Le Blog Finance

Lockerbie : un témoin accusant la Libye se rétracte

Lockerbieattentat_2212_1988Où la réalité dépasse parfois la fiction … Un rebondissement de cet ordre, même le plus cynique des scénaristes n’aurait osé l’inventer, ne serait-ce que par respect des victimes. Et pourtant ….

Le patron d’une société d’électronique suisse a jeté le doute sur la responsabilité de la Libye dans l’attentat de Lockerbie en affirmant lundi qu’une pièce à conviction avait été fabriquée. Pour rappel, suite à cet acte terroriste commis en 1988 au dessus de la ville écossaise, 270 morts étaient à déplorer.

Selon Edwin Bollier, responsable de la société Mebo, spécialisée dans les équipements électroniques pour les forces de sécurité et l’armée, l’un de ses employés a fourni frauduleusement aux enquêteurs un "retardateur" de mise à feu d’explosif qui a ensuite été présenté comme ayant été retrouvé dans l’épave de l’avion.

L’entreprise suisse avait fourni en 1985 à la Libye une vingtaine de retardateurs MST-13, du même type que celui remis aux enquêteurs et "utilisé (lors du procès) pour être présenté comme un élément trouvé sur les lieux de l’attentat à Lockerbie", a accusé M. Bollier. "Les pièces à conviction ont été manipulées et utilisées pour faire le lien entre la Libye et l’attentat", a-t-il ajouté.

Sans expliquer les motifs de ses agissements, un ancien employé de la société helvétique et témoin lors du procès de Lockerbie en 2001, Ulrich Lumpert, a affirmé avoir été manipulé en remettant à des enquêteurs écossais un retardateur fabriqué par sa société. "J’ai volé un prototype de retardateur MST-13 (…) et l’ai donné sans permission le 22 juin 1989 a une personne enquêtant officiellement sur l’affaire Lockerbie", indique M. Lumpert dans une déclaration sous serment transmise vendredi au procureur de Zurich et publiée sur le site internet de Mebo. "Lorsque j’ai réalisé que le MST-13 (…) avait été utilisé à mauvais escient (…) j’ai décidé de garder le silence, car cela aurait pu devenir extrêmement dangereux pour moi", indique-t-il.

M. Lumpert se dit "désolé des conséquences" de son silence pour le Libyen Abdel Basset Ali al-Megrahi, emprisonné en Grande-Bretagne pour cet attentat, et pour la Libye. No comment …

"Nous sommes soulagés", a affirmé au Figaro, Edwin Bollier qui a assuré au journal avoir saisi jeudi le procureur général de Zurich. Contacté par l’ATS, le ministère public zurichois a confirmé avoir reçu une "communication" dans cette affaire, mais s’est refusé à fournir des détails. M. Bollier a précisé avoir demandé une prolongation de la procédure d’entraide judiciaire suisse à l’égard des autorités écossaises.

Le quotidien Le Figaro, qui a révélé cette information lundi, a estimé que ce nouvel élément "accrédite une thèse entretenue par de nombreuses personnes" selon laquelle "il y aurait eu manipulation dans l’enquête, pour incriminer la Libye, alors que les premières pistes menaient à un groupuscule palestinien prosyrien". Lors du procès en 2001, les trois juges avaient rejeté une théorie mettant en cause l’Iran, la Syrie et un groupe palestinien, le FPLP-CG, qui auraient agi en représailles à la destruction accidentelle d’un avion iranien par un missile américain en juillet 1988.

Cette annonce intervient alors que Tripoli a dit espérer le retour d’un ancien agent libyen Abdel Basset Ali al-Megrahi, emprisonné en Grande-Bretagne pour cet attentat, après la libération en juillet en Libye des infirmières bulgares.Ce dernier a été autorisé, fin juin, à faire appel de sa condamnation pour la seconde fois.

Un fils de Mouammar Kadhafi, Seif el-Islam Kadhafi, a affirmé début août qu’un contrat d’armement avec la France et l’autorisation donnée à al-Megrahi de faire appel avaient joué un rôle important dans la libération des infirmières et du médecin palestinien naturalisé bulgare détenus depuis plus de huit ans en Libye.

Pour rappel, un accord avait été signé le 14 août 2003 entre les familles des victimes de Lockerbie et la Libye. Après avoir obtenu l’extradition des deux Libyens soupçonnés d’être impliqués dans l’attentat perpétré par la Libye le 21 décembre 1988 à Lockerbie, les familles des 270 victimes ont eu droit à un procès contradictoire aux Pays-Bas, à une condamnation effective, puis à la reconnaissance de responsabilité de l’Etat libyen et au versement de dommages et intérêts punitifs de 10 millions de dollars par victime décédée.
De là à ce qu’on nous dise que l’argent versé pour la libération des infirmières bulgares est un "juste" remboursement des sommes versées par la Libye "dans le cadre" de l’attentat de Lockerbie…. Souvenez-vous : ensemble, tout est possible …

Sources : AFP via Atlas Vista, ATS, RTL.be, Le Figaro, SOS Attentats

A lire également :

