Le Blog Finance

Algérie : production de pétrole au Sahara en partenariat avec les USA

L’Algérie semble avoir le vent en poupe actuellement dans le domaine énergétique. De quoi lui offrir un poids certain  dans d’éventuelles discussions que pourraient mener européens et américains sur l’épineux dossier du Mali et plus largement du Sahel.

Une position qu’ont bien compris les Etats-Unis et dont ils pourraient d’ores et déjà profiter alors qu’ils viennent de s’associer avec le géant pétrolier algérien Sonatrach en vue d’exploiter en commun un nouveau gisement prometteur.

Accord non négligeable si on rappelle que si certes l’Algérie est dotée d’importantes ressources énergétiques, sa production de pétrole semble s’amoindrir par rapport à sa production de gaz.

Précisons ainsi que selon l’AIE, le pays occupait en 2011 la 15ème place mondiale en terme de producteur de pétrole et la 2ème place en Afrique derrière le Nigéria. Membre de l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l’Algérie produit actuellement 1,2 million b/j. Les hydrocarbures représentaient 37% de son PIB en 2012, 97 % de ses exportations et 70% de ses recettes fiscales, lui rapportant par ailleurs la quasi-totalité de ses devises.

Afin d’inciter les majors étrangères à investir de nouveau dans le pays – frappé récemment par un attentat sanglant à In Amenas – Alger a récemment décidé d’alléger la fiscalité dans le secteur. L’attaque terroriste pouvant nuire à terme à ses intérêts économiques, les groupes énergétiques internationaux pouvant estimée comme trop risquée une implantation locale accrue.

C’est dans un tel contexte que le ministre algérien de l’Énergie Youcef Yousfi a inauguré officiellement dimanche l’exploitation d’un important gisement de pétrole dans le Sahara. Ses réserves prouvées s’élèvent à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.

Le gisement d’El Merk, situé dans le bassin de Berkine, près d’Illizi (1.800 km au sud d’Alger) devrait produire à terme 146.000 barils par jour (b/j) de pétrole et 30.000 bj de GPL. Et ce dans le cadre d’un partenariat établi entre la société publique d’hydrocarbures Sonatrach et le groupe américain Anadarko, lesquels détiennent respectivement 51% et 49%.

C’est le 3 mai dernier, que Sonatrach et Anadarko ont entamé l’exportation du premier brut du gisement d’El Merk après le démarrage de la production mi-mars dernier. Si au démarrage, le site produisait 12 000 barils/jour, l’objectif est d’atteindre une extraction à plein régime de 127 000 bj fin 2013.

Selon la presse algérienne, ce projet qui représente un investissement d’environ 4,5 milliards de dollars, est le point central sur lequel se base la stratégie de développement de la Sonatrach pour augmenter ses capacités de production, tout en s’appuyant sur son partenaire.

Grâce au gisement d’El Merk, la production du bassin de Berkine, en exploitation depuis 1998, devrait atteindre plus de 300.000 barils par jour. Plaçant le site à la 2ème place en terme de capacité de production algérienne après celui de Hassi Messaoud, ce dernier abritant 70% des réserves d’hydrocarbures de l’Algérie.

Autre point notable : le projet El Merk comprend également une usine de traitement de brut, laquelle représente un investissement de 3,2 milliards de dollars. Opérationnelle depuis mai dernier, sa capacité est de 83.000 barils de pétrole par jour à l’heure actuelle, les investissements réalisés permettant une production supplémentaire de brut de près de 100.000 barils de pétrole par jour.

Parallèlement, le PDG de la Sonatrach Abdelhamid Zerguine a tenu à préciser que le groupe pétrolier consacrera un partie importante de son programme d’investissement d’un montant de 100 milliards de dollars, à l’intensification de l’exploration. Avec pour objectif premier de conforter les réserves de Sonatrach.
Le dirigeant se félicitant par ailleurs des découvertes importantes réalisées depuis peu, qui au delà de reconstituer ses réserves permettent également de les augmenter.

Le ministre de l’Energie algérien a en effet annoncé samedi la découverte d’un nouveau champ pétrolier d’environ 1,3 milliard de barils près d’Amguid Messaoud, dans le sud du pays. Selon lui, il s’agit de ‘une des plus importantes découvertes réalisées par Sonatrach ces vingt dernières années”.
Sonatrach devrait avoir recours à la fracturation hydraulique pour extraire jusqu’à 50 % des réserves, les techniques conventionnelles n’offrant la possibilité que d’extraire 10 à 15 % des ressources si l’on en croit le ministre. A noter toutefois que le recours à la fracturation hydraulique devrait induire une hausse d’environ 10 % des coûts pour le projet global. Le développement du champ est prévu dans trois ou quatre ans.

