Le Blog Finance

La Fed contre les tentatives de Trump d’assouplir la réglementation bancaire

Nouvel obstacle à la présidence et à la politique économique de Donald Trump. Dans un entretien publié jeudi par le Financial Times, le vice-président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Stanley Fischer a de nouveau pointé du doigt les tentatives menées par l’administration Trump en vue d’assouplir la réglementation bancaire adoptée après la crise de 2008.

Stanley Fischer estime «  extrêmement dangereux » que dix ans après la crise financière, tout le monde veuille « revenir à un statu quo d’avant la grande crise financière ». selon lui, cela manque “extrêmement de clairvoyance”.
Son ire va tout particulièrement contre les plaidoyers en faveur de l’allégement de la réglementation concernant les tests de résistance sur les grandes banques, jugeant cela “très très dangereux”. On ne peut que raisonnablement acquiescer … Fin avril, déjà, Stanley Fischer s’était montré très critique vis-à-vis des tentatives menées en vue d’abandonner les réformes post-crise.

Pour rappel, la réforme financière Dodd-Frank impose depuis 2010 des tests de résistance mesurant la capacité des institutions financières à faire face à une éventuelle crise. Mais en juin dernier, l’administration Trump a publié une feuille de route en vue de simplifier la réglementation financière aux Etats-Unis. Elle propose notamment un allègement de ces tests.

Le vice-président de la Fed rappelle par ailleurs que l’économie américaine doit toujours fait toujours face au “shadow banking system”. Précisons que ces prêts accordés en dehors du système bancaire (dans l’ombre) ont joué un rôle primordial dans la crise des crédits immobiliers à risque (subprime) qui a éclaté en 2007.

“On ne peut pas comprendre pourquoi des gens (…) intelligents arrivent à la conclusion que vous devriez vous débarrasser de tout ce que vous avez mis en place durant les dix dernières années”, a-t-il enfin martelé.

A la mi-juin, alors que le Trésor US venait de publier un rapport allant dans le sens d’un allégement des contraintes bancaires, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France avait quant à lui jugé « préoccupante » l’évolution de la réglementation financière aux Etats-Unis.

Considérant tout d’abord que la « coopération internationale sur les réformes financières » constituait un « bien commun », « vital » pour l’avenir, il a ensuite ajouté que « la tentation d’un retour en arrière » était très dangereuse. Selon lui, une telle politique « augmenterait la probabilité qu’une nouvelle crise financière éclate« . Des propos alarmants prononcés lors de l’ouverture de la conférence annuelle de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).

Le gouverneur de la Banque de France s’avérait alors tout particulièrement préoccupé par la situation aux États-Unis. Il estime en effet que les mesures qui doivent être adoptées et mises en oeuvre demeurent encore à ce jour « largement à préciser ». L’éventuelle remise en cause de règles déjà finalisées à Bâle l’inquiète en tout premier lieu. « Une déréglementation unilatérale ne serait qu’un jeu perdant-perdant, qui aurait de graves conséquences tant sur la stabilité du système financier mondial que sur les conditions de concurrence entre banques américaines et européennes », a d’ores et déjà prévenu M. Villeroy de Galhau.

A noter que parmi les mesures proposées par le Trésor US figurent notamment des changements liés à la surveillance des banques. Le seuil à partir duquel elles sont soumises à des tests de résistance pourrait être ainsi relevé, le niveau actuel étant fixé à 50 milliards de dollars d’actifs. Rappelons qu’en novembre 2016, le site internet de l’équipe de transition de Donald Trump (www.greatagain.gov) avait d’ores et déjà mis en ligne des propositions visant à démanteler la loi Dodd-Frank. A l’heure actuelle, les banques ayant plus de 50 milliards de dollars (46 milliards d’euros) d’actifs entrent dans la catégorie des institutions financières dites d’importance systémique (« too big to fail »), soumises à une réglementation draconienne. Si le nouveau Président élu obtient le rehaussement de ce seuil à 250 milliards de dollars, nombre d’établissements bénéficieraient alors d’une flexibilité accrue leur permettant de faire remonter leur valorisation boursière.

En mai dernier, Donald Trump a affiché parallèlement sa ferme volonté de rétablir les dispositions de la législation dite « Glass-Steagall », laquelle a permis de séparer les activités de banque de dépôt et d’investissement aux Etats-Unis de 1933 à 1999. Durant sa campagne électorale, le candidat Trump avait à maintes reprises appelé à une remise en vigueur de cette législation, supprimée lors de la présidence de Bill Clinton. Il avait alors indiqué être favorable à une nouvelle loi de ce type, en souhaitant toutefois l’adapter aux conditions actuelles. Le parti républicain avait pour sa part inscrit un tel projet dans sa plate-forme électorale, reprenant le principe de la dérégulation.

