Le Blog Finance

Iran : vers la mise en place d’un hub financier dans la zone franche de l’île de Qeshm

L’Iran vient de déclarer qu’il se préparait à lancer un hub financier sur l’île de Qeshm. Objectif affiché : faciliter les transactions financières overseas du pays, lesquelles demeurent freinées à l’heure actuelle par le maintien de sanctions américaines.

Selon les medias iraniens et US, Farhad Taghizadeh – Hesary, conseiller senior de Qeshm Investment and Development Company, a déclaré que le plan mis en place visait à aider Téhéran à attirer les institutions financières sur le marché iranien.

Taghizadeh-Hesary a par ailleurs précisé à l’agence Bloomberg, que le but de ce centre financier n’était pas de se limiter au périmètre de Qeshm mais d’être une fenêtre pour tout le pays. Il a également ajouté que des banques de Chine, Russie et Japon avaient d’ores et déjà engagé des négociations en vue d’établir des bureaux de représentation dans la région, refusant toutefois  de nommer les entreprises concernées. Rappelons à cet égard que l’île de Qeshm est situé dans le détroit d’Ormuz, un endroit stratégique pour le commerce international, 20 % du pétrole mondial y transitant annuellement. Téhéran a fait de cette zone franche une région dans laquelle les règles administratives et commerciales sont allégées pour faciliter les échanges commerciaux.

“Nous avons beaucoup de projets réalisables dans les différents secteurs intéressants les investisseurs étrangers. Cependant, l’un des goulets d’étranglement est le manque d’accès à des crédits à des taux bon marché. Le centre financier peut nous aider à accéder à ce type de financement” , a ajouté Taghizadeh – Hesary.

Malgré la levée en janvier dernier des sanctions économiques prises à l’encontre de l’Iran compte-tenu de sa volonté de poursuivre son programme nucléaire controversé, les entreprises mondiales se plaignent toujours des difficultés à commercer avec le pays, en raison de craintes persistantes d’éventuelles actions punitives américaines à l’encontre de ces transactions.

La restriction des banques US d’opérer une quelconque transaction en dollar avec l’Iran constitue un obstacle majeur freinant tout particulièrement les affaires avec Téhéran. De telles mesures découragent en effet les entreprises internationales de s’attaquer au marché iranien, les paiements en dollars étant susceptibles d’obtenir l’aval du système bancaire américain.

A maintes reprises l’Iran a réitéré ses critiques envers les Etats-Unis pour leur volonté de maintenir les restrictions relatives au dollar. Mardi dernier, Mohammad Javad Zarif, le Ministre des Affaires Etrangères iranien a  déclaré que Washington devait faire davantage en vue d’encourager les banques à traiter avec l’Iran.

A noter que ces propos interviennent alors que l’Iran et Airbus sont actuellement confrontés à des problématiques de cet ordre, peinant à obtenir l’autorisation des autorités américaines pour l’achat de plus d’une centaine d’appareils auprès du constructeur aéronautique. Boeing pourrait quant à lui devoir affronter de telles difficultés pour pouvoir vendre ses avions à la compagnie IranAir.

Ainsi, le 3 juin dernier, le vice-ministre iranien des Transports Asghar Fakhrieh Kashan a indiqué que l’accord entre l’Iran et le constructeur européen attendait toujours l’autorisation des Etats-Unis.

« Nous avons discuté avec Airbus des canaux pour le financement qui ont été définis. Des banques sont prêtes à apporter le financement, mais Airbus a du retard pour obtenir l’autorisation des Etats-Unis » pour conclure le contrat, a ainsi déclaré M. Kashan, espérant que l’aval serait obtenu « d’ici fin juin ».

Airbus doit en effet obtenir l’accord de l’OFAC (Bureau américain pour le contrôle des avoirs étrangers) qui dépend du Trésor US, plus de 10% des composants des Airbus étant d’origine américaine.

Selon le site spécialisé Aviation Daily, John Leahy, directeur commercial d’Airbus, s’est récemment inquiété des dangers menaçant l’accord. « Nous devons avoir un système bancaire international fiable » pour éviter que l’accord ne soit compromis, a-t-il ainsi déclaré à Aviation Daily. Ajoutant que la question du financement devait être résolue dans les prochains mois, faute de quoi il n’y aura pas d’accord. Selon lui, « les banques sont très timides » pour faire des affaires avec l’Iran, notamment par crainte de mesures punitives américaines. Le vice-ministre iranien des Transports avait quant à lui rappelé que le protocole d’accord était de type location-vente et que les fonds devaient provenir de financements bancaires.

