Le Blog Finance

Quand le Mexique s’éveillera  … une menace pour la Chine ?

Exit la Chine ! Bienvenue le Mexique ! ?
Selon un rapport du Boston Consulting Group, d’ici à 2015 – soit quasiment demain – le Mexique bénéficiera d’un avantage en termes de coût du travail de l’ordre de 30 % par rapport à la Chine.
Car toutes les “bonnes” chose semblent avoir une fin … et si l’Empire du Milieu s’est éveillé, ses employés aussi, lesquels réclament désormais leur part du gâteau dans le fruit de la croissance. Provoquant une hausse des salaires bien compréhensibles.
Tant et si bien … qu’il faut désormais chercher le Pérou ailleurs … quitte à le trouver au Mexique.
Car, si il y a dix ans encore, l’écart entre la Chine et le Mexique en terme de de salaires horaires s’élevait à 318 %, à l’avantage du secteur industriel chinois, d’ici 2015, le rapport devrait s’inverser au bénéfice du Mexique, ce dernier pouvant même dépasser l’Empire du Milieu, avec un écart positif de 19 %.

Au bénéfice du Mexique … mais pas forcément des Mexicains  … puisque le salaire mexicain devrait alors plafonner à un peu moins de 4 dollars de l’heure (taxes comprises).

En ce qui concerne la productivité, les indicateurs relatifs aux ouvriers mexicains démontrent une progression sans faille. Si, en 2003, l’écart au profit de la Chine se chiffrait à 165 %, il ne devrait plus être que de 14 % en 2015.  Un mélange – que certains pourraient qualifier de « heureux »  – de salaire unitaire peu élevé et d’indice de productivité quelque peu « alléchant » qui permet au Mexique d’espérer au final dépasser son concurrent asiatique de 30 % d’ici …. quelques mois.

Autre avantage non négligeable du côté mexicain : la part du coût du travail dans les exportations de produits manufacturés (7%) y est plus faible qu’en Chine (15 %). Rappelons à titre de comparaison, qu’elle est de 30 % pour la France et de 19 % aux Etats-Unis. Une aubaine, au final, pour les USA, dont le marché absorbe 77 % des exportations de produits manufacturés mexicains. Faisant du Mexique le troisième partenaire commercial des Etats-Unis et la 14e puissance économique mondiale.
En cas de maintien de la tendance actuelle, les exportations mexicaines devraient progresser chaque année de 20 à 60 milliards de dollars d’ici à 2017, ce qui devrait permettre la création de 1,5 à 3,5 millions d’emplois supplémentaires (emplois directs et indirects inclus).

Au delà du niveau attractif des salaires mexicains (pour les employeurs), les nombreux accords de libre-échange conclus par le Mexique avec ses partenaires mondiaux ainsi que le coût de l’énergie pourraient faire la différence.
Mettant en avant ce que nous suspections déjà depuis quelques semaines : au delà de la guerre énergétique à laquelle se livrent depuis déjà de nombreuses année les grands de ce monde, la prochaine bataille mondiale sera  celle des accords commerciaux. Tels le Système de Préférences généralisées qui doit être revu prochainement, et qui pourrait être le fin mot de l’histoire des déboires sociaux et industriels du Bangladesh, les discussions autour de l’entrée de la Russie dans l’OMC, les dessous du conflit entre panneaux salaires chinois et vins européens.
Or, au cours des dernières années, le Mexique a multiplié les accords de libre-échange … sa « palette » offrant un choix d’une quarantaine de traités tels que l’ALENA (Accord de libre-échange Nord Américain), signé en 1994, l’Alliance du Pacifique (Chili, Colombie, Mexique, Pérou) conclus en 2012. La Chine n’en disposant « timidement » que de 18…

S’agissant de la facture énergétique, précisons qu’en 2012, le prix du baril était de 3,24 dollars au Mexique contre 4,89 dollars du côté chinois.  Quant au gaz, côté mexicain, le million de BTU (British Thermal Unit) s’échange à 5 dollars contre 13, 6 dollars en Chine.  L’électricité est également moins onéreuse au Mexique à 11,5 dollars/kWh, contre 12 dollars dans l’Empire du Milieu. L’avenir y est prometteur, le sous-sol mexicain étant doté de nombreuses réserves de gaz de schiste.
Reste que la médaille a son revers : une corruption accrue, assortie d’une montée de la violence au cours des cinq dernières années, éléments de nature à refroidir quelque peu les investisseurs étrangers. Lesquels s’interrogent également sur les capacités du Mexique à offrir une main-d’oeuvre qualifiée et à proposer une industrie d’un niveau technologique permettant de répondre aux nouvelles exigences mondiales. Tout en se plaignant de la lenteur bureaucratique. Mais jusqu’à quand ?

Quant aux conditions de travail des salariés … C’est une autre histoire …

Sources : Boston Consulting Group

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 08 juillet 2013

Partager cet article

Article de

12 commentaires

  1. retrouvé le retour 9 juillet 2013 à 00:28

    Encore un père Noël !! Mexicain cette fois. Avenir radieux à tous les étages. Qui peut croire ces sornettes? Investiriez-vous au Mexique?

