Le Blog Finance

France telecom – Orange : le navire câblier Chamarel abandonné aux flots suite à un incendie

Décidément le groupe France telecom Orange joue de malchances en ce moment.
Alors que les 26 millions d’abonnés de l’opérateur historique ont été grandement pertubés par une panne géante de son réseau mobile d’Orange le 6 julllet dernier, le groupe vient de déclarer vendredi dans un communiqué se résoudre à abandonner le navire câblier « le Chamarel », lequel a pris feu au large de la Namibie, et ce, malgré les efforts de l’équipage pour maîtriser l’incendie.

Seul élément positif peut-être ces temps derniers pour Orange, l’arrivée du Qatar au sein de son capital ? A moins que, simple hasard ? les éléments positifs et négatifs qui  le concernent ne soient liés ? Qui sait

Mercredi 8 août, alors que l’équipage revenait d’une opération de maintenance sur le câble Sat3-Safe au large de la côte namibienne, dans l’Océan Atlantique, un incendie s’est déclaré sur le navire en fin d’après-midi.
“La décision a été prise d’abandonner le navire vers 20h (heure locale) ». L’équipage se trouve actuellement dans le port de Walvis Bay en Namibie en attendant leur rapatriement dans les jours à venir”, a indiqué Orange dans un communiqué.

Ajoutant que l”origine du sinistre n’a pas encore été établie, mais que des investigations seront menées dès que le navire aura été remorqué jusqu’au port de Walvis Bay.

“Le groupe travaille également avec les autorités namibiennes pour limiter au maximum l’impact environnemental de l’acheminement du navire”, a tenu à souligner Thierry Bonhomme, directeur exécutif en charge des réseaux et opérateurs et de la R&D d’Orange.
Il a par ailleurs indiqué qu’il s’agissait d’un”incident très grave” , remerciant “vivement les membres de l’équipage pour le courage dont ils ont fait preuve pour gérer la situation”.

Cet incident n’a aucun impact immédiat sur les câbles sous-marins, qui continuent à fonctionner normalement, a par ailleurs tenu à assurer et à rassurer France Télécom-Orange.
Des solutions alternatives de contournement devront être trouvées pour assurer les maintenances prévues ces prochains jours.

Pour rappel, le groupe télécom exploite actuellement six navires câbliers en Méditerranée, dans l’Océan Atlantique et l’Océan Indien.

Sources : FT, Usine Nouvelle, Challenges, Nouvel obs

Partager cet article

Article de

25 commentaires

  1. Elisabeth Studer 17 août 2012 à 07:56

    Pollution fears reduced for ?Chamarel? disaster
    WRITTEN BY FLORIS STEENKAMP
    WEDNESDAY, 15 AUGUST 2012 20:23

    Fears for mass pollution of the beach areas surrounding the site where a burning ship ran aground some 40km north of Henties Bay last week, has largely been reduced. More than 95% of the fuel aboard the stricken vessel was identified as diesel fuel which poses much less of an environmental hazard than heavy fuel oil which powers most of the older generation ships.

    The cable laying vessel, ?Chamarel? ran aground last week Thursday, a day after a devastating fire broke out aboard which prompted the crew to abandon ship after hours of fruitless efforts fighting the fire. With the ship?s propulsion, steering and other crucial functions knocked out by the fire, the nearly 6000 tons vessel was sent adrift and eventually ran aground. The fire aboard raged for many more hours but by late on Sunday the first signs of leaking fuel from the vessel?s hull started to show.

    Initial plans to deploy a powerful tug to pull the vessel from the sandbank in higher tides today or tomorrow, had been abandoned in the meantime. The salvage experts decided to prepare the wreck to pump out all the fuel to land based holding tanks. It remains a race against time as the sea would inevitably break the vessel apart.

    The ?Chamarel? had an estimated 500 to 1000 tons of diesel fuel aboard, 20 tons of lubrication and an equal amount or more of hydraulic fluid aboard when disaster struck last Wednesday evening. It is not known how much of these flammable liquids were destroyed in the fire.

    Informant

  2. es 16 janvier 2013 à 19:42

    Apple bataille pour lancer son décodeur TV
    Créé le 16-08-2012 à 10h41 – Mis à jour à 10h45Par Challenges.fr
    Le géant américain veut proposer à ses utilisateurs la télévision en direct, par câble ou satellite, mais les opérateurs sont réticents.
    PARTAGERRÉAGIR0Abonnez-vous à
    Challenges

    (c) Sipa

    Sur le même sujet
    » “Google TV est un super Androïd pour les téléviseurs”
    » Pourquoi l’avenir d’Apple inquiète ses actionnaires
    » Tablettes : Apple rafle le marché, Samsung a les miettes
    Le géant de l’informatique Apple a engagé des discussions avec les plus grands câblo-opérateurs américains pour leur imposer ses boîtiers décodeurs, dans ce qui pourrait devenir sa prochaine bataille technologique, indique mercredi 15 août le Wall Street Journal sur son site internet.

