Le Blog Finance

Espagne : cannabis contre taxes foncières

cannabis-espagne.jpgUne idée fumante ou fumeuse ? Idée pour le moins originale, voire même déplacée diront certains.

Alors qu’une grave crise économique et financière secoue actuellement la péninsule ibérique, le petit village catalan de Rasquera, a voté mardi en faveur d’un “projet anti-crise” pour le moins surprenant : la plantation de cannabis.

Objectif affiché : renflouer les caisses de la commune.

Rappelons que la consommation privée de drogue  n’est pas un délit en Espagne, seule la vente étant interdite par la loi.

Au total, 308 habitants sur les 804 électeurs se sont déclarés en faveur du projet.

Le “plan anti-crise” préconise de louer sept hectares de terres à l’Association barcelonaise de consommation privée de cannabis  (ABCDA), un groupement de fumeurs de haschisch. L’objectif étant que cette dernière puisse y cultiver du chanvre indien pour ses 5000 membres.

Rappelons à cet égard que les Clubs Sociaux du Cannabis (CSC) sont des associations d’usagers qui s’organisent pour s’auto-approvisionner sans avoir recours au marché noir. Profitant d’un flou juridique, existent ainsi depuis plusieurs années, des clubs privés  qui produisent du cannabis pour le distribuer, sans but lucratif et en circuit fermé, à des consommateurs adultes.

A noter par ailleurs que le vote des électeurs intervient alors que la localité de Rasquera doit faire face à de lourds endettements. Sa dette de 1,3 million d’euros ne pouvant semble-t-il être amoindrie de manière significative via les cultures plus « traditionnelles » de vigne et d’oliviers.

Pour argumenter son initiative, la municipalité indique par ailleurs que 40 emplois, directs ou indirects pourront voir le jour grâce à ces plantations de cannabis.

Selon elle, le prix de location des terres devrait être multiplié par plus de dix par rapport aux baux normaux.

Sources : ats, AFP

Partager cet article

Article de

2 commentaires