et des pièces que la Russie livre à leur opérateur, Energoatom, Compagnie nationale publique de production d’énergie nucléaire d’Ukraine. En cas de durcissement du conflit entre les deux protagonistes, « les relations entre le constructeur et l’exploitant pourraient être coupées, ce qui serait préjudiciable à la sûreté », prévient-il.

Ajoutant qu’ ”en cas de défaillance d’une pompe, d’une soupape ou d’un générateur de vapeur, l’exploitant se retrouverait alors en panne de pièces détachées, du moins certifiées conformes et dûment testées ».

Elément qui n’est pas fait pour nous rassurer : les réacteurs ukrainiens, construits pour la plupart dans les années 1970 et 1980, sont vieillissants. Cerise – radioactive ? – sur le gâteau, de type VVER (caloporteur et modérateur eau), ces infrastructures souffrent de faiblesses structurelles. Petit espoir : leur principe de fonctionnement est proche de celui des réacteurs à eau pressurisée occidentaux et notamment français.

- Etats-Unis et firme US : arrivée  en sauveur ?

L’approvisionnement de l’Ukraine en combustible nucléaire constitue désormais un problème de plus en plus crucial.

S’il est fourni à l’heure actuelle par la compagnie moscovite TVEL, une des branches du consortium Atomenergoprom, qui regroupe l’ensemble des acteurs de la filière atomique russe, en vue nous dit-on de diversifier ses fournisseurs, l’Ukraine s’est tournée depuis quelques années vers l’Américain Westinghouse. Elle a même conclu avec lui, en 2008, un accord pour la fourniture d’assemblages d’uranium enrichi.

Certes, un rapport daté du 13 octobre, de l’Association nucléaire mondiale rapporte que les essais de combustible menés récemment dans la centrale d’Ukraine-sud, ont été « jugés infructueux ». Pire encore, il auraient entraîné de lourdes pertes pour Energoatom.

Conséquences qui n’ont toutefois pas empêché la signature en avril 2014, d’une prolongation de l’accord avec Westinghouse  jusqu’en 2020.

Russie et Etats-Unis semblent enfin se livrer une concurrence acharnée  sur le dossier, alors qu’Energoatom a annoncé, fin novembre, la signature d’un nouveau contrat avec TVEL en vue de lui fournir le combustible nucléaire sur la période 2015-2016.

Sources : AFP, Le Monde, Reuters, IRSN

http://www.leblogfinance.com/2014/12/ukraine-incident-dans-une-centrale-nucleaire-dependance-accrue-envers-la-russie-ou-les-usa.html

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 06 décembre 2014

A lire également :

Ukraine – Donbass / des dizaines de milliards de dollars de dédommagements à prévoir ?

Quand Fuksuhima permet au lobby pétrolier US d’exporter du gaz de schiste

Iran : une position stratégique entre UE et Russie pour la fourniture de gaz en cas de rupture des livraisons russes

Une nouvelle Guerre froide imminente selon Gorbatchev

Partager cet article

Article de

26 commentaires

  1. ES 6 décembre 2014 à 15:57

    bonjour à nos amis allemands, qui, visiblement ne prennent pas la menace à la légère …. l’Ukraine n’est pas si loin que cela
    Quant à la France, la pollution s’arrête comme chacun sait sur le pont de l’Europe à Strasbourg …

  2. retrouvé le retour 7 décembre 2014 à 00:13

    Ja ja

    http://www.sueddeutsche.de/politik/atomkraftwerke-in-der-ukraine-strahlende-risiken-1.2104214

    Oui une grosse chose instable, toutes mes pensées aux familles des morts et aux irradiés japonais d’Hiroshima, Nagasaki et Fukushima. Toutes mes pensées aussi à Taromée.

  3. retrouvé le retour 7 décembre 2014 à 21:49

    Ce blog trie et recycle des informations “border line” pour certains mais qui sont vraiment fondamentales.
    Bravo.
    Par contre j’aimerai bien entendre parler un peu plus des imprimeurs de la FED et de la BCE. Mais c’est vrai ils travaillent dans la pénombre.

  4. Elisabeth Studer 8 décembre 2014 à 02:23

    Accident at largest nuclear power plant in Europe revealed by Ukraine PM
    Published time: December 03, 2014 11:15
    Edited time: December 05, 2014 10:55 Get short URL

    Accident, Nuclear, Scandal, Ukraine
    There has been an accident at a nuclear plant in the southeast of Ukraine, Prime Minister Arseny Yatsenyuk has revealed during the first session of his new Cabinet.

    A minor accident occurred at Zaporozhskaya nuclear plant, the largest in Europe, last Friday, according to the facility’s website. A reactor was switched off and put to maintenance as a result.

    The incident was not made public until Wednesday, when PM Yatsenyuk asked the energy minister to report on what happened and how the ministry is handling the situation.

    Ukraine’s energy minister, Vladimir Demchyshyn, said that the accident posed no risk.

    “There is no threat … there are no problems with the reactors,” Demchyshyn said at briefing, adding the accident affected the power output system and “in no way” was linked to power production itself.

