Le Blog Finance

Fitch rétrograde la note de l’Azerbaïdjan : double peine pour un pays stratégique pour pétrole et gaz

Nouvelle victime de la chute du prix de baril. L’Azerbaïdjan vient de voir vendredi l’agence de notation financière Fitch abaisser sa note, laquelle a été revue à la baisse d’un cran à BB+, le tout étant assorti d’une perspective négative, ce qui signifie qu’une nouvelle dégradation n’est pas à écarter.

Au final, le pays pourrait subir une triple peine : baisse des revenus budgétaires suite à la dégringolade du prix du pétrole, méfiance des agences de notation et donc coût de la dette accrue. Ce qui ne doit pas nous faire oublier qu l’Azerbaïdjan est doté d’une position géopolitique  on ne peut plus importante sur l’échiquier énergétique mondial.

Fitch prévoit que le déficit budgétaire du pays, lequel représentait 5,3% du Produit intérieur brut (PIB) en 2015, affichera un taux de 12,5% en 2016 avant de fléchir à 7,5% en 2017.

Une notation qui s’appuie sur la chute d’environ 40 % en 2015 des recettes du pétrole et du gaz de l’Azerbaïdjan, lesquelles représentaient plus de 50% des recettes de l’Etat sur les cinq dernières années. Selon les prévisions de l’agence de notation, elles devraient baisser encore de 30% en 2016.

Cette ancienne républiques soviétique, riche en hydrocarbure, se voit également affectée par la récession qui sévit en Russie, avec qui elle maintient d’étroits liens commerciaux.

Fitch souligne aussi que la dévaluation de la monnaie azérie – le manat – contribue également à augmenter les pressions sociales, notant parallèlement que le gouvernement prévoit de porter les dépenses destinées aux catégories les plus défavorisées de la population à environ 2% du PIB cette année. Depuis le début de l’année, l’Azerbaïdjan est secoué par des manifestations quotidiennes, alors que sa monnaie a perdu le tiers de sa valeur en un mois. Cette chute s’avère d’autant plus dramatique qu’un tiers des ménages azéris a contracté des emprunts immobiliers en dollars.

L’agence de notation rappelle par ailleurs que la politique de défense du manat mené préalablement par le gouvernement aura réduit les réserves de la Banque centrale de la moitié de sa valeur, alors que Bakou a instauré récemment un contrôle des capitaux.

Pour 2016, Fitch prévoit que le PIB azéri devrait se contracter de 3,3%, tablant parallèlement sur une inflation proche de 14% et une faiblesse prononcée du secteur bancaire.  La croissance devrait toutefois être de retour en 2017, et plus fortement encore en 2018 grâce l’ouverture à l’exploitation du champs gazier de Shah Deniz 2.  lequel est doté d’une importance géostratégique des plus cruciales à l’heure actuelle.

Simple coïncidence ? Rappelons qu’en janvier dernier, une mission du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale s’est rendue en Azerbaïdjan en vue de discuter d’un éventuel plan de secours de 4 milliards de dollars.

Précisons ainsi qu’en janvier 2016, la presse azérie indiquait que les travaux sur le projet de TANAP – gazoduc Transanatolien visant l’acheminement du gaz extrait du gisement de Shah Deniz-2 de la mer Caspienne vers l’Europe via la Turquie – se poursuivent rapidement. Ajoutant que tous les pipes qui seront utilisés pour le projet avaient déjà été remis après avoir été fabriqués en Chine à hauteur de 20 % et en Turquie à hauteur de 80 %.

Avec une longueur totale de 850 km (19 km sous la mer de Marmara), le projet TANAP est la partie principale du corridor gazier Sud, qui se connectera au gazoduc du Caucase du Sud et à celui Transadriatique, sa mise en exploitation étant prévue pour 2018.

Eléments notables au niveau géopolitique : deux stations de compression liées au réseau de transport de gaz naturel seront installées à Eskiseher et Trakya en Turquie. TANAP reliera en effet la cité de Posof de la province d’Ardahan, stiuée à la frontière de la Turquie avec la Géorgie à la cité d’Ipsala de la province d’Edirne située à la frontière avec la Grèce, en passant par 21 provinces.

TANAP acheminera 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel de l’Azerbaïdjan vers l’Europe et 6 milliards de mètres cubes de gaz naturel vers la Turquie. La capacité initiale sera 16 milliards de mètres cubes, en 2023 elle atteindra 23 milliards de mètres cubes, et 31 milliards de mètres cubes en 2026. TANAP,  qui est la partie la plus longue du couloir gazier Sud, se joindra au gazoduc TAP (Trans Adriatic Pipeline) à partir du début de 2020 et acheminera le gaz naturel en Europe via la Grèce, l’Albanie et l’Italie. Les actionnaires sont : la SAF Couloir gazier Sud (58%), BOTAS (30%) et British Petroleum (BP) (12%).