La loi Dodd-Frank de stabilité financière – votée par les Démocrates après la crise des subprimes – établit quant à elle des règles contraignant les banques à prendre des mesures garantissant leur solvabilité, sans toutefois viser à leur démantèlement. Donald Trump a entamé depuis quelques mois un processus devant aboutir à la suppression de plusieurs de ses dispositions. En octobre 2015, il avait d’ores et déjà lancé sur Fox News : « Il faut se débarrasser de Dodd-Frank. Les banques ne prêtent plus d’argent à ceux qui en ont besoin. A moi, elles m’en prêtent, je n’en ai pas besoin. Mais si vous avez besoin d’argent pour créer de l’emploi, construire un immeuble ou monter une entreprise, les banques ne sont pas là. Ce sont les régulateurs qui dirigent les banques ». Pour rappel, Dodd-Frank a créé de nouvelles agences de contrôle, limité les activités spéculatives des banques (à hauteur de 3% des fonds propres) et encadré les produits dérivés, ces derniers ayant été à l’origine de la crise des subprimes.

Selon Donald Trump, les banques seraient entravées par la régulation, une situation qui serait une des causes de la faible croissance américaine, selon lui. Son programme économique avait d’ailleurs mis l’accent sur la suppression « massive » de la « réglementation anti-croissance » et la mise en place d’un « nouveau cadre réglementaire moderne ». Dans un entretien accordé à Reuters au mois de mai 2016, il avait encore plus net, affirmant que « Dodd-Frank empêche les banques de fonctionner ». « Il faut que ça cesse », avait-il alors martelé, confiant qu’il serait en faveur de « quelque chose proche d’un démantèlement de Dodd-Frank ».

Le gouverneur de la Banque de France a quant à lui appelé par ailleurs à être particulièrement attentif à ce que feront les autres grands pays à commencer par les Etats-Unis en cas de transposition de ces nouvelles règles dans l’Union européenne, évoquant à ce sujet les négociations en cours au sein du comité de Bâle, l’instance chargée d’élaborer la réglementation bancaire internationale.

Il a néanmoins incité les banques françaises à être plus mesurées dans leurs critiques à l’encontre des projets de réformes du Comité de Bâle, leur rappelant que le « sujet n’est pas de défendre des intérêts corporatistes ». Ces appels à la mesure font référence à la levée de boucliers observée au sein des secteurs bancaires français, allemand et néerlandais suite notamment aux propositions concernant les règles de calcul des risques pris par les banques et les exigences de fonds propres imposées aux établissements financiers.

Certaines entités s’alarment régulièrement d’un éventuel resserrement du crédit bancaire en cas de durcissement des règles imposées aux banques. Ce qui les cas échéant pourrait s’avérer néfaste aux entreprises en Europe.

« Personne ne peut sérieusement dire en France, et plus généralement dans la plupart des économies avancées, que l’offre de crédit bancaire est aujourd’hui contrainte par la réglementation bancaire », a pour sa part estimé à ce sujet M. Villeroy de Galhau. « Au contraire, les crédits accordés à l’économie sont restés dynamiques » et la « forte croissance d’ensemble peut d’ailleurs mériter dans les mois qui viennent une vigilance globale », avait-t-il ajouté.

Sources : AFP, Financial Times, Les Echos, La Tribune, Le Temps.ch

Elisabeth Studer – 18 août 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Les banques, prochain angle d’attaque de Donald Trump, too big to fail to regulate ?

Le secteur bancaire grand gagnant de la victoire de Trump, Goldman Sachs en 1ère ligne

Partager cet article

Article de

17 commentaires

  1. Louis B. 18 août 2017 à 17:12

    La priorité de la BCE est d’éviter toute surréaction de la monnaie unique en cas de resserrement de la politique monétaire.
    Pour en savoir plus : https://paradisfiscalblog.wordpress.com/

  2. retrouvé le retour 18 août 2017 à 22:46

    Non seulement on joue le ” shadow banking system ” ce qui n’est pas nouveau, mais du fait des QE “clandestins” de la FED on mesure dans les “réserves” des écureuils bancaires des noisettes vides.
    Trump a raison il cherche a détacher navire US du convoi qui va droit à la kata !!
    Quand on entend les Bush père et fils défendre les ” droits de l’homme” on devrait être inquiets.
    Il nous faut une tournée générale de Tribunaux Internationaux et pas les anciens, non les vrais !! :) :)

  3. ES 19 août 2017 à 01:18

    “Quand on entend les Bush père et fils défendre les » droits de l’homme » on devrait être inquiets.”"” …. oui !!!

  4. retrouvé le retour 21 août 2017 à 10:36

    Nous sommes tous une nouvelle fois des créanciers chirographaires des USA, c’est exactement le même scénario que dans les années 20.
    Trump ne peut que faire ce qu’il propose car de fait la réglementation banquier soit disant mise en place n’existe pas à cause des QE.
    Une chose est totalement nouvelle par rapport aux périodes précédente: IL EXISTE DES DOUBLES NUMERISES DE TOUTES LES MALVERSATIONS US et là ça va faire mal !!

