Le Blog Finance

Sahel/Mali : quand Juppé s’alarmait de la détention par AQMI de missiles capables d’atteindre Air France et d’autres compagnies

Article malheureusement prémonitoire ? Menace latente depuis plusieurs mois mise aujourd’hui à exécution ? Allez savoir …
Quoiqu’il en soit, alors que le crash de l’avion d’Air Algérie, survenu jeudi dans le nord du Mali, demeure toujours inexpliqué, il n’est pas totalement inintéressant de remettre à la lumière des éléments exposés ici-même en octobre  2011.

Evidemment, ce genre d’informations n’avait pas fait à l’époque  le tour des rédactions françaises,  toutes occupées  à mettre en avant les cocoricos de Nicolas Sarkozy en Géorgie. Et pourtant … ce pourrait être à la fois nos concitoyens et les citoyens du monde entier ainsi que les compagnies aériennes françaises et mondiales qui pourraient être impactés avais-je  mis en garde  ….

Mais de quoi s’agissait-il ? …

Paris et le chef de la diplomatie française Alain Juppé alors en poste s’inquiétaient fortement de la détention par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) d’un nombre quelque peu impressionnant de missiles sol-air … capables de cibler des vols civils.

Une information à prendre très au sérieux alors que la ténébreuse affaire du vol de Lockerbie n’a pas dit son dernier mot et que – simple hasard  ? – la région du Sahel pourrait être un nouvel eldorado pétrolier, avais-je alors ajouté.

RFI précisait ainsi en octobre 2011 qu’Alain Juppé avait été entendu par la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Répondant à un élu évoquant la présence de 10 000 missiles sol-air aux mains d’al-Qaïda au Maghreb islamique, Alain Juppé avait alors confirmé l’inquiétude que suscite la fuite d’armes libyennes vers le Sahel.

La presse algérienne via « Le Courrier d’Algérie » se voulait quant à elle encore plus directe, affirmant qu’Aqmi était désormais «  plus forte maintenant qu’avant le début de la sédition » et que « la France et les rebelles de Benghazi en sont responsables dans une très large mesure ».

De ce fait, poursuivait le journal, « les premières cibles concernées par les missiles SA-7 d’Aqmi sont justement les avions civiles français et occidental » pour au final asséner le coup final : « en deux mots directs, la France est dans la ligne de mire du terrorisme dans toute la vaste bande saharo-sahélienne. »

En réaction, Nicolas Sarkozy a envoyé des messages aux pays du Sahel, ciblant tout particulièrement l’Algérie, « locomotive des pays maghrébo- sahéliens dans la lutte contre Aqmi ».  Une phrase qui raisonne tout particulièrement alors que qu’un avion d’Air Algérie a été victime d’une catastrophe … toujours inexpliquée.

Toujours selon « Le Courrier d’Algérie » ,  l’amiral Giampaolo Di Paola, président du Comité militaire qui regroupe les chefs d’état major des pays de l’Otan,  aurait tenu une réunion secrète avec les députés allemands le 26 septembre 2011 devant lesquels il avait exprimé les inquiétudes de l’Otan, faisant état de l’existence de « plus de 10.000 missiles sol-air qui représentent une sérieuse menace pour l’aviation civile et pourraient sortir de Libye  pour se retrouver dans de mauvaises mains  ».

– Près de 5 000 missiles sol-air SAM-7 perdus « dans la nature » … selon le CNT

Le général Mohamed Adia, chargé de l’armement au sein du ministère de la Défense du Conseil national de transition (CNT), estimait quant à lui à cette date à « environ 5 000 » le nombre de missiles sol-air SAM-7 « toujours manquants et dans la nature », redoutant lui aussi que ces armements ne tombent entre de « mauvaises mains. »

Rappelant par ailleurs que la Libye de Kadhafi a acheté environ 20.000 missiles sol-air SAM-7, de fabrication soviétique ou bulgare.

Certes plus de 14.000 de ces missiles ont été soit utilisés, soit détruits, ou sont aujourd’hui hors d’usage, la plupart étaient stockés dans la ville de Zenten (sud-ouest de Tripoli), mais beaucoup manquaient à l’appel en 2011 …

Or, soulignait alors le général, « ces missiles sont légers, de petite taille, faciles à manier et pourraient être utilisés pour détruire un avion civil ».

