Le Blog Finance

Wall Street plombé par Donald Trump, au plus bas depuis son élection

Wall Steet a terminé mercredi par sa plus forte baisse depuis l’élection de Donald Trump  en novembre dernier. La place boursière est désormais plombée par l’accumulation des déboires du président. Le Dow Jones aura ainsi reculé de 1,76% tandis que le Nasdaq chutait de 2,57%.

Selon des résultats provisoires à la clôture, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 368,89 points à 20.610,86 points et le Nasdaq 158,63 points à 2.357,41 points.

Rappelons que le locataire de la Maison Blanche est au centre de plusieurs polémiques … et non des moindres. Il est accusé de tentative d’entrave à la justice et d’avoir livré des secrets à la Russie en trahissant l’allié que constitue Israël.

La Bourse de New York avait pourtant fortement progressé après l’élection de Donald Trump en novembre dernier, les investisseurs se réjouissant à l’avance de la mise en place de son programme économique. La place boursière évoluait encore ces derniers jours à proximité de ses records.

Si à chaque jour suffit sa peine pour le milliardaire, un article du New York Times publié mardi soir affirme que le président US a demandé en février dernier de mettre un terme à une enquête du FBI concernant son conseiller à la sécurité nationale de l’époque, Michael Flynn, soupçonné d’accointances avec la Russie. Une information qui s’ajoute au limogeage la semaine dernière du directeur du FBI James Comey par Donald Trump.  Or, l’ancien patron du renseignement aurait consigné cette tentative du milliardaire d’étouffer une enquête dans des notes, lesquelles  fuitent désormais dans la presse.

Mercredi, le Congrès a demandé à  James Comey de venir témoigner lors d’une audition publique, réclamant aussi la production de ces notes, devenues ainsi en quelques heures les documents les plus recherchés des Etats-Unis.

Cerise sur le gâteau déjà bien chargé, le milliardaire   est parallèlement accusé de s’être montré trop bavard avec des diplomates russes.  Une source de l’administration Trump a confirmé  que les renseignements très secrets  communiqués avaient été fournis par Israël, dont les méthodes et sources sur le territoire de l’organisation jihadiste risquent ainsi d’être mises à jour. Si la Maison Blanche ne conteste pas le fond de ces révélations, elle  insiste sur le fait que le partage d’informations est une prérogative absolue du président.

Au delà des faits qui lui sont reprochés, les analystes redoutent désormais que la priorité du chef de l’Etat ne soit plus de s’attaquer à des réformes fiscales et budgétaires mais à sa défense personnelle. Si ses alliés républicains le soutiennent encore, ils prennent néanmoins les affaires très au sérieux. Mitch McConnell, gardien de la feuille de route républicaine au Sénat, a regretté  pour sa part les « psychodrames » à répétitions,  dans une rare  critique envers Donald Trump.

Certes, à l’heure actuelle, les républicains refusent de se joindre aux appels de l’opposition démocrate en vue de nommer un procureur spécial pour reprendre l’enquête sur la Russie. La plupart des élus considèrent  toutefois que le témoignage de James Comey sera déterminant pour l’avenir de la présidence Trump.

Une poignée de républicains sont désormais favorables, avec des démocrates, à la création d’une commission d’enquête indépendante sur tous les aspects de l’affaire russe. Parmi eux figure le sénateur John McCain, lequel a comparé la situation au scandale du Watergate qui fit tomber Richard Nixon en 1974. Vers un Trumpgate ?

Sources : Nasdaq Nyse, AFP

Elisabeth Studer – 17 mai 2017 – www.leblogfinance.com

Partager cet article

Article de

8 commentaires

  1. retrouvé le retour 18 mai 2017 à 01:17

    Cet « article » est un ensemble de fantaisies un peu salaces, Trump représente vraiment la mentalité US mis à part quelques politiciens véreux comme ce vieux traîne savates de Mac Cain !!
    La bourse US a vocation comme dans le bon vieux temps à chuter la première, elle n’a pas besoin de Trump pour le faire.
    Ce qui ne veut pas dire qu’un CAC 40 a plus de 5000 points ne sera pas plombé rapidement à sa valeur de départ avant les QE de la BCE. Autour de 1000 points me semble assez raisonnable.

  2. retrouvé le retour 18 mai 2017 à 09:45

    http://grand-angle.lefigaro.fr/sud-soudan-famine-guerre-reportage

    Et voilà le résultat des conflits  » religieux  » installés ici au Soudan, comme au Moyen Orient, comme en plein milieu de l’Europe en Yougoslavie, comme au Biafra par des criminels dignes fils du III ème Reich !!

  3. retrouvé le retour 18 mai 2017 à 23:14

    En regardant C dans l’air je viens de voir une certaine Bachar-an Nicole pour les intimes. Alors là cocote quand tu pérores je suis sur que Fabius pense « Bachar-an tu ne mérites pas comme Bachar d’être de ce monde » !!

  4. retrouvé le retour 20 mai 2017 à 00:25

    Bachar-an Nicole, c’est vraiment un risque de se faire bombarder par les fameuses « forces de la coalition » Kouchnero-fabiusienne !!

    Voir dans ce quotidien « francophone » situé aux USA

    https://www.lorientlejour.com/article/1052603/pourquoi-les-usa-ont-bombarde-un-convoi-pro-regime-en-syrie.html

  5. retrouvé le retour 20 mai 2017 à 08:05

    Que pense Trump, de la Libye, du Mali, du Tchad, du Sénégal et du reste du Sahel ? Laissons les Français se démerder tout seuls !!
    Qui va payer les expéditions « guerrières » de Sarko qui vont nous échapper ?

  6. ES 20 mai 2017 à 17:52

    très très bonne question …. dont personne ne parle ….

  7. ES 20 mai 2017 à 17:54

    enfin, je compte en reparler très bientot

  8. retrouvé le retour 20 mai 2017 à 22:38

    Il est parfaitement évident que les USA font comme toujours, ils lancent leurs « alliés » dans le piège, ici une pseudo guerre religieuse, et ensuite seulement ils tentent leur chance. Malheureusement « le Mistral gagnant » va finir par perdre et il va entraîner tous les imbéciles qui sont à sa remorque !!

Commenter cet article