Le Blog Finance

Pipeline Iran/Pakistan : Islamabad demande le soutien financier de Téhéran

Affaire à suivre de près alors que des voix de plus en plus nombreuses laissent entendre que le conflit actuel en Syrie et le dégel des relations Etats-Unis/Iran  sont fortement liés au gaz et au pétrole, et tout particulièrement aux pipelines oeuvrant pour leur transit.
Le Pakistan vient de demander à l’Iran 2 milliards USD en vue de financer sa propre portion d’un gazoduc on ne peut plus stratégique, faisant fi des sanctions américaines. Selon le ministre pakistanais du pétrole, Shahid Khaqan Abbasi, plan et tracé de la portion pakistanaise seraient d’ores et déjà élaborés … mais le plus dur reste à faire, à savoir : le lancement – concret – des travaux sur le terrain, alors qu’en mars dernier, les présidents iranien et pakistanais avaient inauguré le chantier de la partie pakistanaise du pipeline.

Si le Pakistan a ouvertement exprimé son souhait de rencontrer la partie iranienne d’ici la fin du mois d’octobre en vue d’aborder la question financière, les Iraniens n’a pas encore répondu à sa requête.

Précisons que le pipeline – dont le coût de construction est évalué à 7,5 milliards de dollars – doit relier sur 1.800 kilomètres le champ gazier iranien de South Pars – situé en offshore – et Nawabchah, au nord de Karachi, la métropole économique pakistanaise.
La chaîne publique iranienne Irib avait quant à elle indiqué en mars dernier que la construction des 900 km de la partie iranienne du gazoduc était achevée, ajoutant que les 780 km traversant le territoire pakistanais demeuraient à construire. A cette date, Téhéran avait accepté de prêter 500 millions de dollars à Islamabad, soit le tiers du coût estimé de la portion pakistanaise.

Mais le Pakistan est actuellement confronté à des problèmes financiers pour pouvoir poursuivre la construction du tronçon le concernant, lequel devrait lui permettre d’acheminer à terme, en 2014, 21,5 millions de mètres cubes de gaz par jour à partir de son voisin iranien.
L’affaire pourrait prendre une ampleur financière importante dans les prochains mois, Islamabad pouvant être amené à verser des indemnités à Téhéran si le Pakistan ne parvient pas à achever avant décembre 2014 la partie du gazoduc qui lui revient.

Tendant la perche à Téhéran, le ministre pakistanais a par ailleurs précisé que les délais pourraient être respectés si l’Iran mettait la main au portefeuille. Laissant toutefois entendre que les biens précieux subsides devraient être rapidement mis rapidement sur la table pour pouvoir assurer la disponibilité des équipements techniques nécessaires à la réalisation du pipeline.

-  Un dossier stratégique soumis à de fortes pressions US

Reste que Washington voit la « chose » d’un très mauvais œil. Le projet, qui a vu le jour dans les années 1990, a longtemps été différé, du fait notamment des pressions exercées par les Etats-Unis sur le Pakistan et sur l’Inde, laquelle était initialement partie prenante au sein du projet IPI (Iran – Pakistan – Inde). 

Depuis maintenant une décennie, les Etats-Unis ont tenté de lier le dossier aux sanctions prises contre le programme nucléaire controversé de l’Iran, mettant en garde contre les risques de même ordre que pourraient engendrer une éventuelle participation.
Face à de telles pressions, New Delhi s’est retiré du projet en 2009, faisant valoir des aspects financiers et des problèmes de sécurité. Après avoir préalablement signé un accord nucléaire avec Washington.
Néanmoins, soutient aujourd’hui Shahid Khaqan Abbasi, les Etats-Unis n’auraient pas évoqué l’épineux dossier de ce pipeline « à quelque niveau que ce soit ».