Sources : AFP, Ecofin, Le Monde,  Ambassade de France en Algérie – Service Economique régional

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 27 octobre 2013

A lire également :

. L’Algérie : point central de la stratégie militaire US au Mali et au Sahel ?

. Algérie / Mali : guerre du gaz et gaz de schiste

Partager cet article

Article de

24 commentaires

  1. Hossein 28 octobre 2013 à 10:45

    Les hydrocarbures représentent plus de 97% du PIB algérien –> non

    c’est plutôt 97% des exportations algériennes et environs 46% du PIB

  2. retrouvé le retour 28 octobre 2013 à 17:06

    Merci au commentateur précédant pour la correction.
    L’Algérie après 1962 c’était avant tout des espaces publics dont les murs et les faïences étaient ravagés par des éclats. Ce n’est plus cela.
    L’Algérie c’était aussi la chute du Dinar sur le marché //, je pense que ce n’est plus cela également.
    Par contre l’Algérie à cette époque c’était déjà des cartons accrochés au grilles des jardins des anciennes habitations pieds noirs pour “voiler’ le regard. Ce détail laissant pointer le bout du nez à ce qui fut la suite.
    Je me demande personnellement comment ce pays a pu passer de quelques millions d’habitants, à quelques dizaines, heureusement qu’il y avait le pétrole et le gaz! Il faut souhaiter que le PIB soit le moins possible accroché à des gisements qui comme partout s’épuisent.

  3. ES 28 octobre 2013 à 21:34

    Ok, merci, je regarde précisément et je corrige

  4. ES 28 octobre 2013 à 21:36

    c’est donc 97 % des recettes en devises
    et non du PIB
    ———————-

    Algérie: déficit budgétaire de 18,1% du PIB en 2014, dépenses en hausse de 11,3%

    28/10 | 17:13

    Le ministre algérien des Finances, Karim Djoudi, a présenté lundi à l’Assemblée nationale un projet de loi de finances pour 2014 prévoyant un déficit de 18,1% du Produit intérieur brut (PIB), une croissance de 4,5% et une inflation de 3,5%.

    Selon le texte, l’Algérie table sur des recettes de 4.218,2 milliards de dinars (37,54 mds EUR) et des dépenses de 7.656,2 milliards de dinars (68,13 mds d’euros), en hausse de 11,3% par rapport à 2013.
    Le gouvernement a décidé d’augmenter les dépenses notamment pour financer l’investissement public dans l’industrie, l’éducation et la construction de logements.
    L’Algérie prévoit la construction d’ici fin 2014 de 800.000 logements, dans le cadre d’un programme d’investissements publics destinés à améliorer les infrastructures de base du pays.
    Le projet de loi de finances, qui ne prévoit pas de hausse d’impôts ou de nouvelles taxes, table sur un déficit de 18,1% du PIB, soit 30,59 milliards d’euros.
    M. Djoudi a précisé que ce déficit sera couvert, à hauteur de 50%, par le Fonds de régulation des recettes (FRR), qui disposera à la fin 2014 de 7.226 milliards de dinars (64,3 mds EUR environ).
    Les 50% restants seront couverts par les fonds du trésor public, a-t-il ajouté.
    Le FRR est alimenté par les différences entre le prix du pétrole vendu sur le marché et le prix de référence (37 dollars le baril) sur la base duquel est établi le budget de l’Etat.
    M. Djoudi a précisé que le budget pour 2014 a été établi sur la base d’un baril de pétrole à 37 dollars.
    Les importations de l’Algérie devraient atteindre 50 milliards de dollars en 2014, soit une hausse de 2%, et les exportations 57,4 milliards de dollars, en hausse de 2,1% selon le ministre des finances.
    Le projet de loi table sur une croissance de 4,5% en 2014 contre 3% en 2013.
    Le secteur des travaux publics devrait enregistrer la croissance la plus importante à 6,8%, suivi de l’agriculture à 6,4%, puis les services à 6,3%.
    La croissance du secteur de l’industrie devrait rester stable à 5%, selon M. Djoudi. Les hydrocarbures, qui représentent plus de 97% des recettes en devises de l’Algérie, devraient croître de 2,6%, selon le projet de loi de finances.
    Le texte prévoit un prix moyen du baril de pétrole brut algérien (Sahara blend) autour de 90 dollars et un taux de change de 80 dinars pour un dollar.