Sources : AFP, Presse azérie, Les Echos

Elisabeth Studer – 27 février 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Azerbaïdjan : dévaluation de la monnaie d’un pays stratégique pour le transit du gaz, plombé par la chute du rouble et du prix du baril

Partager cet article

Article de

39 commentaires

  1. retrouvé le retour 2 mars 2016 à 17:21

    http://www.trt.net.tr/francais/europe/2016/03/01/la-france-se-dit-contre-le-retrait-du-pkk-de-la-liste-des-organisations-terroristes-442413

    En voila une excellente lecture turque on peut voyager depuis l’Europe vers la partie d’un état européen Chypre occupé et colonisé par la Turquie (et en plus Chypre est couvert de bases anglaises !!) et on doit déclarer que les Kurdes sont interdits de parole par mon “gouvernement”!!!

  2. retrouvé le retour 3 mars 2016 à 12:37

    http://www.radioaustralia.net.au/french/2016-03-02/australie-la-raffinerie-de-queensland-nickel-pourrait-fermer-dici-quelques-jours/1554334

    Comme par hasard ce n’est pas un effondrement des cours des matières premières mais le Père Noël Calédonien qui est le problème !!

  3. ES 11 mars 2016 à 21:53

    Spiecapag (Vinci) décroche un contrat sur le futur gazoduc transadriatique

    Paris – Spiecapag, une entité du groupe français de BTP Vinci, a annoncé vendredi avoir décroché un contrat de pose de gazoducs dans le cadre du projet TAP (TransAdriatic Pipeline) qui doit acheminer du gaz d’Azerbaïdjan en Europe via la Grèce, l’Albanie et l’Italie.

    L’opérateur de ce projet, une co-entreprise entre six groupes énergétiques enregistrée en Suisse, a retenu cette filiale d’Entrepose, du groupe Vinci, pour la construction de trois lots de gazoducs terrestres: l’un de 185 kilomètres en Grèce, entre Kipoi et Kavala, et deux autres, totalisant 215 kilomètres, en Albanie, entre Bilisht et Topoje.

    Le montant de ces opérations n’a pas été dévoilé.

    D’une longueur totale de 878 kilomètres, le gazoduc transadriatique sera raccordé au gazoduc transanatolien (Tanap) à la frontière gréco-turque, et franchira la Grèce, l’Albanie et la mer Adriatique pour se raccorder au réseau de gaz italien, précise Vinci dans un communiqué.

    Le démarrage des travaux de Spiecapag doit débuter mi-2016, souligne le groupe.

    jum/fpo/pre

  4. Elisabeth Studer 5 avril 2016 à 00:49

    Le Nagorny-Karabakh retournera un jour à l’Azerbaïdjan, assure Erdogan

    Ankara – La région du Nagorny-Karabakh, que se disputent Erevan et Bakou, retournera un jour à l’Azerbaïdjan, son propriétaire originel, a assuré lundi le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan.

    Le Karabakh retournera un jour, sans aucun doute, à son propriétaire originel, il appartiendra à l’Azerbaïdjan, a déclaré lors d’un discours télévisé M. Erdogan, qui multiplie les messages de soutien à Bakou depuis la reprise vendredi soir des hostilités qui ont fait au moins 33 morts dans les deux camps.

    Les combats, les plus meurtriers depuis le cessez-le-feu instauré entre Erevan et Bakou en 1994, ont par ailleurs fait plus 200 militaires et civils blessés.

    Renouvelant ses condoléances aux proches des martyrs azerbaïdjanais, le chef de l’Etat turc a déclaré: cette oppression ne continuera pas éternellement.

    Ce conflit, dont les sources remontent à plusieurs siècles mais qui s’est cristallisé à l’époque soviétique lorsque Moscou a attribué ce territoire majoritairement arménien à la république socialiste soviétique d’Azerbaïdjan, intervient dans une région du Caucase, stratégique pour le transport des hydrocarbures, près de l’Iran, de la Turquie et aux portes du Proche-Orient.

    L’escalade militaire intervient par ailleurs au moment où la Russie, qui entretient de bonnes relations avec l’Arménie, et la Turquie, alliée traditionnel de l’Azerbaïdjan, traversent une grave crise diplomatique sur fond de guerre en Syrie.

