Le Blog Finance

Norvège/prospection pétrolière Arctique : Greenpeace et une ONG portent plainte

Alors que l’histoire de l’Odyssée de Jacques-Yves Cousteau vient de sortir sur les écrans, nous rappelant les liens entre grands fonds et prospection pétrolière ainsi que l’intérêt de terres comme Arctique ou Antarctique pour les majors des hydrocarbures, des organisations de défense de l’environnement viennent de porter plainte contre la Norvège. Objectif : protester contre l’autorisation de la prospection pétrolière dans les eaux arctiques de la mer de Barents et obtenir juridiquement gain de cause.

La guerre du pétrole en Arctique et Antarctique ne fait que commencer. Merci au film l’Odyssée de remettre au grand jour (pour ceux qui ont le courage de lire le texte qui défile à la fin du film ) le moratoire concernant le continent Antarctique y empêchant toute activité jusqu’en 2048, contrairement à l’océan Arctique. Et de rappeler que c’est l’industrie pétrolière elle-même qui a financé les besoins du Commandant Cousteau en hydrocarbures … en échange de prospections certes animalières mais aussi pétrolières.

Reste aussi que 2048, c’est demain pour les majors pétrolières.

L’ONG norvégienne Natur og Ungdom (Nature et Jeunesse) ainsi que Greenpeace estiment en effet que le gouvernement norvégien a tant violé l’Accord de Paris sur le climat que la Constitution norvégienne en attribuant de nouvelles licences d’exploration dans l’Arctique.

« Nous ferons valoir que le gouvernement norvégien a une obligation de tenir ses promesses climatiques et nous invoquerons le droit du peuple à un environnement sain pour notre génération et les suivantes garanti par l’article 112 de la Constitution norvégienne », a déclaré Ingrid Skjoldvaer, porte-parole de Natur og Ungdom, dans un communiqué commun des deux ONG. Ajoutant : « ce sera la population contre le pétrole de l’Arctique ».

Alors que les revenus pétroliers de la Norvège  chutent un peu plus chaque jour, le pays a attribué en mai dernier dix licences (couvrant au total 40 blocs) à 13 groupes pétroliers. Figurent parmi eux le géant norvégien Statoil, les américains Chevron et ConocoPhillips, l’allemand DEA, le japonais Idemitsu, le britannique Centrica, le suédois Lundin, l’autrichien OMV et le russe Lukoil.

Si depuis 1994 le pays scandinave n’avait ouvert aucune nouvelle région à l’industrie d’hydrocarbures, la baisse de sa production pétrolière – laquelle a été divisée de moitié depuis 2000 – et la faiblesse du cours du baril auront certainement fait pencher la balance, les revenus de l’Etat diminuant en fonction du contexte actuel. Le ministre norvégien du Pétrole et de l’Énergie, Tord Lien, avait quant à lui indiqué dans un communiqué que l’opération « contribuera à l’emploi, à la croissance et à la création de valeur en Norvège. » …. Vaste sujet

A noter que trois des dix licences couvrant au total 40 blocs sont situées à proximité immédiate de la frontière maritime de la Russie, dans une zone que les deux pays se sont disputée à maintes reprises jusqu’à la conclusion d’un accord en 2010.  Le géant pétrolier norvégien Statoil s’est vu accorder la licence d’exploitation de deux d’entre elles, dont l’une couvre les blocs les plus septentrionaux jamais ouverts à la prospection en Norvège. La troisième a été confiée à un autre groupe norvégien, Det norske, assortie d’une participation conséquente du russe Loukoil.

Statoil a déclaré pour sa part envisager de commencer les forages dès l’année prochaine. « Si nous trouvons quelque chose, cela pourrait impliquer des ressources considérables », avait souligné en mai dernier un haut responsable du groupe, Jez Averty, dans un communiqué.

Alors que l’une de ces zones est la plus septentrionale jamais ouverte à la prospection par la Norvège, les ONG s’inquiètent de sa proximité avec les limites de la banquise, barrières naturelles elles aussi sujet à discussion, comme on devait s’y attendre.

