Le Blog Finance

Le cours du pétrole au plus bas depuis 7 ans, plombé par l’Opep

Le prix du baril a dégringolé lundi à son plus bas niveau depuis près de sept ans, plombé par l’immobilisme de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) face à une offre pléthorique au niveau mondial.

Le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier aura ainsi perdu en une seule journée 2,32 dollars, s’échangeant désormais à 37,65 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Ce qui correspond au plus bas niveau de clôture d’un contrat de référence depuis février 2009.

Parallèlement à Londres, le prix du baril de Brent a lui aussi chuté à son plus bas niveau depuis début 2009, le cours du contrat pour janvier perdant 2,27 dollars à 40,73 dollars.
Les investisseurs semblent ainsi réagir de manière extrêmement défavorable aux conclusions de la réunion de l’Opep.

Il est vrai que les marchés comptaient jusqu’à présent sur les membres du cartel pour tenter de freiner la surabondance de l’offre ou du moins s’entendre un minimum entre eux, même si l’espoir d’une éventuelle réduction de ses quotas de production s’amenuise de jour en jour.

Mais au final, l’Opep a décidé de maintenir son offre à des niveaux inchangés, sans même fixer un objectif chiffré. Le fait que certains pays dérogent depuis des lustres aux limitations qui leur sont alignées n’est peut-etre pas totalement étranger à l’affaire. Certes, il n’est de secret pour personne que le plafond de production globale du cartel est théorique. Selon différentes études la production réelle des pays de l’Opep se situe en effet actuellement aux alentours de 32 millions de barils par jour (mbj), soit nettement plus que l’objectif de 30 mbj qui avait été maintenu lors de ses précédentes réunions.

Si, de manière collective, la plupart des membres du cartel, Venezuela en tête, semblaient de prime abord prêts à diminuer le niveau global de leur production en vue d’envoyer un signe haussier au marché, quand il s’agit de prendre clairement une décision individuelle, ce n’est plus du tout la même affaire.

En un an, l’Opep a déjà perdu 450 milliards de dollars de revenus alors même que le cartel n’a jamais autant produit de pétrole, pour tenter d’asphyxier les productions concurrentes, notamment celle des États-Unis, mesures non suivies des effets escomptés jusqu’à présent.

Le marché doit également compter sur le retour de l’Iran, lequel compte bien profiter des retombées de la manne pétrolière dès la levée des sanctions occidentales. « L’Iran n’est pas prêt à accepter des discussions remettant en cause son droit d’augmenter sa production de pétrole, malgré la chute actuelle des cours du brut », a ainsi déclaré jeudi à Vienne le ministre iranien du Pétrole. “C’est notre droit” d’augmenter notre production et “personne ne peut nous limiter” dans cette voie, a-t-il ajouté, précisant que l’Iran n’accepterait pas que ses collègues de l’Opep fassent pression sur lui pour poursuivre les sanctions à son égard. “Ce n’est un sujet de discussion avec personne de limiter le niveau de production de l’Iran”, a ainsi insisté M. Zanganeh.

Le ministre a également répété que l’Iran avait l’intention d’augmenter sa production d’au moins 500.000 barils par jour (mbj) immédiatement après la levée des sanctions occidentales, début 2016. Ajoutant que la production augmenterait ensuite d’un million de barils jour pour atteindre environ 3,8 mbj au total.

Le ministre iranien du Pétrole a également précisé que Téhéran n’avait aucune responsabilité dans la baisse actuelle des cours du pétrole, qui ont perdu plus de 60% de leur valeur depuis la mi-2014.

“L’Iran n’a aucune responsabilité dans cette chute. C’est la responsabilité des membres producteurs de l’Opep et des autres qui ont produit plus que le plafond théorique, s’est défendu Bijan Namdar Zanganeh.

L’Irak ne souhaite aucunement pour sa part renoncer à produire ses 4 millions de barils par jour, arguant de la nécessité d’obtenir de biens précieux subsides pour financer sa guerre contre l’État islamique (Daesh).

Seule l’Arabie saoudite pourrait restreindre sa production pour contrebalancer l’arrivée sur les marchés de l’Iran. Si jusqu’à présent, sa stratégie était d’inonder le marché, pour défendre ses parts de marché face aux hydrocarbures de schiste américains, selon un rapport d’Energy Intelligence, Riyad serait prêt désormais à accepter une réduction de la production de l’Opep de 1 million de barils. A condition cependant que les autres membres affichent une plus grande discipline et que les pays pétroliers non membres du cartel, tels que la Russie, fassent également un geste.

Selon certains analystes, le fait que les membres de l’Opep n’aient pu s’entendre pose dorénavant la question cruciale de son rôle en tant que cartel.