Reste qu’en juillet 2012, lors d’un entretien avec les médias pakistanais, l’ambassadeur américain à Islamabad, Cameron Munter, avait exprimé l’inquiétude de Washington de voir le projet du gazoduc transitant le gaz iranien vers l’Inde, via le  Pakistan, se réaliser. Proposant parallèlement au gouvernement pakistanais de s’associer avec le Turkménistan – et non plus avec l’Iran – au sein du projet de construction du pipeline TAPIO.

En mars dernier, Mahmoud Ahmadinejad, alors président iranien avait accusé des “éléments étrangers” de chercher à nuire aux relations de l’Iran avec le Pakistan. Ajoutant : “je veux dire à ces gens que le gazoduc n’a aucun lien avec le dossier nucléaire“. Et poursuivant : “on ne peut pas fabriquer des bombes atomiques avec du gaz naturel. C’est pourquoi ils ne devraient avoir aucune raison de s’opposer à ce gazoduc.”
Tentant ainsi de dissocier géopolitique et dossiers énergétiques … ce qui ne s’est jamais vu, ne rêvons pas.
La porte-parole du département américain d’Etat n’avait quant à elle aucunement cherché à oeuvrer dans ce sens, indiquant même que si ce projet allait de l’avant, un déclenchement de sanctions serait fort probable.

 - La crise énergétique pakistanaise dans la balance

Mais le Pakistan n’aura peut-être pas les moyens de sa politique. En effet, le pays est actuellement confronté à une baisse de sa production de gaz naturel, problème d’autant plus crucial que sa demande intérieure a plus que doublé.
Pour faire face à cette pénurie, les stations services vendant du gaz naturel compressé (CNG), carburant low-cost utilisé par les taxis, les autobus, les motos et les automobilistes de la classe moyenne fermeront leurs portes de novembre à janvier prochain.  Les volumes ainsi économisés devraient permettre d’obtenir d’assurer le chauffage des maisons pendant l’hiver.  A l’heure actuelle, le Pakistan limite d’ores et déjà l’ouverture des pompes à quelques jours seulement par semaine, provoquant de longues files d’attente et des mouvements d’irritation de la population.

 - La Chine avance ses pions

Mais la Chine pourrait être tentée de profiter de l’occasion pour avancer de biens stratégiques pions sur l’échiquier énergétique mondial …. à moins que cela ne soit déjà fait …
En mars dernier, les  autorités chinoises ont en effet annoncé leur soutien financier au gazoduc reliant l’Iran au Pakistan. Pékin proposant alors aux autorités pakistanaises de leur octroyer un crédit de 500 millions de dollars en vue de mettre en œuvre le gazoduc. Le quotidien pakistanais Tribun ajoutant alors  que le solde de 500 millions de dollars nécessaires à l’achèvement du projet, pourrait être financé par les taxes payées par les consommateurs. Le journal ajoutant également qu’une firme chinoise  fournissait les équipements nécessaires, ainsi que les compresseurs et des turbines.

- Le Qatar aussi dans la bataille

Le Qatar qui partage avec l’Iran le plus gros champ gazier du monde, a tenté lui aussi de dissuader  le Pakistan de s’engager dans un tel projet en lui proposant de lui vendre 2 millions tonnes de gaz liquéfié naturel à un prix inférieur à celui des marchés. Transaction qu’Islamabad a néanmoins refusé.

Sources : AFP, Reuters, Presse pakistanaise

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 10 octobre 2013

 

Partager cet article

Article de

32 commentaires

  1. retrouvé le retour 1 mars 2014 à 14:33

    “vendre 2 millions tonnes de gaz liquéfié naturel à un prix inférieur à celui des marchés. Transaction qu’Islamabad a néanmoins refusé”
    Encore une nouvelle version de la pseudo loi de l’offre et de la demande.
    La France qui ne se couche pas, est depuis bien longtemps victime de manoeuvres minables contre ses finances et son économie depuis les USA.