En vue de pouvoir vendre des appareils sur le marché iranien, Boeing et Airbus doivent obtenir des licences d’exportation de la part des autorités américaines, leurs appareils utilisant des technologies US. Mais si l’on en croit des experts du secteur, même en cas d’obtention de ces précieuses licences, la mise en oeuvre des contrats devrait prendre du temps en raison des incertitudes sur le financement, les entreprises iraniennes restant pour l’instant privées de tout accès au système financier américain.

Précisons enfin qu’en avril dernier, le président exécutif du conseil d’administration du constructeur aéronautique canadien Bombardier, Pierre Beaudoin, s’est rendu en Iran, en vue notamment de discuter  de la création d’une compagnie aérienne privée dans le sud du pays. À Téhéran, M. Beaudoin a ainsi rencontré des responsables de l’Autorité de la zone franche de Qeshm, alors que directeur de cette région, Hamid Reza Momeni, avait préalablement déjà déclaré qu’il souhaitait équiper l’île d’une compagnie aérienne privée.

Si la zone franche avait déjà indiqué qu’elle souhaitait mettre en place une compagnie privée régionale cette année, le  porte-parole de la région, Morteza Sheikhzadeh, avait  confirmé en avril dernier à Radio-Canada qu’il y avait une « compréhension de base pour la création d’une compagnie aérienne privée à Qeshm ».

Sources : PressTV.IR, Bloomberg, AFP, Radio-Canada

Elisabeth Studer – 16 juin 2016 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

31 commentaires

  1. Elisabeth Studer 16 juin 2016 à 23:57

    Plus encore …
    EHRAN, June 16 (UPI) — A $550 million contract with a Chinese partner envisions the construction of a new oil loading terminal in the Persian Gulf, Iranian media reported.

    The semi-official Fars News Agency reports a contract was signed between an Iranian machine company and an undisclosed Chinese counterpart to build an oil terminal on an island in the Strait of Hormuz.

    “The oil terminal will be built in Qeshm Island in the southern part of the Persian Gulf and will turn the island into a major center for oil production and storage,” the report read.

    Fars reported the terminal would be able to store as much as 30 million barrels of oil and generate up to $300 million in annual revenue under the terms of a 10-year lease. Though no construction benchmarks were unveiled, the report said the first stage of operations envisions storage of about 10 million barrels of oil produced from western Iranian fields.

    Iranian officials this week said exports have reached more than 2 million barrels per day now that some of the sanction barriers were removed. Iran was verified as conforming to the terms of a 2015 multilateral nuclear agreement in January and is now freed from some economic restrictions, though some financial doors are still closed because of existing U.S. sanctions.

    Exports from Iran averaged around 1.4 million bpd last year. Before sanctions were imposed in 2011, the export average was around 2.6 million bpd, with most of that headed to the Asian market.

    Iranian government spokesman Mohammad Bagher Nobakht said it’s within the nation’s rights to ensure a larger market share now that sanctions pressures are easing.

    According to the Organization of Petroleum Exporting Countries, Iran’s reported crude oil production for May averaged 3.6 million bpd, up 2.8 percent from the previous month and 16 percent higher than during 2014.

  2. Elisabeth Studer 17 juin 2016 à 00:00

    TEHRAN (Tasnim) – Central Bank of Iran (CBI) said some 200 foreign banks have so far forged business ties with Iran since the implementation of a lasting nuclear deal between Tehran and world powers in January.

    “Two hundred small and medium-sized international banks have started correspondent relationships with Iranian banks,” CBI said in an emailed response to questions by Reuters.

    It further said that Iranian banks are now opening accounts and letters of credit with foreign banks and conducting “currency transfers in the form of issuing payment orders for foreign exchange services and imports”.

    Main banking relationships had been formed with institutions in Asia and Europe, and to a lesser extent in the Americas and Africa, including Germany-based Europaeisch-Iranische Handelsbank AG (EIH) and two Italian lenders, Mediobanca and Banca Popolare di Sondrio, the report added.

    However, some major European banks are still tentative to re-engage with Iranian financial entities despite the nuclear deal.

    The banks’ conservatism and wait-and-see approach comes from the fear they could face US legal action if they move to reestablish links with Iran.

    Based on the nuclear deal, also known as the Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA), Washington has agreed to lift “secondary sanctions” related to Iran’s nuclear program but its “primary sanctions” linked to baseless terrorism and human rights accusations still remain in place.