    La Turquie, qui a de forts liens culturels et linguistiques avec l’Azerbaïdjan, est un allié essentiel pour Bakou. Elle n’a en revanche pas de relations diplomatiques avec l’Arménie, en raison du différend sur les massacres de masse d’Arméniens dans l’Empire ottoman en 1915, qualifiés par Erevan de génocide, ce qu’Ankara refuse de reconnaître.

    Depuis le début, la Turquie se tient aux côtés de l’Azerbaïdjan et elle le restera à l’avenir, a affirmé M. Erdogan, qualifiant de frère son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliyev.

    (AFP / 04 avril 2016 17h19)

  5. retrouvé le retour 5 avril 2016 à 09:01

    ” la Turquie se tient aux côtés de l’Azerbaïdjan”

    Oui ES le secteur est miné par les états constitués sur des bases religieuses, et ici on ne fait pas de détails !!
    Toute cette merde religieuse brassée en France et aux frontières immédiates de l’Europe !! Avec de jolis costumes féminins et tout le reste !!
    Pour le moment je cherche ma couverture rouge piquée par un ancien sujet géorgien de pépé Staline et de Saakashvili en perdition sur un chantier de ma douce France !!

  6. Elisabeth Studer 9 avril 2016 à 20:40

    Attention ! climat explosif ! envenimé par petrole et gaz de la region , on en reparle.
    ————————————————————
    L’Arménie et l’Azerbaïdjan s’accusent mutuellement de bombardements malgré le cessez-le-feu

    Erevan – L’Arménie et l’Azerbaïdjan se sont mutuellement accusés samedi d’être responsables de bombardements sur leurs territoires respectifs, en violation de l’accord de cessez-le-feu en vigueur depuis mardi dans la région contestée du Nagorny-Karabakh.

    Les autorités de ces deux pays du Caucase ont fait état d’échanges de tirs dans la nuit de vendredi à samedi mais ceux-ci n’ont pas fait de victimes.

    Malgré un cessez-le-feu négocié par Moscou en vigueur depuis mardi après plusieurs jours de combats meurtriers, des affrontements sporadiques continuent et ont tué au moins deux personnes vendredi.

    Le ministre arménien de la Défense Seïran Oganian a accusé l’Azerbaïdjan d’avoir ouvert le feu à 16 reprises, y compris avec des armes de gros calibre, dans la région frontalière de Tavouch (nord-est), ajoutant toutefois que les tirs avaient baissé en intensité .

    Deux corps ont été retrouvés le long de la ligne de front entre l’Azerbaïjan et le Nagorny-Karabakh, portant à au moins 92 le nombre de morts depuis le début des derniers combats.

    Bakou a de son côté accusé l’Arménie d’avoir utilisé des mortiers de 60 mm ainsi que d’autres armes et d’avoir violé le cessez-le-feu 120 fois, visant dans la nuit les positions azerbaïjanaises dans les régions de Gazakh, Tovuz et Agstafa.

    Les autorités séparatistes du Nagorny-Karabakh, soutenues par l’Arménie, ont à leur tour accusé l’Azerbaïjan de bombarder ses positions dans la région contestée.

    - ‘Préserver la trêve’ -

    Les coprésidents (trois ambassadeurs spéciaux russe, américain et français) du groupe de Minsk sur le Haut-Karabakh au sein de l’OSCE, chargé de trouver une issue au conflit, ont toutefois dit espérer qu’Erevan et Bakou reviennent à la table des négociations.

    La mission principale, c’est d’aider à stabiliser la situation et prendre les mesures pour que les combats ne se répètent pas. C’est aussi de faire s’asseoir l’Azerbaïdjan et l’Arménie à la table des négociations, a déclaré Igor Popov, l’ambassadeur russe, lors d’une conférence de presse à Erevan.

    Les différentes parties sont prêtes à préserver la trêve, a-t-il ajouté alors que les trois coprésidents ont rencontré le président azerbaïdjanais Ilham Aliev à Bakou, les dirigeants du Nagorny-Karabakh à Stepanakert et doivent s’entretenir avec le président arménien Serge Sarkissian.

    Nous sommes bouleversés par tous les rapports évoquant des violations des droits de l’Homme. Nous avons vu les photos (…) et nous avons demandé au Comité international de la Croix-Rouge de regarder précisément ce qui s’est passé, a déclaré James Warlick, l’ambassadeur américain, lors de cette conférence de presse.

    Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a quant à lui visité Bakou et Erevan jeudi et vendredi, appelant les deux pays à stopper les violences.

    La Russie est une alliée fidèle de l’Arménie, où elle possède deux bases militaires, mais entretient également de bonnes relations avec l’Azerbaïdjan et est le principal fournisseur d’armes des deux pays, une situation qui ne changera pas selon M. Medvedev.

