Le Blog Finance

Fin du QE de la BCE imminente selon la Banque de France

Fin du QE de la BCE imminente selon la Banque de France

Vers la fin de la politique dite de QE de la Banque centrale Européenne ? S’exprimant lundi 14 mai lors d’une intervention, le président de la Banque de France et membre de la BCE, François Villeroy, a laissé entendre qu’une telle échéance serait proche.
Pour mémoire, le Quantitative Easing  est une politique monétaire non-conventionnelle ayant pour objectif de stimuler l’économie, en injectant des liquidités via un programme de rachat de dettes.  

Un arrêt avant la fin de l’année ?

Le patron de la Banque de France a par ailleurs souligné que le fait que le QE se termine en septembre ou en décembre « ne constitue pas une question existentielle ».

Avec l’arrêt de ce programme, la BCE s’appuiera de plus en plus sur son “pilotage des anticipations (forward guidance) sur les taux d’intérêt”, a-t-il expliqué.

Rappelons qu’en vue de relancer le crédit, des outils ont été mis en oeuvre pour inciter les banques à prêter et les agents à emprunter : le « Quantitative Easing », ou la politique dite non conventionnelle. Laquelle est basée sur le rachat de titres publics par la BCE. Laquelle achète aux banques des obligations d’État. En échange de ces actifs, la BCE fournit aux banques des liquidités dont on espère qu’elles irrigueront l’économie réelle.

Reste que ces mécanismes ne sont pas automatiques, ils supposent que les liquidités injectées massivement par la BCE iront dans l’économie réelle c’est-à-dire dans le financement des entreprises plutôt que d’alimenter de nouvelles bulles spéculatives.

La BCE doit plus communiquer

Selon François Villeroy, la communication de la BCE devrait prochainement être ajustée, afin de préciser l’engagement explicite à mettre fin au QE, éventualité déjà exprimé auparavant par l’établissement financier.

Il estime ainsi que la BCE pourrait donner de plus amples informations sur le timing du début de la remontée de ses taux. Précisant à cet égard que lorsque la BCE s’engage à maintenir les taux au plus bas « bien au-delà » de la fin du QE, cela signifiait « quelques trimestres » et non « quelques années ».

“En ce qui concerne le premier relèvement des taux, nous pourrions donner des indications supplémentaires sur son calendrier ainsi que sur ses incidences sur les perspectives d’inflation » a-t-il ainsi proposé.

Dans la mesure où la politique de communication sur les taux de la banque centrale est explicitement conditionnée à la fin du programme de rachat d’actifs – avec un maintien des taux directeurs à leurs niveaux actuels pour une période prolongée et bien après la fin du programme de rachat d’actifs – cette communication à destination des marchés sera “sans aucun doute” adaptée, a précisé François Villeroy de Galhau.

Ralentissement temporaire de l’inflation ?

François Villeroy a par ailleurs indiqué que la BCE voyait clairement l’actuel ralentissement de l’inflation comme un phénomène temporaire. Rappelant qu’au final, la trajectoire future des taux de la BCE sera étroitement liée aux prévisions d’inflation.

Selon le gouverneur de la Banque de France, l’inflation devrait se redresser dans les prochains mois dans la zone euro.

Le swap d’inflation à cinq ans, baromètre des anticipations d’évolution à moyen terme des prix dans la zone euro, qui était tombé à 1,67% le mois dernier, ont atteint un plus haut de deux mois et demi à 1,7266% après ces déclarations.

A noter que deux autres responsables de la BCE se sont également efforcés de tenir des propos rassurants sur les perspectives économiques de la zone euro.

Affaire à suivre donc alors que la prochaine réunion de politique monétaire de la BCE aura lieu le 14 juin prochain.

Sources : Reuters, Investing, Challenges

Elisabeth Studer – 14 mai 2018 – www.leblogfinance.com

A lire également :

. La Banque de France s’alarme de la réglementation bancaire US

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. retrouvé le retour 14 mai 2018 à 19:12

    Et la masse ES ? Où sont les masses ? Tout laisse voir depuis le “début de la fin” à la FED la fumeuse histoire de la fin des QE est un argument publicitaire !! Les outils sont toujours là, sous le tapis.
    La seule amélioration est l’assujettissement de plus gros états par la dette et la ponction automatique sur les comptes en banque “obligatoires” par les services :) (fiscaux)

    Exemple le paiement obligatoire par prélèvement de la TV qui pue !! Il ne faut pas craindre le nettoyage automatique est dans le système.

  2. retrouvé le retour 15 mai 2018 à 00:40

    Nous sommes responsables de la pagaille au Moyen Orient nous allons devoir purger et les uns et les autres.
    La catastrophe monétaire qui se précise va nous conduire rapidement a montrer la force de L’Europe :) :)

Commenter cet article