Le Blog Finance

Paris : le prix de l’immobilier ancien devrait flamber dès cet été

Flambée des prix en vue sur l’immobilier à Paris ! Selon les estimations des notaires publiées mardi, les prix de l’ancien devraient battre de nouveaux records dans la capitale dès l’été prochain. Ils devraient ainsi atteindre les 8.800 euros le m2, enregistrant ainsi une hausse annuelle de 7%.

La Chambre des notaires de Paris Ile-de-France note d’ores et déjà qu’au premier trimestre 2017, les prix des appartements anciens à Paris était de 8.450 euros le m2, en progression de 5,5% en valeur glissante annuelle. Ce qui ne semble pas avoir tant effrayé que cela les acheteurs, ces derniers se chiffrant à plus de 10.000, ce qui constitue un record pour un premier trimestre.

Le « pire » est à venir, car selon les avant-contrats de vente enregistrés par la profession notariale, les prix devraient progressé de 7 % en juillet prochain, en vue d’atteindre les 8.800 euros le m2. Le cas échéant, un nouveau record historique du prix des appartements serait alors atteint, le précédent sommet remontant à l’été 2012, avec 8.460 euros le m2. Des prix à comparer en valeur actualisée pour pouvoir prendre en compte le niveau de l’inflation, si l’on veut être rigoureux, même si certes l’inflation demeure très faible.

Après avoir connu « une lente érosion pendant trois à quatre ans », et être descendus à 7.880 euros le m2, les prix des appartements sont orientés à la hausse depuis l’été 2015 dans la capitale, et ont ainsi retrouvé au premier trimestre 2017, « en moins de deux ans, leur plus haut » de 2012, indiquent par ailleurs les notaires.

Ces derniers notent que les prix se sont d’ores et déjà envolés dans les quartiers les plus cossus. Ainsi, ils dépassent 10.000 euros le m2 dans 7 arrondissements. Les 1er, 4e, 6e et 7e sont même à plus de 11.000 euros le m2. Au dernier trimestre 2016, Paris ne comptait que 2 arrondissements à plus de 11.000 euros le m2 : les 6e et 7e.

Seuls 4 arrondissements demeurent en dessous des 8.000 euros le m2: les 13e (7.740 euros le m2), 18e (7.580 euros), 19e (6.910 euros, le moins cher de la capitale) et 20e (7.380 euros).

La profession note également que le nombre d’acquéreurs ne cesse de croître, mais devrait tout de même se stabiliser prochainement, en dehors des biens de très haut standing, le Brexit pouvant cependant entraîner une poursuite du phénomène. Le cas échéant, la demande pourrait être supérieure à l’offre, des tensions pourraient voir le jour sur les 5 pièces. Les Britanniques se classent d’ores et déjà déjà en deuxième position parmi les acheteurs étrangers dans la capitale en générant 10% des transactions, les Italiens représentant 17% des biens cédés à des étrangers à Paris.

La chambre des notaires estime que la hausse des prix pourrait décroître vers 2018-2019 à la faveur d’arbitrages de certains propriétaires immobiliers décidant de vendre leur placement en vue d’investir sur d’autres actifs.

Sources : AFP, Chambre des Notaires Paris Ile-de-France

Elisabeth Studer – 31 mai 2017 - www.leblogfinance.com

A lire également :

Immobilier : les prix en forte hausse au Royaume-Uni, Brexit et taxe pèsent

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. retrouvé le retour 1 juin 2017 à 00:27

    Se mettre de la pierre autour du cou :)

  2. Dupont 13 juin 2017 à 16:22

    Les moment est-il opportun pour investir en Défict foncier ?

    http://www.le-deficit-foncier.com/

  3. actualité immobilier et finance 14 juin 2017 à 07:43

    Bonjour,

    La belle ville de Paris attire jusqu’ici de plus en plus de monde et les avantages de cette hausse de prix est plus bénéfique aux busnessmans.
    En passant, voici un blog qui publie quelques actus sur l’immobilier et finance qu’il faut visiter également: http://espace-immobilier.fr

    A très bientôt !

Commenter cet article