Le Blog Finance

Iran : accord sur l’exportation de gaz au Pakistan

India-pakistan-iran-pipeline Selon le porte-parole de la diplomatie iranienne Hassan Ghashghavi, l'Iran a conclu un accord pour l'exportation de gaz au Pakistan.

L'accord a été signé dimanche à l'occasion d'un sommet régional à Téhéran auquel participaient le président pakistanais Asif Ali Zardari et son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Cet accord est le dernier en date pour le projet IPI (Iran-Pakistan-Inde), visant à fournir du gaz iranien à l'Inde via le Pakistan grâce à un gazoduc long de 2.600 km.

Si Hassan Ghashghavi a évoqué par la suite qu'un "contrat" avait établi en vue de figer l'accord, il ne semble pas qu'il en soit tout à fait ainsi. Selon le signataire iranien Saïd Reza Kassaïzadeh, directeur de la société nationale iranienne d'exportation de gaz (NIGEC), il ne s'agit à l'heure actuelle que d'un "accord final", le contrat à proprement parler devant être signé "dans trois semaines". Il concerne la livraison de 8 milliards de m3 par an.

Selon M. Kassaïzadeh, "les questions en suspens sur le prix, la révision du prix, la formule du prix et les autres questions ont été finalisées".

Le représentant iranien pour les négociations sur ce projet, Hojatollah Ghanimi-Fard, a déclaré quant à lui que l'accord prévoit une exportation quotidienne de 21,5 millions de m3 de gaz iranien. Selon lui l'accord "sera opérationnel quatre ans et demi après la finalisation du contrat".

Le ministre iranien du Pétrole, Gholam Hossein Nozari, avait indiqué dimanche que "selon ce contrat il y a aura la possibilité d'exporter 25 à 30 millions de m3 par jour de gaz au Pakistan".

Les discussions sur ce projet de 7,4 milliards de dollars ont commencé en 1994. Le débit du gazoduc Iran-Pakistan-Inde sera de 21,1 milliards de m3 de gaz naturel par an. Par la suite, ce débit sera multiplié par 2,5. Selon M. Kassaïzadeh il reste encore à construire 250 km de gazoduc de la ville iranienne d'Iranshahr (sud-est) jusqu'à la frontière pakistanaise, ce qui prendra deux ans. La construction de la conduite côté pakistanais, sur 900 km, durera entre trois et quatre ans.

Le projet a fait les frais des tensions entre l'Inde et le Pakistan, avant d'être remis sur la table début 2004 à la faveur de la relance du processus de paix entre les deux pays. Selon les médias pakistanais, les Indiens s'étaient retirés des négociations en raison des désaccords avec le Pakistan sur le coût du transit du gaz iranien via le territoire pakistanais.

L'Inde, qui était à l'origine le destinataire final du projet IPI a par la suite quitté les négociations à cause de différents sur le prix proposé par l'Iran et des incertitudes pesant sur la fiabilité de la République islamique comme fournisseur de gaz.

En septembre 2007, le ministre iranien du Pétrole par intérim, Gholamhossein Nozari, avait déclaré que Téhéran était prêt à signer un accord bilatéral avec le Pakistan sans attendre que l'Inde définisse sa position sur ce projet conjoint. L'Iran et le Pakistan s'étaient alors mis d'accord sur un système de révision du prix du gaz tous les trois ans.

L'Inde a fait également l'objet de pressions américaines pour ne pas s'engager dans ce projet. Selon Washington, les Etats-Unis souhaitent avant tout faire payer à l'Iran les « frais » de son programme nucléaire controversé. Mais l'objectif pourrait bien être aussi d'empêcher l'Inde d'accéder à des ressources par ailleurs très convoitées

A lire également :

. Iran : ultimatum lancé à l'Inde pour sa participation au gazoduc avec le Pakistan

. Iran/Pakistan : le contrat d'exportation de gaz finalisé

. GAZ : coopération Algérie/Pakistan

. Guerre « diplomatique » entre Inde et Pakistan

. Les USA chercheraient à déstabiliser l'Iran via le Pakistan

Partager cet article

Article de

7 commentaires

  1. Elisabeth 26 mai 2009 à 01:05

    vers une possible participation de l’Inde ?
    ————–
    Posted: Mon, May 25 2009. 4:52 PM
    ISTIndia can still join Iran-Pakistan gas deal
    ———
    IranIndia had been part of the $7 billion so-called

  2. Elisabeth Studer 29 mai 2010 à 00:30

    Iran et Pakistan concluent un accord décisif pour leur projet de gazoduc
    ISLAMABAD – L’Iran et le Pakistan ont conclu vendredi un accord décisif pour l’achèvement d’un gazoduc prévu depuis longtemps entre les deux pays pour livrer du gaz iranien, un projet d’un coût de 7,5 milliards de dollars qui devrait être opérationnel dans les quatre ans.
    “Je suis très content qu’après 17 longues années ce projet commence enfin. Il nous aidera à produire de l’énergie pour soutenir notre croissance industrielle”, a indiqué le ministre de l’Energie pakistanais Syed Naveed Qamar à l’issue de la cérémonie de signature.
    “L’Iran nous a assuré que le projet serait fini d’ici deux ans et demi à trois ans, en avance par rapport à ce qui est prévu”, a indiqué le ministre.
    “Comme toutes les étapes de l’accord ont été acceptées, le projet est désormais prêt à entrer dans sa phase de mise en oeuvre”, a annoncé un communiqué du ministère de l’énergie.
    Le gazoduc, long de plus de 900 kilomètres, reliera Assaluyeh, dans le sud de l’Iran, à Iranshahr, près de la frontière avec le Pakistan, et transportera le gaz extrait du champ de South Pars, dans le Golfe.
    Le gaz importé — dont le volume est estimé à presque 20% de la production gazière actuelle du Pakistan — sera utilisé pour produire de l’électricité.
    La production d’éléctricité au gaz permettra des économies annuelles “significatives”, selon le communiqué, qui précise que le contrat de fourniture de gaz court sur 25 ans renouvelable 5 ans.
    “Le premier transport de gaz est prévu d’ici à fin 2014. Pour la section pakistanaise du gazoduc, le coût est estimé à 1,65 milliard de dollars”, toujours selon le communiqué.
    Cet accord est le dernier en date pour le projet initialement appelé IPI (Iran-Pakistan-Inde), initié en 1994 et visant au départ à livrer du gaz iranien sur le marché indien. L’Inde a quitté les négociations en 2009 à cause de différends sur le prix proposé par l’Iran et des incertitudes pesant sur la fiabilité de la République islamique comme fournisseur de gaz.
    (AFP / 28 mai 2010 22h25)