Le Blog Finance

Nouvel accord en vue entre la France et le Kazakhstan ?

kazakhstan--sarkozy-.jpgAlors que compte-tenu du développement de l’énergie nucléaire, l‘uranium pourrait être le pétrole du 21eme siècle, Nicolas Sarkozy reçoit mercredi à l’Elysée Noursoultan Nazarbaïev, le le président du Kazakhstan, pays doté d’importants gisements de cette matière première très convoitée.

S’il est question de “l’approfondissement du partenariat stratégique” entre les des deux pays, la Présidence annonce d’ores et déjà que la signature d’accords et de contrats est également à l’ordre du jour.

Si l’on en croit un communiqué de l‘Elysée, l’entrevue entre les deux présidents sera également consacré “au développement du dialogue politique” bilatéral.

Objectifs affichés : les préparations du sommet de l’OSCE à Astana – la capitale kazakhe- et de la présidence française du G20, laquelle démarre à la mi-novembre pour un an.

Rappelons à toutes fins utiles que l’ampleur des ressources énergétiques du Kazakhstan  attire actuellement toutes les convoitises. Il est vrai que le pays assure 13% de la production mondiale d’uranium et en détient 17% des réserves.

Précisons que durant le premier semestre 2010, le Kazakhstan a augmenté sa production d’uranium à 4.060 tonnes, ce qui correspond à une hausse de 63% en valeur glissante annuelle. Le revenu total au premier semestre 2010 a augmenté de 19% pour atteindre près de 233 millions d’euros, soit une croissance de 25% sur douze mois.

En octobre 2009, les groupes français Total et GDF-Suez avaient annoncé leur participation à l’exploitation du champ gazier russo-kazakh de Khvalinskoye, en mer Caspienne, opéré en partenariat avec le Russe Loukoïl et le Kazakh Kazmunaigaz.

Sources : AFP, Ria Novosti

A  lire également :

. Fillon sera vendredi au Kazakhstan, pour Total et Areva ?

. Pourquoi Borat a tort de se moquer du Kazakhstan

. UE-Kazahstan : accord sur énergie, uranium et nucléaire

Russie / Usa : combat de titane avec Boeing ?

GDF candidat sur une champ gazier du Kazakhstan

 

 

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. Nenuphar 27 octobre 2010 à 01:11

    A l’heure des énergies propres, la France enfermée dans le nucléaire, veut à tout prix fourguer sa “technologie” aux pays émergents alors que ces derniers devraient y réfléchir à deux fois avant de s’aventurer dans cette voie qui les lierait au fournisseur pour longtemps avec tous les risques de pollutions de leurs population et territoire.

  2. Nu Phare 27 octobre 2010 à 10:54

    Exact en apparence.
    Car en réalité les énergie nouvelles dites propres et écologiques ne sont pas encore en mesure de remplacer complètement les anciennes énergie fossiles et encore disponible.
    Le nucléaire est un palliatif, un relais en attendant que les sciences et techniques évoluent.
    Et puis si les pays émergents veulent émerger, ils sont bien obligé de se lancer dans la course à moins de vouloir les laisser à l’age de pierre ou du bronze.
    FOURGUER…
    je trouve ce mot un peu excessif en l’occurrence, je l’emploierais plus pour un dealer de cam.
    Dans le cas du nucléaire, il s’avère que la technologie française est reconnue comme étant de qualité supérieure, mais que malheureusement les pays émergents souhaitent des produits low cost au risque de rogner sur la qualité…
    C’est bien le débat actuel entre EDF et AREVA, EDF ne voulant pas être trop lié à AREVA car AREVA est trop cher pour tout le monde.