    Un bon exemple // d’aveuglement médiatique sur de simples “faits divers” dont un impliquant un accident d’avion aux US ( 2 morts) et l’autre un train de “pétrole brut” au Québec. ( Des dizaines voir plus de “disparus”).
    La machine médiatique qui ne baragouine que l’anglais ne voit que l’avion. A mourir de tristesse, les Québécois peuvent griller tranquille !!

  2. ES 9 juillet 2013 à 10:19

    un simple mot MAQUILADORA …
    ou l’envers du décor et de l’eldorado mexicain …
    edifiant

  3. ES 9 juillet 2013 à 10:20

    propagande US pour forcer la Chine à accepter de nouvelles conditions moins avantageuses

    grosse intox des US en ce moment sur bcp de domaine
    et comme je l’indique : renégociation des accords commerciaux est leur nouvelle bataille

  4. retrouvé le retour 9 juillet 2013 à 18:25

    Il n’existe pratiquement pas de droits de douane actuellement sur de nombreux produits, il ne faut donc attendre aucune amélioration venant de cette direction.

    Le crédit c’est mort, ceux qui vont, en dehors de certaines niches repérables, vouloir “investir” vont ramasser des pelles tout simplement par absence ( même relative) de clientèle.

    Les structures “dessous de tapis” des banques, nationalisés ou pas, qui cachent pudiquement les désastres venus des investissements aux USA de la période 2007 2008 ne se résorbent pas vraiment.

    Pour finir il est peu crédible de comparer la population du Mexique et son industrie avec le poids de la Chine.
    J’évite de parler des viols collectifs, des exécutions massives de femmes et des charniers à la frontière des USA.

    Ca risque d’être dur, mais il ne faut certainement pas être pessimiste, il existe certainement des solutions.

  5. Bastien 10 juillet 2013 à 14:19

    Si le marché mexicain pourrait bien se réveiller et devenir attractif, il faut également garder à l’esprit que le Mexique est un pays où les violences urbaines sont extrêmement importantes et il faut encore voir si les travailleurs vont accepter des salaires aussi bas qu’actuellement avec ce type de prévisions. Rien n’est moins sur !

  6. ES 4 novembre 2017 à 00:39

    Mexique: découverte d’un important gisement de pétrole et de gaz

    Mexico – Le président mexicain Enrique Peña Nieto a annoncé vendredi la découverte d’un “important” gisement de pétrole et de gaz dans l’Etat de Veracruz, dans l’est du pays.

    Ce gisement renfermerait des réserves estimées à 1,5 milliard de barils de pétrole brut et serait la découverte “la plus importante des quinze dernières années” onshore (sur terre) pour l’entreprise publique Pemex, a souligné M. Peña Nieto lors d’une réunion publique.

    L’extraction devrait pouvoir se faire “dans relativement peu de temps et à bas coût” car le gisement se trouve à proximité d’infrastructures de Pemex déjà existantes, selon le président mexicain.

    Cette découverte intervient alors que la production du géant pétrolier a baissé au troisième trimestre à 1,8 million de barils par jour , soit un recul de 12% par rapport au niveau de la même période de 2016.

    La compagnie Pemex qui génère environ 16% des revenus de l’Etat mexicain, a enregistré une perte nette de 5,3 milliards de dollars au troisième trimestre, principalement à cause de l’impact des catastrophes naturelles sur sa production au mois de septembre.

    (©AFP / 03 novembre 2017 22h42)

  7. retrouvé le retour 4 novembre 2017 à 09:26

    Oui bravo pour cette magnifique découverte !!
    Oui effectivement la baisse de la production mexicaine ” soit un recul de 12%” est inquiétante, mais il peuvent toujours chercher du gaz de schiste à la mode US. :) :)

    Quand quelqu’un menace le monde entier comme les USA sans en avoir les moyens on dit en Français “qu’il n’a que de la gueule” et quand on a un allié véreux, ici ” on dit que c’est “une planche pourrie”, ce qui veut dire que cette planche qui semble être un pont vers l’autre rive va craquer et vous faire tomber dans l’eau !! avec du courant et glacée si possible !! :( :)
    Mieux vaut apprendre à nager avant !!

  8. retrouvé le retour 4 novembre 2017 à 18:52

    1/3 des touristes à Paris seraient des Chinois !! ( Si l’on en croit le sauve qui peut à la télé, déclenché par une nouvelle attaque) !! Donc si l’on rajoute plus d’ 1/3 de Mexicains et un bon tiers d’ Africains qui campe sous la tente ici et là dans les parcs, il ne reste plus beaucoup de place pour les pasteurs dit “évangelistes”, les Mormons et autres adventistes US ( qui eux peuvent attendre tranquillement un autre jour voir le 7ème !!)

  9. Clicking Here 8 février 2019 à 00:26

    I just want to mention I am just beginner to blogging and seriously savored your web-site. Very likely I’m want to bookmark your website . You amazingly come with incredible writings. Cheers for sharing with us your web-site.

  10. John Deere Technical Manuals 9 février 2019 à 23:08

    Hey, I’ve been ranking well for “free justin bieber stuff”.

  11. France Has 16 février 2019 à 07:09

    What can be the ideal Joomla template for a magazine or feature wire service?

  12. Tractor Workshop Manuals 19 février 2019 à 12:24

    I believe this web site contains very superb composed articles posts .