Ainsi, en novembre 2002, un missile SAM-7 avait été tiré contre un avion de ligne israélien à Mombasa, sur la côte du Kenya, mais avait manqué sa cible de peu, dans une attaque ensuite revendiquée par al-Qaïda.
 En novembre 2003, un cargo de DHL avait été touché au décollage de l’aéroport de Bagdad et avait failli s’écraser.
Rappelons  que de nombreux stocks d’armes et de munitions de l’armée du colonel Kadhafi ont fait l’objet de pillage dans le pays depuis février 2011, date du début de la révolution libyenne, l’ancien Guide ayant également distribué une partie de ses armements à ses partisans en fuite.

- Vers une déstabilisation de la région du Sahel ?

En mars 2011, au Mali et au Niger, des élus et des responsables politiques craignaient d’ores et déjà que la chute de Kadhafi ne provoque un reflux massif de réfugiés touaregs dans une région du Sahel déjà très fragile, une situation qui pourrait conduire à une déstabilisation de la région …  avait-il alors ajouté.

– Le Sahel nouvel eldorado pétrolier ?

Et ce, alors même - mais est-ce un simple hasard ? – que le Sahel pourrait prochainement devenir un nouvel eldorado pétrolier. En effet, au mois de février 2011, la presse algérienne indiquait que le groupe français Total et le groupe énergétique national algérien Sonatrach avaient dans leurs besaces plusieurs projets au Sahel.

 L’essentiel semblant être pour les deux groupes de « rafler » le plus de projets possibles … au Mali et au Niger.

Taoudeni_Basin_Map-sahel.gifLes récentes découvertes de richesses minières, dans le bassin de Taoudéni, large de 1,5 million de kilomètres carrés, partagé entre le Mali, l’Algérie, la Mauritanie et le Niger, provoquaient alors un vif intérêt pour cette région.

Jean François Arrighi de Casanova, directeur Afrique du Nord de Total a ainsi fait état d’immenses découvertes  gazières dans le secteur en Mauritanie  et le conduisant même à parler « d’un nouvel Eldorado». 

taoudeni_bassin.jpgA travers sa filiale internationale Sipex, Sonatrach avait par ailleurs obtenu quelques mois auparavant l’approbation du ministère des Mines nigérien pour procéder à des forages expérimentaux.

Précisons  que la Sipex est présente au Niger depuis 2005, plus précisément au périmètre de Kafra, situé à la frontière algéro-nigérienne. Fin 2009, Sipex a obtenu une prolongation d’un an de la première période d’exploration, arguant d’une situation politique difficile dans le pays.

Au Mali, la filiale de Sonatrach présente depuis 2007, a acquis une prolongation de deux ans, émanant du ministère malien des Mines, pour la première phase d’exploration.

Sources : AFP, RFI, Presse algérienne, Le Courrier d’Algérie

Elisabeth STUDER – www.leblogfinance.com – 25 juillet 2014

Partager cet article

Article de

44 commentaires

  1. Elisabeth Studer 25 juillet 2014 à 22:45

    - Tir depuis le sol hautement improbable -

    “Nous écartons depuis le début la possibilité d’un tir depuis le sol, hautement improbable voire impossible”, a déclaré le secrétaire d’Etat français aux Transports, Frédéric Cuvillier, en rappelant que “les conditions météorologiques étaient extrêmement dégradées”.
    ———–
    ca me rappelle AZF et 99 % de probabilité que cela soit un accident … élément énonce quelques heures après la catastrophe

  2. Elisabeth Studer 26 juillet 2014 à 00:59

    L’armée algérienne saisit des missiles d’AQMI destinés au Mali

    jeudi 27 février 2014 / par Assanatou Baldé

    L’armée algérienne a saisi plus de 40 missiles et roquettes transportés par des éléments d’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), près de la frontière libyenne.

    L’armée algérienne a déjoué les projets d’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) au Mali. Elle a saisi plus de 40 missiles et roquettes transportés par des éléments d’AQMI, à Illizi, à 1 850 km au sud d’Alger, près de la frontière libyenne, ont indiqué, ce jeudi, les médias locaux algériens.