  2. Je suis plutôt d’accord, c’est pas mal dit

  3. retrouvé le retour 7 septembre 2014 à 01:04

    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/417781/cacouna-les-ingredients-de-la-controverse

    Les pétroles issus des sables bitumeux de l’Alberta, sont-ils au départ moins polluants que la lignite allemande ou le charbon chinois?
    Il me semble que ça “vapote” pas mal dans ce secteur !!!

  4. ES 7 septembre 2014 à 13:08

    vaste sujet …

  5. ES 7 septembre 2014 à 13:08

    pas toujours tres politiquement correct … voire jamais .. ;-)

  6. retrouvé le retour 7 septembre 2014 à 17:16

    En 1940 ni mon grand père, ni ma mère n’étaient déjà politiquement corrects ! Ils savaient déjà qui avait besoin d’être protégé, Ils ont engagé leurs vie et celle de leur proches.
    La plus belle chose que j’ai pu voir lors de mes passages à Birkenau, c’est une famille de gitans rassemblée pour une sorte de pique nique. Je ne sais pas exactement quoi, je n’ai pas voulu les déranger.

    Ici le Front National fait maintenant plus de 50%, les vrais responsables de cette erreur de casting sont bien les umps malheureusement.

    Quand à l’histoire des “sans dents” elle me laisse sans voix.
    Oui avoir des dents devient un luxe pour certains, c’est bien là que devrait porter l’effort politique!

  7. ES 8 mai 2015 à 16:59

    Sept morts dont deux diplomates dans un crash d’un hélicoptère

    Au moins sept personnes, dont les ambassadeurs de Norvège et des Philippines, ont été tuées dans le crash d’un hélicoptère vendredi au Pakistan. L’ambassadeur suisse, qui voyageait voyage dans un autre hélicoptère, n’a pas été blessé.

    Les talibans pakistanais, en quête permanente de publicité, ont revendiqué comme une “attaque” ce crash survenu dans un secteur hautement militarisé où ils n’ont pas de présence connue. Cette revendication n’a été étayée par aucun autre témoignage.

    Les autorités pakistanaises ont diligenté une enquête sur les causes de cette tragédie embarrassante pour la puissante armée. Elles pointent en direction d’une “erreur technique”, sans plus détails.

    Une délégation d’ambassadeurs, de diplomates et de journalistes visitait la région touristique de Gilgit-Baltistan, au nord du pays. L’un des trois hélicoptères s’est écrasé contre une école à l’atterrissage, a dit un membre de la délégation voyageant dans un autre appareil.

    Epouses des ambassadeurs
    Les épouses des ambassadeurs de Malaisie et d’Indonésie, ainsi que les deux pilotes et un membre de l’équipage de l’hélicoptère, ont aussi perdu la vie dans ce crash. Les ambassadeurs de Pologne et des Pays-Bas ont été blessés.

    L’ambassadeur suisse faisait partie de cette excursion. Comme il ne se trouvait pas dans l’appareil qui s’est écrasé, il n’a pas été blessé, a répondu à l’ats un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères. “Aucun autre ressortissant suisse ne faisait partie de la délégation étrangère”, a-t-il ajouté.

    Les talibans pakistanais du TTP, en lutte contre le pouvoir à Islamabad, ont affirmé avoir abattu l’hélicoptère à l’aide d’un missile air-sol, qu’ils utilisent rarement. Cette zone de l’Himalaya est hautement contrôlée par l’armée pakistanaise.

    Premier ministre visé
    Les insurgés affirment aussi avoir visé le Premier ministre Nawaz Sharif. Ce dernier devait se rendre vendredi à Gilgit, chef-lieu de la région, mais il n’était pas attendu dans le village reculé de Noma où l’incident a eu lieu.

    “Cette revendication est complètement ridicule. Ce n’est pas possible, au moins à Naltar”, a déclaré une source sécuritaire locale.

