Le Blog Finance

USA / budget : une hausse d’impôt préambule à tout accord au Congrès selon Geithner

Certes Obama a gagné les élections présidentielles US  mais cela pourrait bien être un « cadeau empoisonné » dans un pays qui pourrait devenir très difficile à gérer … tant compte-tenu de l’état catastrophique de ses finances qu’en raison de sa situation politique, laquelle pourrait rapidement aboutir à un blocage … républicains et démocrates s’affrontant justement sur les mesures budgétaires à adopter.

En tout état de cause, le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, a déclaré dimanche qu’il n’y aurait pas d’accord au Congrès sur le budget si les républicains n’autorisaient pas une hausse des impôts pour les contribuables les plus aisés.

« Si les républicains ne veulent pas une augmentation des impôts au niveau où ils étaient sous l’administration Clinton, époque où l’économie américaine était florissante, il n’y aura pas d’accord » a ainsi prévenu M. Geithner, s’exprimant sur la chaîne CNN.

Rappelons que faute de règlement au Congrès entre républicains et démocrates, les Etats-Unis se verront confrontés le 2 janvier prochain à un véritable « mur budgétaire » ou « fiscal cliff »  :  la concomitance dès le début 2013 de la fin des exonérations fiscales décidées sous la présidence de George Bush et prolongées de 2010 à 2012 et la mise en oeuvre de coupes budgétaires prévues par l’accord de 2011 sur le relèvement du plafond de la dette.

En l’absence d’accord, 600 milliards de coupes budgétaires et hausse d’impôts entreront automatiquement en vigueur le 1er janvier 2013 … mesures de nature à plomber la croissance US et qui devraient conduire les Etats-Unis tout droit vers la récession. Une raison on ne peut plus valable pour laisser courir le bruit que la fin du monde approche … histoire de détourner l’attention.

Le ministre américain de l’Economie a pour sa part appelé les républicains à présenter une nouvelle offre, alors que ces derniers ont rejeté une proposition faite jeudi par M. Geithner au nom de l’administration démocrate.

En vue de justifier la position des membres de son parti, le chef républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, avait considéré que cette proposition n’était pas sérieuse, puisqu’elle mentionnait selon lui 1.600 milliards de dollars de rentrées fiscales supplémentaires et seulement 400 milliards de coupes budgétaires.

Précisons que les républicains veulent s’attaquer au déficit budgétaire en diminuant tout particulièrement les dépenses destinées aux programmes sociaux et en visant les niches fiscales, sans toutefois toucher au taux d’imposition des plus riches.

Elisabeth STUDER – www.leblogfinance.com – 02 décembre 2012 -

Partager cet article

Article de

Commenter cet article