  5. retrouvé le retour 21 août 2017 à 10:44

    (Cela ne sert à rien de déménager le site de l’Orient le Jour “à la maison” si c’est pour signaler des cas aussi graves )

    https://www.lorientlejour.com/article/1068331/collision-au-large-de-singapour-10-marins-dun-destroyer-americain-portes-disparus.html

    ES, Soyons prospectifs jamais deux sans trois !!! ( faire et défaire c’est toujours travailler !! :) )

    J’ai vu pas mal de navires tourner sur eux mêmes avec des équipages ronds comme des pelles et des GPS qui miaulent, mais là alors c’est trop fort !!

  6. ES 21 août 2017 à 23:17

    Apparemment il y a un sacré pb … lequel ? moi je pense plutot à piratage informatique du système de guidage des navires

  7. retrouvé le retour 21 août 2017 à 23:26

    “Apparemment il y a un sacré pb” Monsieur de La palisse propose une augmentation pour ES !!

  8. ES 23 août 2017 à 00:25

    comment dire …;
    pas du tout dans l’air du temps, je vous le rappelle :-(
    de ce coté ci, mais je ne suis pas loin ! prenez l’auto, ca ira + vite !!!

  9. retrouvé le retour 23 août 2017 à 00:43

    ES, c’est uniquement Monsieur de Lapalisse qui te propose une augmentation ( virtuelle :) ) car tu signales une lapalissade “un sacré pb” !! Alors que la marine US saborde ses navires en gérant la navigation civile !! C’est Bugaled Breizh all over !!

  10. retrouvé le retour 25 août 2017 à 00:37

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/08/24/97002-20170824FILWWW00329-usa-la-chambre-des-representants-va-relever-le-plafond-de-la-dette.php

    Combien d’étages pour cette tour de la dette ? Attention aux avions avec des équipages d’économistes qui ne savent que décoller !!

  11. retrouvé le retour 29 août 2017 à 13:52

    La mécanique est bien réglée !!

    Pour faire le malins les USA posent en Corée, mais sur les frontières chinoises, du matériel soit disant défensif car soit disant capable d’intercepter !! des missiles :) :) :)
    La Corée du Nord prouve tranquillement que c’est du pipeau !! en envoyant justement ses pétoires !!!! Et voilà la preuve est faite qu’il n’existe aucun système antimissile.

  12. ES 25 octobre 2017 à 00:30

    Coup de tonnerre à Washington, deux sénateurs républicains éreintent Trump

    Le sénateur Jeff Flake à sa sortie du Congrès américain, le 24 octobre 2017 à Washington / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / Drew Angerer
    Deux sénateurs républicains ont spectaculairement dénoncé Donald Trump mardi, étrillant dans un feu d’artifice de critiques un président “dangereux pour la démocratie” et adepte des “contre-vérités”.

    La journée devait être placée sous le signe de l’unité du parti majoritaire, avec un rare déplacement du dirigeant au Capitole pour promouvoir un projet de grande baisse d’impôts.

    Mais Donald Trump a commencé par échanger – une nouvelle fois – des noms d’oiseaux, sur Twitter, avec le président de la commission des Affaires étrangères, Bob Corker, devenu ces dernières semaines l’un des élus républicains les plus critiques du locataire de la Maison Blanche.

    Puis, comme si la majorité ne tanguait pas suffisamment, le sénateur de l’Arizona Jeff Flake a annoncé à la surprise générale qu’il renonçait à briguer un nouveau mandat lors des législatives de novembre 2018, justifiant son départ par la politique délétère sous l’ère Trump.

    Refusant d’être “complice”, Jeff Flake a décrit, la gorge nouée, pourquoi le président étant “dangereux pour la démocratie”.

    Indécence, mépris de la vérité, provocations “mesquines” et pour raisons purement personnelles: “Nous devons arrêter de faire comme si le comportement de certains au sein du pouvoir exécutif était normal”, a-t-il dit. “Il n’est pas normal”, a martelé Jeff Flake.

    “Je ne serai ni complice ni silencieux”, a-t-il ajouté.

    Et l’élu d’Arizona de critiquer la complicité de son propre parti, dévoré par une vague de “colère et de ressentiment”, et où il estime n’avoir plus sa place en tant que républicain pro-immigration et attaché au libéralisme économique. Il était menacé sur sa droite aux primaires de l’an prochain, notamment par une candidate encouragée par Donald Trump.

    - ‘Contre-vérités’ -

    Bob Corker, sénateur du Tennessee, a aussi libéré sa parole à la suite de sa décision récente de ne pas briguer de nouveau mandat. Contrairement à M. Flake, il avait soutenu Donald Trump lors de la campagne présidentielle.

