Le Blog Finance
A la une

Exploration du site de Leviathan par Chypre : la Turquie s’insurge

gaz-israel-leviathan.jpgLe 8 septembre dernier, le Premier ministre turc déclarait à Al Jazzera, que la Turquie ne laisserait pas Israël jouir seule du gaz exploité dans les eaux chypriotes

Ce dernier jugeant « provocatrice » l’exploration au voisinage du gisement très prometteur de Léviathan.

Parallèlement le Premier ministre Recep Erdogan menaçait d’envoyer sa flotte au voisinage du site aux frontières controversées, annonçant qu’il pourrait fournir une escorte navale à ses propres bâtiments d’exploration en Méditerranée chargés d’effectuer des forages sur des gisements d’hydrocarbures au large de la côte nord de Chypre.

En septembre dernier, lors d’une conférence de presse, le Premier ministre turc avait réitéré l’opposition de son pays aux zones économiques exclusives fixées en 2010 dans le cadre d’un accord entre Chypre et Israël.

«Nous avons des approches différentes en matière de zones économiques exclusives dans la région telles qu’elles ont été annoncées. Sur ce point, et s’agissant de l’armée, nous surveillerons cette région avec l’aide d’avions, de frégates et de vedettes lance-torpilles» avait-il prévenu.

Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, réagissait ainsi aux propos du président chypriote Demetris Christofias, lequel venait d’annoncer que les forages débuteraient prochainement au large des côtes sud-est de Chypre. 

Le gouvernement chypriote grec, seul à ce jour à être reconnu par la communauté internationale, effectue actuellement des travaux d’exploration sur le fabuleux gisement de Leviathan, situé au large de Chypre, avec la compagnie américaine Noble Energy, et ce, dans le cadre d’un accord avec Israël . Rappelons que la partie turque, située dans le nord de l’île est uniquement reconnue par Ankara.

La Turquie avait également exhorté le gouvernement chypriote grec à cesser immédiatement ses explorations de gaz et prévenu que ses propres navires d’exploration en Méditerranée pourraient être accompagnés d’escortes militaires.

La compagnie pétrolière turque TPAO va se déployer dans les eaux au nord de Chypre en raison d’un accord entre Ankara et la partie pro-turque de Chypre sur le tracé des frontières maritimes, avait parallèlement déclaré le ministre turc de l’Energie, Taner Yildiz.

Au final, Ankara demande aux responsables chypriotes de favoriser la collaboration de la Turquie, dans les projets énergétiques de Chypre.

Partager cet article

Article de

16 commentaires

  1. Elisabeth Studer 1 novembre 2011 à 01:27

    Dimanche 2 octobre 2011
    ———————————–
    Les navires de guerre turcs harcelent les cargos israeliens.
    Depuis jeudi, 29 septembre, les navires de guerre turcs ont harcel

  2. Elisabeth Studer 1 novembre 2011 à 01:30

    Piqu

  3. BA 1 novembre 2011 à 09:20

    Mardi 1er novembre 2011 :
    La Bourse de Francfort ouvre en baisse de 3,37 %, craint le pire pour la Gr

  4. Elisabeth Studer 1 novembre 2011 à 13:31

    S

  5. Elisabeth Studer 3 juin 2013 à 23:48

    on en reparle , compte-tenu du contexte actuel en Turquie

  6. ES 30 juillet 2013 à 23:16

    On en reparle …
    ——————————————————–

    “Un barrage turc à l’ouest de la zone économique exclusive”

    30 juillet 2013

    Politis, 30 juillet 2013

    Un navire de guerre en provenance de le partie occupée de Chypre a fait barrage la semaine dernière à un bateau italien, à proximité de la zone économique exclusive (ZEE) de la République de Chypre où se déroulent des explorations de gaz naturel, révèle Politis.

    Le navire italien Odin Finder, qui devait participer à une opération d’immersion de fibres optiques sous-marines reliant Chypre et d’autres pays de la Méditerranée, a été bloqué par le navire turc et finalement été obligé de se retirer. Nicosie a dénoncé cet acte auprès des ambassades américaine et italienne.

    Il s’agit du troisième incident de ce genre en trois mois, note le quotidien. La Turquie ne reconnaît pas les accords de frontières maritimes conclus entre Chypre et les pays voisins et a menacé de mobiliser des navires de guerre si les forages de gaz naturel débutaient dans la ZEE.

  7. ES 30 juillet 2013 à 23:34

    Autre hasard ?
    ———————–
    20:25 30/07/2013

    NEW YOURK/ONU, 30 juillet – RIA Novosti

    La mission des casques bleus dans l’île de Chypre, divisée entre les communautés grecque et turque, est prorogée jusqu’au 31 décembre 2014, annonce une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu adoptée mardi.

    Selon le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon, la Force internationale de l’ONU chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP) compte actuellement 859 militaires et 68 policiers.

    La résolution du Conseil de sécurité a également appelé les communautés grecque et turque à poursuivre les consultations avec UNFICYP visant à démarquer la zone tampon, à faciliter l’accès de démineurs à cette zone et à élargir le déminage en dehors de la zone tampon qui sépare les deux communautés.

    Chypre est divisée depuis 1974, suite à l’intervention de l’armée turque qui a envahi le nord de l’île. Cette intervention a été motivée par le coup d’Etat effectué par les Chypriotes grecs avec le concours d’Athènes qui voulait rattacher l’île à la Grèce. Quelque 30.000 soldats turcs sont actuellement déployés dans la partie nord de Chypre, tandis que les régions sud de l’île sont contrôlées par les autorités de Nicosie.

Commenter cet article