Le Blog Finance

EADS/Airbus : l’A400M ralentit sa cadence

Airbus_eadsa400m2b_military

Décidément le projet de l’avion militaire d’Airbus, l’A400M a bien du mal à décoller.

Airbus Military (groupe EADS) a décidé un "ralentissement" de la production de son avion de transport militaire A400M. Raison invoquée : le retard pris par le programme. Très mauvais présage pour cet appareil qui doit faire face à d’importantes difficultés techniques, quitte à mener des allures d’Arlésienne …

Le groupe a décidé "un ralentissement de la production" compte tenu des "incertitudes concernant l’agenda du programme", a déclaré une porte-parole d’Airbus Military. Cette annonce confirme partiellement une information du journal Les Echos.

Il s’agit d’une "adaptation" de la production mais non d’un "arrêt", a-t-elle précisé. On de demande qu’à croire … Certes qui va piano va sano, mais la "formule" pourrait être également utilisé pour tenter de préparer calmement mais sûrement les clients à une issue "fatale".

Selon Les Echos, citant des "sources concordantes", la production a été temporairement suspendue afin d’éviter d’accumuler des appareils assemblés tant que les essais en vol n’ont pas démarré. En l’absence de la réduction de cadence, de nombreux d’avions pourraient être immobilisés sur le parking en attente de clients potentiels, représentant des frais non négligeables.

EADS avait d’abord prévu le premier vol de l’A400M pour janvier 2008 pour ensuite le reporter à fin 2008 pour des problèmes de moteurs avant d’annoncer un report sine die en septembre. Le groupe aéronautique a d’ores et déjà été contraint à passer l’an dernier une provision de 1,37 milliard d’euros qui a plombé ses résultats annuels.

Même si la presse française s’était révélée peu bavarde sur le sujet, rappelons qu’à la mi-octobre le ministre allemand de la Défense Franz Josef Jung avait décalré dans un entretien à Reuters qu’EADS devrait payer pour les retards de livraison de son avion de transport militaire.

Rappelant que l’Allemagne pensait que l’A400M serait livré d’ici 2010, Franz Josef Jung a précisé que l’avion pourrait ne pas voler avant 2011. Il a par ailleurs mentionné que le gouvernement allemand disposait d’un contrat comprenant des indemnités de retard.

"Si la livraison est retardée, les aspects du contrat relatifs à cette question doivent aussi être respectés", a-t-il ajouté sans vouloir dire combien l’Allemagne réclamerait à EADS. "Nous avons tout fait pour l’A400M. C’est maintenant au secteur d’honorer les contrats conclus", a déclaré le ministre en précisant avoir écrit en ce sens au président d’EADS Louis Gallois.

Franz Josef Jung  a raison de s’inquiéter  : déjà "meutries" par les pénalités coûteuses concernant l’A380, la maison-mère d’Airbus veut diminuer les pénalités encourues pour l’A400M, lequel a été conçu pour sept pays de l’Otan.

Alors que des retards avaient d’ores et déjà entaché le planning, Carlos Suarez, le directeur général de Airbus Military, filiale d’EADS avait affirmé fin avril à Séville que la motorisation de l’avion de transport militaire A400M restait le point sensible de ce programme. "Cette question reste centrale pour le premier vol d’essai et également dans le cadre de la production. Il nous faudra régler ce sujet dans les prochains mois", avait ainsi averti Carlos Suarez lors d’une conférence de presse.

Lors d’un point de presse, en juin dernier, Louis Gallois avait enfoncé le clou : "Notre objectif est toujours d’avoir un premier vol cet été même si nous devons convenir que c’est de plus en plus tendu notamment à cause du moteur", avait-il affirmé. "L’avion est compliqué, le moteur est compliqué et l’interface est également complexe", avait-t-il poursuivi … avant que la date du premier vol ne soit encore une fois reportée ….