    Demchyshyn said that the reactor would be restarted December 5.

    The accident left several dozen towns and villages without electricity, Russian media reported, citing local officials.

    Four more reactors at the plant remain operational, according to the facility’s website. One is undergoing planned repairs.

    Zaporozhskaya first reactor came on line in November 1984. Within the course of the next 10 years, five more reactors were brought into operation. The plant currently produces one-fifth of Ukraine’s electricity.

    The Vienna-based International Atomic Energy Agency (IAEA) told Reuters it had no comment to make on the Zaporoshskaya accident so far.

    An international convention, adopted after the 1986 Chernobyl disaster, obliges countries to notify the IAEA of any nuclear accident that can affect other countries.

    On verge of energy crisis
    The accident at Zaporozhskaya nuclear plant has contributed to the energy shortage Ukraine is currently witnessing, as its fossil power plants are running out of coal.

    National energy company Ukrenergo has recently launched emergency power cuts all over the country to help sustain energy. The company reported that current coal stockpiles in the east are only enough for four more days.

    The Ukrainian energy minister has announced the country’s consumers could experience two-hour blackouts. He has though admitted he would prefer Ukrainian enterprises to voluntarily limit their energy consumption and to switch to night production, if that is possible.

    “We will try to do our best to smoothen the schedule of energy use,” Demchyshyn said.

    Dozens of coalmines have been closed in the Donetsk and the Lugansk Regions due to continued fighting between Kiev troops and anti-government forces there.

    Demchyshyn has acknowledged the country needs to start buying energy from Russia.

    “I know negotiations are under way on the import of energy,” he said. “I am certain that… this is a necessary step. However difficult it might be politically, this is a necessary step.”

  5. Elisabeth Studer 8 décembre 2014 à 02:25

    merci retrouve ! quant à BCE et FED … non seulement ils travaillent ds la penombre … mais les grandes firmes US caracolent elles !

  6. peintre ain 13 décembre 2014 à 17:38

    Pas de crainte pour nous, Les plus anciens se souviennent avec une certaine émotion que depuis et grâce à Monsieur Pasqua, nos frontières son hermétiques à tout nuage radio-actif.

  7. giay li-ning 11 janvier 2019 à 17:29

    Just desire to say your article is as astonishing.
    The clarity in your post is simply great and i can assume you are an expert on this subject.
    Well with your permission allow me to grab your feed to keep
    up to date with forthcoming post. Thanks a million and
    please carry on the rewarding work.

  8. Youtube to mp3 14 janvier 2019 à 09:56

    Pretty nice post. I simply stumbled upon your weblog and wanted to mention that
    I have really enjoyed surfing around your blog
    posts. In any case I’ll be subscribing to your rss feed and I’m hoping you write again soon!

  9. Marcel 25 janvier 2019 à 00:28

    I’ll immediately seize your rss feed as I can’t find your e-mail subscription link or e-newsletter
    service. Do you’ve any? Kindly permit me realize in order that
    I could subscribe. Thanks.

  10. brazilian steakhouse nyc 26 janvier 2019 à 01:43

    Link exchange is nothing else except it is only placing the other person’s website link on your page at proper place and other person will
    also do similar for you.

  11. Trena 26 janvier 2019 à 12:23

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  12. brazil nuts keto 27 janvier 2019 à 00:32

    Ahaa, its nice conversation concerning this paragraph here at this web site,
    I have read all that, so at this time me also commenting here.

  13. Samara 27 janvier 2019 à 00:57

    Quality articles is the key to be a focus for the users to go to see the
    website, that’s what this web site is providing.

  14. Bev 27 janvier 2019 à 09:14

    Take into account investments that supply speedy annuities.

  15. Russel 27 janvier 2019 à 20:49

    A financial advisor is your planning accomplice.

  16. Eugene 27 janvier 2019 à 23:20

    Greetings from Florida! I’m bored at work so I decided to browse your
    website on my iphone during lunch break. I enjoy the information you provide here and can’t
    wait to take a look when I get home. I’m shocked at how quick your blog loaded on my
    phone .. I’m not even using WIFI, just 3G .. Anyhow, superb blog!

  17. Forest 6 février 2019 à 01:58

    All sorts of investments come with sure risks.

  18. Winifred 7 février 2019 à 01:54

    And this is an funding danger price taking.

  19. Flora 11 février 2019 à 01:10

    Now it’s time to choose your particular investments.

  20. Weldon 12 février 2019 à 04:05

    Buyers do pay direct and indirect costs.

  21. Marina 12 février 2019 à 04:56

    This is true for funding advice as well.

  22. Leanna 12 février 2019 à 08:25

    That is true for funding advice as well.

  23. Tommie 17 février 2019 à 03:31

    All varieties of investments come with certain risks.

  24. Mickey 18 février 2019 à 02:22

    Traders do pay direct and indirect costs.

  25. Tara 19 février 2019 à 04:03

    Financial advisors enterprise is people enterprise.

  26. Samual 19 février 2019 à 05:04

    Monetary advisors business is people business.