Le Blog Finance

Airbus/A400M : calendrier de plus en plus tendu selon Gallois

Airbus_eadsa400m2b_militaryLes choses se précisent … malheureusement, comme si l’on voulait nous habituer petit à petit à la nouvelle

Le président exécutif d’EADS Louis Gallois a indiqué lundi que l’objectif du premier vol de l’A400M d’Airbus restait cet été, même si le calendrier est "de plus en plus tendu".

EADS prévoit de présenter son avion de transport militaire le 26 juin au public à Séville, a pourtant annoncé mi-mai le groupe d’aéronautique, de défense et d’espace. Alors Arlésienne ou Sévillane ?

"Notre objectif est toujours d’avoir un premier vol cet été même si nous devons convenir que c’est de plus en plus tendu notamment à cause du moteur", a ainsi affirmé Louis Gallois lors d’un point de presse.

"L’avion est compliqué, le moteur est compliqué et l’interface est également complexe", a-t-il déclaré.

Rappelant que le programme avait déjà six mois de retard, avec six mois de plus à risque, il a précisé que l’objectif d’EADS est "d’être plus près de six mois que d’un an".

L’A400M, un programme de quelque 20 milliards d’euros, devait à l’origine effectuer son premier vol fin 2007 et un premier exemplaire aurait dû être livré à l’armée de l’air française en octobre 2009. A l’heure actuelle, il demeure prévu que la France réceptionne son premier appareil de ce type en avril 2010.

Mais, après les retards observés sur l’A380, les doutes concernant l’A350, c’est au tour de l’A400M de susciter quelques craintes.

Alors que des retards ont d’ores et déjà entachés le planning, provoquant l’inquiétude des syndicats, Carlos Suarez, le directeur général de Airbus Military, filiale d’EADS a affirmé fin avril à Séville que les moteurs de l’avion de transport militaire A400M restaient le point sensible de ce programme.

"Les moteurs sont la partie la plus sensible du programme. Cette question reste centrale pour le premier vol d’essai et également dans le cadre de la production. Il nous faudra régler ce sujet dans les prochains mois", a ainsi averti Carlos Suarez lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion d’une visite du site d’assemblage de l’A400M à Séville.

L’appareil, déjà commandé à 192 exemplaires, dont 180 venant des donneurs d’ordre "historiques" (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Luxembourg et Turquie), huit de la part de l’Afrique du Sud et quatre de la Malaisie, doit remplacer les C-130 Hercules de Lockheed Martin et l’avion franco-allemand C-160 Transall.

En avril dernier, EADS s’était déclaré confiant dans sa capacité à faire voler l’A400M dès cet été, en dépit de la persistance des défis techniques.

Un dirigeant du groupe avait alors déclaré que le premier vol d’essai de l’appareil, dont la motorisation est assurée par un consortium composé de Safran et du britannique Rolls-Royce, était toujours prévu cet été.

Dès le début de l’année, les syndicats d’Airbus avaient exprimé leurs craintes de voir l’avion de transport militaire européen A400M connaître les mêmes dérives que l’A380, le très gros porteur de l’avionneur européen dont la première livraison a accusé deux ans de retard.

"2008 ne sera pas une année tranquille pour nous, c’est le moins que l’on puisse dire. Il y aura les problèmes de montée en cadence de l’A380 auxquels viennent se greffer ceux de l’A400M. Et derrière se profile le lancement de l’A350", avait ainsi déclaré début janvier Françoise Vallin, déléguée centrale CFE-CGC.

Sources : Reuters, AFP

A lire également :

. EADS : présentation de l’A400M le 26 juin à Séville ?

. A400M : nouvelles difficultés en vue pour Airbus ?

. Airbus A400M : les retards se précisent

. Airbus A400 M : 1er vol maintenu cet été selon Gallois

. EADS : turbulence suite à des retards sur l’A400M

. EADS A400M: l

Partager cet article

Article de

Commenter cet article