. Libye:contrat pour BNP/peine des infirmières commuée

. Sarkozy plaide pour l’accès de la Libye au nucléaire civil

. Sarkozy : accord pour réacteur nucléaire en Libye

. Areva/Libye : l’Allemagne met en garde Siemens … avant Sarkozy

. Areva : entre pollution et Khadafi

Partager cet article

Article de

10 commentaires

  1. Elisabeth 28 août 2007 à 00:06

    “Les familles des victimes des enfants contaminés par le virus du sida avaient annoncé plus tôt avoir renoncé à la peine de mort à leur encontre

  2. Baloo76 28 août 2007 à 09:29

    And now Ladys and Gentlemans…the Show must go on ! La presse fait ses choux gras de ce “Soap Opera”. Ce Story Board est tellement puissant qu’on va bientôt préférer s’intéresser aux ” feux de l’amour” C’est dire !

  3. Ellisabeth 28 août 2007 à 10:43

    la suite du feuilleton ….
    La visite de Rice en Libye reste toujours à prévoir
    2007-08-28 14:09:42
    WASHINGTON, 27 août (XINHUA) — La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, pourrait encore effectuer une visite en Libye, mais les Etats-Unis veulent que la Libye résolve d’abord certaines questions importantes, dont l’attentat de Lockerbie, a indiqué lundi un responsable américain.
    “Nous n’avons rien annoncé, ni prévu, mais nous voyons la perspective croissante, à un certain point, dans un avenir que j’espère pas trop éloigné, qu’il y aura une visite au niveau du cabinet et je pense qu’il sera convenable que la secrétaire d’Etat soit la première”, a indiqué le responsable, selon les médias américains.
    Cependant, certains travaux restent à finir, a souligné le responsable, ajoutant que le meilleur environnement pour une visite réussie sera celui où il y aura des progrès sur les questions bilatérales entre les deux pays, a ajouté le responsable.
    Les relations bilatérales se sont sensiblement améliorées depuis que la Libye a renoncé aux armes de destruction massive en 2003. Cependant, ce pays n’a pas encore indemnisé les familles des victimes de l’attentat de Lockerbie en 1988, bien qu’il ait consenti à donner à chacune 10 millions de dollars.
    En outre, la Libye n’a pas respecté l’accord avec les Etats- Unis concernant l’explosion d’une discothèque à Berlin-ouest en 1986. La Libye a consenti à assumer la responsabilité pour l’explosion et pour la mort de deux soldats américains figurant parmi les victimes de cet attentat.
    Aucun secrétaire d’Etat américain ne s’est rendu en Libye depuis la visite de Foster Dulles dans ce pays en 1953.

  4. Maître Cappello 28 août 2007 à 14:51

    “Pour rappel, suite à cet acte terroriste commis en 1988 au dessus de la ville écossaise, 270 morts étaient décédées.”
    Ca s’appelle un pléonasme…

  5. Armand 28 août 2007 à 16:53

    Waaarf, Nicolas “tolérance 0″ Sarkozy passe un accord nucléaire avec des terroristes ; il doit causer le 11 septembre devant SOS-attentat et les proches des victimes de l’autre attentat organisé par la Libye : le DC-10 d’UTA.
    Coup de chapeau : le Figaro, “journal” avec de vrais morceaux de vérité dedans, affirme que la Libye est innocente !
    l’ingénieur affirme avoir été manipulé par les enquêteurs, la société suisse confirme que ce n’est pas un de ses retardateurs vendus à la Lybie
    Comme c’est beau.
    Si cela est vrai –et ça peut l’être– : qui sont les enquêteurs, où sont-ils ? en taule à titre préventif ? pourquoi ont-ils founis une fausse pièce à conviction ? par qui étaient-ils manipulés ou commandés eux ?
    Ca, se sont les bonnes questions, mais le Figaro ne les posera pas et cherchera encore moins à y répondre. Interrogera-t-il de même le “juge anti-terrorisme” Jean-Louis Bruguière qui instruisait l’affaire du DC-10 ? rappelera-t-il les affirmations des uns et des autres ?
    Tout cela est à vomir.

  6. Elisabeth 28 août 2007 à 20:19

    oui, marchandage du “prix ” des morts qui plus est .

  7. Elisabeth 28 août 2007 à 20:20

    Merci à maitre Cappello de corriger mes fautes
    Bien sincèrement

  8. Maître Capello 29 août 2007 à 17:30

    Humour, humour… Je suis un fan inconditionnel, et lecteur assidu de votre blog.
    D’ailleurs j’ai fait une faute d’orthographe dans mon propre nom lors de ma précédente intervention…

  9. Elisabeth 29 août 2007 à 17:43

    pas de pb , au contraire , je faisais moi-même office de maîtresse a capella sur le bog auto , il y a peu encore
    les 38 ° à l’ombre ont du me taper sur la tête :)
    j’ai échappé belle hier avec mes USA qui recrutaient des recrues … changés in extremis … :)

  10. Elisabeth 10 janvier 2008 à 14:56