Les défenseurs de l’environnement s’interrogent sur la politique menée par la Norvège avait été l’un des premiers pays à ratifier l’Accord de Paris qui a pour ambition de limiter en dessous de 2°C, voire à 1,5°C, la hausse des températures mondiales.

« Signer un accord international sur le climat tout en permettant des forages pétroliers dans l’Arctique est un acte dangereux d’hypocrisie », a ainsi estimé Truls Gulowsen, responsable de Greenpeace Norvège.

« Nous ne pouvons risquer un Deepwater Horizon en mer de Barents, une région à l’écosystème riche mais fragile », avait-il déjà déclaré en mai dernier, faisant référence à l’accident d’une plate-forme qui avait tué 11 personnes et provoqué une gigantesque marée noire en 2010 dans le Golfe du Mexique. « A Paris, les dirigeants du monde entier se sont engagés à maintenir la hausse des températures sous 1,5 degré », avait-t-il ajouté. Poursuivant : « si l’on veut atteindre cet objectif » fixé dans le cadre de la COP21, « on ne peut chercher du pétrole et du gaz naturel dans l’Arctique. »

Hors des glaces grâce aux influences du Gulf Stream, les eaux ouvertes à la prospection, en particulier celles proches de la Russie, sont considérées comme offrant de larges potentiels par l’industrie pétrolière, permettant l’accès à de nouvelles ressources alors que la production terrestre ne cesse de décliner depuis le pic atteint en 2000.

Le gâteau semble trop alléchant pour que pays et majors pétrolières puissent y résister …
Rappelons ainsi que le Grand Nord ou Arctique est un territoire de plus de 21 millions de kilomètres carrés, composé au deux tiers de l’océan Glacial d’une superficie de 13 millions de kilomètres carrés, et d’une profondeur de plus de 4 000 mètres. Cet océan est en grande partie gelé en permanence sous forme de banquise. 4 millions d’habitants y résideraient.

Alors que Etats-Unis, Canada, Norvège, Russie et Danemark sont les cinq états riverains de l’océan Arctique, la zone s’avère pleine de ressources. Si pendant longtemps, elle a seulement été exploitée sur des bassins anciens, l’épuisement des gisements mondiaux rendent l’Arctique beaucoup plus attractive… D’autant plus 23 % du PIB de l’Arctique provient du secteur pétrolier. La mer de Barents renfermerait 400 millions de tonnes de pétrole, le Bassin Timan-Petchora étant quant à lui susceptible de renfermer 700 autres tonnes, sans compter le plus important gisement, exploité par Total, au niveau de Khariaga. La zone est également source de gaz. Le territoire russe serait doté d’une trentaine de milliard de mètres cubes exploitable.

Sources : AFP, Statoil, Notreplanete, La Croix

Elisabeth Studer – 17 octobre 2016 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

22 commentaires

  1. retrouvé le retour 22 octobre 2016 à 13:10

    Qui dit pétrole dit accaparement du Fond Souverain Libyen et cite les noms des assassins Juppé et Sarko

    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/482870/libye-chaos-dans-le-desert

  2. Eva 28 novembre 2016 à 20:04

    Ils pourait pas prolonger le contrat de 2048 a environ 2080
    Parce que en 2048 ça va y aller !

  3. ES 29 novembre 2016 à 01:20

    oh que oui !!!

  4. Elisabeth Studer 21 décembre 2016 à 01:10

    Obama bloque les nouveaux forages en Arctique avant Trump

    Le président américain Barack Obama a interdit mardi de manière permanente tout nouveau forage d’hydrocarbures dans de vastes zones de l’Océan Arctique et de l’Atlantique. Ces mesures sont complétées par une démarche similaire du Canada.

    Les mesures annoncées par le président démocrate devraient provoquer une levée de boucliers dans le camp républicain à un mois de l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump. Le milliardaire républicain a d’ores et déjà promis de supprimer nombre de réglementations environnementales.

    “Aujourd’hui, en partenariat avec nos voisins et alliés du Canada, les Etats-Unis franchissent une étape historique pour (…) préserver les écosystèmes de l’Arctique”, souligne M. Obama dans un communiqué. Il évoque aussi la nécessité de réduire la dépendance aux énergies fossiles pour lutter contre le changement climatique.