    Selon le quotidien arabophone El Khabar 30 roquettes de type Katioucha et 17 missiles anti-aériens Strela ont été saisis. Le journal arabophone Echourouk évoque de son côté plus de 40 missiles et roquettes Katioucha et Strela.

    Les deux journaux, qui s’appuient sur des sources de sécurité anonymes, précisent également que ces armes avaient pour destination finale le Nord-Mali, ajoutant qu’une unité de lutte contre le terrorisme avait reçu des informations sur un convoi de camions et de véhicules 4X4 transportant des armes et qui arrivait de Libye. Finalement, l’armée a réussi à intercepter le véhicule en mettant en place, dimanche à l’aube, une embuscade à la frontière.

    Cette opération aurait permis d’arrêter deux hommes, parmi lesquels un a été blessé, et de récupérer un véhicule tout terrain ainsi que deux camions. Un nombre indéterminé d’hommes aurait réussi à repasser en Libye à bord de deux 4X4 après un échange de tirs, selon les deux quotidiens.

  3. Ollivier 27 juillet 2014 à 11:36

    Bonjour Mme Elisabeth Studer , je souhaite publier votre excellent article sur mon blog lecolonel.net selon les règles habituelles (3/4 de l’article et citation des sources…). Je vous remercie par avance pour votre réponse même négative. Bonne journée.
    Régis Ollivier

  4. code promo 27 juillet 2014 à 23:58

    Je ne sait plus quoi de ses organisation et aussi de nos politique…

  5. Elisabeth Studer 28 juillet 2014 à 12:38

    @Ollivier, pas de pb , au contraire, du moment que vous respectez la déontologie … choses malheureusement devenue rare !
    bien à vous

  6. Elisabeth Studer 28 juillet 2014 à 12:42

    lu sur le colonel.net :

    Pour ne pas être en reste, Le secrétaire d’Etat aux transports Frédéric Cuvillier, en grand spécialiste de l’armement a même qualifié d’« impossible » l’hypothèse du missile, spècifiant en parlant des terroristes: il est peu probable que ces derniers aient pu toucher l’avion, étant donné qu’ils disposent principalement d’armes tirées à l’épaule, comme des lance-roquettes

    …. no comment ….

  7. Elisabeth Studer 28 juillet 2014 à 12:48

    notamment :

    Rappelons par ailleurs qu’en février 2013, des medias algériens avaient indiqué que Sonatrach avait décidé de geler l’ensemble de ses activités dans le bassin de Taoudeni. Une décision qui intervenait alors qu’en 2012, le groupe énergétique algérien avait pu obtenir une prolongation de deux ans de son contrat d’exploration accordé par le gouvernement malien.

    La presse algérienne rappelait parallèlement que depuis 2007, l’Algérie avait du faire face à une rude concurrence avec des compagnies internationales pour la prospection pétrolière dans le bassin de Taoudeni, tel le français Total mais également Woodside, Dana, IPG, le chinois CNPCIM, l’espagnol Repsol, l’égyptien Foxoil.

  8. ES 28 juillet 2014 à 12:57

    Un missile à un mètre de l’aile»Jean-Dominique MERCHET 29 novembre 2002 à 01:56 Facebook :? FacebookTwitter :? TwitterGoogle+ :? Google+Envoyer :? MailImprimer cet article3ImprimerLire sur le reader?Mode zenDeux SAM-7 ont été tirés et ont frôlé le charter israélien.C’est le pilote, Rafi Marek, qui raconte : «Immédiatement après le décollage de Mombasa, à une très faible altitude, l’appareil a subi une espèce de choc qui, selon mon expérience, pouvait être celui d’un oiseau de petite taille. Immédiatement après, nous avons vu deux sillages de fumée blanche passant de l’arrière vers l’avant de l’appareil, sur notre gauche, et qui ont disparu au bout de quelques secondes.» Ezra Gozlan, un passager assis à l’arrière, ajoute : «Le missile est passé environ 1 mètre au-dessus de l’aile.» Le Boeing 757 d’Arkia (une compagnie israélienne de charters), qui a regagné Tel-Aviv sans dommage, a été l’objet d’une tentative d’attentat au missile sol-air.

