Le Blog Finance

41 ans de cotisation retraite : le oui mais de François Hollande

Retraiteemplo_senior Travailler plus et plus longtemps pour gagner plus ? Pas si sûr, car si certes le gouvernement propose de ramener au travail les seniors inactifs et augmenter la durée de cotisation, tout laisse à croire, qu’un tel calcul nous conduira au final à des retraites d’un montant moins important que prévu. Car alors que certains de plus en plus nombreux estiment qu’en France, la frontière fatidique du monde des seniors est franchie dès l’age de 45 ans et que plans sociaux et autres mesures poussent vers la porte les salariés les plus âgés, les fameuses 41 annuités risquent d’être extrêmement difficile à obtenir.

C’est également ce que tente de mettre en avant le Premier secrétaire du PS François Hollande, estimant que le travail des plus de 55 ans était le "préalable" à l’allongement de la durée de cotisation. S’il n’exclut pas cette dernière, il souhaite également obtenir de "nouvelles ressources" pour le financement.

Interrogé sur le passage à 41 ans de cotisation, M. Hollande a déclaré sur I-télé : " Si on a du travail jusqu’à la période qui permet de partir en retraite avec ses droits pleins, alors oui, pourquoi pas? Sauf que là, le préalable, c’est le travail des seniors". "C’est ce que disent la plupart des organisations syndicales", a justifié M. Hollande.

Le chiffre des seniors de plus de 55 ans au travail -38%- "n’a pas bougé depuis la réforme de 2003", a-t-il affirmé.

"On peut allonger la durée de cotisation à 41 ans, 42 ans, mais si au-delà de 55 ans vous n’êtes pas en situation d’allonger vos droits, vous aurez une diminution de votre niveau de pension. C’est un marché de dupes", a-t-il argumenté. Ce qui est certainement très loin d’être totalement faux.

Si certes, le gouvernement tente de nous embrouiller actuellement, l’objectif non avoué pourrait bien au final de diminuer à terme les dépenses de l’Etat, l’obtention du nombre d’annuités permettant d’obtenir une retraite à taux plein relevant plus de la recherche du Graal, qu’autre chose. Car, ne rêvons pas, si l’Etat s’avère contraint de recourir à des campagnes publicitaires pour que les entreprises embauchent des seniors, c’est bien parce que ces derniers sont loin d’être accueillis à bras ouverts au sein des sociétés, et ce pour de multiples raisons. Dans le monde actuel où il devient plus que déplacé de parler d’années d’expérience, le changement des mentalités ne se fera pas à un jour. Les bienfaits de la sagesse des « anciens » sont oubliés depuis fort longtemps …

Mais François Hollande ne se contente pas de critiquer, il propose. En dehors de toute connotation politique, accordons-lui tout de même les compétences pour ce faire. Notre Président de la République actuel, Nicolas Sarkozy ne dispose pas même du tiers des diplômes du patron du PS (à savoir : HEC, Sciences Po et Ena ..)

Pour encourager le travail des jeunes et des seniors, M. Hollande a ainsi suggéré de "moduler les cotisations sociales tout au long de la vie sur l’âge du salarié".

Son directeur de cabinet Stéphane Le Foll a présenté lors d’un point de presse les "propositions simples et claires" du PS en la matière : "tout de suite, pénalisation des entreprises qui ne jouent pas le jeu" du travail des plus de 55 ans, le produit des sur-cotisations allant au Fonds de réserve des retraites, affectation à ce Fonds de "tous les dividendes et bénéfices supplémentaires des entreprises publiques", instauration des cotisations retraites "sur les stock-options et même les parachutes dorés" ainsi que "sur la participation et l’intéressement".

M. Le Foll a par ailleurs estimé que "si on parle à nouveau de réforme, c’est d’abord parce qu’il y a un échec de la réforme de François Fillon en 2003", évoquant le "déficit de la branche vieillesse (de la sécurité sociale) de l’ordre de 5 milliards d’euros en 2007".

Source : AFP

A lire également :

. Lagarde pour la fin du délai de 6 mois entre retraite et reprise d’activité

Partager cet article

Article de

18 commentaires

  1. Kad 29 avril 2008 à 11:52

    “Notre Président de la République actuel, Nicolas Sarkozy ne dispose pas même du tiers des diplômes du patron du PS (à savoir : HEC, Sciences Po et Ena ..)”
    Le monopole des bonnes idees ne serait la propriete que des elites ?
    Quand ce sont les patrons et le gouvernement qui sont diplomes, c’est louche et co-sanguin mais quand c’est l’opposition c’est le Saint Graal ?
    Vous manquez d’objectivite sur ce point …

  2. Elisabeth 29 avril 2008 à 12:57

    “Quand ce sont les patrons et le gouvernement qui sont diplomes, c’est louche et co-sanguin ” : ou avez-vous vu que j’ai dit cela ?

  3. Jeremy 29 avril 2008 à 14:13

    Je n’aime pas le petit Nicolas mais je suis très déçu aussi par la phrase citée par Kad. J’espérais mieux de ce blog qu’il ne juge des hommes de 50ans aux concours qu’ils ont passé quand ils avaient 20ans… Maladie hexagonale.