  5. Elisabeth Studer 28 octobre 2013 à 23:23

    Avril 2012
    http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/339732

    La poursuite de la remontée des cours du pétrole observée en 2011 a permis à l’Algérie de conforter encore un peu plus son aisance
    financière (réserves de change supérieures à 180 Mds USD à fin 2011, couvrant 3 années d’importations) et de dégager les moyens
    nécessaires au traitement de la demande sociale qui s’était exprimée début 2011 (hausse des salaires, des retraites, extension du champ
    des produits subventionnés…) au prix d’une hausse du déficit budgétaire (4 % du PIB). ***
    Excessivement dépendant des hydrocarbures (37%
    du PIB, 97 % des exportations et 70% des recettes fiscales) ****
    et des dépenses publiques, le modèle de croissance de l’économie algérienne
    ne parait pas soutenable à long terme. La diversification de l’économie et le développement du secteur privé, qui seuls permettront de créer
    les conditions d’une croissance pérenne, de réduire le chômage (10%, mais 20% pour les jeunes diplômés) et l ’économie informelle (entre
    20 et 40% du PIB), apparaissent plus que jamais nécessaires.

  6. Elisabeth Studer 28 octobre 2013 à 23:30

    Très bon dossier de Natixis
    http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=72280

  7. retrouvé le retour 29 octobre 2013 à 00:04

    Je veux bien croire à l’analyse de Natixis, mais sur certains chiffres je suis comme St Thomas !!

  8. brazil nuts selenium 25 janvier 2019 à 00:13

    Hello! I know this is kinda off topic nevertheless I’d figured
    I’d ask. Would you be interested in trading links or maybe guest authoring
    a blog article or vice-versa? My blog addresses a lot of the same topics as yours and
    I feel we could greatly benefit from each other. If you’re interested feel free to shoot me
    an email. I look forward to hearing from you! Wonderful blog
    by the way!

  9. brazilian steakhouse nyc 25 janvier 2019 à 01:09

    Exceptional post however , I was wondering if you could write a litte more
    on this subject? I’d be very grateful if you could elaborate a little bit further.
    Cheers!

  10. Mellisa 25 janvier 2019 à 20:50

    Nice post. I learn something totally new and challenging on blogs I
    stumbleupon on a daily basis. It’s always useful to read through content from other writers and practice
    something from their websites.

  11. Ezekiel 26 janvier 2019 à 03:45

    Excellent goods from you, man. I have understand your stuff previous
    to and you are just extremely wonderful. I actually like what you’ve
    acquired here, really like what you are saying and
    the way in which you say it. You make it enjoyable and you still care for to
    keep it sensible. I can not wait to read far more from you.

    This is actually a great website.

  12. Maximilian 26 janvier 2019 à 07:05

    All types of investments come with sure risks.

  13. Doretha 26 janvier 2019 à 08:19

    A monetary advisor is your planning associate.

  14. Matthias 26 janvier 2019 à 08:56

    Thank you on your curiosity in Investment Recommendation.

  15. Ina 26 janvier 2019 à 12:47

    Take into account investments that offer immediate annuities.

  16. Terrance 26 janvier 2019 à 15:16

    All kinds of investments come with certain risks.

  17. Marian 26 janvier 2019 à 20:10

    Financial advisors business is folks business.

  18. Reva 27 janvier 2019 à 12:36

    Thanks to your curiosity in Investment Recommendation.

  19. Kathy 27 janvier 2019 à 21:58

    A financial advisor is your planning associate.

  20. Virginia 27 janvier 2019 à 22:31

    And this is an investment danger price taking.

  21. click here now 7 février 2019 à 19:36

    I simply want to tell you that I’m beginner to blogs and certainly liked this web blog. Almost certainly I’m going to bookmark your blog . You absolutely come with fabulous posts. Thanks for sharing with us your webpage.

  22. John Deere Service Manuals 12 février 2019 à 05:59

    I like this web site its a master peace ! Glad I detected this on google .

  23. Quincy 15 février 2019 à 01:12

    All varieties of investments come with sure dangers.

  24. Jamila 15 février 2019 à 01:21

    Thank you for your interest in Funding Recommendation.

Commenter cet article