    “Apple discute actuellement avec certains des plus grands câblo-opérateurs américains pour les convaincre de laisser la possibilité à leurs utilisateurs de recevoir la télévision en direct et d’autres formes de contenu via un boîtier décodeur Apple”, affirme le quotidien des affaires citant “des personnes informées du sujet”.

    Il s’agit à ce jour de “l’initiative la plus ambitieuse de la part d’Apple pour tenter de s’infiltrer dans le salon des gens après des années d’essais” infructueux, poursuit le Wall Street Journal, qui précise qu’”aucun accord ne semble avoir été conclu avec les câblo-opérateurs” jusque-là.

    L’innovation Apple fait peur

    Selon le quotidien, l’une des grandes difficultés rencontrées par Apple est la “réticence des opérateurs de câbles à laisser entrer Apple dans le monde de la télévision”, de peur de connaître le même sort que les maisons de disques et les opérateurs téléphoniques, dépassés par le succès des gadgets au logo de la pomme croquée.

    Actuellement, le boîtier Apple TV, dont une nouvelle version a été présentée en mars, n’assure au groupe qu’une présence sur le segment de la télévision connectée à internet et ne lui permet pas encore d’offrir à ses utilisateurs la télévision en direct, par câble ou satellite.

    (Avec AFP)

  3. es 16 janvier 2013 à 19:55

    Télécommunications. Un navire câblier prend feu au large de la Namibie
    14 août 2012
    Le Chamarel, l’un des six navires câbliers de France Télécom-Orange, a été la proie d’un violent incendie, la semaine dernière au large des côtes de la Namibie, dans l’océan Atlantique. Le sinistre, éteint depuis hier, risque d’immobiliser pour longtemps ce navire, l’ex-Vercors, connu dans le milieu maritime pour détenir le record mondial de pose de câbles sous-marins. Le Chamarel assurait la maintenance de ces installations qui assurent les liaisons internet de l’hémisphère sud, et notamment de l’île de La Réunion. Le Léon Thévenin, le câblier basé à Brest, va-t-il être appelé à le remplacer ?

    Mission accomplie, le Chamarel revenait d’une opération de maintenance sur le câble Sat3-Safe au large de la Namibie : pour une raison inconnue, mercredi dernier, un incendie s’est déclaré à bord du câblier. “Malgré les efforts de l’équipage pour le maîtriser, la décision a été prise d’abandonner le navire”, précise France Télécom-Orange.

    Les 56 membres d’équipage ont été ramenés sains et sauf à terre par un bateau de pêche namibien. “Une enquête approfondie sera menée dès que le navire aura été ramené au port”, note l’opérateur, pour déterminer l’origine du sinistre.
    L’incendie est éteint depuis ce lundi, alors que le Chamarel s’est échoué sur un banc de sable, à proximité du port de Walvis Bay, en Namibie.

    Un câblier de légende basé à Brest
    Le Chamarel, long de 135 m, est l’un des six navires câbliers de la flotte de France Télécom Marine, une filiale d’Orange. Leur rôle ? Poser et assurer la maintenance dans tous les océans de ces câbles sous-marins qui abritent les fibres optiques permettant les liaisons internet haut-débit entre les continents.

    Le Chamarel n’est d’ailleurs autre que l’ex-Vercors, ce navire câblier qui détient, rappelle un passionné sur son blog “Souvenirs de mer”‘, “un record mondial extraordinaire : avoir posé la plus grande longueur de câble sur toutes les mers du globe et de tous les temps”. Soit, précise Wikipédia, 120.000 km de câbles : l’équivalent de trois fois le tour de la terre. Alors basé à Brest, le Vercors avait été construit en 1973 au Havre.

    Quelles conséquences pour les liaisons internet ?
    Le sinistre a été qualifié “d’incident très grave” par France Télécom-Orange. Les photos publiées sur un site spécialisé laissent deviner d’importants dégâts. Ce qui entraînera une immobilisation du navire.

    Avec quelles conséquences sur les liaisons internet dans l’hémisphère sud ? Le site ariase.com, spécialisé dans les fournisseurs d’accès internet, suggère que “les communications et l’accès à Internet haut-débit depuis les îles de la Réunion et de Mayotte pourraient être perturbés”.

    Le Léon Thévenin, basé à Brest, appelé en renfort ?
    Pas dans l’immédiat, en tout cas : interrogé ce mardi, l’opérateur souligne que le Chamarel avait en effet terminé sa mission quand le feu s’est déclaré. Les câbles sous-marins continuent donc à fonctionner normalement. Et les opérations de maintenance à venir seront réparties sur d’autres navires câbliers, précise Orange, ce mardi.