Sources : AFP, RFI

Elisabeth Studer – 7 décembre 2015 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

28 commentaires

  1. SimonB 8 décembre 2015 à 12:02

    Le bluff de 1973 a fini par voler en éclat, d’autant que les diverses tentatives de sabotage de la concurrence menées depuis lors finissent toutes en retours de manivelle douloureux (Iran, printemps arabe, Syrie/Irak, Lybie, etc.); de plus, ce n’est certainement pas l’Arabie Saoudite qui freinera sa production dès lors qu’elle lutte désormais avec une balance extérieure de plus en plus déficitaire depuis que le baril est passé sous les 50$:(http://fr.sputniknews.com/economie/20151026/1019093733/arabie-saoudite-petrole-faillite.html)
    Bref, à moins d’une déflagration mondiale de type Dr Follamour, rein ne devrait empêcher les cours de rester sous les 40$ le baril.

  2. ES 8 décembre 2015 à 13:10

    bien vu
    oui certains analystes affirment que Arabie saoudite pourrait baisser la production, mais j’en doute fortement alors qu’elle est confrontée à graves pb financiers.
    Certains estiment toutefois qu’elle pourrait faire un geste face au retour prochain de l’Indonésie sur le marché.
    quant au Dr Follamour, il pourrait malheureusement avoir des adeptes …

  3. Guillaume 9 décembre 2015 à 13:52

    Quelle incroyable chute !

  4. ES 9 décembre 2015 à 19:26

    oui, et j’aimerai bien que quelqu’un ose enfin calculer à quel prix étaient essence et diesel il y a 7 ans quand le prix du baril valait moins que 40 euros ….
    le diesel est toujours à plus d’un euro en France , alors que le prix du brut a diminué par deux depuis 2 ans …

  5. Mik 14 décembre 2015 à 01:33

    Merci Elizabeth pour ce blog, je le suis depuis plusieurs années déjà mais moins souvent ces 2/3 dernières.

    Concernant cette baisse du pétrole cela fait maintenant un peu plus d’un an qu’elle a eu lieu: 100$ été 2014, 60$ printemps/été 2015…

    Le petrole est, je crois, l’une des matières influençant fortement l’inflation et dans le cas d’aujourd’hui cette baisse me semble exercer une forte pression déflationniste.

    Je pense que cela annonce la tendance pour 2017

  6. Elisabeth S 14 décembre 2015 à 09:58

    merci beaucoup
    oui, à suivre

  7. Anton 24 janvier 2019 à 21:15

    Have you ever thought about creating an ebook or guest authoring on other
    websites? I have a blog based on the same topics you discuss and would
    really like to have you share some stories/information. I know my viewers
    would enjoy your work. If you are even remotely interested, feel free
    to shoot me an e mail.

  8. brazilian wax spa 24 janvier 2019 à 23:03

    Hello to every , since I am actually keen of reading this weblog’s post to be updated on a regular basis.
    It carries good material.

  9. brazilian steakhouse west des moines 26 janvier 2019 à 02:25

    I’m not sure exactly why but this weblog is loading very slow for me.

    Is anyone else having this problem or is it a issue on my end?
    I’ll check back later on and see if the
    problem still exists.

  10. Brittney 26 janvier 2019 à 17:23

    All types of investments include sure risks.

  11. Angelo 26 janvier 2019 à 20:13

    And this is an funding threat value taking.

  12. Charli 27 janvier 2019 à 00:32

    Keep on writing, great job!

  13. Jayme 27 janvier 2019 à 00:41

    Financial advisors business is people business.

  14. Christi 27 janvier 2019 à 03:44

    Excellent web site. Lots of helpful information here. I am sending it to several buddies ans additionally sharing in delicious.
    And obviously, thanks in your sweat!

  15. Doris 27 janvier 2019 à 06:00

    Thanks for finally talking about >Le cours du pétrole au plus bas depuis 7 ans,
    plombé par l’Opep – Le Blog Finance <Liked it!

  16. Therese 27 janvier 2019 à 08:00

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  17. Florine 27 janvier 2019 à 16:43

    Monetary advisors enterprise is folks enterprise.

  18. Brandi 27 janvier 2019 à 16:54

    Hello, its nice post regarding media print, we all be aware of media is a wonderful source of facts.

  19. Wilfred 27 janvier 2019 à 20:36

    Now it’s time to pick your specific investments.

  20. Madeleine 2 février 2019 à 05:32

    Consider investments that supply rapid annuities.

  21. Lanora 6 février 2019 à 02:47

    Thank you in your curiosity in Investment Advice.

  22. Eulalia 6 février 2019 à 21:00

    Fantastic goods from you, man. I’ve be aware your stuff prior to and you’re simply too wonderful.
    I really like what you’ve got right here, really like what you’re saying and the best way by which you assert it.
    You are making it enjoyable and you continue to care for to stay it smart.
    I cant wait to read far more from you. This is actually a terrific website.

  23. Ila 7 février 2019 à 03:08

    All types of investments come with certain risks.

  24. Eve 8 février 2019 à 06:35

    This is true for funding advice as effectively.

  25. Jon 8 février 2019 à 07:22

    Monetary advisors enterprise is individuals enterprise.

  26. Edgardo 10 février 2019 à 15:30

    Thank you to your interest in Funding Advice.

  27. Mariana 12 février 2019 à 02:24

    All forms of investments include sure dangers.

  28. Emilie 12 février 2019 à 03:37

    Contemplate investments that provide instant annuities.