Le Blog Finance

Tunisie : ENI envisage l’exploitation de gaz de schiste

openbloc0410-oil-tunisia.jpgLes dessous du printemps arabe …. ? Qui sait ? … En tout état de cause, la compagnie pétrolière italienne, ENI, a annoncé qu’elle envisageait l’exploitation du gaz de schistes en Tunisie.

Une annonce qui intervient alors que la presse tunisienne se fait de plus en plus l’écho d’un important potentiel énergétique sur le territoire tunisien
 Informations que nous vous donnions ici-même en décembre 2009,  avant que n’éclate la révolution du jasmin.

Lors d’une conférence de presse, organisée le 30 janvier dernier, par l’institut britannique Chatham House, un responsable du géant pétrolier italien a ainsi indiqué que depuis quelques mois, ENI menait des études sur le potentiel de la Tunisie en gaz de schistes.

Selon le responsable, si la production de gaz de schiste est actuellement concentrée pour l’essentiel en Amérique du Nord, la situation pourrait changer à court terme.

« Bien que la plupart des découvertes aient été effectuées aux Etats-Unis, les grandes compagnies pétrolières cherchent de nouveaux pays (comme la Tunisie et l’Algérie), pour développer une telle réserve non-conventionnelle » a-t-il en effet précisé.

Rappelons que jusqu’au début des années 2000, le coût d’extraction de tout gaz de ce type était trop important pour permettre une exploitation massive rentable.

Désormais, la flambée des cours du prix du gaz permet un retour sur investissements beaucoup plus intéressant. A noter par ailleurs qu’au début de l’année 2012, ENI a annoncé qu’elle comptait investir 600 millions de dollars dans le secteur pétrolier de Tunisie. Lesquels investissements concernent des projets de développement des champs pétroliers, le renforcement des activités d’exploration et le financement d’actions de développement.

Rappelons que le 12 janvier 2011 (!!!!), la compagnie pétrolière Sonde Resources avait annoncé qu’elle avait achevé les travaux de forage et d’exploration de son premier puits  situé dans  le bloc répondant au nom oh combien symbolique de «  7 Novembre » , situé au large de la Tunisie et de la Libye. Le 7 novembre 1987 étant – rappelons-le – la date de l’arrivée au pouvoir de Ben Ali près un coup d’Etat.

 Jack Schanck, PDG de  Sonde Resources s’était alors déclaré  très satisfait des tests qualifiés de « robustes » effectués dans le  puits d’évaluation Nord Zarat -1 dans lequel Sonde  détient  100% des intérêts opérationnels, « l’épaisseur de la colonne d’hydrocarbures étant environ le double de celle prévue initialement pour cet emplacement ».

« Nos études d’ingénierie à court terme comprendront l’examen de l’utilisation de puits horizontaux pour le développement du champ, ce qui peut  se traduire par  des taux de production et des réserves récupérables par puits sensiblement plus élevés compte tenu de la qualité de la roche du réservoir rencontrée », avait-t-il ajouté. Les trois tests effectués ont conclu à l’existence d’importantes quantités de gaz et de condensats, avec approximativement 750 de barils de condensats et 8 millions de pieds cubes de gaz par jour  avec un pic de condensat  allant jusqu’à 1.100 barils par jour.

Les dirigeants de Sonde Resources  avaient alors déclaré être en cours d’élaboration de différents scénarii  relatifs aux réserves récupérables, leurs études visant notamment à déterminer les options envisageables et les coûts associés au développement du champ de Zarat. Parmi un des scénarii possibles : la cession d’intérêts à un ou plusieurs partenaires potentiels.

Selon le groupe pétrolier lui-même, Sonde Ressources travaillait alors en partenariat avec la société Joint Oil  en vue d’explorer et développer le Block 7 Novembre  …. Joint Oil étant elle-même le fruit d’un partenariat … entre les gouvernements tunisiens et libyens d’alors … En effet, la société tuniso-libyenne créée en 1988  pour exploiter le gisement frontalier 7-Novembre   était à cette date détenue à parts égales par l’Entreprise (publique) tunisienne d’activité pétrolière (Etap) et Libya Oil.

Sources : AFP, Oil and gas journal, African Manager, Jeune Afrique Sonde ressources

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. ES 27 mai 2017 à 18:26

    on ne reparle bien évidemment
    synthèse en cours

Commenter cet article