Le Blog Finance

Le patron de VW estime la marque en excellente position pour 2017 … malgré un recul sur le pacte pour l’avenir

S’exprimant lors d’une conférence de presse organisée au Salon automobile de Genève, Herbert Diess, le patron de Volkswagen a déclaré que la marque devrait améliorer sa rentabilité ainsi que sa part de marché en 2017 après des résultats financiers stables, le tout grâce à une réduction des coûts. Bel optimisme affiché pour la branche du groupe VW pourtant la plus touchée par le scandale des émissions truquées.

En une sorte de satisfecit, Herbert Diess estime que la travail des dirigeants porte désormais ses fruits. Mieux encore, il considère que Volkswagen s’est placé dans une excellente position pour 2017. Méthode Coué ou discours destiné aux clients et actionnaires ?

Pour rappel, en novembre 2016, VW a annoncé son intention de supprimer 30.000 emplois dans le monde au sein de sa marque, des mesures incluses dans un plan visant à réaliser 3,7 milliards d’euros d’économies par an d’ici à 2020 tout en investissant massivement dans les voitures électriques et les véhicules autonomes. Les syndicats avaient approuvé de telles mesures en échange de la promesse d’éviter les licenciements secs d’ici à 2025.

Reste tout de même que le 21 février dernier, le conseil d’entreprise du groupe a annoncé que Volkswagen était revenu en arrière sur certaines de ses exigences de réductions de coûts au sein de sa marque VW, plus drastiques que celles initialement prévues dans l’accord de novembre. La direction de VW a notamment renoncé à la suppression de l’équipe de nuit sur la chaîne d’assemblage du hayon arrière de la Golf et au durcissement des règles de rémunération basées sur les performances.

La semaine précédente, les représentants syndicaux avaient suspendu leur coopération avec la direction en vue d’aboutir à un accord sur l’augmentation du temps de travail des ingénieurs et la limitation des contrats d’apprentissage, lui reprochant de ne pas respecter le « pacte pour l’avenir ».

Tandis que le conseil d’entreprise demandait à la direction de revenir sur la voie de cet accord, il a – selon ses propres dires – reçu entre-temps une lettre de la direction promettant un retour aux termes initiaux du contrat. De ce fait, l’accord final ne devrait pas permettre de dégager les économies aussi rapidement que le souhaiterait Herbert Diess. Les syndicats l’ont d’ailleurs accusé de chercher à réduire les effectifs d’emplois temporaires de manière plus prompte et plus drastique que convenu.

Lors de ce retour en arrière, le patron de VW avait appelé quant à lui à une mise en oeuvre rapide du pacte, le jugeant « concret et ambitieux » pour relancer les ventes de VW, sans toutefois évoqué de lettre au conseil d’entreprise.

Malgré la baisse de la demande pour les modèles Golf et Passat, VW a enregistré ses « premières avancées » en réduisant ses coûts fixes et en améliorant la productivité, avait alors déclaré Herbert Diess. Ajoutant : « 2017 sera une année bonne mais intense ». On était loin alors de « l’excellente position » affichée devant les journalistes à Genève.

Sources : Reuters, VW, Comité d’Entreprise VW

Elisabeth Studer – 8 mars 2017 – www.leblogfinance.com 

A lire également :

VW : vives tensions autour du pacte pour l’avenir

Partager cet article

Article de

Commenter cet article