  4. Kad 29 avril 2008 à 14:14

    Vous ne l’avez pas ecrit tel quel en effet. Mon ecrit etait trop approximatif et provocateur. Pardon.
    Mais vous pointez tres regulierement l’incompetence (a votre gout) des dirigeants de grandes societes (EADS … notamment ;-) ) bardes de diplomes ainsi que l’incurie de nos politiques (ENA, Science Po …) dans vos articles. Je trouve donc curieux que vous utilisiez les diplomes de Mr Hollande pour “l’encenser” vis-a-vis de Mr Sarkozy.
    :0)

  5. Dad.ounet 29 avril 2008 à 16:46

    Surtout que Sciences-po, c’est une école de baratineurs, pour faire des commerciaux au bagoût d’autant plus impénétrable que ses anciens élèves sont moins compétents techniquement et que l’ENA est une école de sous-préfets, où l’on apprend à dépenser l’argent des autres. Ce n’est pas à l’ouest de Strsbourg qu’ils auraient dû la décentraliser, mais à l’ouest de Brest.
    On peut espérer un peu plus de conscience de la difficulté de faire rentrer de l’argent chez un avocat comme Sarkozy – sinon de l’honnêteté.

  6. Reac 29 avril 2008 à 19:17

    @Dad.ounet
    Laissez Plouzané en dehors de cet echec franco-français.
    Soit dit en passant, je ne comprends pas qu’une institution destinée à renouveller les cadres de la République au sortir de la Guerre ait ainsi survécu bien après.
    Et que la Nation se satisfasse d’une classe politique si fonctionnarisée, juge et partie lors des arbitrages budgétaires…

  7. valerie 29 avril 2008 à 21:17

    ah Elisabeth je savais que vous alliez vous faire allumer pour cette phrase…Allez notre Sarkozy a d’autres talents que des Enarques ou HEC n’ont pas: “découvreur de jeunes seniors sur le retour”: http://www.rue89.com/2008/04/29/sarkozy-elle-est-belle-elle-est-belle-ma-carla-via-lepostfr

  8. Dad.ounet 29 avril 2008 à 21:41

    Je ne pensais pas à Plouzané, mais à la mer d’Iroise !
    Ceci dit, comme préfets, les énarques semblent bons ; simplement, on n’y est absolument pas préparé à diriger, seulement à administrer.

  9. Elisabeth 29 avril 2008 à 23:02

    mais si on parlait de retraites, au fait ? :-)

  10. Dad.ounet 29 avril 2008 à 23:47

    On devrait s’inspirer des Indiens ; quand une femme devient veuve, si elle n’a pas d’argent ni d’enfants ou que ceux-ci ne veulent pas l’héberger, on la brûle vivante sur le bûcher mortuaire de son mari.
    Voilà une bonne incitation à :
    * faire des enfants
    * les élever correctement
    * développer les fonds de pensions !
    Ces gens sont cruels mais efficaces, ils iront loin, ils ne se contenteront pas de racheter Arcelor et Jaguar.
    Quant aux retraites françaises, elles sont condamnées et le fait de promouvoir l’embauche des seniors va directement contre la présence de nos
    “indispensables” immigrés, alors…

  11. Elisabeth 29 avril 2008 à 23:57

    Et on se sert des cendres comme engrais agricole , aussi ? ;)

  12. valerie 30 avril 2008 à 08:49

    PARIS (Reuters) – L’âge légal du départ à la retraite devrait être repoussé à 62 ans, parallèlement aux 41 ans de cotisations, pour rééquilibrer le système français, estime Laurence Parisot.
    “On ne peut pas rester à un âge légal du départ à la retraite à 60 ans, nous sommes le dernier pays de l’Union européenne et du monde occidental”, a déclaré la présidente du Medef sur France 2.
    “D’après les derniers calculs que nous avons pu obtenir du Conseil d’orientation des retraites, on commencerait à rééquilibrer les retraites si on ajoutait aux 41 années de cotisation un âge légal de départ à la retraite de 62 ans”, a-t-elle ajouté.
    “Il faut comprendre que le débat, il n’est pas terminé sur cette question.”

  13. Kad 30 avril 2008 à 10:08

    Il me semblait que la loi de 2003 signifiait 41 de cotisations en 2012 si aucun autre element ne survenait d’ici la.
    Alors qu’est-ce qui pourrait la remettre en cause? Augmenter la part de cotisations sur ceux qui travaillent? Je n’ai pas envie de payer toute ma vie les erreurs de gestion de la generation de mes parents. Desole !

  14. Elisabeth 30 avril 2008 à 10:49

    Rapide calcul
    bac à 18 ans
    bac + 5 à 23 ans
    + 41 ans de cotisation , ca fait 64 ans !!!
    sans compter l’année de service militaire pour ces messieurs, ce qui fait alors 65 ans !

  15. Elisabeth 30 avril 2008 à 10:52

    Précision en ce qui concerne le service militaire :
    Comment est validée la période de service national ?
    La période validée au régime général (si elle n’est pas prise en compte dans un autre régime) est validée comme période assimilée pour la durée légale du service : 1 trimestre assimilé validé par période de 90 jours d’incorporation (toute période commencée est validée) avec un maximum de 4 trimestres par année civile.
    Exemple :

  16. Kad 30 avril 2008 à 11:28

    64 ans pour un col blanc … et alors ?

  17. Jacques 8 octobre 2008 à 09:11

    Je me permets de vous indiquer un article qui fait toute la lumière sur la personnalité de Sarkozy et explique pourquoi il ne fera rien pour la crise financière :
    http://www.respublicanova.fr/spip.php?article399