    Several Iranian officials have warned European banks that they might miss out on opportunities provided by the lifting of sanctions if they continue to dawdle on returning to the country.

    Deputy Foreign Minister Majid Takhtravanchi said back in March that European banks are overcautious in forging renewed connections with Iran, warning that they “will fall behind under the new situation.”

    By Tasnim News Agency

    #IranDeal, foreign banks transactions with iran, Valiollah Seif June 16, 2016

  3. retrouvé le retour 24 juin 2016 à 15:33

    On va mettre aussi bientôt un “hub” pour le $ !! On pourra continuer a faire du commerce avec ces pingouins !! Je cherche une île en face de NY, si quelqu’un a une idée.

  4. ES 25 juin 2016 à 23:09

    Cuba ??

  5. retrouvé le retour 28 juin 2016 à 08:49

    Je pensais plus à Manhattan !! :)

  6. brazil flag facts 24 janvier 2019 à 23:09

    I’m impressed, I must say. Rarely do I encounter a
    blog that’s both equally educative and amusing, and without a doubt, you have hit the
    nail on the head. The problem is an issue that not enough men and women are speaking intelligently about.

    I am very happy I stumbled across this during my search for something concerning this.

  7. Lucie 26 janvier 2019 à 18:55

    Traders do pay direct and oblique prices.

  8. brazilian wax groupon 27 janvier 2019 à 06:46

    Your style is very unique compared to other folks I’ve read stuff from.
    I appreciate you for posting when you’ve got the opportunity, Guess I will just bookmark
    this site.

  9. Hollis 27 janvier 2019 à 06:50

    Thank you to your interest in Investment Advice.

  10. Shellie 27 janvier 2019 à 15:53

    And this is an investment danger price taking.

  11. Julius 27 janvier 2019 à 23:09

    And this is an investment risk worth taking.

  12. brazil nuts toxic 28 janvier 2019 à 06:59

    This design is incredible! You obviously know how
    to keep a reader entertained. Between your wit and your videos, I was almost moved to start my own blog (well, almost…HaHa!) Wonderful job.
    I really enjoyed what you had to say, and more than that, how you
    presented it. Too cool!

  13. Traci 28 janvier 2019 à 08:23

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  14. Dian 2 février 2019 à 05:41

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  15. Dedra 2 février 2019 à 19:26

    Hello there! I could have sworn I’ve been to this website before but after browsing through some of the post I realized it’s new to me.
    Anyhow, I’m definitely happy I found it and I’ll be book-marking and
    checking back often!

  16. Dann 5 février 2019 à 16:50

    And that is an investment threat price taking.

  17. why not find out more 8 février 2019 à 00:07

    I just want to mention I’m beginner to blogs and truly savored your page. Probably I’m going to bookmark your site . You actually have beneficial articles and reviews. Cheers for revealing your website page.

  18. Jada 8 février 2019 à 16:30

    A financial advisor is your planning companion.

  19. Mindy 9 février 2019 à 03:48

    Consider investments that offer fast annuities.

  20. Marcus 9 février 2019 à 04:45

    Traders do pay direct and oblique costs.

  21. Richie 9 février 2019 à 06:23

    A monetary advisor is your planning associate.

  22. Matthew 11 février 2019 à 09:43

    And that is an investment risk price taking.

  23. Jillian 11 février 2019 à 10:04

    Monetary advisors enterprise is individuals enterprise.

  24. John Deere Technical Manuals 11 février 2019 à 10:52

    Congratulations on having one of the most sophisticated blogs Ive come across in some time! Its just incredible how much you can take away from something simply because of how visually beautiful it is. Youve put together a great blog space –great graphics, videos, layout. This is definitely a must-see blog!

  25. Elizabeth 12 février 2019 à 06:09

    Financial advisors business is folks enterprise.

  26. Tanisha 15 février 2019 à 03:04

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  27. Berry 16 février 2019 à 02:16

    This is true for funding recommendation as effectively.

  28. Williemae 16 février 2019 à 02:51

    Traders do pay direct and oblique costs.

  29. Patsy Pawelk 18 février 2019 à 18:42

    I’ve seen other bloggers have more than one image per post, but the templates blogspot only allows one image per post. Does anyone know the .html or is there something else I have to do to get multiple images?.

  30. Judith 19 février 2019 à 04:00

    Thank you in your curiosity in Investment Recommendation.

  31. Terence 19 février 2019 à 05:18

    That is true for funding recommendation as properly.