    Si la Russie abandonne ce rôle, nous comprenons parfaitement que cette place ne restera pas vacante. Ils achèteront des armes à d’autres pays, cela pourrait détruire l’équilibre actuel, a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Rossiya 1.

    Au moins 92 personnes, civils et militaires des deux camps, ont été tuées depuis la reprise des hostilités au Nagorny-Karabakh il y a une semaine, selon le comptage de l’AFP basé sur les bilans officiels annoncés par les belligérants.

    Il s’agit des pires violences depuis un cessez-le-feu conclu en 1994 dans cette région, après une guerre qui avait fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement des Azerbaïdjanais.

    Les échanges de tirs le long de la ligne de contact avec le Nagorny-Karabakh ainsi que le long de la frontière entre Azerbaïjan et l’Arménie, n’ont jamais cessé en dépit d’appels internationaux à Bakou et Erevan à mettre fin aux violences et à trouver une issue diplomatique à ce conflit.

    (©AFP / 09 avril 2016 18h02)

  7. retrouvé le retour 10 avril 2016 à 11:41

    http://www.ledevoir.com/international/europe/467657/union-europeenne-les-eurosceptiques-crient-victoire-apres-le-non-neerlandais-sur-l-ukraine

    Mort à rire, refuser cette débilité économique et ce nouveau désordre antieuropéen et antirusse aux frontières de l’Europe, ce n’est pas être eurosceptique bien au contraire !!
    Nous avons une façon économique et politique de concevoir l’Europe qui n’a rien à voir avec celle des anglosaxons.

  8. Elisabeth Studer 10 avril 2016 à 13:40

    pendant ce temps l’Australie conclut un accord pour vendre de l’uranium à l’Ukraine …

  9. retrouvé le retour 11 avril 2016 à 00:14

    “un accord pour vendre de l’uranium à l’Ukraine “. A qui exactement ? Pour quelle centrale? Tchernobyl ?

    • Elisabeth Studer 11 avril 2016 à 14:38

      L’Australie va vendre de l’uranium à l’Ukraine pour faire tourner ses centrales nucléaires. L’accord signé ce vendredi 1er avril est la conséquence d’un rapprochement de Canberra et de Kiev depuis le conflit entre l’Ukraine et la Russie. Mais cet accord de fourniture d’uranium à l’Ukraine déplaît aux écologistes australiens, 30 ans presque jour pour jour après la catastrophe de Tchernobyl.
      Cet accord sur le nucléaire est controversé en Australie. Les écologistes australiens déplorent que leur gouvernement se soit engagé à fournir de l’uranium à l’Ukraine, 30 ans après la catastrophe de Tchernobyl : le quart des réacteurs ukrainiens a dépassé la limite d’âge et l’énorme centrale de Zaporizhia se trouve à 200 km de la zone de conflit dans la région séparatiste russe.

      • Elisabeth Studer 11 avril 2016 à 14:40

        Bien qu’elle fut le théâtre, en 1986 à Tchernobyl, de ce qui est considéré comme la pire catastrophe nucléaire de l’Histoire, l’Ukraine est aujourd’hui un des dix plus gros producteurs d’énergie nucléaire.

        En 2012, ses 15 réacteurs génèraient 45% de son électricité, selon l’Association nucléaire mondiale (ANM).

        L’accord australo-ukrainien a été signé entre la ministre australienne des Affaires étrangères Julie Bishop et le ministre ukrainien de l’Energie, Volodymyr Demtchichine en marge du sommet sur la sûreté nucléaire à Washington, a annoncé vendredi Mme Bishop dans un communiqué.

        allez, je resume cela ds un article au plus tot

  10. retrouvé le retour 11 avril 2016 à 00:53

    Le général Jean Salvan, Officier de liaison auprès de l’École d’Infanterie de l’armée américaine ( 3 ans aux US) pense comme toi ES sur l’attaque de la Syrie par les US et autres farfelus religieux !! Le Gaz !!
    Je pense que c’est plus compliqué !!

    • Elisabeth Studer 11 avril 2016 à 14:40

      en tout cas, il ne faut pas negliger cet aspect du dossier, lequel est crucial , à mon avis

  11. retrouvé le retour 11 avril 2016 à 01:02
  12. retrouvé le retour 8 août 2016 à 08:13

    ” TAP (TransAdriatic Pipeline) ” :) On en est où de cette mascarade US ?
    Il va falloir former nos amis Albano-Kosovar à faire autre chose que de débiter des civils serbes pour les vendre en pièces détachées !!
    Ca va demander du temps à Monsieur Kouchner !! et à ses “amis” peu recommandables.