    Sur le même sujet
    Israël frappé au Kenya
    Kenya, destination déjà en crise Par Christophe Alix
    Les tours-opérateurs rassurent Par Christophe Alix
    Corne de l’Afrique, terre fertile pour Al-Qaeda Par Christophe Ayad et Didier François
    «Vraie vérole». Selon les images fournies par la police du Kenya, il s’agit d’un SAM-7 Strela de conception russe. Le système de lancement a en effet été retrouvé non loin de la piste. «Deux missiles ont été tirés à environ 2 kilomètres de l’aéroport depuis une jeep Pajero blanche par des gens que l’on croit d’origine arabe», a indiqué le porte-parole de la police, Kimgori Mwangi. Le SAM-7 est un petit missile portable, dont la technologie remonte aux années 70. Fabriqué à des milliers d’exemplaires, il est largement répandu dans le monde et a même été produit au Pakistan sous le nom d’Anza et en Egypte sous celui d’Ayn-as-Saqa. Léger, il peut être tiré par un homme seul. D’une portée maximale de 5 kilomètres, il se dirige vers sa cible grâce à un système de guidage infrarouge : il est attiré par la chaleur dégagée par les réacteurs de l’avion.

    «Ces armes sont une vraie vérole», dit un pilote militaire. Durant la guerre du Kosovo, leur présence massive au sein de l’armée serbe avait contraint les pilotes de l’Otan à voler au-dessus de 15 000 pieds pour rester hors de leur portée. Il est toutefois possible de s’en protéger. Les avions de chasse, les hélicoptères, mais aussi les avions de transport militaires sont équipés d’un double système de protection : un détecteur de départ missile (DDM) et des lance-leurres thermiques. Le DDM est un capteur infrarouge qui repère la chaleur produite par le moteur du missile. Ce système peut être renforcé par des observateurs humains, comme c’est le cas à bord des Transall français au-dessus de l’Afghanistan. Dès le danger identifié, le pilote ou le système de combat automatique déclenche les leurres thermiques. Visuellement, c’est un véritable feu d’artifice qui est tiré autour de l’avion. Comme la chaleur dégagée par les leurres est nettement supérieure à celles des moteurs, le missile change de trajectoire et passe à côté de l’avion ­ qui effectue en même temps une vive manoeuvre de dégagement.

    Rien de tel ne semble s’être passé à Mombasa. En principe, les avions de ligne ne sont pas équipés de tels systèmes d’autodéfense, d’un maniement délicat. De simples interactions électroniques provoquées par des téléphones portables peuvent déclencher les leurres…

    Brouillage top secret ? Toutefois, les Boeing israéliens peuvent très bien être équipés de détecteurs de départ missile. L’Etat hébreu est très en pointe en matière de guerre électronique et ces équipements sont discrets. Si des contre-mesures ont été activées pour détourner le missile, on ignore tout de leur nature. Selon les témoignages de l’équipage et des passagers qui ont vu quelque chose, les missiles arrivaient bien de l’arrière et auraient dû s’engouffrer dans le réacteur et non passer au-dessus de l’aile… Coup de chance, dysfonctionnement des missiles, système de brouillage israélien top secret ? Impossible, pour l’heure, de le savoir.

    MERCHET Jean-Dominique

  9. comptable 28 juillet 2014 à 13:01

    Il faut envoyer des troupes pour retrouver ceux qui pourraient détenir ces missiles. Essayer pour voir !!

  10. Schuh Renée 3 août 2014 à 18:00

    D’où viennent les armes du hamas ?

  11. ES 3 août 2014 à 21:45

    RAËL-PALESTINE
    Les drones, la nouvelle arme du Hamas ?