    “Le Léon Thévenin basé à Brest ou le Raymond Croze basé à La Seyne-sur-Mer appareilleront-ils prochainement pour relayer le Chamarel ?”, se demande ariase.com. “Les solutions sont encore en cours d’élaboration ; à court terme, il est probable que certaines opérations soient assurées par d’autres bateaux présents sur la zone”, indique l’opérateur.

  4. Elisabeth Studer 18 novembre 2015 à 19:44

    Câble sous-marin ACE : début de construction de la liaison entre Sao Tomé & Principe et Cape Town
    PARIS, France, 18 novembre 2015/ — Orange et les membres du consortium ACE ont annoncé le lancement de la seconde phase de déploiement du câble sous-marin ACE, qui permet à l’Afrique de bénéficier d’une connectivité haut-débit et de services numériques.

    Seconde phase du déploiement du câble ACE

    Pour cette seconde phase, le câble sous-marin ACE (Africa Coast to Europe) sera prolongé jusqu’en Afrique du Sud. Il s’agit d’une extension de 5 000 km, reliant l’île de Sao Tomé & Principe, dans le golfe de Guinée, et l’Afrique du Sud. La mise en service de ce câble renforcera encore le rôle stratégique de l’ACE dans dans le développement des infrastructures critiques du continent.

    À ce jour, près de 12 000 km de câble optique ont déjà été déployés et permettent de relier 18 pays : la France, le Portugal, les Îles Canaries (Espagne), la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Ghana, le Nigéria, la Guinée Équatoriale, le Gabon et Sao Tomé & Principe. Deux pays sans façade maritime, le Mali et le Niger, sont connectés grâce à un prolongement terrestre.

    Une fois la phase II complétée, ACE couvrira une distance totale de 17 000 km et permettra à 25 pays d’accéder à l’internet haut-débit.

    Une technologie et une sécurisation de pointe

    ACE bénéficie de la technologie de fibre optique la plus performante dans le domaine des câbles sous-marins. Cette technologie, le multiplexage de longueur d’onde (WDM), permet d’augmenter la capacité en fonction des besoins sans nouvelle intervention sous-marine. La capacité totale s’élèvera à 12,8 Tbps grâce à la technologie 100 Gbps qui supporte les réseaux très haut-débit.

    Un actif essentiel du réseau haut-débit du Groupe en Afrique

    Le consortium a investi près de 700 millions de dollars américains dans la construction du câble, dont 250 millions de dollars sont pris en charge par le Groupe Orange et ses filiales.

    Par ces investissements majeurs, Orange concrétise son engagement à démocratiser l’accès à Internet dans près d’une vingtaine de pays dans laquelle il est présent en Afrique, tout en continuant à améliorer la qualité de son réseau.
    Distribué par APO (African Press Organization) pour Orange.

  5. Rex 25 janvier 2019 à 20:56

    Heya! I just wanted to ask if you ever have any problems with hackers?
    My last blog (wordpress) was hacked and I ended up losing many months of hard
    work due to no backup. Do you have any methods to prevent hackers?

  6. Regan 26 janvier 2019 à 15:59

    All types of investments include sure dangers.

  7. Milla 26 janvier 2019 à 18:52

    Monetary advisors business is individuals business.

  8. Malcolm 26 janvier 2019 à 21:56

    Contemplate investments that provide fast annuities.

  9. Joshua 27 janvier 2019 à 10:15

    Traders do pay direct and oblique prices.

  10. Nadine 27 janvier 2019 à 21:08

    A monetary advisor is your planning associate.

  11. brazilian wax at home 28 janvier 2019 à 01:03

    I have been surfing online more than three hours today, yet I never found any interesting article like yours.
    It’s pretty worth enough for me. Personally, if all site owners and bloggers made
    good content as you did, the internet will be a lot more useful than ever before.

  12. brazilian steakhouse nj 28 janvier 2019 à 07:30

    each time i used to read smaller content which as well clear their motive,
    and that is also happening with this article which I am reading here.

  13. Tasha 8 février 2019 à 06:11

    Monetary advisors business is folks enterprise.

  14. Ruben 8 février 2019 à 16:05

    And this is an investment threat value taking.

  15. Hermine 9 février 2019 à 05:23

    A monetary advisor is your planning accomplice.

  16. Gita 9 février 2019 à 05:32

    And that is an investment threat worth taking.

  17. Margart 12 février 2019 à 03:24

    And this is an investment danger value taking.

  18. Harriet 15 février 2019 à 01:24

    Buyers do pay direct and oblique costs.

  19. Carla 15 février 2019 à 03:31

    All forms of investments come with certain dangers.

  20. Swen 18 février 2019 à 02:20

    All forms of investments include sure dangers.

  21. Jaxon 18 février 2019 à 03:04

    Now it is time to choose your specific investments.

  22. Dwayne 19 février 2019 à 03:42

    Buyers do pay direct and oblique costs.