  13. retrouvé le retour 8 août 2016 à 08:27

    http://www.lefigaro.fr/international/2016/08/07/01003-20160807ARTFIG00142-en-syrie-les-rebelles-brisent-le-siege-d-alep.php

    Précisé dans l’article:”Une coalition de rebelles islamistes et djihadistes s’est emparée samedi du quartier gouvernemental de Ramoussa, au sud d’Alep, d’où ils ont pu faire la jonction avec les quartiers rebelles de l’Est. Au passage, ces combattants réunis dans «l’Armée de la conquête» se sont ….”

    Encore une victoire de Fabius : “Bachar ne mérite pas d’être de ce monde “

  14. Elisabeth Studer 21 novembre 2016 à 20:41

    Total va développer un champ de gaz en Azerbaidjan

    Paris – Total a annoncé lundi avoir signé un accord avec la compagnie nationale azerbaïdjanaise Socar concernant le développement du champ de gaz à condensats Absheron situé en mer Caspienne.

    Ce développement inclut le forage d’un puits par une profondeur d’eau de 450 m dans ce champ découvert par Total en 2011, indique le communiqué du groupe français.

    La production de ce gisement haute pression sera d’environ 35.000 barils équivalent pétrole par jour, dont une part significative de condensats, souligne le texte.

    Je me réjouis de cet accord, que nous signons à l’occasion de l’anniversaire des 20 ans de la présence de Total en Azerbaïdjan, a commenté Patrick Pouyanné, PDG de Total, cité dans le communiqué.

    Total est opérateur d’Absheron, avec une participation de 40%, aux côtés de la société énergétique d’Etat Socar (40%) et d’un autre groupe énergétique français Engie (20%).

  15. retrouvé le retour 22 novembre 2016 à 00:15

    C’est une querelle féminine !! Rachida Dati va se réjouir et Valérie Boyer porter ostensiblement sa croix !! La totale !!

  16. Cecilia 26 janvier 2019 à 04:34

    A financial advisor is your planning associate.

  17. Desiree 26 janvier 2019 à 07:36

    Think about investments that provide speedy annuities.

  18. Beatris 26 janvier 2019 à 08:50

    And that is an investment threat value taking.

  19. Venetta 26 janvier 2019 à 11:41

    Contemplate investments that offer fast annuities.

  20. Broderick 26 janvier 2019 à 12:47

    And that is an investment danger price taking.

  21. brazilian wax kit 26 janvier 2019 à 18:05

    I was curious if you ever considered changing the page layout of your site?
    Its very well written; I love what youve got to say. But
    maybe you could a little more in the way of content so people could connect with it better.
    Youve got an awful lot of text for only having one or 2 pictures.
    Maybe you could space it out better?

  22. Maryann 26 janvier 2019 à 19:22

    Thanks for your interest in Funding Recommendation.

  23. Anitra 26 janvier 2019 à 21:17

    Hi, yes this paragraph is actually fastidious
    and I have learned lot of things from it regarding blogging.
    thanks.

  24. Danelle 27 janvier 2019 à 01:24

    Thanks for sharing your thoughts about brazil nuts
    selenium. Regards

  25. Margarito 27 janvier 2019 à 04:22

    I have to thank you for the efforts you have put
    in penning this website. I’m hoping to see the same high-grade blog
    posts by you in the future as well. In truth, your creative writing abilities has inspired
    me to get my own site now ;)

  26. Ashly 27 janvier 2019 à 16:02

    Monetary advisors business is people business.

  27. Elana 27 janvier 2019 à 18:38

    Traders do pay direct and indirect prices.

  28. Terry 27 janvier 2019 à 18:51

    These are genuinely enormous ideas in on the topic of blogging.

    You have touched some pleasant things here. Any way keep up wrinting.

  29. Mckenzie 27 janvier 2019 à 22:57

    And that is an funding risk price taking.

  30. Edith 7 février 2019 à 08:11

    And that is an investment danger price taking.

  31. Jonathan 8 février 2019 à 08:47

    And this is an investment threat value taking.

  32. Leo 12 février 2019 à 03:10

    And this is an investment threat price taking.

  33. Mariano 16 février 2019 à 01:45

    That is true for funding advice as well.

  34. Tammy 17 février 2019 à 03:11

    A monetary advisor is your planning companion.

  35. Dorothy 18 février 2019 à 03:03

    Thanks on your interest in Funding Recommendation.

  36. Mia 19 février 2019 à 02:17

    Contemplate investments that provide instant annuities.