Le Blog Finance

Migrants : le Maroc demande 60 M euros à l’Espagne pour s’équiper

Migrants : le Maroc demande  60 M euros à l’Espagne pour s’équiper

La crise des migrants ? Au final un marché florissant ? Voire même un véritable business ?  Si la crise migratoire semblait pouvoir profiter à quelques structures organisées sans état d’âmes, les gouvernements pourraient à leur tour en tirer profit. A moins que cela ne soit les grands groupes spécialisés dans l’armement et la sécurité.

Quoi qu’il en soit, le Maroc vient ainsi de demander 60 millions d’euros à l’Espagne pour freiner la vague de migrants qui déferle en Europe.

Selon la presse espagnole, Madrid a demandé à Rabat d’évaluer ses besoins pour contenir l’immigration irrégulière. Le royaume chérifien aurait répondu en des termes certes matériels mais également très financiers.

La somme de 60 millions d’euros a ainsi été évoquée. La requête a été adressée par la suite à l’Europe via l’intermédiaire de l’Espagne …. avec l’espoir que l’Union européenne règle la note au final.

Les autorités marocaines ont rédigé une longue liste détaillant le matériel nécessaire. Parmi lequel figurent des véhicules, des hélicoptères, des engins anti-émeute et des radars pour une valeur totale de 60 millions d’euros. De quoi satisfaire nombre sociétés de ce secteur, soit dit au passage … comme quoi les migrants peuvent être au final une véritable « aubaine » pourrait-on dire cyniquement.

Les autorités marocaines ont tenu parallèlement à mettre en avant leurs efforts déployés pour contenir l’immigration irrégulière.

Ces dernières semaines, plusieurs centaines de personnes ont réussi à atteindre les côtes espagnoles. La semaine dernière plus de 800 migrants africains ont forcé le passage frontalier dans l’enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc. Avec Melilla, la ville est l’une des deux seules frontières terrestres entre l’Afrique et l’Union européenne.

Pénétrer au sein de ces deux enclaves constitue une des raraes possibiliéts pour les migrants de pouvoir déposer une demande d’asile auprès de l’Espagne. Ce passage massif n’est pas une première. En février 2017, plus de 850 Subsahariens avaient forcé le passage en quatre jours.

Presse marocaine, presse espagnole

Elisabeth Studer – 30 juillet 2018 – www.leblogfinance.com

A lire également :

L’Italie et l’UE s’accordent avec la Libye pour financer les camps de migrants et revenir exploiter son pétrole ?

Passeur en Méditerranée : un business très juteux

Partager cet article

Article de

7 commentaires

  1. retrouvé le retour 31 juillet 2018 à 16:04

    Le bon émir du Maroc demande-t-il le retour d’Alexandre Benalla ? ou viendra-t-il chercher cet imprudent comme papa l’a fait pour Ben Barka ?

    Ceci dit la compagnie des frérots énerve les équipes “pseudo religieuses” d’en face. Les Saouds sont-ils mieux que l’équipe des frérots ? Rien n’est moins sur.

    http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/2018/07/31/27001-20180731ARTFIG00054-mis-en-cause-dans-une-enquete-l-ex-president-de-la-fifa-charge-platini-et-sarkozy.php

  2. Tarif ouverture de porte 5 août 2018 à 19:09

    Faut arreter un peu silvousplait, l’Europe est deja elle meme endetté, je comprend pas ce système d’aider chaque pays, chacun doit gerer son coté de la frontiere, chaque politique doit adopter la posture de la vigilance car l’ont parle de vie humaine et c’est malheureux…

  3. retrouvé le retour 12 août 2018 à 08:52

    “chacun doit gerer son coté de la frontière” frère Tarif
    Baraka et le reste qui suit !! Les frontières, franchement qui respecte encore ce genre de chose !! Voir au Sud du beau pays de l’Emir qui va perdre son pantalon tellement il en met dans ses poches
    On a un exemple un peu plus ancien c’est les accords de Munich !! Ceci dit les populations des Sudètes et de la Silésie ne parlaient ni tchèque ni polonais !!
    “Tarif o.d.p. et les autres Il faut relire (si vous écrivez et lissez dans le bon sens) Yvonne Bollmann qui démontre point par point que des tensions souterraines existent en Europe.monstres

  4. Elisabeth Studer 13 août 2018 à 00:17

    Aie, ca fait mal !!!
    https://fr.sputniknews.com/international/201808061037531543-maroc-roi-mohammed-vi-pouvoir-travail/

    Bien qu’il aime le pouvoir, le roi du Maroc Mohammed VI n’est pas très enclin à se donner à fond dans sa tâche de chef d’État, a expliqué Ignacio Cembrero, ancien grand reporter du journal El Pais, le 3 août, dans un entretien accordé au quotidien belge Le Soir, s’exprimant sur les absences prolongées du souverain. Selon ce journal, M.Cembrero «s’est taillé la réputation, en deux décennies, d’être le meilleur spécialiste au monde du Maroc».

    «En résumé, le roi aime le pouvoir, mais pas le travail qu’il implique», a déclaré le journaliste. «Quand je dis le travail, je ne pense pas seulement à étudier des dossiers en profondeur, présider des conseils de ministres mais aussi tout ce côté protocolaire, formaliste, solennel que la tâche revêt pour un chef d’État», a-t-il précisé.

    Selon le reporter, les absences du souverain marocain ne sont pas un fait nouveau et elles sont devenues de plus en plus apparentes depuis 2011. «Il séjourne au Gabon, à Hong Kong mais surtout en France, entre Paris et le château familial de Betz, dans l’Oise», a-t-il rappelé.
    À titre d’exemple «au cours des quatre premiers mois de cette année, il [Mohammed VI, ndlr] n’a passé que 20 jours au pays. C’est un cas unique au monde: un chef d’État qui concentre entre ses mains tous les pouvoirs, mais qui passe la moitié de son temps à l’étranger», a ajouté le spécialiste.

  5. retrouvé le retour 13 août 2018 à 01:54

    ES le bon émir fait-il toujours sont petit circuit en calèche comme papa ? :) :)

  6. Elisabeth Studer 14 août 2018 à 00:48

    pour la caleche … il faudrait qu’il soit sur place ;-)

  7. retrouvé le retour 16 août 2018 à 03:12

    Même pas le vendredi ? :) Une si belle calèche à la mode anglaise !!

Commenter cet article