    Le 14 juillet dernier, le Hamas a dévoilé dans une vidéo ses premiers drones. Après avoir abattu un des aéronefs en question, Israël s’inquiète des implications de l’acquisition de cette technologie par le mouvement islamique.
    COURRIER INTERNATIONAL | SOLÈNE COMA
    16 JUILLET 2014| 0

    PARTAGER :

    Capture d’écran d’une vidéo diffusée le 14 juillet 2014 des Brigades Izz al-Din al-Qassam d’un drone "Ababil" envoyé de Gaza vers Israël, le 14 juillet 2014 (AFP
    PHOTO/HO/EZZEDINE AL-QASSAM BRIGADES) Capture d’écran d’une vidéo diffusée le 14 juillet 2014 des Brigades Izz al-Din al-Qassam d’un drone “Ababil” envoyé de Gaza vers Israël, le 14 juillet 2014 (AFP PHOTO/HO/EZZEDINE AL-QASSAM BRIGADES) AFP
    Après le Hezbollah, c’est au tour du Hamas de se procurer ses premiers drones. Une vidéo publiée par le mouvement islamique ainsi qu’un appareil abattu par un missile israélien attestent de l’existence de ces drones, probablement fournis par l’Iran, rapporte le Los Angeles Times.
    Selon le quotidien, l’acquisition de cet outil marque une étape importante dans la lutte d’Israël contre le Hamas. Grâce aux avions sans pilote, le Hamas pourrait augmenter la portée et la précision de ses frappes : les experts ont estimé que le drone abattu avait une autonomie suffisante pour parcourir la totalité du territoire israélien. Le Hamas a déjà menacé de recourir à cette technologie pour mener des “attaques kamikazes” sur des lieux densément peuplés tels que Tel-Aviv, précise le Los Angeles Times. Le Conseil des relations extérieures a par ailleurs noté que “les drones sont les parfaits véhicules pour des attaques chimiques”.

    “La réalisation des peurs exprimées depuis longtemps”

    Pour le vice-président de la recherche à la Foundation for Defense of Democracies (organisation de tendance néoconservatrice basée à Washington), la propagation de “cette technologie parmi des groupes insurgés est la réalisation des peurs exprimées depuis longtemps” au sujet des drones.
    D’autres nuancent le danger que représentent les appareils sans pilote. Plusieurs experts du secteur de la défense israélien affirment qu’il serait très difficile pour le Hamas de construire les infrastructures nécessaires au fonctionnement de ces engins, telles que des stations de contrôle. Le Daily Beast, lui, assure que les drones montrés par le Hamas ne représentent pas de véritable danger : les appareils semblent très petits et, selon le site d’information, ils “ne semblent être guère plus que des jouets grossièrement assemblés”.
    COURRIER INTERNATIONAL | SOLÈNE COMA

  12. ES 3 août 2014 à 21:47

    Gaza: d’où viennent les armes qui peuvent frapper le coeur d’Israël?
    Par Marie Le Douaran, publié le 11/07/2014

    L’enclave palestinienne est théoriquement coupée des approvisionnements en armes. Les arsenaux du Hamas et du Djihad islamique en roquettes et obus ont pourtant été renforcés, sans toutefois égaler la force de frappe d’Israël.

    En trois jours d’escalade entre Israël et Gaza, le Hamas et le djihad islamique ont surpris en lançant des roquettes en profondeur sur le territoire. Mercredi, Haïfa, une ville à 160 kilomètres au nord de l’enclave, était ciblée. On dit pourtant le Hamas affaibli. Depuis la dernière opération de l’armée israélienne à Gaza, ses relations avec certains alliés se sont tendues: l’Iran et le Hezbollah libanais depuis l’engagement dans le conflit syrien, l’Egypte avec la chute des Frères musulmans.

    Mardi, Israël a déclenché l’opération militaire “Bordure protectrice” et mené depuis 750 raids aériens sur la bande de Gaza, notamment sur des cibles du Hamas. 95 Palestiniens ont été tués.

    Mais l’organisation, élue et très ancrée dans le tissu social, a des ressources. “Paradoxalement, le mouvement renforce sa position à l’intérieur de son camp. Les extrémistes (du Djihad islamique, ndlr) ont beaucoup reproché au Hamas son rapprochement avec le Fatah en avril dernier: cette opération permet de montrer que le Hamas n’a pas trahi ses idéaux de libération du peuple palestinien”, explique le chercheur Samy Cohen à L’Express.