    “Poids-plume” et “incompétent”, a tweeté M. Trump à son encontre mardi. “Mêmes contre-vérités d’un président pas digne de confiance”, lui a répondu M. Corker sur le réseau social.

    “Le président a de grandes difficultés avec la vérité, sur de nombreux sujets”, a poursuivi l’élu du Tennessee sur CNN. “Quand son mandat sera terminé, l’avilissement de notre pays, les contre-vérités permanentes, les insultes (…) c’est ce qui restera et c’est regrettable”.

    Ces sénateurs forment désormais, avec John McCain, une sorte de trio tenant tête au successeur de Barack Obama. En rompant avec lui au nom des principes, ils font pression sur leurs collègues, qui jusqu’à présent ont préféré faire le dos rond face aux excès présidentiels et rester ostensiblement concentrés sur le fond des réformes.

    Même l’ancien président George W. Bush, dans des termes à peine voilés, a la semaine dernière exprimé son inquiétude face à la “cruauté” et “l’intolérance” ambiantes.

    A gauche, les collègues démocrates de Jeff Flake lui ont rendu hommage. “Il est tragique que la politique républicaine soit devenue si toxique et insensée que Jeff Flake ne puisse pas +en conscience+ se représenter”, a réagi le sénateur Tim Kaine, ancien colistier d’Hillary Clinton.

    - Trump ‘réplique’ -

    A la Maison Blanche, la porte-parole Sarah Sanders a justifié ainsi la persistance de Donald Trump à répondre à chaque critique: “Les habitants de ce pays n’ont pas élu quelqu’un de faible, ils ont voulu quelqu’un qui soit fort et qui, quand il est frappé, va répondre”.

    L’atmosphère est donc loin d’être apaisée alors que s’ouvre le chantier le plus crucial de la fin d’année: la réforme de la fiscalité. Après l’échec de l’abrogation de la réforme de la couverture-maladie de Barack Obama, les républicains n’ont pas le droit à l’erreur.

    “Nos baisses d’impôts vont restaurer l’avantage compétitif de l’Amérique”, a martelé Donald Trump, répétant que les Etats-Unis étaient l’un des pays les plus imposés au monde.

    Pour y parvenir, les chefs du Congrès tentent de faire abstraction des accrochages. “Tout ce que vous voyez tous les jours sur Twitter, faut pas y penser”, a lâché Paul Ryan, président de la Chambre.

    “Je ne sais pas combien de fois je dois me répéter, il y a beaucoup de bruit de fond, (…) dans ce pays tout le monde a le droit de s’exprimer”, a commenté sèchement Mitch McConnell, l’homme fort du Sénat.

    (©AFP / 24 octobre 2017 23h34)

  13. retrouvé le retour 14 novembre 2017 à 18:32

    C’est vraiment petit joueur d’avoir été volontaire pour les essais cliniques sur le cachet électronique, j’ai une pensée émue pour les volontaires qui testent en ce moment les différents formats de suppositoires !!

    https://www.lorientlejour.com/article/1083985/les-etats-unis-approuvent-le-premier-comprime-electronique.html

  14. retrouvé le retour 14 novembre 2017 à 18:51

    Ceux qui se croient encore aux commandes aux USA, feraient bien de réfléchir à la crise qui se prépare !!

    http://www.lefigaro.fr/international/2017/11/14/01003-20171114ARTFIG00209-syrie-les-soldats-de-daech-auraient-beneficie-d-un-accord-pour-quitter-raqqa.php

    Quand ” l’Orient die Nacht” dit le contraire du Figaro on peut-être inquiet pour notre porte feuille !!

  15. retrouvé le retour 15 novembre 2017 à 01:58

    Suite de cette histoire belge !! ES si tu vois des camionnettes avec des “bordels” c’est un vrai problème de société !!

    http://www.lalibre.be/actu/international/conflit-en-syrie-un-accord-trouve-pour-faire-evacuer-250-combattants-de-l-etat-islamique-et-leurs-familles-5a0b3554cd70fa5a063c743a

    Ce n’est qu’un secret de Polichinelle depuis le début des déclarations de “Monsieur du Sang Contaminé” déclarant debout dans sa tranchée sur la frontière turque: “Bachar ne mérite pas d’être de ce monde”.

    Notre Constitution est bien “gardée” par ce Pingouin !!
    “Conseil Constitutionnel, Garant de la Constitution de la V République.
    ” Lui Président” : Laurent Fabius

    Cette équipe surveille la régularité des élections et alors là je suis mort de rire !! Car j’ai je me suis retrouvé bien seul en 1979 pour contester une Election Européenne dans laquelle seuls 3 bulletins sur 7 avaient été distribués dans mon secteur !!

Commenter cet article