    50 millions d’hectares
    Dans l’Océan Arctique, au large de l’Alaska, M. Obama a interdit, de manière permanente, tout nouveau forage sur un peu plus de 50 millions d’hectares qui comprennent toutes les eaux américaines de la mer des Tchouktches et une large partie des eaux américaines de Beaufort.

    De son côté, le Canada a annoncé l’interdiction de manière permanente de tout nouveau forage de pétrole ou de gaz dans les eaux canadiennes de l’Arctique, avec une révision prévue tous les cinq ans. Dans l’Atlantique, M. Obama a désigné 31 canyons sous-marins où tout forage sera également interdit.

    Base légale “solide”
    L’actuel président, qui a fait de la protection de l’environnement l’une des grandes priorités de ses deux mandats, s’appuie sur une loi de 1953 (Outer Continental Shelf Lands Act) pour agir à quelques semaines de son départ.

    Cette dernière donne aux présidents le pouvoir de protéger les eaux fédérales de toute exploration de gaz ou de pétrole. Elle a déjà été utilisée par plusieurs de ses prédécesseurs, dont Dwight Eisenhower et Bill Clinton.

    La décision prise mardi s’appuie sur “une base légale solide” et ne peut être remise en cause par un autre président, a affirmé un haut responsable de la Maison Blanche.

    Changement climatique mis en doute
    M. Trump, qui a, à plusieurs occasions, mis en doute la réalité du changement climatique, a promis de mettre fin “à l’intrusion” de l’Agence américaine de protection environnementale (EPA) dans “la vie des Américains”.

    Il a désigné pour diriger cette agence Scott Pruitt, ministre de la Justice de l’Oklahoma, qui a été à la pointe de la bataille judiciaire pour faire annuler des réglementations visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales au charbon.

    (ats / 20.12.2016 22h54)

  5. Delbert 24 janvier 2019 à 21:28

    I am in fact glad to glance at this weblog posts which consists of tons of useful information,
    thanks for providing such information.

  6. brazilian wax kit 24 janvier 2019 à 21:51

    After I originally left a comment I seem to have clicked the -Notify me when new comments are added- checkbox and now whenever a comment is added I get four emails with the
    same comment. Perhaps there is a way you are able to remove me
    from that service? Cheers!

  7. Randall 24 janvier 2019 à 21:59

    Pretty element of content. I just stumbled upon your
    blog and in accession capital to claim that I get actually loved account your weblog posts.
    Anyway I will be subscribing on your augment and even I success you get
    right of entry to persistently quickly.

  8. Ramona 26 janvier 2019 à 07:50

    And that is an investment danger worth taking.

  9. Gladys 26 janvier 2019 à 16:43

    All kinds of investments come with certain risks.

  10. Liliana 27 janvier 2019 à 00:14

    It’s amazing for me to have a website, which is beneficial designed for my
    experience. thanks admin

  11. Helena 27 janvier 2019 à 03:04

    Now it’s time to choose your particular investments.

  12. Abby 27 janvier 2019 à 06:28

    A financial advisor is your planning companion.

  13. Willy 27 janvier 2019 à 10:53

    That is true for funding recommendation as properly.

  14. Layla 27 janvier 2019 à 14:13

    Take into account investments that supply immediate
    annuities.

  15. Maybelle 27 janvier 2019 à 17:52

    Thanks for your interest in Investment Advice.

  16. Niklas 7 février 2019 à 01:22

    Now it’s time to choose your particular investments.

  17. Brain 7 février 2019 à 02:01

    All sorts of investments include sure risks.

  18. Halina 7 février 2019 à 07:09

    Financial advisors enterprise is folks enterprise.

  19. Williams 11 février 2019 à 03:53

    And that is an investment danger price taking.

  20. Katlyn 11 février 2019 à 06:35

    A financial advisor is your planning companion.

  21. Quyen 18 février 2019 à 02:02

    Now it is time to pick your specific investments.

  22. Amanda 18 février 2019 à 02:04

    All forms of investments come with sure risks.