Le Blog Finance

La Turquie propose de faire fi du dollar dans les échanges avec Russie, Chine et Iran

Erdogan enfonce le clou : après avoir exhorté les Turcs à convertir leurs devises étrangères en livre turque ou en or, le président turc a proposé à la Russie, à la Chine et à l’Iran d’utiliser les monnaies nationales dans les échanges réciproques. Histoire notamment d‘endiguer la chute vertigineuse de la livre turque.

Le journal Hürriyet Daily News a ainsi annoncé samedi que le Chef de l’Etat turc avait proposé à son homologue russe Vladimir Poutine d’utiliser le rouble et la livre turque à la place du dollar dans les échanges commerciaux entre les deux pays.

« J’ai proposé au président russe Vladimir Poutine de passer aux échanges en monnaies nationales : je paierai en roubles pour les produits achetés chez vous et vous paierez en livres turques pour tout ce que vous achetez chez moi » », a ainsi déclaré  Erdogan en inaugurant un centre commercial à Istanbul. « Nous avons donné des consignes appropriées à nos banques centrales et nous œuvrerons pour placer nos relations économiques sur cette voie », a-t-il précisé. Le président turc a ajouté que son Premier ministre devait négocier le processus de transition avec Moscou.

L’homme fort de la Turquie a également appelé les hommes d’affaires turcs à effectuer leurs paiements en livres pour renforcer la monnaie nationale face au dollar américain.

Erdogan a également justifié son appel à échanger des devises étrangères contre des livres turques ou de l’or – affirmant lui-même qu’il s’agissait là d’un « moyen de pression » contre «  ceux qui cherchent à exercer des pressions sur la Turquie. » « Ne vous inquiétez pas, vous ne subirez pas de pertes », a par ailleurs déclaré le président, se voulant rassurant.

Erdogan a par ailleurs rappelé qu’il avait déjà proposé à la Chine et à l’Iran de passer aux échanges en monnaies nationales – à savoir le yuan et le rial – lesquels avaient accepté sa proposition.

En avril 2015, le président turc la Turquie et l’Iran ont effet convenu d’effectuer les règlements réciproques dans leurs monnaies nationales en rial et livre turque. « Nous ne voulons pas rester sous le joug du dollar ou de l’euro et subir l’influence de leur cours de change. Nous avons convenu de mettre en circulation entre nous les monnaies nationales turque et iranienne. Cela donnera une force supplémentaire à nos pays », avait alors déclaré M. Erdogan.

Sources : Presse russe, presse turque

Elisabeth Studer – 4 décembre 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

La Turquie au bord du chaos économique : Erdogan appelle à convertir devises étrangères en livre turque ou en or

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. retrouvé le retour 5 décembre 2016 à 00:56

    Hassan pistonné par la Caisse des Dépôts, parce que fils d’un « important » sous le régime d’avant l’AKP, m’avait expliqué: « Les Turcs sont les inventeurs de la farce » !! C’est probable
    Pour ce qui est de l’élimination du $, inutile de s’énerver c’est les QE qui vont tranquillement purger cette chose.

  2. retrouvé le retour 6 décembre 2016 à 19:53

    La fuite des capitaux fait monter la valeur du papier !! C’est un piège à poisson, ils vont dans la nasse !! QE + propagande = pingouin perdus

  3. ES 20 décembre 2016 à 00:48

    L’assassinat à Ankara vise les liens russo-turcs et les efforts de paix en Syrie

    Moscou – Le président russe Vladimir Poutine a qualifié l’assassinat du l’ambassadeur russe lundi en Turquie de provocation destinée à nuire aux liens qui se réchauffaient entre Moscou et Ankara et aux efforts pour résoudre le conflit en Syrie.

    Le crime qui a été commis est sans aucun doute une provocation destinée à perturber la normalisation des relations russo-turques et le processus de paix en Syrie auquel contribuent activementla Russie, la Turquie et l’Iran, a-t-il déclaré à la télévision russe.

    Il peut y avoir seulement une réponse à cela: intensifier la lutte contre le terrorisme et les bandits le sentiront passer, a-t-il dit lors de cette réunion télévisée avec son ministre des Affaires étrangères et les responsables du renseignement intérieur et extérieur.

    M. Poutine a précisé que Moscou envoyait des enquêteurs à Ankara, après reçu pour cela un feu vert du président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’un échange téléphonique.

    Nous devons savoir qui a dirigé la main des tueurs, a déclaré le président russe.

    Le diplomate Andreï Karlov a été abattu de plusieurs balles par un policier turc alors qu’il prenait la parole à l’inauguration d’une exposition d’art dans la capitale turque.

    L’assaillant, qui a ensuite été tué lors d’une opération de police, a affirmé agir pour venger le drame de la ville d’Alep, en passe de tomber entièrement aux mains du régime syrien soutenu par Moscou.

    Cet attentat est survenu à un moment où les relations turco-russes connaissent une embellie depuis plusieurs mois après une grave crise diplomatique née de la destruction en novembre 2015 par l’aviation turque d’un avion militaire russe au-dessus de la frontière syro-turque.

    C’est à la faveur d’un accord de cessez-le-feu parrainé par la Turquie et la Russie que les quartiers rebelles d’Alep sont évacués depuis jeudi, une opération à l’issue de laquelle le régime pourra reprendre le contrôle de toute la ville.

    La Russie est pourtant le principal allié du régime syrien, alors que la Turquie soutient les rebelles qui cherchent à renverser le président syrien Bachar al-Assad.

    Une réunion axée sur le dossier syrien est prévue mardi à Moscou entre les chefs des diplomaties russe, turque et iranienne.

    (©AFP / 19 décembre 2016 22h00)

Commenter cet article