Le Blog Finance

USA : Standard and Poor’s abaisse la note et fait plonger les bourses mondiales …

bankruptcy.JPGLes Etats-Unis très grièvement sur la sellette  : de quoi emporter avec eux les principales places boursières.

L’agence de notation Standard and Poor’s a en effet abaissé lundi à « négative » la perspective d’évolution de la note de la dette des Etats-Unis.

Raisons invoquées : des déficits budgétaires « très importants »  et le niveau d’endettement du pays.

Cerise sur le gâteau : S & P estime par ailleurs que la pays n’est pas doté d’une politique claire permettant d’y remédier.

« Parce que les Etats-Unis ont, par rapport aux autres pays notés ‘AAA’, ce que nous considérons comme des déficits budgétaires très importants et un niveau d’endettement gouvernemental en hausse, et que le chemin pour traiter (ces problèmes) n’est pas clair, nous avons révisé notre perspective sur la note à long terme de ‘stable’ à ‘négative’« , a ainsi indiqué l’agence d’évaluation financière.

Selon elle, « il y a un risque réel que les responsables politiques américains ne parviennent pas à un accord sur la façon de répondre aux difficultés budgétaires à moyen et long terme d’ici à 2013 ».

Or, « s’il n’y a pas d’accord et qu’une mise en oeuvre significative n’est pas lancée d’ici là, cela rendrait à notre avis le profil de risque des Etats-Unis significativement plus faible que celui des autres pays ‘AAA’ », indique l’agence. Précisons à cet égard que la note ‘AAA’ est attribuée aux « élèves » en haut du classement … ce que les USA peinent à demeurer, c’est le moins que l’on puiss dire.

Le sang du Trésor américain n’a fait qu’un tour à l’annonce de telles informations alarmantes. Réagissant à la suite, il a ainsi indiqué que S&P « sous-estimait » la capacité du gouvernement à se rassembler pour répondre aux difficiles défis budgétaires du pays ».

« Comme le président l’a dit la semaine dernière, s’attaquer à la situation budgétaire actuelle est largement dans nos capacités en tant que pays« , a par ailleurs ajouté Mary Miller, secrétaire adjointe au Trésor chargée des marchés financiers.

Reste tout de même que le chemin risque d’être semé d’embûches pour Barack Obama … Mercredi, le Pentagone a averti que le Président américain devra réduire la capacité militaire s’il souhaite procéder à de nouvelles réductions des dépenses de défense.

Le secrétaire à la Défense Robert Gates a ainsi indiqué clairement que de nouvelles diminutions importantes des dépenses en matière de défense ne pourront être réalisées sans réduire la capacité militaire, selon les propos relayés par Geoff Morrell, attaché de presse du Pentagone.

Un avis faisant suite à une proposition d’Obama d’économiser d’ici 2023 400 milliards de dollars sur les dépenses de sécurité dans le cadre d’efforts de réduction du déficit budgétaire. Le Président avait alors néanmoins assuré qu’il n’accepterait jamais de réductions de dépenses qui compromettraient la sécurité nationale des Etats-Unis.

Le voilà donc empêtré par une politique voulue par Bush junior et les lobbies pétroliers …

156149.jpgEn tout état de cause, ce que certains analystes considèrent comme un véritable coup de grisou devront contraindre les Etats-Unis à agir en terme de politique financière. Certains courtiers n’hésitent pas désormais à évoquer le début d’une crise de l’endettement des Etats-Unis, estimant qu’il s’agit d’un avertissement on ne peut plus clair.

Bilan des courses : les valeurs financières ont été les principales victimes de l’avertissement de Standard and Poor’s, ces dernières reculant nettement sur les marchés mondiaux après avoir plongé brutalement vers 15H00 (13H00 GMT), après la décision de l’agence de notation financière.

La Bourse de Paris a elle aussi fortement réagi à la dégradation de la note des Etats-Unis, aggravant ses pertes. L’indice CAC 40 affichait ainsi lundi soir une perte de 2,7%, alors qu’il reculait de 1,53% juste avant l’annonce.

Londres a reculé pour sa part de 2,2% tandis que Francfort affichait une baisse de 2,4%.

Sources : AWP, AFP, Reuters, ats

A lire également :

. Geithner exhorte le Sénat à relever le plafond – déjà abyssal – de la dette US

. USA : Greenspan prévoit une crise de la dette pour 2014, voire 2011 ?

 

Partager cet article

Article de

16 commentaires

  1. valerie 18 avril 2011 à 21:54
  2. Elisabeth Studer 18 avril 2011 à 22:34

    Merci, Val

  3. el gringo 20 avril 2011 à 22:06

    A

  4. el gringo 7 mai 2011 à 21:37

    14,3 % de la population des USA (soit un am

  5. Maison Vichy 25 juin 2011 à 13:28

    Un syst

  6. amen 28 juin 2011 à 00:00

    Comment dans une FRANCE bient

  7. Dadounet 28 juin 2011 à 00:59

    > Comment dans une FRANCE bient

  8. poupée 14 juillet 2011 à 21:50

    Se sont encore les imp

Commenter cet article