    Les diplomates devaient rencontrer le Premier ministre plus tard à Gilgit. M. Sharif, qui se dirigeait vers cette ville au moment du crash, a exprimé ses plus sincères condoléances aux victimes. Il est rentré par avion à Islamabad, a fait savoir son bureau.

    D’après des témoins, l’école du village de Noman s’est embrasée après le crash de l’hélicoptère. Des sources médicales locales avaient d’abord affirmé que des enfants s’y trouvaient, comme chaque vendredi au Pakistan. Elles ont ensuite démenti, ce vendredi ayant été déclaré férié dans le secteur.

    Frontalière de la Chine, la région de Gilgit-Baltistan est l’une des plus sûres de tout le Pakistan.

    (ats / 08.05.2015 15h17)

  8. retrouvé le retour 8 mai 2015 à 17:21

    La prudence des Suisses est légendaire !!! Par contre le Pakistan c’est pas vraiment pèpère pour le gaz !!!

  9. retrouvé le retour 8 mai 2015 à 17:26

    Je vois que la Hollande et la Pologne qui honorent le bouquin et ses additifs mais pas le prophète ont eu la Baraka, mais pas la Malaisie et l’Indonésie qui auraient du en bénéficier. comprennent qui pourra !!

  10. brazil flag coloring page 25 janvier 2019 à 22:14

    Very energetic post, I loved that a lot. Will there be a
    part 2?

  11. Tyrone 26 janvier 2019 à 07:41

    All varieties of investments come with certain risks.

  12. Brandy 26 janvier 2019 à 11:16

    Now it’s time to pick your particular investments.

  13. Jackson 26 janvier 2019 à 12:52

    That is true for investment advice as properly.

  14. Donny 26 janvier 2019 à 15:45

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  15. Leo 26 janvier 2019 à 20:43

    Spot on with this write-up, I truly believe this amazing site needs far more attention. I’ll probably be back
    again to read through more, thanks for the advice!

  16. brazil flag meaning 27 janvier 2019 à 00:17

    Howdy I am so excited I found your blog page, I really found
    you by mistake, while I was researching on Yahoo for something else, Regardless I am here now and would
    just like to say many thanks for a remarkable
    post and a all round enjoyable blog (I also love the theme/design), I don’t have time to read it all at the moment but I
    have book-marked it and also included your RSS feeds, so when I have time I will be back to read a lot more, Please do
    keep up the superb jo.

  17. Milton 27 janvier 2019 à 00:39

    Consider investments that provide rapid annuities.

  18. Merissa 27 janvier 2019 à 06:44

    And that is an funding danger price taking.

  19. Patsy 27 janvier 2019 à 13:33

    Thank you on your curiosity in Investment Advice.

  20. Linnie 27 janvier 2019 à 14:11

    And that is an investment threat value taking.

  21. Valentina 27 janvier 2019 à 20:32

    A monetary advisor is your planning companion.

  22. Dolores 27 janvier 2019 à 21:27

    This is true for investment recommendation as properly.

  23. Lorenza 7 février 2019 à 05:33

    Thanks on your curiosity in Investment Advice.

  24. Teresa 7 février 2019 à 08:11

    That is true for investment recommendation as properly.

  25. Manuela 8 février 2019 à 05:13

    Contemplate investments that offer rapid annuities.

  26. Tam 8 février 2019 à 16:52

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  27. Terri 9 février 2019 à 03:02

    Buyers do pay direct and indirect costs.

  28. Robyn 11 février 2019 à 02:00

    All kinds of investments include sure dangers.

  29. Kassandra 11 février 2019 à 02:17

    And that is an funding threat worth taking.

  30. May 12 février 2019 à 07:29

    Contemplate investments that offer instant annuities.

  31. Harlan 16 février 2019 à 01:23

    Take into account investments that offer immediate annuities.

  32. Israel 19 février 2019 à 01:32

    And this is an funding danger value taking.