    Arsenaux technologiques
    Pour poursuivre ce but, le Hamas et surtout son rival le Djihad islamique ont considérablement renforcé leur arsenal militaire. Les services de renseignements israéliens évaluent à 10 000 le nombre de roquettes et d’obus disponibles dans la bande de Gaza. La technologie a évolué, si bien que certains missiles dernier cri, les M-302 (iraniens mais fabriqués en Syrie), peuvent frapper à 150 voire 200 kilomètres. Le Djihad islamique est aussi en possession de roquettes iraniennes Fajr 3 et 5 (45-70 km), de roquettes de fabrication chinoise WS-1 E (40 km) ou encore de missiles R-160 (160 km).

    Le Hamas possède des missiles Grad (20 km) et fabrique ses propres roquettes, les M-75 (75-100 km). Avec ces armes de différentes portées, les mouvements palestiniens peuvent atteindre la quasi-totalité du territoire israélien. Le Hamas a aussi développé un service de renseignements, une petite force de commando de marine et des tunnels bétonnés qui servent à la circulation des combattants et aux tirs de roquettes, ajoute Libération.

  13. ES 1 novembre 2015 à 13:07

    A lire et à relire ….
    voire à relier ….

  14. Hannelore 25 janvier 2019 à 23:55

    Hi! I could have sworn I’ve visited this web site before but
    after browsing through some of the articles I realized it’s new to me.
    Anyhow, I’m certainly delighted I discovered it and I’ll be book-marking it and checking back
    frequently!

  15. Jann 26 janvier 2019 à 00:32

    Good day! This post couldn’t be written any better! Reading through this post reminds me of my old
    room mate! He always kept chatting about this.
    I will forward this page to him. Fairly
    certain he will have a good read. Thanks for sharing!

  16. Leora 26 janvier 2019 à 15:10

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  17. Rebecca 26 janvier 2019 à 22:51

    Now it is time to pick your specific investments.

  18. Marianne 27 janvier 2019 à 17:10

    All kinds of investments come with sure dangers.

  19. Travis 7 février 2019 à 04:39

    And that is an funding risk price taking.

  20. Susanne 7 février 2019 à 07:35

    Monetary advisors business is individuals enterprise.

  21. check my source 7 février 2019 à 14:06

    I simply want to tell you that I’m beginner to blogging and site-building and certainly loved your web blog. Very likely I’m want to bookmark your blog post . You certainly come with good writings. Thanks for sharing your webpage.

  22. Patricia 8 février 2019 à 07:34

    Thank you in your curiosity in Funding Advice.

  23. Sergio 8 février 2019 à 16:39

    And this is an investment risk value taking.

  24. Winifred 8 février 2019 à 16:55

    This is true for funding advice as effectively.

  25. Bernadine 9 février 2019 à 02:42

    Thank you on your curiosity in Funding Advice.

  26. Rosalind 9 février 2019 à 03:45

    A financial advisor is your planning associate.

  27. Mariano 10 février 2019 à 14:43

    Contemplate investments that supply quick annuities.

  28. Doug 10 février 2019 à 15:01

    Take into account investments that provide rapid annuities.

  29. Quincy 11 février 2019 à 01:16

    Buyers do pay direct and oblique prices.

  30. Luella 11 février 2019 à 02:12

    Thank you in your interest in Funding Recommendation.

  31. Elmer 11 février 2019 à 02:28

    That is true for funding advice as nicely.

  32. Marcella 11 février 2019 à 05:49

    A financial advisor is your planning companion.

  33. Florian 15 février 2019 à 01:58

    Now it’s time to choose your specific investments.

  34. Roman 15 février 2019 à 02:11

    Now it is time to decide your specific investments.

  35. Lacy 15 février 2019 à 02:29

    That is true for funding advice as well.

  36. Donetta Earhart 16 février 2019 à 05:22

    I’m trying to change the entire background of my blogspot. I can get it on the left side, but the sidebar still remains at the ugly solid color. any help?.

  37. Tilly 17 février 2019 à 01:50

    Thanks for your interest in Funding Advice.

  38. Rusty 19 février 2019 à 01:21

    Investors do pay direct and indirect prices.

  39. Ilana 19 février 2019 à 02:45

    Thanks for your interest in Investment Advice.

  40. Lilian 19 février 2019 à 02:48

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  41. John Deere Technical Manuals 19 février 2019 à 08:07

    My brother saved this web publication for me and I have been reading through it for the past couple hours. This is really going to benefit me and my classmates for our class project. By the way, I enjoy the way you write.