Sources : AFP, Reuters

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. flyintelligence 5 novembre 2008 à 14:23

    On pourrait savoir pourquoi il existe autant de problèmes autour du moteur?

  2. Francis 5 novembre 2008 à 15:03

    Un début de réponse dès le début ?
    Il y a toujours quelque chose qui foire dans ce genre de programme !
    Oui ! La politique !
    Si J. CHIRAC n’avait pas dit, “Naturellement, il faudra que le moteur soit européen”, il y aurait au deux effets bénéfiques :
    – (i), côté “Coûts”, P&W Canada, avec son expertise, et “sportivité” (ce qui ne néglige point la rentabilité!), serait monté dans le projet-moteur, même à 10% (comme l’aurait souhaité le RU & l’Espagne, mais, suivant la voix de son maître, non pas la SNECMA ), et aurait apporté ses savoir-faire de “cost-crusher” & qualités de “Direction de Projet”, pour épauler SNECMA ;
    – (ii) côté “Revenus”, se serait fait un plaisir d’être “l’Ambassadeur” avec mission de faire acheter l’A400M par le Canada.
    Le “nationalisme élargi & mal éclairé” a fait que le projet reçoive 2 balles dans le pied, alors qu’il ne pouvait s’offrir le luxe même d’en supporter une !
    http://www.aeroweb-fr.net/forum/topic,4,1864,0.php

  3. Elisabeth 5 novembre 2008 à 21:49

    des éléments concernant les pbs technqiues
    Usine Nouvelle:
    EPI a notamment rencontré des problèmes lors de la mise au point des boîtiers de transmission, ainsi que des fissures dans les aubes du compresseur haute pression. Safran a dû passer une provision de 40 millions d’euros dans les comptes du premier semestre en raison d’études supplémentaires sur ce projet.
    Le développement de ce turbopropulseur, le plus gros jamais produit, a pris plusieurs mois de retard. Les essais en vol ne doivent débuter qu’en novembre prochain au lieu d’avril 2007 prévu initialement. EPI mettra les bouchées doubles grâce à plusieurs équipements d’essai et à sa nouvelle structure de décision. La certification du TP 400 est prévue entre fin 2008 et début 2009.

  4. Elisabeth 5 novembre 2008 à 21:51

    Safran : les essais au sol pour le moteur de l’A400M ont débuté
    jeu 12 jui, 7h28
    Les premiers essais au sol du moteur TP400-D6 et de l’hélice développée par Ratier-Figeac ont débuté sur l’avion d’essai C-130 de Marshall, marquant ainsi une étape majeure du programme, mené par Europrop International (EPI (Paris: FR0004048072 – actualité) ), consortium créé par les quatre principaux motoristes européens (Industria de Turbo Propulsores, MTU Aero Engines (Xetra: A0D9PT – actualité) , Rolls-Royce et Snecma) pour assurer la conduite du programme TP400-D6. Le moteur est destiné à l’avion de transport militaire A400M.
    Ces premiers essais portent sur la combinaison moteur/hélice de l’A400M, la plus puissante jamais conçue et produite dans le monde occidental.
    Ces essais permettront aux ingénieurs de tester et de mesurer le démarrage du moteur, la ventilation de la nacelle, la distorsion d’entrée d’air, le comportement acoustique du moteur et de mener l’étude des contraintes vibratoires nécessaire au fonctionnement de la nouvelle hélice Ratier-Figeac (Hamilton Sundstrand). Au total, plus de 30 heures d’essais de fonctionnement au sol sont prévues avant que l’avion ne soit autorisé à voler.
    Nick Durham, président d’Europrop International, a ajouté : ” Nous sommes impatients de collaborer avec Airbus Military et Marshall dans le cadre du programme d’essais en vol. Ce programme nous permettra de confirmer que le moteur répond à tous les critères de performances attendus et participe à la définition de nouveaux standards pour un turbopropulseur de cette taille. ”

  5. flyintelligence 6 novembre 2008 à 08:38

    Merci

Commenter cet article