Le Blog Finance
A la une

Algérie : rappel à l’ordre des Etats-Unis

AlgeriaUSA_Flags.jpgTentative d’ingérence ?

Les Etats-Unis ont exhorté dimanche soir les forces de sécurité algériennes à « la retenue ». Une sorte d’  »avertissement » intervenant à la suite d’une marche avortée samedi à Alger et l’appel de l’opposition algérienne à un nouveau rassemblement samedi prochain dans la capitale.

Rappelons tout de même  qu’en avril 2007, alors qu’Alger avait maintes fois martelé qu’elle n’était pas disposée à l’installation de bases militaires US ou de l’Otan sur son territoire, le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis à Alger avait été convoqué au ministère des Affaires étrangères après l’émission d’un avertissement américain (!! …) annonçant la veille des attentats imminents dans la capitale algérienne.

«Nous prenons acte des manifestations actuelles en Algérie, et appelons à la retenue les forces de sécurité», a ainsi déclaré le porte-parole du département d’Etat Philip Crowley dans un communiqué.

Les Etats-Unis réaffirmant par ailleurs leur « soutien aux droits universels du peuple algérien , y compris les droits de réunion et d’expression ». Selon le communiqué, « ces droits s’appliquent sur internet» et «doivent être respectés », précisant que les Etats-Unis «suivront de près la situation ces prochains jours».

Un quasi rappel à l’ordre américain intervient alors que la marche organisée samedi 12 février par la Coordination nationale pour le changement et la démocratie CNCD a tourné court en raison d’un important dispositif policier mais qu’une nouvelle marche est d’ores et déjà planifié à Alger le 19 février prochain.

Samedi, quelque 2 000 personnes (3 000 selon les organisateurs) ont tenté de défiler sur la place du 1er Mai, mais des forces de l’ordre les ont rapidement empêché de poursuivre leurs actions.

Entre 25 à 30 000 policiers ont ainsi été déployés dans le centre mais aussi aux portes d’Alger. A la suite d’échauffourées, plus de 300 manifestants ont été interpellés puis libérées dimanche, selon des informations fournies par la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme.

La CNCD, qui regroupe des partis d’opposition, des organisations de la société civile et des syndicats non officiels, s’est formée le 21 janvier à la suite des émeutes survenues au début de l’année, lesquelles ont fait officiellement 5 morts, et plus de 800 blessés. La coordination exige le changement du système, dénonçant par ailleurs le «vide politique» – qui, selon elle – menacerait la société algérienne « d’éclatement ».

Début février, le département d’Etat US a également réitéré sa « mise en garde mondiale » aux Américains contre les risques de terrorisme.

Cette alerte – la deuxième après celle d’août 2010 – fait suite aux informations que détiendraient les Etats-Unis, selon lesquelles Al-Qaïda  et les organisations qui lui sont affiliées continueraient de planifier des attaques terroristes contre les intérêts américains dans de multiples régions.

Dans le cadre d’un longue note de conseils aux voyageurs, le département d’Etat US évoque, entre autres, des « informations crédibles » selon lesquelles des projets terroristes continuent d’être fomentés au Proche- Orient et en Afrique du Nord, citant l’Arabie Saoudite, le Yémen, le Liban, la région de Kabylie en Algérie, et trois pays sahéliens : le Mali, la Mauritanie et le Niger.

Rappelons qu’en avril 2007, le journal algérien El Watan  n’hésitait pas à affirmer que « depuis ces dernières années les forces américaines » semblent « s’adonner au jeu » « d’amplifier les actions terroristes dans la région  pour faire croire à leur dangerosité pour la sécurité du monde«  et par conséquent « à une nécessaire intervention américaine« . « Cet état d’instabilité permanent poussera les pays d’Europe à se désintéresser de cette région la laissant aux Américains qui ont déjà parfaitement identifié leurs intérêts et commencé à s’en accaparer » poursuivait le journal, indiquant  que la chasse aux hydrocarbures n’y étant pas étrangère

« A ce jeu sournois semble parfaitement s’accommoder le réseau El Qaïda qui, en réalité, travaille, consciemment ou pas, pour les intérêts géopolitiques américains » affirmait encore El Watan, se voulant on ne peut plus clair.

Selon le journal, « cette peur savamment entretenue du terrorisme islamiste et notamment du réseau El Qaïda, leur permet de légitimer la nouvelle configuration du monde, notamment le Grand Moyen-Orient qu’ils viennent de décider« .

L’émission d’un avertissement américain annonçant la veille des attentats imminents à Alger avait mis le feu aux poudres, le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis à Alger ayant même été convoqué à la suite au ministère des Affaires étrangères.

« Les autorités algériennes (…) ont fait valoir à la partie américaine l’obligation du respect scrupuleux de la souveraineté du pays d’accréditation et du principe de non ingérence dans ses affaires intérieures« , selon les termes mêmes du communiqué algérien publié à cette date.

L’ambassade des Etats-Unis à Alger avait mis en garde contre des risques de nouveaux attentats dans la capitale, quatre jours après le double attentat meurtrier qui avait secoué le centre de capitale et sa banlieue est.

Sources : AFP, El Watan, APS, AP, Le Quotidien d’Oran

A lire également :

 

. L’Algérie convoque un haut diplomate de l’ambassade US

 

Partager cet article

Article de

16 commentaires

  1. BA 14 février 2011 à 13:53

    Lundi 14 f

  2. Elisabeth Studer 23 juillet 2012 à 22:47

    petit rappel sur un

  3. Elisabeth Studer 29 juillet 2012 à 10:08

    rappel, encore rappel ….

Commenter cet article