Le Blog Finance

L’automobile française en déroute

Automobile_2L’industrie automobile mondiale va mal, mais l’automobile française ne se porte pas mieux. Selon les chiffres publiés par l’INSEE aujourd’hui, ses ventes ont chuté de 14,3% en octobre, après un mois de septembre déjà en recul de 5,9%. Sur 12 mois, la production automobile s’effondre de… 29,2% ! Du jamais vu depuis janvier 1991, estime l’économiste Marc Touati, pour qui le secteur "est bien en train de vivre la crise la plus grave de son histoire". Du coup, c’est l’ensemble de la production industrielle française qui se trouve tirée vers le bas  :-2,7% en octobre… Et ce ne sont pas les mesures de réduction de l’activité prévues par les constructeurs automobiles, dès ce week-end et pour plusieurs semaines, qui risquent d’arranger les choses.

Même Dacia, frappée par la crise et les méventes, en raison notamment des restrictions de l’accès au crédit, va mettre ses ouvriers en chômage technique. La filiale roumaine de Renault, dont la Logan et la Sandero ont pourtant connu un franc succès à l’export, suspend son activité du 11 décembre au 11 janvier et ralentira ses cadences de production à partir du 12 janvier.

Alors va-t-on nous proposer deux voitures pour le prix d’une ? Ou un appartement avec un véhicule flambant neuf en cadeau de bienvenue ? A côté de ces propositions alléchantes, la "prime à la casse" de 1000 euros du plan Sarkozy fait pâle figure… sans compter, comme le souligne Alexander Law, qu’elle "favorisera tout autant les voitures importées que celles produites sur le territoire national"’. N’en déplaise à Christine Lagarde, pour qui cette situation montre "à quel point le plan de relance est nécessaire". Nécessaire sans doute, mais ô combien insuffisant !

La preuve en est que Renault a étendu la prime à la casse – réservée aux voitures de plus de 10 ans revendues pour en acheter une neuve et "propre" – aux véhicules de 8 à 10 ans, y compris pour l’achat d’un véhicule d’occasion, et que Peugeot a exprimé avant-hier son intention de faire de même.

L’année 2009 s’annonce particulièrement difficile pour les deux constructeurs français. Plus encore que leurs concurrents étrangers, eux-mêmes bien mal en point, Renault et PSA vont devoir faire face à une détérioration de leurs marges et de leur ratio d’endettement. Avec une demande qui s’affaiblit cruellement et de nouveaux reculs de l’activité dans les mois à venir, on doit s’attendre, selon les analystes, à une importante réduction de leurs bénéfices opérationnels l’année prochaine.

Conséquences de cette déroute annoncée, des licenciements, des faillites d’entreprises – notamment chez les sous-traitants – et une poursuite de la concentration du secteur au niveau européen. L’effondrement du secteur automobile se propagera également à d’autres secteurs industriels, comme celui de ses fournisseurs de "biens intermédiaires" (métaux, plastiques, caoutchouc, etc.), qui a déjà chuté de 3,5% en octobre.

Partager cet article

Article de

15 commentaires

  1. Olivier 12 décembre 2008 à 20:17

    Faurecia risque de supprimer plusieurs milliers de postes
    http://www.lesechos.fr/info/auto/4808569.htm
    [ 12/12/08 ]
    “Le numéro un français de l’équipement automobile a annoncé hier la suppression de 1.215 emplois dans ses activités françaises de fabrication de sièges. C’est 23 % de l’effectif concerné. Les autres branches vont aussi être touchées.
    La situation s’aggrave brutalement chez Faurecia. Le numéro un français de l’équipement automobile, filiale de PSA, était déjà très fragile avant la crise. Mais l’entreprise, déficitaire depuis 2005, cherchait jusqu’à présent à sortir la tête de l’eau sans mesures dramatiques. Avec la chute du marché et les déboires de tout le secteur, ses dirigeants se sont résolus à tailler à la hache dans les effectifs.
    Hier, le groupe a ainsi annoncé la suppression de 1.215 emplois dans ses activités françaises de fabrication de sièges sur la période 2009-2011. C’est 23 % de l’effectif concerné. Les 9 sites français de Faurecia dans ce domaine seront tous affectés. Le plus touché sera celui de Brières-les-Scellés (Essonne). Dans l’Orne, les 3 usines de Flers seront regroupées sur un même site à Caligny, avec au passage une forte réduction du nombre de postes. Celle de Saint-Nicolas-de-Redon, en Loire-Atlantique, devrait être purement et simplement fermée en 2011. Ce sera le cas de celle de Pierrepont (Meurthe-et- Moselle) dès la mi-2010, avec la fin de vie de la camionnette Renault Master, dont certains éléments sont fabriqués sur place. L’unité de Nompatelize (Vosges) sera, elle, conservée, mais avec une nette baisse de son effectif. « Malgré nos efforts en faveur de la mobilité, on ne pourra pas éviter des licenciements », reconnaît-on au siège.
    Ces mesures ne constituent cependant qu’une première salve. « Face à l’ampleur et à la rapidité de la baisse d’activité intervenue à partir du troisième trimestre », Faurecia souhaite « redimensionner son dispositif en France ».
    Des décisions du même type sont donc attendues dans les autres activités du groupe, qui emploie 15.230 personnes dans l’Hexagone. Si le même ratio était appliqué, cela pourrait entraîner la suppression de 3.500 postes au total sur la France. L’usine de planches de bord et de panneaux de portes d’Auchel, dans le Pas-de-Calais, qui emploie 600 personnes, est particulièrement sur la sellette. « Au dernier comité d’entreprise, mercredi, on nous a laissés entendre que la fermeture était désormais le scénario le plus probable à l’horizon de 2010 », rapporte un syndicaliste.
    A cela s’ajoutent des réductions d’effectifs à l’étranger, où se trouve l’essentiel du personnel. Des mesures ponctuelles ont déjà été prises en Espagne et en Allemagne.”

  2. Olivier 17 décembre 2008 à 21:10

    Valeo va réduire ses effectifs de 5.000 personnes, dont 1.600 en France
    PARIS (AFP)

  3. Sebastian 26 janvier 2019 à 04:26

    Monetary advisors enterprise is individuals enterprise.

  4. brazil flag meaning 27 janvier 2019 à 00:59

    Hey! This is my 1st comment here so I just wanted to give a quick shout out and
    say I genuinely enjoy reading your blog posts.
    Can you suggest any other blogs/websites/forums that deal with the same topics?

    Thanks for your time!

  5. Kenneth 27 janvier 2019 à 07:20

    Now it’s time to choose your specific investments.

  6. Edwin 28 janvier 2019 à 01:23

    And that is an investment risk price taking.

  7. Mozelle 28 janvier 2019 à 01:33

    This site was… how do you say it? Relevant!!
    Finally I’ve found something that helped me. Kudos!

  8. Jai 5 février 2019 à 16:18

    A monetary advisor is your planning companion.

  9. Shelton 8 février 2019 à 05:26

    Contemplate investments that offer rapid annuities.

  10. Gretchen 10 février 2019 à 15:53

    Consider investments that supply rapid annuities.

  11. Refugia 12 février 2019 à 02:36

    Schwab Clever Portfolios invests in Schwab ETFs.

  12. Raina 16 février 2019 à 01:24

    Thanks in your curiosity in Funding Recommendation.

  13. Lillie 17 février 2019 à 03:10

    And this is an investment risk price taking.

  14. Shari 18 février 2019 à 01:29

    That is true for investment advice as properly.

  15. Stephany 19 février 2019 à 03:21

    Now it’s time to decide your particular investments.